Labry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Labry
La tour Mahuet et l'église Saint-Gorgon.
La tour Mahuet et l'église Saint-Gorgon.
Blason de Labry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Jarny
Intercommunalité Communauté de communes du Jarnisy
Maire
Mandat
Luc Ritz
2014-2020
Code postal 54800
Code commune 54286
Démographie
Population
municipale
1 545 hab. (2014)
Densité 260 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 24″ nord, 5° 52′ 55″ est
Altitude Min. 186 m – Max. 228 m
Superficie 5,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Labry

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Labry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labry

Labry est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Labry :

Rose des vents Abbéville-lès-Conflans Briey Hatrize Rose des vents
Conflans-en-Jarnisy N Giraumont
O    Labry    E
S
Friauville Jarny Doncourt-lès-Conflans

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Située à mi-distance de Metz et de Verdun, Labry a subi au cours de la Première Guerre mondiale une occupation continue des troupes allemandes. Envahi dès le , trois jours après la déclaration de guerre, ce village mosellan n'est libéré que le , au terme de 1 561 jours d'occupation[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mars 2014 Jean Courcoux PS  
mars 2014 en cours Luc Ritz    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 545 habitants, en diminution de -7,87 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
350 337 323 371 394 394 414 418 376
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
435 410 424 369 364 363 451 701 1 005
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 183 1 054 1 131 1 151 1 171 1 419 1 456 1 345 1 301
1990 1999 2008 2013 2014 - - - -
1 486 1 578 1 682 1 565 1 545 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Plusieurs lieux et monuments témoignent de l'histoire de Labry :

  • le château communément appelé tour Mahuet, du nom de la famille des seigneurs de Labry qui l'ont édifiée et possédée de l’an 1500 environ jusqu’en 1760, date à laquelle ils l’ont cédée à la famille Olry qui l’a gardé dans son patrimoine jusqu’au début du XXe siècle. Il a été occupé par l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale alors que la famille Bertrand en était propriétaire ; les bâtiments annexes ont été rasés en 1988 pour cause de vétusté. La tour restante a été ensuite réhabilité avec la volonté de l’ancien maire Jean Courcoux et abrite régulièrement des expositions[6]. Elle conserve des archères sur la façade nord et fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques (MH) depuis 2006[7] ;
  • à l'ouest du château subsistent les vestiges d'une motte féodale — enceinte quadrangulaire de 80 m de côté, entourée de fossés remplis d’eau et antérieure à l’édification de la tour[6] — qui fait l'objet d'un classement au titre des MH depuis 1991[8] ;
  • l'hospice du XIXe siècle ;
  • la ferme du Colombier, située 12 rue Jules-Rollin — composée d'une cour, un pigeonnier, un four à pain construit en 1561 et remanié aux XVIIIe et XIXe siècles — qui fait l'objet d'un classement au titre des MH depuis 1995[9] ;
  • le moulin du XIVe siècle ;
  • le cimetière militaire français-allemand-soviétique qui abrite un ossuaire avec les corps de 825 Français ainsi que les sépultures de 865 Allemands et 824 Soviétiques.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Labry possède deux édifices religieux remarquables :

  • l'église paroissiale Saint-Gorgon construite en 1836-1837 sur l'emplacement d'une église du XVe siècle ;
  • la chapelle Saint-Roch construite au début de la 2e moitié du XIXe siècle (1854 date portée), à l'occasion de l'épidémie de choléra en reconnaissance à saint Roch, pour le remercier d'avoir épargné la population ; son élévation principale s'apparente fortement à celle des ossuaires du Pays-Haut.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Une rue de Labry porte le nom du lieutenant Drieux, officier du 16e BCP, cantonné à Labry, mortellement blessé le [10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Labry Blason D'azur à la fasce d'argent accompagnée en chef d'un lion léopardé, d’or armé et lampassé de gueules et en pointe d'une quintefeuille d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Il s’agit du blason de la famille Olry dont les membres ont été les seigneurs du lieu aux XVIIe et XVIIIe siècles. On retrouve ces armes scellées dans le mur de l’église. Un rue de la localité est nommée rue Gabriel Olry de Labry. C’est pour ces raisons que le conseil municipal a adopté ce blason en 1991. Auparavant la commune utilisait le blason des Mahuet, seigneurs de Labry au XVIe siècle[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Gangloff, Labry : 1914-1918, entre front et frontière : la vie quotidienne d'un village de Lorraine sous l'occupation allemande, Metz, Éditions serpenoises, , 159 p. (ISBN 978-2-87692952-4, notice BnF no FRBNF43683144).
  • Éric Gangloff, Labry. Histoire d'un village de la vallée de l'Orne, des origines à 1914, Metz, Éditions serpenoises, , 255 p. (ISBN 978-2-87692-351-5, notice BnF no FRBNF37028763).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]