Grotte de Bockstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte de Bockstein
Blick aus der Bocksteinhöhle ins Lonetal.jpg
Vue de l'intérieur et de l'entrée de la grotte de Bockstein.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Jura souabe
Massif de Bockstein
Vallée
Localité voisine
Rammingen, entre les communes d'Herbrechtingen et de Öllingen
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
Plus de 495 m[1]
10 m au-dessus de la vallée de la Line[2],[3]
Longueur connue
15,7 m[4]
Période de formation
Cours d'eau
Occupation humaine
Statut patrimonial
Localisation sur la carte d’Allemagne
voir sur la carte d’Allemagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Bade-Wurtemberg
voir sur la carte du Bade-Wurtemberg
Red pog.svg

La grotte de Bockstein est un site préhistorique localisé sur le territoire de Rammingen, une ville située entre les communes d'Herbrechtingen et de Öllingen, au sein de la vallée de la Lone dans le Land du Bade-Wurtemberg, en Allemagne[9],[4],[3]. Son entrée est désignée sous le terme Bocksteintörle[2],[10].

La grotte de Bockstein, creusée dans des roches de type karstique[11],[12],[13], est établie dans le massif éponyme de Bockstein[4],[14],[15]. Au sein de cette formation rocheuse, plusieurs autres sites préhistoriques ont été mis au jour, dont celui de Bocksteinschmiede et de Bocksteinloch[4],[16],[17],[18],[11].

La grotte fait l'objet de premières fouilles en 1879[7],[11], puis en 1883 et 1884, par Ludwig Bürger et Friedrich Losch (de)[18],[19],[1]. Une campagne de fouilles est ensuite conduite au sein de la cavité préhistorique en 1908 par Robert Rudolf Schmidt[18],[19].

L'industrie lithique issue de la grotte est, entre autres, caractérisée par la présence de Bocksteinmesser, un type de biface assymétrique, à dos, ayant une section est de forme triangulaire et conçu au Micoquien[20],[21],[22].

L'occupation de la caverne, commence il y a environ 60 000 années AP, au Paléolithique moyen, avec les hommes de Néandertal[14],[4]. Le site préhistorique est ensuite utilisé au Paléolithique supérieur, durant les époques aurignacienne et magdalénienne[4].

En 2017, la grotte de Bockstein a été désignée par l'UNESCO pour faire partie de l'une des six cavités inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité du bien culturel intitulé « Grottes et art de la période glaciaire dans le Jura souabe »[9],[23],[3].

Contexte géographique et topographique[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Caractéristiques et description[modifier | modifier le code]

Historique des découvertes et fouilles[modifier | modifier le code]

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

Horizons culturels[modifier | modifier le code]

Occupation de la grotte[modifier | modifier le code]

Assemblage faunique[modifier | modifier le code]

Mise en valeur du site et muséographie[modifier | modifier le code]

