Abri du Lagopède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Grottes d'Arcy-sur-Cure.
Abri du Lagopède
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Cours d'eau
Occupation humaine
Statut patrimonial

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Yonne

(Voir situation sur carte : Yonne)
Point carte.svg

L'abri du Lagopède est l'une des cavités du site des grottes d'Arcy-sur-Cure dans le département français de l'Yonne, en région Bourgogne-Franche-Comté (anciennement région Bourgogne).

Malgré le lessivage dû à l'érosion suite à l'effondrement du porche, l'abri reste un gisement magdalénien intéressant : son analyse paléopalynologique par Arlette Leroi-Gourhan permet de comparer pour la première fois les trois derniers interstades würmiens de Paudorf, de Lascaux et de Bölling.

Situation[modifier | modifier le code]

Les grottes d'Arcy-sur-Cure sont à environ 180 km au sud-est de Paris à vol d'oiseau, dans le sud du département de l'Yonne entre Auxerre et Avallon, à 1,3 km au sud d'Arcy-sur-Cure (2 km par la route) et à moins de 10 km au nord du parc naturel régional du Morvan. Elles se trouvent dans le dernier grand méandre que fait la Cure juste après que cette rivière sorte du massif du Morvan. À cet endroit, la Cure est à environ 122 m d'altitude[2].

D'amont en aval, l'abri du Lagopède est l'avant-dernière cavité située sur le versant sud du massif corallien contourné côté Est par le méandre de la Cure. Il est à environ 200 m en amont de la Grande grotte[N 1]. D'après les Leroi-Gourhan son entrée est à 9 m au-dessus du cours d'eau[3], ce qui lui donne une altitude d'environ 130 à 132 m. La carte établie par Liliane Meignen en 1959, donne une hauteur juste en-dessous de 150 m d'altitude et donc à presque 30 m au-dessus du niveau actuel de la Cure[N 1] ; ceci est probablement dû à une exécution schématique car pendant le Quaternaire (les 2,58 derniers millions d'années) seules les grottes basses - celles dont l'ouverture est située de 0 m à 6 m au-dessus du niveau actuel de la rivière - auraient été utilisées[4]. Cependant l'abri est la plus élevée des cavités de l'ensemble d'Arcy[Sc 1].

Description[modifier | modifier le code]

L'abri est constitué d'une simple baume[4] (apparenté à un abri sous roche). Son seuil, très étroit, est orienté plein sud[2],[N 1] et surplombe la rivière par une très forte pente[3]. La partie frontale de l'abri a été érodée, ne laissant que le fond de la cavité originelle[Sc 1].

Il est creusé dans la couche de calcaire en plaquettes[Sc 1] (pour plus de détails sur la géologie locale, voir l'article principal « Grottes d'Arcy-sur-Cure »).

Découverte et fouilles[modifier | modifier le code]

L'abri a été découvert en 1962[5].

Conjointement, Arlette Leroi-Gourhan (pionnière de la paléopalynologie) et André Leroi-Gourhan (archéoethnologue) ouvrent en 1962 un chantier de fouilles à l'abri du Lagopède[6], jusqu'en 1963[Sc 2].

Il est étudié de nouveau[7] en 1992 après la découverte des peintures dans la Grande grotte et la mise en place subséquente d'une équipe de recherche pour l'ensemble du site. Cette étude reprend les notes et le matériel laissé par les Leroi-Gourhan et leur équipe[Sc 2].

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

C'est le site le plus récent rencontré dans le Paléolithique d'Arcy (11 000-10 000 BC), et celui qui s'est avéré le moins riche car la partie antérieure a été emportée par l'érosion[5].

Malgré le lessivage dû à l'érosion suite à cet effondrement[8], quelques pièces intéressantes ont permis de dater l'ensemble[6] et l'abri reste un gisement magdalénien intéressant : son analyse paléopalynologique a fourni aux Leroi-Gourhan la possibilité de comparer pour la première fois les interstades de Paudorf (28 750 à 25 950 ans BP), de Lascaux (16 950 à 16 000 ans BP) et de Bölling (13 950 à 12 750 ans BP)[8],[9],[N 2].

Les remplissages[N 3] successifs ont révélé des foyers depuis 0,85 cm de profondeur, consistant en des pierres rougies par le feu groupées en divers endroits ; de très nombreux éclats de silex entre 0,76 et 0,53 cm de profondeur ; et le dernier éclat en date, trouvé à 0,30 cm de profondeur, était accompagné d'une côte et de dents de renne. Les Leroi-Gourhan ont arrêté l'étude de la fouille à ce niveau car l'analyse paléopalynologique des couches supérieures, proches de la surface, a montré une certaine pollution : les courbes de toutes les plantes y sont légèrement décalées par rapport aux couches sous-jacentes[10].

Les fouilles de 1992, plus complètes, ont mis à jour 8 couches de remplissage[N 3] :

  • A : humus brun (132 m d'altitude).
  • B : sol brun lessivé à plaquettes et cailloutis calcaires organisés selon un pendage oblique qui correspond à un cône d'éboulis[Sc 1]. Ce cône est attribué au début de l'Alleröd. Son sommet a été aplani et sa partie externe décapée : l'intérieur a été conservé grâce aux dépôts de calcite[Sc 3].
  • C : plaquettes calcaires dans un sédiment meuble couleur terre de Sienne. Très épaisse vers le fond, cette couche s'amincit vers l'entrée en même temps que son pendage devient plus important[Sc 1]. Elle contient des vestiges magdaléniens et est divisée en trois horizons :
    • C1, contenant l'essentiel de la faune et de l'industrie lithique. Les restes de faune sont localisés près de la paroi ;
    • C2, avec la même industrie lithique qu'en C1 mais où les restes de faune sont moins nombreux ;
    • C3, livrant un sol avec un foyer, de petits cailloux rougis et des pierres brûlées sur une surface d'environ 60 cm de diamètre, associé à des outils et une faune peu nombreux[Sc 4].
  • D : cette couche est faite de plaquettes calcaires et de blocs provenant de la désagrégation du porche (plafond écroulé)[Sc 5]. Elle n'est présente que vers le fond de l'abri (ce qui fait que la couche C3 sus-jacente est en contact avec la couche E sous-jacente). Assez plate vers l'arrière, son bord vers l'avant forme un talus[Sc 6] à l'aplomb du bord de l'auvent de l'époque[Sc 3]. Elle contient les premiers vestiges magdaléniens du site[Sc 7].
  • E : plaquettes calcaires dans une terre brune[Sc 6]. Avec ses restes d'animaux peu nombreux, correspond mieux à un épisode de pédogenèse qu'à un sol d'habitat[Sc 3].
  • F : plaquettes calcaires dans des sédiments légers couleur terre de Sienne. Cette couche est déposée selon un pendage très incliné.
  • G : argile brune compacte à plaquettes calcaires. Cette couche tapisse le fond de l'abri, remontant le long de la paroi jusqu'à la couche C : les quatre couches sus-jacentes F, E, D et une partie de C ne touchent donc pas la paroi du fond mais s'appuient sur cette couche G.
  • H : argile brune compacte à cailloutis calcaire à une profondeur de 2,30 m, au pendage très incliné, épaisse de 70 cm et dont la surface a été érodée.
  • et la paroi rocheuse sous-jacente[Sc 6].

Faune[modifier | modifier le code]

Considérant l'ensemble de la stratigraphie de l'abri, la faune est généralement pauvre mais relativement variée[Sc 6].

