Warratyi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Warratyi
Localisation
Pays Drapeau de l'Australie Australie
État Australie-Méridionale
Coordonnées 30° 35′ 32″ sud, 138° 57′ 33″ est

Géolocalisation sur la carte : Australie-Méridionale

(Voir situation sur carte : Australie-Méridionale)
Warratyi
Warratyi

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
Warratyi
Warratyi

Warratyi est le site d’un abri sous roche préhistorique dans la chaîne de Flinders dans l’État d’Australie-Méridionale. Situé à environ 500 kilomètres d'Adélaïde et à 200 kilomètres environ à l’intérieur des terres, il a été identifié comme le site d’habitation humaine le plus ancien que l’on a découvert à ce jour à l’intérieur de l’Australie[1].

Les chercheurs ont trouvé des milliers d’objets fabriqués et des fragments d’os, ce qui leur a permis de dater l’occupation de l’abri à plusieurs époques distinctes comprises entre 49 000 et 10 000 ans avant notre ère. Ces découvertes révèlent la plus ancienne fabrication d'outils en os et en pierre en Australie, ainsi que l’utilisation de l’ocre et l’interaction des habitants avec la mégafaune, telle que le Diprotodon.

Découverte[modifier | modifier le code]

Le site est situé dans les terres ancestrales des Adyamathanha (en), communauté indigène. Il se trouve dans une gorge à l'extrémité sud du bassin du lac Eyre dans la chaîne de Flinders du nord[2].

Clifford Coulthard, un doyen des Adnyamathanha, et Giles Hamm, un archéologue de l’université de La Trobe, l’ont découvert pendant un voyage d’exploration dans la chaîne de Flinders[3].

Les deux hommes ont trouvé une source d’eau entourée par de l’art rupestre, avec une fissure noircie par la suie à proximité[2]. Ils se sont rendu compte tout de suite que la fissure avait été employée comme un abri[3]. La fissure se trouve à environ 20 mètres au-dessus d’un ruisseau asséché. Elle fait à peu près 10 mètres de large et 4 mètres de profondeur[2].

Objets trouvés[modifier | modifier le code]

Entre 2011 et 2014 une équipe de chercheurs dirigée par Hamm a creusé l’abri jusqu’à un mètre de profondeur. On y a trouvé plus de 4 300 objets, y compris des morceaux d’os de seize espèces de mammifères et d’un reptile[3], et, de plus, des œufs d’émeu et d’un oiseau géant éteint, Genyornis newtoni[4].

Parmi les restes d’animaux il y avait les os d’un Diprotodon, animal ressemblant à un wombat mais de la taille d’un rhinocéros, que l’on a probablement tué et apporté à l’abri pour le cuire et le manger[3]. La plupart des os sont probablement d’une seule espèce, le pétrogale à pied jaune[1].

Les artéfacts comprennent des morceaux de pigment de gypse, des outils à manche et de pierre, et des aiguilles en os, y compris le plus ancien outil en os retrouvé en Australie jusqu’à présent. L’abri fournit des preuves de l’utilisation la plus ancienne de l’ocre en Australie et en Asie du Sud-Est[1]. Il est possible que des bouts de matière fibreuse trouvés sur le site soient des restes de filets utilisés pour prendre au piège les pétrogales rapides[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

On effectue la datation avec une combinaison de stratigraphie (analysant la profondeur des artéfacts), de datation par le carbone 14 et de l’utilisation de la luminescence stimulée pour dater des grains de quartz. Tout cela révéla que l'abri avait été utilisé pendant plusieurs phases pendant des milliers d’années, les indices d’habitation les plus anciens datant de 49 000 ans. Il semble qu'il ait été utilisé intensivement il y a environ 40 000 ans, mais l’usage décline il y a environ 35000-24 000 ans pendant une période de sécheresse extrême en Australie du Sud. Une autre période d’usage relativement intensive commence il y a 17 000 ans, les derniers indices datant d’il y a 10 000 ans[1],[5]

Les découvertes apportent un nouvel éclairage à la colonisation humaine de l’Australie par les ancêtres des Australiens indigènes contemporains. On pense que les premiers Australiens ont migré en bateau en Australie il y a environ 50 000 ans, puis qu’ils se sont dispersés le long des côtes lors d'une période de 2,000 ans. On a d'abord cru qu’ils avaient mis beaucoup plus de temps à se disperser dans l’intérieur aride du pays, puisque les vestiges les plus anciens d'occupation à l'intérieur des terres, à Puritjarra dans la partie ouest du centre du pays, datent de 11 000 ans plus tard que les objets trouvés à Warratyi. Il est possible qu'ils aient migré vers l’intérieur le long des rivières et se soient installés autour des sources, comme à Warratyi[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Marcus Strom, « Astounding archaeology discovery places inland human occupation of Australia at 49,000 years », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 19 décembre 2016).
  2. a b et c (en) Giles Hamm et al., « Cultural innovation and megafauna interaction in the early settlement of arid Australia », Nature, no 539,‎ , p. 280-283 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/nature20125).
  3. a b c et d (en) Dani Cooper, « Oldest known evidence of Aboriginal settlement in arid Australia found in Flinders Ranges rock shelter », sur Australian Broadcasting Corporation, (consulté le 11 novembre 2016).
  4. a b et c (en) Alice Klein, « First Australians ate megafauna and used nets for hunting », sur New Scientist, (consulté le 19 décembre 2016).
  5. (en) Annalee Newitz, « First discovery of 50,000-year-old human settlements in Australian interior », sur Ars Technica, (consulté le 19 décembre 2016).