Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Lutter contre la pollution lumineuse
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 20 mars 1999
Fondateurs Comité national pour la protection du ciel nocturne
Identité
Siège Paris
Présidente Anne-Marie Ducroux
Secrétaire Paul Blu
Site web anpcen.fr

L'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN), anciennement Association nationale pour la protection du ciel nocturne (ANPCN), est une association française œuvrant pour la qualité de la nuit et luttant contre la pollution lumineuse. Fondée en 1999 par des astronomes puis rejoint par des naturalistes, chercheurs, techniciens de l'éclairage, élus, elle a évolué depuis vers une prise en compte plus large des enjeux de la pollution lumineuse[1] : la biodiversité et les paysages, les enjeux sanitaires et sociaux, l'énergie, le climat et les déchets, les enjeux budgétaires.

L’ANPCEN est membre de la fédération France Nature Environnement et a reçu l’agrément national des associations de protection de l’environnement[2].

L'association décerne le label Villes et Villages étoilés, qui se décline de 1 à 5 étoiles suivant le niveau d'implication de la commune dans la gestion de son éclairage nocturne.

Présentation de l'association[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’ANPCEN alerte sur le fait que l’éclairage artificiel nocturne non adapté aux besoins a notamment des conséquences fortes sur les dépenses publiques, sur les consommations énergétiques, sur le sommeil et la santé humaine, sur l’environnement comme sur l'observation du ciel étoilé pour tous.

Fonctionnement et organisation[modifier | modifier le code]

L'action de l'ANPCEN est entièrement bénévole : elle repose sur son conseil d'administration et son réseau de correspondants locaux.

Anne-Marie Ducroux[3] est présidente de l'ANPCEN depuis 2011. Les précédents présidents ont été : Christophe Martin-Brisset, de 1999 à 2004, et Paul Blu, de 2004 à 2010.

Avec ses adhérents, dont plus d’une centaine d’associations membres, des collectivités et des particuliers, l’ANPCEN représente plus de 6000 personnes mobilisées[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

La réunion constitutive de l'Association nationale pour la protection du ciel nocturne a eu lieu le lors du deuxième congrès national pour la protection du ciel nocturne organisé par le Comité national pour la protection du ciel nocturne. Ce dernier, mis en place en 1994 dans le cadre de la Société d'astronomie de France rassemblait des astronomes souhaitant travailler à la préservation du ciel nocturne.

Les statuts de l'association ont été publiés le 20 mars 1999.

En 2007, l'ANPCN devient l'ANPCEN en élargissant ses champs d'action à l'ensemble des enjeux de la pollution lumineuse et adhère à France Nature Environnement. Elle contribue aux débats du Grenelle Environnement.

En 2009, l'ANPCEN obtient la première signature par une commune, Rocbaron dans le Var, de sa charte d'engagement, organise la première édition du concours Villes et villages étoilés et devient partenaire de la première édition du Jour de la nuit.

En 2013, l'International Dark-Sky Association[4] remet conjointement à l'ANPCEN et au Gouvernement français son trophée[5] pour reconnaître les avancées du Grenelle de l'environnement en matière de prévention des nuisances lumineuses.

En 2014, l'ANPCEN obtient l'agrément national des associations de protection de l’environnement délivré par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie[6].

Actions[modifier | modifier le code]

L’ANPCEN, association reconnue d'intérêt général, agit par plaidoyers nationaux et actions locales d'accompagnement et de pédagogie ; notamment :

  • elle sensibilise tous les interlocuteurs aux enjeux de l’évolution incontrôlée et exponentielle de l’éclairage public, entraînant des halos de pollution lumineuse, des lumières intrusives, la disparition de la nuit par dégradations de l’environnement nocturne[7] ;
  • elle a contribué à faire inscrire l’enjeu de l’environnement nocturne dans les lois (Grenelle de l’environnement[8], transition énergétique[9]) et suit chaque étape de l’élaboration des décrets et arrêtés associés (arrêté d’extinction paru en [10] : elle a effectué depuis deux bilans publics et citoyens de son application sur le terrain[11]) ;
  • elle a mis au point des outils originaux : recensement des communes pratiquant l’extinction nocturne en milieu de nuit, mesures de terrain, charte d’engagements des communes (200 communes ont signé la charte d’engagements volontaires de l’ANPCEN représentant 2 100 000 habitants)[15], étiquettes environnementales pour qualifier la lumière, graphique de suivi des évolutions de l'éclairage public de 1960 à 2015 ;
  • elle porte différentes recommandation dont celle d'instauration d’une « trame nocturne »[16] c’est-à-dire d’une prise en compte de la gestion de la lumière dans les continuités écologiques ou trames vertes et bleues, et d’actions spécifiques dans les espaces protégés.

Les actions emblématiques menées par l'association sont :

  • le Label Villes et villages étoilés ;
  • le manifeste de l'ANPCEN Inventons l'éclairage du 21e siècle ;
  • la carte 2015 de la pollution lumineuse en France.

