Grotte de Pair-non-Pair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte de Pair-non-Pair
Entrée de Pair-non-Pair.jpg
Entrée de Pair-non-Pair
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
commune
Adresse
2, chemin de Pair non Pair 33710 Prignac et MarcampsVoir et modifier les données sur Wikidata
Vallée
Voie d'accès
D 669
Caractéristiques
Type
Longueur connue
environ 20m
Occupation humaine
Patrimonialité
Site web
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Gironde
voir sur la carte de la Gironde
Red pog.svg

La grotte de Pair-non-Pair est située sur la commune de Prignac-et-Marcamps en Gironde (France). Cette grotte découverte en 1881 renferme des représentations artistiques datées de plus de 32 000 ans avant le présent (culture aurignacienne).

Elle a permis d'établir l'ancienneté des gravures pariétales et la reconnaissance officielle de l'art préhistorique.

Elle est la seule grotte ornée connue en Gironde et fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1]. Après la grotte d'Altamira, en Espagne, et la grotte Chabot en Ardèche, elle fut la troisième grotte ornée découverte[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se trouve au nord-ouest de Prignac-et-Marcamps à quelque 200 m de la route D669, sur la vallée du Moron, environ 2,75 km avant la confluence de ce petit cours d'eau avec la Dordogne, en rive droite (côté nord). Bordeaux est à 23 km au sud à vol d'oiseau[3].

Elle est creusée dans un petit massif de calcaire à astéries du Tertiaire (Rupélien), recouvert d'un bois[4],[5].

Découverte de la grotte[modifier | modifier le code]

La grotte a été découverte fortuitement le [4] grâce à une vache qui paissait dans un pré situé sur la terre de Laborde[n 1] ; l'animal s'est coincée une patte dans une ornière, ce qui a permis de découvrir la grotte.[réf. nécessaire]

Description[modifier | modifier le code]

De nos jours, la grotte est un couloir à peu près rectiligne d'environ 15 m de long, orienté sud-est / nord-ouest et creusé dans l'alignement d'une diaclase, avec des élargissements latéraux dus à des diaclases transverses à la première. Le premier de ces élargissements est sur la gauche et s'agrandit jusqu'à former une galerie latérale. Sur la droite en face de cet élargissement, la galerie principale s'agrandit pour former un cul-de-four, ce qui engendre une sorte de carrefour surmonté d'une cheminée. C'est là que se trouvent la majorité des peintures pariétales[4].

Les parois de la grotte sont rugueuses, tant par les nombreux fossiles que par les excavations ; il n'y a pas de concrétions[4].

François Daleau y pénètre en passant par la cheminée déjà mentionnée (une autre cheminée relie la galerie latérale à l'air libre). Il y trouve une galerie principale presque entièrement remplie de sédiments sur plus de 10 m de long, car le plafond s'était effondré[4] vers la fin du Moustérien, masquant ainsi l'entrée initiale de la grotte[réf. nécessaire]. Mais depuis la première visite de Daleau, cette cheminée s'est bouchée[4]. Le plan général de la grotte à son époque est un long boyau orienté sud-ouest / nord-est qui débouche sur un corridor principal (« Grand corridor ») avec une « Salle sud », une « Salle nord » (ou « Grande salle »), et une troisième salle qu'il appelle « Corridor » donnant accès à la salle qui s'avère plus tard être la salle des gravures[6].

Après l'effondrement du plafond moustérien, au fur et à mesure de l'occupation humaine préhistorique la grotte s'est comblée jusqu'à 60 cm de la voûte.

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

Dès le , François Daleau entreprend des fouilles[4] avec l'aide du domestique du propriétaire de la terre de Laborde[réf. nécessaire][n 1]. Le , il commence la deuxième étape de ses fouilles qui concerne le remplissage de la salle des gravures. Il atteint le fond de la grotte le [7].

Selon Delluc & Delluc (1997), Daleau découvre les premières gravures le [4], mais ceci est probablement un raccourci ; car selon David & Malvesin-Fabre (1950), en décembre 1883 Daleau découvre « plusieurs lignes entrecroisées formant presque des dessins » (les mots de Daleau) mais le remplissage de la galerie obstrue la lumière et distingue pour la première fois les contours d'un animal le 31 août 1896. C'est l'équidé no 1[8].

En , la terre de Laborde[n 1] est rachetée par M. Baptiste Milpied qui exige une location pour l'exploitation de la grotte. Daleau refuse et cesse ses fouilles pendant trois ans. Le , les deux hommes se mettent d'accord sur le montant de la location, établie à 80 francs par an.[réf. nécessaire]

Henri Breuil visite Pair-non-Pair en 1897 - c'est son premier voyage dans le sud-ouest de la France -, et encore en 1898, 1999 et 1919[9].

Vers 1963, E. Harle y étudie les vestiges de faune remis au muséum d'histoire naturelle de Bordeaux, avec F. Pratt s'attachant particulièrement aux équidés et du mégacéros et E.T. Newton aux oiseaux. Le mammouth, seul exemplaire de la collection Daleau, est étudié par L. Moisan (publié en 1994)[6].

