Gouffre d'Esparros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouffre d'Esparros
Coordonnées 43° 01′ 50″ nord, 0° 19′ 48″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Massif Pyrénées
Vallée Vallée des Baronnies
Localité voisine Esparros
Voie d'accès D 929, D 938, D 17 et D 26
Altitude de l'entrée 700
Longueur connue ~ 1 300 m
-138 m de profondeur
Période de formation entre 50 000 et 1 million d'années (Quaternaire)
Type de roche calcaire dolomitique
Signe particulier Spéléothèmes remarquables dont aragonite.
Température 13 °C
Cours d'eau Ayguette
Protection Logo des sites naturels français Site classé (juillet 1983)

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Gouffre d'Esparros

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Gouffre d'Esparros

Le gouffre d'Esparros est un site géologique et touristique situé dans la vallée des Baronnies, une petite région calcaire du piémont des Pyrénées centrales, dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Le gouffre tire son nom de la commune d'Esparros sur le territoire de laquelle il s'ouvre ; il doit sa notoriété à la présence de concrétions d'aragonite remarquables.

Le gouffre fait partie de l'ensemble de 24 grottes à concrétions du sud de la France inscrite par l'UNESCO en 2000 sur la liste indicative du patrimoine mondial naturel, antichambre de la liste du patrimoine mondial[1],[2].

Découverte[modifier | modifier le code]

La présence de ce gouffre est connue de longue date par les habitants locaux. Son entrée est visitée en 1913 par des spéléologues autrichiens. C'est seulement en 1938 que Norbert Casteret et Germain Gattet explorent le réseau souterrain et en découvrent sa richesse géologique, cristallographique et esthétique[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Contexte local[modifier | modifier le code]

La vallée des Baronnies est une région où l’eau est omniprésente et où l'on compte plus de 400 cavités. Certaines ont été fréquentées et ornées par les hommes de la Préhistoire (grottes de Labastide et d’Espèche), il y a 15 000 ans.

Réseau karstique[modifier | modifier le code]

Le gouffre fait partie du réseau karstique Labastide-Esparros qui met en communication ces deux réseaux par une percée hydrologique d'un kilomètre environ au travers de la montagne[3].

En amont, à Labastide, le ruisseau de Laspugue se perd par un siphon dans le second étage, puis l'eau, après un parcours souterrain, réapparaît à la surface près du village d'Esparros à la grotte de l'Échourdidet où elle devient le ruisseau de l'Ayguette[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Dans le gouffre d'Esparros, pendant les épisodes climatiques quaternaires, l'eau a creusé puis abandonné différents niveaux de galeries. Il se compose d’un vaste réseau hydrogéologique, long de près de 3 kilomètres et profond de 140 mètres par rapport à l’entrée naturelle qui se situe aux environs du Col de Coupe, à près de 700 mètres d’altitude[3].

Protection[modifier | modifier le code]

En juillet 1983, le gouffre d’Esparros est inscrit sur la liste des douze plus belles cavités françaises à protéger en priorité pour leur patrimoine exceptionnel. La cavité est ensuite classée au titre des sites par décret du [3]

Tourisme[modifier | modifier le code]

À partir de 1995, un tunnel artificiel permet d'accéder directement au niveau inférieur du gouffre, dans les galeries horizontales qui abritent les cristallisations d'aragonite[3]. Cet aménagement permet une exploitation touristique du site, compatible avec sa protection.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) François Bourges, Pierre Genthon, Alain Mangin et Dominique D'Hulst, « Microclimates of l'aven d'orgnac and other french limestone caves (Chauvet, Esparros, Marsoulas) », International journal of climatology, Wiley InterScience, vol. 26, no 12,‎ , p. 1651-1670 (ISSN 0899-8418)
  • (en) François Bourges, Pierre Genthon, Alain Mangin et Dominique D'Hulst, « Internal climate of some karstic caves, consequences on annual speleothem growth », Communication à la American Geophysical Union meeting, San Francisco (USA),‎ 5-9 décembre 2005
  • François Bourges, Patrick Cabrol, Dominique D'Hulst, Francis Ferrand et Alain Mangin, « Gérer des grottes touristiques pour l’avenir, l’exemple du Gouffre d’Esparros », Bulletin de la Société Ramond,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Bourges, Patrick Cabrol, Alain Mangin et Dominique D'Hulst, « Ouvrir au public un site naturel fragile : conditions d'aménagement, protection et gestion du Gouffre d'Esparros (Hautes Pyrénées). Communications aux réunions des sciences de la terre 2002 (Nantes) », sur Géologie Environnement Conseil, (consulté le 5 septembre 2015)
  • François Bourges, Alain Mangin et Dominique D'Hulst, « La conservation des milieux naturels sensibles : application à l'aménagement et à la gestion de cavités karstiques », Communication à la Réunion des Sciences de la Terre, Paris,‎ 17 au 20 avril 2000
  • (es) François Bourges, Alain Mangin et Dominique D'Hulst, « L'éclairage et la protection des grottes », Contribucion del estudio cientifico de las cavidades karsticas al conocimiento geologico, Nerja (Malaga), B. Andreo, F. Carrasco y J. J. Duran (Eds),‎ , p. 305-314
  • Alain Mangin, François Bourges et Dominique D'Hulst, « Les instabilités aérodynamiques dans les cavités karstiques : méthodes d'analyse, application à la conservation des grottes », Communication à la Réunion des Sciences de la Terre, Brest,‎ 31 mars au 3 avril 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UICN – Union mondiale pour la nature, « Évaluation UICN des propositions d’inscription de sites naturels et mixtes sur la Liste du patrimoine mondial », sur whc.unesco.org, (consulté le 23 février 2017).
  2. « Ensemble de grottes à concrétions du Sud de la France », sur whc.unesco.org (consulté le 23 février 2017).
  3. a, b, c, d, e et f François Bourges, Patrick Cabrol, Dominique D’Hulst, Francis Ferran et Alain Mangin, « Gérer des grottes touristiques pour l'avenir, l'exemple du Gouffre d'Esparros », sur gouffre-esparros.fr, Bulletin de la Société Ramond, (consulté le 5 septembre 2015)
  4. Norbert Casteret, « Histoire de la découverte du Gouffre d'Esparros par Norbert Casteret et Germain Gattet in Ma vie souterraine », sur gouffre-esparros.fr (consulté le 5 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]