Label Villes et villages étoilés[modifier | modifier le code]

L'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes organise un concours « Villes et villages étoilés » à l'attention des communes « pour encourager les actions des communes qui s'engagent et s'inscrivent dans un cheminement de développement durable alliant économies budgétaires, économies d'énergie, limitation d'émissions de gaz à effet de serre et de déchets, protection de la biodiversité et legs aux générations futures d'une capacité d'observation du ciel étoilé »[17].

Une à cinq étoiles récompensent les progrès d’une démarche volontaire et globale de gestion de l’éclairage extérieur, par les communes participantes. Elles peuvent afficher alors cette distinction sur des panneaux aux entrées des communes.

En 2013, 389 communes ont été labellisées depuis la création du label en 2009[18].

En 2015 a lieu la 6e édition de ce concours qui bénéficie du soutien de la Ligue pour la protection des oiseaux, du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, des Parcs nationaux de France et de la fédération nationale des parcs naturels régionaux de France.

Manifeste de l'ANPCEN Inventons l'éclairage du 21e siècle[modifier | modifier le code]

En juin 2015, l'Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes, associée à France Nature Environnement et à la Société Astronomique de France, a lancé un manifeste pour inventer l'éclairage du 21e siècle, à l’occasion de l’Année internationale de la lumière de l’Unesco et de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), à Paris en 2015[19].

Carte 2015 de la pollution lumineuse en France[modifier | modifier le code]

Les données accumulées depuis près de 20 ans par l'ANPCEN lui ont permis en 2015 de diffuser une carte de la France métropolitaine qui donne une vision d'ensemble du phénomène de pollution lumineuse dans les différentes régions et d'estimer la qualité du ciel et de l'environnement nocturne qui en découle[20]. Cette carte permet d'évaluer de façon globale l'exposition de l'environnement la nuit à la lumière artificielle à un instant donné, avant toute modulation temporelle de l'éclairage (par extinction ou réduction de puissance).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiorenza Gracci, « Pollution : les réverbères nuisent aussi à la biodiversité », sur le site internet du magazine Science & Vie,‎ (consulté le 18 août 2015).
  2. « Associations agréées dans le cadre national au titre de l'article L.141-1 du Code de l'environnement » [PDF], sur le site internet du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie (consulté le 18 août 2015).
  3. « Anne-Marie DUCROUX », sur le site de France Nature Environnement (consulté le 18 août 2015).
  4. (en) « International Dark-Sky Association », sur son site internet (consulté le 18 août 2015).
  5. « Communiqué de presse : L’ANPCEN récompensée par le trophée de l’International Dark-sky Association » [PDF], sur le site internet de L’ANPCEN,‎ (consulté le 18 août 2015).
  6. « Arrêté du 18 février 2014 portant agrément de l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN) », sur le site Legifrance (consulté le 18 août 2015).
  7. « Anne-Marie Ducroux : Se fixer ensemble des limites et regarder autrement la lumière », sur le site Ecocollectivités,‎ (consulté le 18 août 2015).
  8. « Prévention des nuisances lumineuses dans le Code de l'environnement », sur le site Legifrance (consulté le 18 août 2015).
  9. « Loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte », sur le site Legifrance (consulté le 18 août 2015).
  10. « Questions/Réponses sur les extinctions lumineuses - arrêté du 25 janvier 2013 », sur le site du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie (consulté le 18 août 2015).
  11. « Deuxième bilan de l'ANPCEN et suivi de terrain de la réglementation d'extinctions de façades, vitrines et bureaux non occupés » [PDF], sur le site de l'ANPCEN (consulté le 18 août 2015)
  12. « Alerte sur les LEDs ou diodes électroluminescentes. » [PDF], sur le site de l'ANPCEN,‎ (consulté le 18 août 2015).
  13. « Avis de l'ANSES, Effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes », sur le site de ANSES,‎ (consulté le 18 août 2015).
  14. « Plan National Santé Environnement, 3e plan national 2015>2019 » [PDF], sur le site du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes (consulté le 18 août 2015).
  15. « La charte pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes est signée », sur le site du journal La Dépêche,‎ (consulté le 18 août 2015).
  16. « Premier pas vers une trame nocturne ? », sur le site Environnement magazine.fr,‎ (consulté le 18 août 2015).
  17. « Concours Villes et Villages Étoilés », sur le site internet de l'association (consulté le 21 août 2015).
  18. « Ciel: 216 villes lauréates du label villes et villages étoilés », sur le site internet du journal 20 minutes,‎ (consulté le 21 août 2015).
  19. « Rejoignez le manifeste 2015 de l'L’ANPCEN ! » [PDF], sur le site internet de l’association (consulté le 21 août 2015).
  20. « Quelles sont les villes de France les plus polluées par la lumière ? », sur actu-environnement.com,‎ (consulté le 21 août 2015).