Occupation préhistorique[modifier | modifier le code]

La première occupation de la grotte date du Moustérien, il y a plus de 80 000 ans. C'est vers 40 000 ans avant le présent que la voute du corridor extérieur s'effondre. L'accès se fait alors par des entrées latérales qui débouchent à gauche de la salle des gravures. L'étude des niveaux archéologiques qui recouvraient le décor pariétal confirme que c'est à l'Aurignacien que les gravures initialement mises en couleur (entre 37 000 et 32 000 ans avant le présent) doivent être attribuées. La grotte est abandonnée à la fin du Gravettien (vers 22 000 ans avant le présent) car le remplissage accumulé ne laisse plus d'espace pour une occupation humaine.


Gravures[modifier | modifier le code]

La grotte présente de nombreuses gravures pariétales : bouquetins, mammouths, bisons, chevaux et cervidés. Les représentations les plus remarquables sont[10] :

  • un cerf géant, le Mégalocéros, dont il n'existe qu'une dizaine de représentations connues ;
  • une grande gravure de cheval de 2,50 m de long, une des plus grandes gravures connues ;
  • deux chevaux avec la tête tournée vers l'arrière, dont le célèbre Agnus dei ; ces gravures expriment une remarquable idée de mouvement[10].

Le grand débat de l'art préhistorique[modifier | modifier le code]

A l'époque de la découverte de la grotte, les milieux intellectuels sont secoués depuis quelques dizaines d'années par le grand débat sur la réalité de l'art préhistorique, c'est-à-dire sur la capacité des humains préhistoriques à avoir intégré l'art dans leurs cultures. Les gravures de Pair-non-Pair permettent de clore le débat : enfouies comme elles l'étaient sous les dépôts préhistoriques, leur ancienneté ne fait pas de doute : elles sont antérieures au Solutréen[9]. Cette découverte permet d'affirmer la réalité de l'art préhistorique[10], qui jusque là n'était pas généralement admis dans les milieux scientifiques malgré quelques découvertes récentes par ailleurs.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Dalleau met au jour de nombreux outils et traces d'occupations humaines s'échelonnant du Moustérien au Gravettien. Il répertorie plus de 15 000 outils en silex, en os et en ivoire[10].

Parmi les pièces de mobilier trouvées dans la grotte, deux se démarquent particulièrement :

  • une pendeloque en ivoire sculptée représentant une cyprée ; et
  • une flûte taillée dans un os de gypaète barbu, un des rares instruments de musique préhistorique connu[10].

Les produits de ses fouilles qui n'ont pas été rejetés sont conservés au musée d'Aquitaine et au muséum d'histoire naturelle de Bordeaux.

Faune[modifier | modifier le code]

Les vestiges de faune, quelque 6 000 ossements animaux[10] trouvés par Daleau comprennent entre autres des équidés, un mégacéros et un mammouth[6].

Visites[modifier | modifier le code]

La grotte de Pair-non-Pair, monument national, propriété de l’État est ouverte au public toute l'année.

Afin d'assurer une conservation optimale des œuvres, le nombre de visiteurs est strictement limité et la réservation est obligatoire[11].

Le bâtiment d'accueil, réalisé par l'architecte bordelais Patrick Hernandez[10]., a été inauguré en 2008. Le choix des matériaux à la fois nobles et bruts (chêne brut, béton, verre, métal et cuivre pour la toiture) permet la parfaite intégration de cette architecture contemporaine dans son environnement. Ce lieu d'interprétation permet également, au travers de cloisons-vitrines, la découverte de vestiges authentiques (industries lithique et osseuse et faune) mis au jour sur le site de Pair-non-Pair et aux alentours, créant ainsi un espace d'accueil résolument moderne.

Protection[modifier | modifier le code]

