Tonnoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tonnoy
Tonnoy
L'église Saint-Laurent.
Blason de Tonnoy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois
Maire
Mandat
Yvon Valette
2020-2026
Code postal 54210
Code commune 54527
Démographie
Gentilé Tonnagiens [1]
Population
municipale
685 hab. (2018 en diminution de 6,8 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 07″ nord, 6° 15′ 02″ est
Altitude Min. 229 m
Max. 369 m
Superficie 12,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lunéville-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tonnoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tonnoy
Liens
Site web www.tonnoy.mairie54.fr

Tonnoy est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle et la région Grand Est. Elle est rattachée à l'arrondissement de Nancy, au canton de Luneville-2 et à la communauté de communes du Saintois au Vermois.

Ses habitants sont appelés les Tonnagiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tonnoy a une superficie de 1 235 hectares. Le village est construit sur la rive droite de la Moselle et l'altitude est :

  • pour le point le plus haut de 369 m (le Réservoir) ;
  • pour le plus bas de 231 m (les Roches).

Voisine des communes de Velle-sur-Moselle, la plus grande ville à proximité de Tonnoy est Vandœuvre-lès-Nancy, située au nord-ouest de la commune à 13 km.
La Moselle est le principal cours d'eau qui traverse le village de Tonnoy.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tonnoy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (38,2 %), terres arables (28,9 %), forêts (12,8 %), zones agricoles hétérogènes (7,1 %), eaux continentales[Note 3] (6,6 %), zones urbanisées (4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village se nommait Tonnagium à l'époque gallo-romaine

Présence paléolithique.

Famille Humbert de Tonnoy.

De Tonnagium, le village a eu successivement pour patronyme :

  • Tonnagia en latin
  • Tornai en 1172
  • Tornoi en 1203
  • Tournoi en 1332
  • Tournoy en 1345
  • Tonnay en 1428
  • Thonnoy en 1523
  • Thonnois en 1600.

Les seigneurs de Tonnoy étaient comtes. La famille de Tournay est originaire de Tournai et était installée à Metz dès le début du XIVe siècle.

Le château du village, construit au XIVe siècle, fut incendié par les troupes de Charles le Téméraire en 1477. Par contre, le village résista vaillamment au maréchal de La Ferté-Imbert lors de la guerre de Trente Ans en 1650.

Plus tard, des querelles de voisinage émaillèrent les relations des habitants de Tonnoy et Benney. On raconte que ceux-ci, venus voler la cloche de l’église, se sauvèrent par le souterrain reliant ces deux villages en passant sous la Moselle, et que la cloche y serait toujours !

Vers 1690, deux associés, de la Pommeraye, propriétaire du terrain et des bâtiments, et Magnien, détenteur du savoir-faire, installent à Tonnoy une verrerie, profitant des avantages accordés par le duc de Lorraine, Léopold, dans le cadre de la reconstruction de son duché après la tourmente des guerres du XVIIe siècle. Ils avaient alors obtenu l’autorisation d’y fabriquer et d’y vendre pendant vingt ans « toutes sortes de verres, cristaux, cristallins, glace de miroir, de carrosses et autres ouvrages de verrerie ». Mais les deux hommes entrent en désaccord, et François Magnien quitte en 1705 Tonnoy pour construire la nouvelle verrerie de Portieux , non loin du village et sur les berges du Mori, affluent de la Moselle qui peut fournir eau et énergie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Tonnoy
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Pierre Iteney    
mars 2008 2009 Christine Olé    
mars 2009 mai 2012 Jean-Paul Legrand    
juin 2012 2014 Séverine Robert    
2014 En cours
(au 28 mai 2020)
Yvon Valette [9]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 685 habitants[Note 4], en diminution de 6,8 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436496515585635744767740732
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
741787766771706708610575570
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
489474361322278287300385395
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
377428575607635716728733698
2018 - - - - - - - -
685--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison forte du XIVe siècle.
  • Plusieurs maisons ont conservé des éléments d'architecture des XVe et XVIe siècles.
  • Château fort de Tonnoy, datant du XIVe siècle et remanié au XVIe siècle. Toutefois, il a été endommagé à la Révolution et au XXe siècle : donjon carré, vestiges d'enceinte, une cheminée flamboyante date du XVe-XVIe siècle.
  • Château de Sandronviller XVIIIe siècle, en ruines.
  • Église Saint-Laurent datant du XVe siècle, remaniée au XVIe siècle et agrandie au XIXe siècle : tour romane, portail flamboyant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph François de L'Espée (1793-1876), Capitaine d'état-major, préfet du Gers, conseiller général du canton de Lunéville-Sud, député (1833-1837, 1839-1848), propriétaire du château de Sandronviller.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.