  • couche A : elle n'a pas livré de faune[Sc 8].
  • couche B : elle n'a fourni que quelques esquilles[Sc 8].
  • la couche C1 contient pour oiseaux le faucon crécerelle et le grand gravelot[Sc 6],[Sc 9],[Sc 10]. Pour les mammifères elle contient deux maxillaires inférieurs de renard polaire[Sc 11] - qui pourraient correspondre avec les deux dents de la même espèce trouvés en C2 -[Sc 9], du renard roux (deux maxillaires supérieurs et une phalange)[Sc 11], du lièvre[Sc 9] (4 pièces)[Sc 8], du cheval[Sc 9] (33 pièces[Sc 11], 52,3 %[Sc 10]) et du renne (22 pièces[Sc 9], 33,3 %[Sc 10]), sans bois ni crâne, dont un jeune de 15 à 22 mois mort entre septembre et mars[Sc 9].
  • couche C2 : contient du renard polaire[Sc 6], du renard roux, du lièvre[Sc 12] (4 pièces)[Sc 8] et six fragments de cheval[Sc 13],[Sc 11] - pas de renne semble-t-il[Sc 9]. Les deux dents de renard polaire ont pu s'insérer dans ce niveau par une fente mais appartiennent probablement à l'individu de la couche C1.
  • La couche C3 contient 67 fragments dont une côte, des parties de renne (patte arrière[Sc 12], 3 pièces[Sc 9]), de cheval (4 pièces[Sc 11]), de renard[Sc 12] (paire de maxillaires inférieur et supérieur, fémur, 3 pièces[Sc 11]), du lièvre (4 pièces)[Sc 8].
  • La couche D contient 52 fragments, parmi lesquels pour le renne seulement une côte et deux vertèbres, et pour le cheval seulement un humérus antérieur et un métatarsien et 2e phalange[Sc 12]. Le renard est présent (un humérus distal, deux fémurs distals)[Sc 11] ainsi que le lièvre (13 pièces)[Sc 8].
  • La couche E contient seulement quatre vestiges : 3 fragments de renne dont un humérus proximal, un radius proximal et un fémur distal, et une phalange de lièvre[Sc 12],[Sc 8].
  • Pour les couches F, G et H, Schmider et al. signalent seulement que le fond du sondage est pauvre en faune[Sc 12].

Palynologie[modifier | modifier le code]

La séquence archéologique de l'abri se termine au début de l'oscillation (ou interstade) d'Alleröd[11],[N 2].

Depuis l'interstade de Bölling, les pollens d'arbres thermophiles sont continuellement présents dans les couches de remplissage - en particulier le noisetier qui, notamment, montre une très nette expansion dans les niveaux supérieurs du remplissage (vers la fin de l'occupation de l'abri). Cette expansion correspond au tout début de l'interstade d'Alleröd[10]. Il est possible que l'abri ait été utilisé comme halte de chasse à une période du Magdalénien[12].

Les couches G et H correspondent à l'interstade de Lascaux, c'est-à-dire à la fin du Pléniglaciaire supérieur, avec un climat tempéré et humide. L'argile de ces couches peut venir soit du ruissellement depuis les terrains du Tertiaire à la surface du plateau[Sc 3], soit de la dissolution du calcaire[Sc 6], soit de la formation d'un sol dans l'abri.

Les couches F, D et C correspondent au Dryas II, période froide, avec les plaquettes montrant des signes d'enfouissement rapide : elles sont peu érodées et peu emballées voire pratiquement libres de tout enrobage[Sc 3].

Il y a encore peu d'arbres pour couche D, mais dans les fonds de vallée les graminées dominent et s'y trouve même du noisetier : les vestiges de chevaux sont de loin les plus nombreux parmi la rare faune de cette couche ; tandis que sur les plateaux la steppe est encore présente et les rennes s'y trouvent de préférence[Sc 7]. C'est l'annonce de l'interstade de Bölling : en effet ce dernier est précédé d'un léger réchauffement entre 14 850 et 13 950 ans BP[8].
La couche D contient aussi des vestiges de renard polaire, à qui cet environnement mixte convenait au mieux[Sc 7].

Occupation humaine[modifier | modifier le code]

L'abri est l'une des grottes d'Arcy-sur-Cure ayant abrité une occupation humaine[N 4]. Les Magdaléniens ont utilisé l'abri du Lagopède entre environ 10 600 et 9 600 BC, et y ont établi des foyers sur environ 400 ans entre environ 10 100 et 9 700 BC.

Les premiers signes de fréquentation humaine sont du débitage de pierre dans la couche D, à une profondeur entre 0,60 et 0,53 cm[Sc 7] ; la concentration d'éclats de silex est la plus forte entre -0,76 cm et -0,53 cm[10]. Le premier passage des Magdaléniens dans cet abri est relativement court, et ne laisse des vestiges que sur environ 25 cm² : un petit amas de produits lithiques résultant du débitage d'un seul nucléus, avec les éclats laissés sur place et les lames emportées. Hormis un petit polissoir un peu à l'écart, ces vestiges sont les seuls laissés dans cette couche[Sc 5].
Cette couche n'inclut pas de foyer.

Les vestiges d'industrie humaine de la couche C couvrent environ 6 m2[Sc 5]. Ils incluent un foyer, plus précisément dans la couche C3 qui correspond à la période juste après les grandes steppes du maximum froid du Dryas.

