Crévic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crévic
Le pont du XVIIe siècle sur le Sânon.
Le pont du XVIIe siècle sur le Sânon.
Blason de Crévic
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Lunéville
Canton Lunéville-1
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Sânon
Maire
Mandat
Jean-Paul Henry
2014-2020
Code postal 54110
Code commune 54145
Démographie
Population
municipale
920 hab. (2012)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 23″ N 6° 24′ 17″ E / 48.6397, 6.404748° 38′ 23″ Nord 6° 24′ 17″ Est / 48.6397, 6.4047  
Altitude Min. 205 m – Max. 315 m
Superficie 10,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crévic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crévic

Crévic est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Crévic peut être divisé en trois grandes zones distinctes, séparées de quelques centaines de mètres : le cœur du village, le hameau Grandvezin (ancienne commune indépendante) et la rue Bénatange (également appelée « les Rouges-Terres »).

La commune de Crévic se situe sur le Sânon, rivière prenant sa source dans le département de la Moselle, et à 4 km à l'est de Dombasle-sur-Meurthe.

Le canal de la Marne au Rhin, inauguré en 1853, traverse également le village ; il a entraîné la construction de l'écluse numéro 20, à Bénatange ; les premières habitations de ce lieu-dit datent des débuts du canal. La principale route qui traverse le village est la départementale 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La bataille de la trouée de Charmes du 24 au 26 août 1914 s'est déroulée dans les environs de Crévic, notamment dans le Bois de Crévic, au nord du village qui fut en grande partie bombardé au cours de ces combats.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Monique Pleux    
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Jean-Paul Henry    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 920 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532 640 718 693 735 757 729 744 756
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
696 744 803 834 909 1 056 919 922 907
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
891 830 712 797 802 830 802 856 821
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
807 728 852 859 917 918 918 920 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Grosse maison de maître XIXe siècle, par la famille de Lalance et passa par héritage aux Lyautey incendiée par les Allemands le 22 août 1914, elle ne fut pas reconstruite, les communs ont été réaménagés en locaux d'habitation.
  • Pont sur le Sânon, classé monument historique XVIIe-XVIIIe siècle.
  • Canal de la Marne-au-Rhin : écluse.
  • Saline de Maixe construite de 1881 à 1884 par l'entreprise Perrin et Bichaton de Nancy pour la société des salines de Maixe. Passe par la suite aux mains de la Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l'Est qui modernise considérablement les installations dans le 3e quart du XXe siècle. Les bassins de décantation et le transformateur sont construits à ce moment. Cessation de la fabrication en 1966, nombreux bâtiments détruits en 1988 et 1989. Le bureau est situé sur le territoire de Maixe de même que les stations de pompage. Le procédé Piccard (évaporation des dissolutions salées par récupération de la chaleur latente de vaporisation) y est exploite entre 1884 et 1940 ; productions annuelles en tonnes : 6984 en 1913, 5230 en 1923.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis, le chevet de l'église date du XVe siècle, la nef et la tour du XVIIIe.
  • Chapelles rurale dite de Notre-Dame-de-Pitié, édifiée en 1514, a été restaurée au XIXe siècle.
  • Chapelles rurale dite Notre-Dame-de-la-Pitié. Les deux chapelles sont l'une à côté de l'autre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Maréchal Lyautey. Son château fut détruit par les Allemands au début la Première Guerre mondiale, ainsi qu'une grande partie du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :