Crévic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crévic
Crévic
Le pont du XVIIe siècle sur le Sânon.
Blason de Crévic
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Intercommunalité Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois
Maire
Mandat
Chantal Didier
2020-2026
Code postal 54110
Code commune 54145
Démographie
Gentilé Crévicois, Crévicoises [1]
Population
municipale
913 hab. (2017 en diminution de 0,76 % par rapport à 2012)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 23″ nord, 6° 24′ 17″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 315 m
Superficie 10,69 km2
Élections
Départementales Canton de Lunéville-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Crévic
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Crévic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crévic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crévic

Crévic est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de 6 communes.

Communes limitrophes de Crévic
Haraucourt Drouville
Sommerviller Crévic Maixe
Flainval Anthelupt

Crévic peut être divisé en trois grandes zones distinctes, séparées de quelques centaines de mètres : le cœur du village, le hameau Grandvezin (ancienne commune indépendante) et la rue Bénatange (également appelée « les Rouges-Terres »).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Tout le territoire communal de Crévic est dans le bassin versant du Sânon, rivière prenant sa source dans le département de la Moselle, à 40 km à l'Est.

Le canal de la Marne au Rhin, inauguré en 1853, traverse également le village ; il a entraîné la construction de l'écluse numéro 20, à Bénatange ; les premières habitations de ce lieu-dit datent des débuts du canal. La principale route qui traverse le village est la départementale 2.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de son histoire, le village s'est appelé Curvi (Alodium apud Curvi) en 1152 et Crevy en 1502[2]. Plusieurs historiens locaux pensent que ce nom à la même étymologie que curve, à cause des courbes décrites par le Sânon à cet endroit.

En 2020, on entend encore des anciennes personnes prononcer Crévi, avec un [c] final amuït. C'est la forme orale ultime du toponyme dans le dialecte local.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'ancien régime, Crévic était le chef-lieu d'une mairie composée de Crévic, Grandvezin, Anthelupt, Flainval, Hudiviller et Sommerviller. Sur le plan religieux, la Commune dépendait à cette époque du doyenné de Port et du diocèse de Toul.

Au XIXe siècle, Crévic était encore une importante commune viticole mais cette activité a commencé à décliner à partir de 1850. Plusieurs salines se sont installées ensuite sur le territoire et sur les communes voisines. Il n'en reste aucune en 2020.

La bataille de la trouée de Charmes du 24 au s'est déroulée dans les environs de Crévic, notamment dans le Bois de Crévic, au nord du village qui fut en grande partie bombardé au cours de ces combats.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Monique Pleux    
mars 2001 mai 2020 Jean-Paul Henry    
mai 2020 En cours Chantal Didier [3]    

Population et société

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2017, la commune comptait 913 habitants[Note 1], en diminution de 0,76 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532640718693735757729744756
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
6967448038349091 056919922907
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
891830712797802830802856821
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
807728852859917918918918909
2017 - - - - - - - -
913--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Grosse maison de maître XIXe siècle, par la famille de Lalance et passa par héritage aux Lyautey incendiée par les Allemands le , elle ne fut pas reconstruite, les communs ont été réaménagés en locaux d'habitation.
  • Pont sur le Sânon, construit vers le XVIIe – XVIIIe siècle et classé monument historique par arrêté du [8].
  • Canal de la Marne-au-Rhin : écluse.
  • Saline de Maixe construite de 1881 à 1884 par l'entreprise Perrin et Bichaton de Nancy pour la société des salines de Maixe. Passe par la suite aux mains de la Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l'Est qui modernise considérablement les installations dans le 3e quart du XXe siècle. Les bassins de décantation et le transformateur sont construits à ce moment. Cessation de la fabrication en 1966, nombreux bâtiments détruits en 1988 et 1989. Le bureau est situé sur le territoire de Maixe de même que les stations de pompage. Le procédé Piccard (évaporation des dissolutions salées par récupération de la chaleur latente de vaporisation) y est exploite entre 1884 et 1940 ; productions annuelles en tonnes : 6984 en 1913, 5230 en 1923.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis, le chevet de l'église date du XVe siècle, la nef et la tour du XVIIIe.
  • Chapelle rurale dite de Notre-Dame-de-Pitié, édifiée en 1514, a été restaurée au XIXe siècle.
  • Chapelle rurale dite Notre-Dame-de-la-Pitié. Les deux chapelles sont l'une à côté de l'autre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le maréchal Lyautey. Son château fut détruit par les Allemands au début la Première Guerre mondiale, ainsi qu'une grande partie du village.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Crévic Blason
D'or à la croix de sable; au franc-canton de gueules chargé d'une tour d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Blason populaire[modifier | modifier le code]

Les habitants avaient pour sobriquet dans la langue locale les « herots » ce qui signifie les harengs et symbolise une nourriture frugale, sans doute issue de la pêche dans le sânon. Les mêmes habitants étaient également surnommés les « haut vents ». Ce dernier surnom était censé souligner la vantardise caractérisant ces habitants[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. Henri Lepage, Dictionnaire géographique de la Meurthe, Nancy, L. Wiener, , 382 p. (lire en ligne), p. 84.
  3. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Pont sur le Sânon », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Jean Vartier, Sobriquets et quolibets de Lorraine et du Bassigny, Jarville-la-Malgrange, Édition de l'Est, , 217 p. (ISBN 2-86955-065-0, lire en ligne), p. 164.