Autres sites préhistoriques dans le massif de Bockstein[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Heidenreich et Meister 2017, p. 91.
  2. a et b (de) « Sechs Höhlen in zwei Tälern », sur le site Ice Age Art, service des monuments historiques du Bade-Wurtemberg (consulté le 9 avril 2019).
  3. a b et c (de) « Bocksteinhöhle, Rammingen », sur le site du géoparc du Jura souabe (consulté le 6 avril 2019).
  4. a b c d e f et g (de) « Bockstein (Rammingen - Lonetal ADK) », sur le site du musée préhistorique de Blaubeuren (URMU) (consulté le 7 avril 2019).
  5. Heidenreich et Meister 2017, p. 43-50.
  6. André Leroi-Gourhan et José Garanger, « Le Gravettien en Europe centrale et orientale », dans André Leroi-Gourhan et José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », , 848 p. (lire en ligne).
  7. a et b Collectif - Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe » [PDF], sur le site de l'UNESCO, Comité du patrimoine mondial (consulté le 22 décembre 2017).
  8. « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe : Description », sur UNESCO.org, (consulté le 31 décembre 2017).
  9. a et b (de) Klaus Dammann, « Unesco-Welterbe : Die Eiszeithöhlen im Überblick », Suedwester Presse, Kreis Heidenheim,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  10. (en) « Caves with oldest art in Ice Age : Executive summary » [PDF], sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 22 décembre 2017).
  11. a b et c (en) Alvise Barbieri, Carsten Leven, Michael Toffolo et al., « Bridging prehistoric caves with buried landscapes in the Swabian Jura (southwestern Germany) », Quaternary International,‎ (DOI 10.1016/j.quaint.2017.08.002, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2018).
  12. (de) « UNESCO zeichnet Höhlen und Eiszeitkunst in Baden-Württemberg als Welterbe aus », Mitteilungen des Verbandes der deutschen Höhlen- und Karstforscher e.V., vol. 63, no 3,‎ (ISSN 0505-2211, lire en ligne [PDF], consulté le 8 avril 2019).
  13. Heidenreich et Meister 2017.
  14. a et b (de) « Bockstein (Lonetal) », sur le site du museum pré- et protohistorique de Blaubeuren (consulté le 6 avril 2019).
  15. Wetzel 1954, p. 110.
  16. (en) Sibylle Wolf et al., chap. 6 « Weaponry of the Swabian Jura », dans Michelle C. Langley, Osseous Projectile Weaponry : Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Springer, , 257 p. (lire en ligne).
  17. Delporte 1997, p. 134.
  18. a b et c Wetzel 1954, p. 111.
  19. a et b Bolus 2015, p. 33.
  20. Delpech Françoise et Geneste Jean-Michel, « Les industries antérieures à la dernière glaciation en Aquitaine septentrionale », Paléo,‎ supplément,1995, p. 133-163 (DOI doi.org/10.3406/pal.1995.1391, lire en ligne, consulté le 11 avril 2019).
  21. Wetzel 1954.
  22. Ringer Árpád, « Les industries à pièces foliacées en Europe centrale : proposition de synthèse. », Paléo,‎ , p. 15-18 (DOI doi.org/10.3406/pal.1995.1373, lire en ligne, consulté le 11 avril 2019).
  23. « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe : Description », sur UNESCO, (consulté le 31 décembre 2017).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise de Sonneville-Bordes, « Faciès germanique de l'Aurignacien typique. », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, t. 68, no 1,‎ , p. 9-14 (DOI 10.3406/bspf.1971.4288, lire en ligne, consulté le 2 janvier 2017).
  • (de + en) Ulrich Lehmann, « Vogelherd und Bocksteinschmiede im Lonetal », E&G – Quaternary Science Journal, vol. 4-5, no 1,‎ , p. 142-146 (lire en ligne [PDF], consulté le 7 mars 2019).
  • (de + en + fr) Robert Wetzel, « Quartärforschung im Lonetal », Quaternary, Tübingen, vol. 106, nos 4-5,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 29 décembre 2018). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de + en + fr) Robert Wetzel, « Datierungsfragen am Bockstein », E&G Quaternary Science, Tübingen, vol. 8, no 1,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 8 avril 2019).
  • (en) Michael Bolus, « The Swabian Jura : History of Research and the Aurignacian of the Sites in the Swabian Jura », dans Nuria Sanz, Human origin sites and the World Heritage Convention in Eurasia, vol. 41, publications de l'UNESCO, , 166 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Alvise Barbieri, Carsten Leven, Michael Toffolo et al., « Bridging prehistoric caves with buried landscapes in the Swabian Jura (southwestern Germany) », Quaternary International,‎ (DOI 10.1016/j.quaint.2017.08.002, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2018). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nicholas J. Conard, « The demise of the Neandertal Cultural Niche and the beginning of the Upper Paleolitic in the Southwestern Germany », dans Nicholas J. Conard et Jürgen Richter, Neanderthal Lifeways, Subsistence and Technology : One Hundred Fifty Years of Neanderthal Study, Springer Science & Business Media, , 293 p. (lire en ligne), pages 223 à fin chapitre.
  • (en) Nicholas J. Conard et Michael Bolus, « The Swabian Aurignacian and its place in European Prehistory », dans Ofar Bar-Yosef et Joao Zilhão (dirs.), Toward a Definition of the Aurignacian, vol. 45, Lisbonne, Instituto Português de Arqueologia, coll. « Trabalhos de Arcqueologia », (lire en ligne [PDF]), p. 209-237.
  • (de) Nicholas J. Conard, Michael Bolus, Ewa Dutkiewicz et al., Eiszeitarchäologie auf der Schwäbischen Alb. Die Fundstellen im Ach- und Lonetal und deren Umgebung, Tübingen, Kerns Verlag, (ISBN 978-3-935751-24-7, lire en ligne).
  • (en) Fiona Coward, Robert Hosfield, Matt Pope et Francis Wenban-Smith, « The Early Upper Paleolitic and the art of Central Europe. », dans Fiona Coward, Robert Hosfield, Matt Pope, Francis Wenban-Smith, Settlement, Society and Cognition in Human Evolution, Cambridge University Press, , 448 p. (lire en ligne).
  • (de) Klaus Dammann, « Unesco-Welterbe : Die Eiszeithöhlen im Überblick », Suedwester Presse, Kreis Heidenheim,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Stephan M. Heidenreich et Conny Meister, UNESCO Welterbe Höhlen und Eiszeitkunst der Schwäbischen Alb, Land Baden-Württemberg, Landesamt für Denkmalpflege, , 3e éd., 159 p. (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Delporte, Les Aurignaciens, premiers hommes modernes : de -40.000 à -25.000 ans, FenixX - La Maison des Roches, coll. « Histoire de la France préhistorique », (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]