C'est la première grotte de France achetée par l’État, et la première à être classée monument historique - le 20 décembre 1900[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Breuil 1952] Henri Breuil, 400 siècles d'art pariétal : les cavernes ornées de l'Âge du Renne, Montignac, Centre d’Études et de documentation préhistoriques, , 419 p. (présentation en ligne).
  • [Daleau 1881] François Daleau, « La grotte de Pair-non-Pair, commune de Marcamps (Gironde) », Annales du congrès de l'AFAS, Alger,‎ .
  • [Daleau 1896] François Daleau, « Les gravures sur rocher de la caverne de Pair-non-Pair (Gironde) », Société Archéologique de Bordeaux,‎ .
  • [Daleau 1902] François Daleau, « Gravures paléolithiques de la grotte de Pair-non-Pair, commune de Marcamps (Gironde) », Annales du Congrès de l'AFAS, Montauban,‎ .
  • [Cheynier 1963] André Cheynier, « La caverne de Pair-non-Pair, fouilles de François Daleau », Bulletin de la Société archéologique de Bordeaux,‎ .
  • [Clottes 2008] Jean Clottes, L'art des cavernes, éditions Phaidon, (présentation en ligne).
  • [Coffyn 1990] André Coffyn, « Aux origines de l'archéologie en Gironde : François Daleau (1845-1927) », Bulletin de la Société Archéologique de Bordeaux,‎ .
  • [Delluc & Delluc 1991] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, « Pair-non-Pair », Gallia Préhistoire, no : XXVIIIe suppl. « L'Art pariétal archaïque en Aquitaine »,‎ , p. 55-108.
  • [Delluc & Delluc 1997] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, « Dix observations graphiques sur la grotte ornée de Pair-non-Pair (Prignac-et-Marcamps, Gironde) », Bulletin de la Société Préhistorique française, no 94,‎ , p. 41-50 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Félix & Aubardier 2011] T. Félix et J-L. Aubardier, Préhistoire en Périgord, Quercy Charentes et Poitou, éd. Ouest-France, coll. « Itinéraires de découvertes », , 144 p. (présentation en ligne).
  • [Ferrier 1938] J. Ferrier (préf. M. A. Cabrol), La préhistoire en Gironde, Le Mans, impr. Monnoyer, , 336 p..
  • [Groenen 2016] Marc Groenen, L'art des grottes ornées du Paléolithique Supérieur - Voyages dans les espaces-limites, Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, , 304 p. (présentation en ligne).
  • [Leroi-Gourhan 1995] André Leroi-Gourhan, Préhistoire de l'art occidental, Paris, éd. Citadelles & Mazenod, coll. « L’Art et les grandes civilisations » (no 1), , 482 p. (présentation en ligne).
  • [Lenoir et al. 2006] Michel Lenoir, Alain Roussot, Brigitte Delluc, Gilles Delluc, Marc Martinez, Ségolène Loiseau et Nathalie Mémoire (préf. Philippe Madrelle, Denis Vialou), La grotte préhistorique de Pair-non-Pair, Bordeaux, éd. Société Archéologique de Bordeaux/ Conseil Général de la Gironde, coll. « Mémoires », , 118 p. (ISBN 2-908175-08-8).
    Cet ouvrage réunit un ensemble de textes qui font le point sur la recherche actuelle. Il comprend les chapitres suivants :
    • A. Roussot : « François Daleau et la saga de Pair-non-Pair » et « Les avatars d'une collection »
    • B. et G. Delluc : « Une grotte ornée »
    • M. Martinez et S. Loizeau : « Estampages, moulages et photographies », « Industries osseuses et inédits », « Datations des gravures »
    • M. Lenoir : « Description générale » et « Les industries lithiques »
    • N. Mémoire : « La faune préhistorique »
    • M. Martinez : « Pair-non-Pair aujourd'hui »
    • S. Loizeau et M. Martinez : « Notices biographiques »
  • [Mistrot et al. 2010] Vincent Mistrot (dir.), De Neandertal à l'Homme moderne, éd. Confluences, , 272 p. (présentation en ligne).
  • [Moisan 1994] Louis Moisan, « Historique, inventaire et étude des restes de Mammuthus primigenius de la grotte Pair-Non-Pair à Marcamps (Gironde) : collection Daleau du Museum d'Histoire Naturelle de Bordeaux », Paléo, no 6,‎ , p. 39-54 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Roussot 1991] A. Roussot, Gironde Préhistoire : paysages, hommes et industries des origines à l'âge du Bronze, Bordeaux, Conseil Général de la Gironde, , 192 p. (ISBN 2-907202-30-8).
  • [Sauvet et al. 2008] Georges Sauvet, Carole Fritz et Gilles Tosello, « Émergence et expansion de l'art aurignacien », Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. 63,‎ , p. 33-46 (lire en ligne [PDF] sur creap.fr, consulté le 30 novembre 2020).
  • [Sonneville-Bordes 1972] Denise de Sonneville-Bordes, La préhistoire moderne, éd. P. Fanlac, , 140 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c La carte IGN ne montre pas d'endroit nommé « Laborde » à proximité. Il y a un château Labarde à 1 500 m au nord-ouest de la grotte[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Caverne à peintures dite de Pair-non-Pair », notice no PA00083683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Site du centre des monuments nationaux Grotte de Pair-non-pair
  3. a et b « Grotte de Pair-non-Pair sur Prignac-et-Marcamps, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  4. a b c d e f g et h Delluc & Delluc 19, p. 41.
  5. « Grotte de Pair-non-Pair sur Prignac-et-Marcamps, carte interactive » sur Géoportail. Couche « Géologie » activée.
  6. a b et c Moisan 1994, p. 39.
  7. Moisan 1994, p. 40.
  8. [David & Malvesin-Fabre 1950] P. David et G. Malvesin-Fabre, « Une interprétation nouvelle pour une gravure de Pair-non-Pair », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 47, nos 3-4,‎ , p. 139-141 (présentation en ligne).
  9. a et b Delluc & Delluc 19, p. 42.
  10. a b c d e f g et h Marc Martinez (ministère de la culture, responsable de la grotte de Pair-non-Pair), « Pair-non-Pair, une grotte ornée exceptionnelle », L'Estuarien, no 19 « 2007, année Vauban »,‎ , p. 15-16 (lire en ligne [sur fr.calameo.com], consulté le 30 novembre 2020).
  11. Grotte de Pair-non-Pair, site officiel.