Villers-la-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.

Villers-la-Montagne
Villers-la-Montagne
Église paroissiale Saint-Sylvestre.
Blason de Villers-la-Montagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Villerupt
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Longwy
Maire
Mandat
Guy Michel
2017-2020
Code postal 54920
Code commune 54575
Démographie
Population
municipale
1 482 hab. (2015 en augmentation de 2,28 % par rapport à 2010)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 17″ nord, 5° 49′ 20″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 423 m
Superficie 18,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Villers-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Villers-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-la-Montagne

Villers-la-Montagne est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud de Longwy et de ses trois frontières, Villers-la-Montagne est la "porte" d'entrée vers les villages alentour car elle longe la voie rapide (N 52).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du latin Villare qui signifie « domaine rural/ferme ».
  • Villare (926), Wilere (962), Willare (1096), Wilre (1235), Willarium (1236), Villiers (1571), Ville-la-Montagne (XVIIIe siècle).
  • Bergweiler en allemand et Biergweller en Luxembourgeois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom à une villa gallo-romaine détruite au IIIe siècle.

Elle était siège d'une châtellenie dépendant du château de Longwy. Elle était également le siège d'une prévôté en 1718, puis d'un bailliage en 1751 qui appartenait au diocèse de Trèves.

En 1817, Villers-la-Montagne, village de l'ancienne province du Barrois, avait pour annexes la ferme de Hussigny et le moulin de Signy. À cette époque il y avait 826 habitants répartis dans 150 maisons. Dans la forêt de Selomont, ruines d'un ancien village.

L'histoire de la commune de Villers-la-Montagne a été étudiée et écrite par l'historien local Felix JACOB en 1995[1] et développée en 2001 dans un très beau livre par l'historien Olivier CORTESI[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1989 Marcel Reuter SE  
mars 1989 mars 2014 François Boudot Modem  
mars 2014 20 décembre 2014 François Barthélémy PS  
20 décembre 2014[3] juillet 2017 Xavier Paluszkievicz REM Député
juillet 2017 en cours Guy Michel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 1 482 habitants[Note 1], en augmentation de 2,28 % par rapport à 2010 (Meurthe-et-Moselle : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
8127177949301 1711 1301 2661 2251 131
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 1471 1111 0691 0351 0521 016980972819
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
8748849127769291 0791 0601 0131 273
1990 1999 2006 2011 2015 - - - -
1 2261 3231 4421 4331 482----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tilleul qui aurait été planté au moment de l'édit de Nantes (1598), début 1981, il a été décapité.
  • Deux anciens moulins à huile, dont l'un a été rasé.
  • Ouvrage du Mauvais-Bois.
  • Ouvrage du Bois-du-Four.
  • Église paroissiale Saint-Sylvestre, fin du XVe siècle ou du début XVIe siècle dont il subsiste la tour clocher (à l'exception du dernier niveau) et la chapelle ou l'ossuaire accolé à la façade sud. Nef, chœur et sacristie reconstruits au début du XVIIIe siècle, peut-être en 1704, à l'époque où la tour clocher est restaurée (date 1704 donnée par des ancres sur la façade est de la tour) . Réfection de la flèche et du niveau du beffroi en 1865. Édifice détruit en mai 1940 et restauré entre 1946 et 1950. L'église comporte un maître-autel en bois sculpté dont le tabernacle est orné d'un agneau pascal, surmonté d'une "monstrante tournante" décorée d'une descente de croix. Les vitraux sont des ateliers GROSS de Nancy (1952). Le beffroi accueille trois cloches : Eugénie-Marie, Françoise-Léonie (1923, renouvelée en 1982), et Henriette-Marie. L'église fut totalement décimée par la tempête de février 1990. Après travaux, inauguration le 1er mars 1992. Au cours des travaux, des peintures murales furent découvertes dans la crypte. (inscription à l'inventaire des monuments historiques en 1991)[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Jacob - Villers la Montagne sa prévôté son bailliage - AGM Imp Idéalys Tiercelet - Édition à compte d'auteur - Juin 1995
  2. Olivier CORTESI - Villers la Montagne le refuge des saisons - Cœur d'Occident éditions - 2001
  3. « Villers-la-Montagne : Xavier Paluszkiewicz un maire déjà contesté », sur le site du Républicain Lorrain, .
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Bulletin no 23 Association Préservation du Patrimoine, édition à compte d'auteur 23 décembre 2003