Fort de Lucey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucey.

Fort de Lucey
Description
Type d'ouvrage fort à cavalier
Dates de construction de 1874 à 1877
Ceinture fortifiée place forte de Toul
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle à l'abandon
Propriété actuelle État
Garnison 633 hommes
Armement de rempart 13 canons et 4 mortiers
Armement de flanquement 8 pièces
Organe cuirassé une tourelle Mougin modèle 1876 (installée en 1881-1882)
et batterie annexe avec tourelle Montluçon
Modernisation béton spécial 1904-1907
Programme 1900
Dates de restructuration 1904-1914
Tourelles 2 tourelles de 75 mm
Casemate de Bourges -
Observatoire huit obs. cuirassés
et 3 guérites blindées
Garnison 1 621 hommes
Programme complémentaire 1908 batterie annexe avec deux tourelles de 155 R
Coordonnées 48° 43′ 31″ nord, 5° 49′ 43″ est

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

(Voir situation sur carte : Meurthe-et-Moselle)
Fort de Lucey

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de Lucey

Le fort de Lucey, appelé brièvement fort Plessis-Praslin, est un des ouvrages de la place forte de Toul, à l’ouest de Nancy en France.

Le fort Originel[modifier | modifier le code]

Construit sur le plateau du même nom, il constitue l’extrémité nord-ouest du camp retranché. Son plan est inspiré de celui du fort de Villey-le-Sec.

Dates de construction (1875-1878)[modifier | modifier le code]

Coût estimatif de l’ouvrage[modifier | modifier le code]

Le montant total est estimé à 1 788 760 francs, dont 57 260 F d’acquisitions et 1 731 500 F de travaux.

Armement[modifier | modifier le code]

L’armement total s’établit à 25 pièces d’artillerie. Le fort disposait dans ses magasins de 106 tonnes de poudre et de 500 000 cartouches.

Casernement[modifier | modifier le code]

Le fort pouvait accueillir 633 hommes. Une infirmerie de 36 hommes était présente. Il y avait deux fours à pain de 300 rations. L’approvisionnement en eau était assuré par trois citernes pour une contenance totale de 600 m3 et une source de 8 m3.

  • Officiers : 19
  • Sous-officiers : 42
  • Soldats : 572

La modernisation[modifier | modifier le code]

Programme 1900[modifier | modifier le code]

  • Restructuration complète du fort : 1904-1907.
  • Armement : 2 tourelles de 75, 8 observatoires et 1 batterie cuirassée extérieure de 2 tourelles de 155 R qui communique avec le fort par galerie souterraine.

Garnison et armement en 1914[modifier | modifier le code]

  • 1 compagnie d’infanterie (168e régiment d’infanterie), l’ouvrage disposait de 316 places protégées dans les casemates, 246 places semi-protégées.
  • 152 artilleurs (6e régiment d’artillerie), outre l’armement sous tourelle, 4 canons revolvers et 4 canons de 12 culasse pour la défense des coffres, 2 mortiers de 22 et 4 mortiers de 15.

État actuel[modifier | modifier le code]

À l’abandon et en friche, cuirassements absents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]