Avec les grottes du Renne et du Loup, elles aussi découvertes relativement récemment et dont les fouilles ont également suivi une technique rigoureuse, l'abri du Lagopède montre l'organisation de l'espace pour les occupations successives : sols aplanis, espace de vie régulièrement nettoyé ; les débris rejetés à l'extérieur forment un dépotoir important[7].

Le climat de la période d'occupation humaine de l'abri est humide et froid[10].

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

L'étroitesse de son seuil ne permettant pas de se servir de l'abri comme habitation permanente, seule une petite quantité d'outils y a été trouvée[3]. Toutefois, comme indiqué plus haut, le seuil de l'abri a livré nombre d'éclats de silex[10].

Les cinq fragments d'une longue lame de silex ont été retrouvés, qui racontent une longue histoire. Tout d'abord, ce silex provient de terrains de l'Eocène (Tertiaire) situés à quelque 100 km au minimum au nord d'Arcy. Il a été taillé en longue lame, avant ou après son arrivée à Arcy. Puis elle a été transformée en bec[N 5]. La partie distale[N 6] s'est cassée, sans que l'on puisse déterminer si cette fracture s'est faite avant ou après la transformation de la lame en bec - ni avant ou après son arrivée à Arcy. Un burin est alors fabriqué sur la cassure de la partie mésio-distale de la lame-bec. Puis nouvelle cassure se produit, dans la partie mésiale (vers le milieu de la lame originelle). Restent le fragment proximal, qui est aménagé en bec par des retouches sur les côtés ; et le fragment mésio-distal, qui est utilisé pour fabriquer un burin au niveau de cette dernière cassure. Le burin est de nouveau cassé lors d'un ravivage ; la partie distale est travaillée pour former une troncature profonde inverse, dont le déchet a disparu. Un second avivage est réalisé, dont il reste le déchet ; et un troisième avivage, dont le déchet a aussi disparu[13].

Protection[modifier | modifier le code]

Il est l'une des seize[N 7] cavités, grottes et galerie du site d'Arcy conjointement inscrites comme Monument historique en 1992[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (1964) Arlette Leroi-Gourhan et André Leroi-Gourhan, « Chronologie des grottes d'Arcy-sur-Cure (Yonne) », Gallia Préhistoire, t. 7,‎ 1964, p. 1-64 (DOI 10.3406/galip.1964.1238, lire en ligne).
  • (1997) Dominique Baffier et Michel Girard, « Le karst d'Arcy-sur-Cure (Yonne) et ses occupations humaines paléolithiques », Quaternaire, vol. 8, nos 2-3,‎ 1997, p. 245-255 (lire en ligne).
  • (2003) Jean-Claude Liger, « Première percée hydrogéologique du massif corallien d’Arcy-sur-Cure », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 92,‎ , p. 31-38 (ISSN 0249-0544, lire en ligne [PDF]).
  • (2005) F. David, N. Connet, M. Girard, J.-Cl. Miskovsky, C. Mourer-Chauviré et A. Roblin-Jouve, « Les niveaux du Paléolithique supérieur à la grotte du Bison (Arcy-sur-Cure, Yonne) : couches a à d », Revue archéologique de l’Est (RAE), vol. 54, no 176,‎ 2005 (lire en ligne). (Les pages citées correspondent aux paragraphes de l'article.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pour les schémas et cartes succinctes montrant les emplacements respectifs des différentes grottes, voir :
    • Meignen 1959 (carte établie par Liliane Meignen en 1959, montrant les emplacements des 14 principales cavités au sud du massif corallien depuis les Goulettes (amont) jusqu'à la grande Grotte (aval) - manquent celles au nord du massif, soit les Nomades, l'Égouttoir, le Moulinot et Barbe Bleue. Cité dans David et al. 2005, p. 2) ;
    • Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 2 (montre le développement des grottes entre la grotte du Lion et l'abri du Lagopède) ;
    • Liger 2003, p. 33 (montre un plan général du massif, y compris les emplacements de l'Égouttoir, de Moulinot et de Barbe-Bleue au nord du massif corallien, et quatre grottes au sud du massif. L'abri du lagopède n'apparaît pas.)
  2. a et b Pour les interstades de la glaciation de Würm (interstade d'Hengelo-les Cottés, interstade d'Arcy, interstade de Kesselt, interstade de Paudorf, interstade de Lascaux, interstade de Bölling), voir l'article de cette glaciation, section interstades.
  3. a et b Les remplissages, du point de vue archéologique, sont l'accumulation de dépôts formant le sol qui recouvre la roche sous-jacente ; ils sont composés de couches de terre, graviers et autres matériaux naturels. Ils peuvent contenir ou non des objets issus de l'industrie humaine. Leur analyse paléopalynologique, commencée par Arlette Leroi-Gourhan dans les années 1950, est précieuse pour la détermination des variations climatiques de l'ensemble de la préhistoire.
  4. Les grottes ayant abrité une occupation humaine à Arcy-sur-Cure sont les grottes du Loup, de la Hyène, du Cheval, du Bison, du Lion, du Renne et l'abri du Lagopède. Ces grottes ont été occupées à des époques différentes, selon leurs positions respectives dans la falaise et selon les remplissages successifs. Voir Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 1.
  5. Un « bec » est ici un outil en pierre muni d'une pointe plus ou moins effilée ou trapue.
  6. La parie distale est la partie la plus pointue de l'outil.
  7. Seize des cavités, grottes et galerie du site d'Arcy sont conjointement inscrites comme Monument historique depuis 1992 : Grande grotte, abri du Lagopède, grotte du Cheval, grotte de l'Hyène, grotte du Trilobite, grotte des Ours, grotte du Renne et la galerie Schoepflin, grotte du Bison, grotte du Loup, grotte du Lion, grotte des Fées, grotte des Deux Cours, Petit et Grand Abri, grotte des Goulettes. Voir « Grottes préhistoriques », notice no PA00113981, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Références[modifier | modifier le code]

