Caverne des horreurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caverne des horreurs
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 31° 25′ 57″ nord, 35° 20′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Caverne des horreurs
Caverne des horreurs

La Caverne des horreurs (en hébreu Ma'arat Ha'Eimim מערת האימה) ou Grotte des horreurs est une grotte située près de la source du Nahal Hever, un cours d'eau du désert de Judée qui naît dans le secteur de Yatta, à proximité de Hébron et se jette dans la Mer morte.

Dans cette grotte (ainsi que dans la « grotte aux lettres » située un peu plus bas), d'importantes découvertes archéologiques ont été faites, et notamment des documents en rapport avec la révolte de Bar Kokhba (132 - 136).

Description[modifier | modifier le code]

La grotte est située sur la falaise qui forme la rive sud du Nahal Hever. Elle a été appelée caverne des horreurs à cause de dix-huit crânes et squelettes qui y ont été découverts[1], qui à part deux hommes adultes, appartenaient tous à des femmes et des enfants (huit femmes adultes, un jeune garçon, une jeune fille et six enfants dont le sexe n'a pas été déterminé). Ceux-ci datent de la révolte de Bar Kokhba et appartiennent à des familles de combattants, mortes à cet endroit alors qu'elles y étaient assiégées. Ces grottes ont été utilisées comme cachette par les rebelles juifs pendant la révolte de Bar-Kokhba contre les Romains. Les restes de petits camps romains ont également été retrouvés sur le sommet de la falaise au-dessus de chacune des grottes. La forme de leur construction est semblable aux camps du siège romain de Massada, une zone fermée par une clôture, avec des bases rectangulaires et rondes pour les tentes, des traces de fours et d'autres éléments typiques d'un camp romain.

Les sites de ces deux grottes ont été découverts en 1953 en utilisant une longue échelle de corde de 100 mètres. Elles ont été systématiquement explorées de 1960 à 1961 par Yigaël Yadin. Les papyrus ont été publiés en deux volumes, en grec en 1989, puis en hébreu et en araméen en 1991[2].

On y a aussi retrouvé un important rouleau des Douze prophètes en grec daté du tournant de l'ère commune[1]. Le texte reflète un essai de révision de la première traduction grecque en fonction d'un modèle hébraïque proche du futur texte massorétique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c André Paul, La Bible avant la Bible, Paris, éd. du Cerf, 2005, p. 120.
  2. International Review of Biblical Studies Page 251 Bernhard Lang - 2003 "The Documents from the Bar Kokhba Period in the Cave of Letters: Hebrew, Aramaic and Nabatean-Aramaic Papyri The editic) princeps of the Nahal Hever papyri papyri dating from the early 2nd century CE - is in two parts: the Greek papyri ..."

Voir aussi[modifier | modifier le code]