  • (1995) Béatrice Schmider, Boris Valentin, Dominique Baffier, Francine David, Michèle Julien, Arlette Leroi-Gourhan, Cécile Mourer-Chauviré, Thérèse Poulain, Annie Roblin-Jouve et Yvette Taborin, L'abri du Lagopède (fouilles Leroi-Gourhan) et le Magdalénien des grottes de la Cure (Yonne), vol. 37, Gallia Préhistoire, 1995 (lire en ligne), chap. 37, p. 55-114.
  1. a, b, c, d et e Schmider et al. 1995, p. 57.
  2. a et b Schmider et al. 1995, p. 56.
  3. a, b, c, d et e Schmider et al. 1995, p. 59.
  4. Schmider et al. 1995, p. 63.
  5. a, b et c Schmider et al. 1995, p. 62.
  6. a, b, c, d, e, f et g Schmider et al. 1995, p. 58.
  7. a, b, c et d Schmider et al. 1995, p. 61.
  8. a, b, c, d, e, f et g Schmider et al. 1995, p. 70.
  9. a, b, c, d, e, f, g et h Schmider et al. 1995, p. 67.
  10. a, b et c Schmider et al. 1995, p. 67.
  11. a, b, c, d, e, f et g Schmider et al. 1995, p. 68.
  12. a, b, c, d, e et f Schmider et al. 1995, p. 64.
  13. Schmider et al. 1995, p. 65.
Autres références
  1. a et b « Grottes préhistoriques », notice no PA00113981, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b Abri du Lagopède à Arcy-sur-Cure, carte interactive sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  3. a, b et c Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 14.
  4. a et b Baffier & Girard 1997, p. 246.
  5. a et b Yves Durand, « Un fragment de mâchoire retrouvé dans la grotte du Bison à Arcy-sur-Cure », Revue de presse - article dans L'Yonne républicaine, sur scchablis.com, (consulté le 30 avril 2018).
  6. a et b Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 3.
  7. a et b Baffier & Girard 1997, p. 249.
  8. a, b et c Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 17.
  9. Arlette Leroi-Gourhan, « Les analyses polliniques sur les sédiments des grottes », Quaternaire, vol. 2, no 2,‎ , p. 145-152 (lire en ligne), p. 149.
  10. a, b, c, d et e Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 20.
  11. Arl. et A. Leroi-Gourhan 1964, p. 16.
  12. Baffier & Girard 1997, p. 250.
  13. Boris Valentin, Jalons pour une paléohistoire des derniers chasseurs, XIVe-VIe millénaire avant J.C., Publications de la Sorbonne, (lire en ligne), p. 52.