Bicqueley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bicqueley
Bicqueley
L'église Saint-Martin.
Blason de Bicqueley
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Toul
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
André Fontana
2014-2020
Code postal 54200
Code commune 54073
Démographie
Gentilé Bicquicantois
Population
municipale
894 hab. (2016 en diminution de 5,6 % par rapport à 2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 38″ nord, 5° 54′ 46″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 338 m
Superficie 16,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Bicqueley

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Bicqueley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bicqueley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bicqueley
Liens
Site web http://www.bicqueley.fr

Bicqueley est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.


Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Bicqueley, de type village-rue, (zonage cadastral AB) est située à quelques kilomètres au sud-est de Toul dans la basse vallée de la Bouvade (qui prend sa source à Crézille), juste en amont du confluent de cette rivière avec la Moselle.

Le ban communal, d'une superficie de 1682 hectares, est globalement de la forme d'un triangle dont l'un des cotés (Ouest) est limité par la route départementale 674 (Toul - Colombey-les-Belles) le sud s’étend jusqu'à l'affluence du ruisseau Le Poisson[1] avec la Bouvade. L'Est de la Commune est bordé de massifs forestiers (Zonage cadastral OD, OF) partagés avec les communes d'Ochey et Pierre-la-Treiche , ce dernier village délimite le Nord de Bicqueley.

Ce massif boisé est traversé (du Sud au Nord) par le ruisseau de l' Arot[2] (Parfois orthographié Larot et Arrot[3]) qui se jette dans la Moselle.

L'altitude moyenne du territoire communal est de 220 mètres environ.

Bicqueley (ban communal)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme apparaît sous la forme Buculiaco en 922/962 : il est formé de l'anthroponyme latin Bucculius [4]et du suffixe gallo-romain -acum, formation typique de l'Antiquité tardive et de l'époque mérovingienne[5].

Bucculiacum , x° siècle (Hist. épiscopale de Toul) , Buchuliacum , Bucheleium , 1127-1168, Buchaillei, 1184 (charte. de l'abbaye. de Clairlieu) , Bicquilley, 1607

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit "Trait de la Meix", la carte archéologique de la Gaule[6] indique la découverte de vestiges d'habitations et tuiles à rebords trahissant une possible présence gallo-romaine. Vers 1860, découverte d'un vase antique, dans une propriété dépendant du château.

Jules Beaupré indique dans son répertoire archéologique :

[7]Le chemin de grande communication de Toul à Colombey s'appelle encore La voie romaine . Elle reliait Langres à Toul par Neufchâteau. Il existe un vieux chemin, pavé en pierres debout, dit Vieille route, séparant le ban de Bicqueley de celui de Pierre-la-treiche, suivant une direction parallèle à la route n° 3, et à 1,500 mètres au Nord. Un chemin Charlemagne relie Bicqueley à la vieille route, dans la direction de Toul. Une ancienne voie dite Chemin de Charmes-la-Côte semble prolonger le Chemin Brabant.

La toponymie des cartes modernes mentionne encore une rue de la voie romaine 48° 37′ 49″ N, 5° 54′ 20″ E , mais les chemins ruraux dits chemin de Charlemagne[8] et chemin Brabant[9] , n’apparaissent que sur d'anciennes feuilles cadastrales.

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Bicqueley subit régulièrement des inondations[10]. Dans la nuit du 3 au 4 mai 2013, une crue exceptionnelle[11] de la Bouvade a inondé le village[12]. Selon un rapport du BRGM, cette inondation hors normes s'explique par une hauteur importante de la nappe souterraine dans le réseau karstique cette année-là, cumulée à une pluviométrie élevée mais non exceptionnelle[11]. L'état de catastrophe naturelle a été reconnu par arrêté du ministère de l'intérieur du 21 janvier 2014[13].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1977 Vagnier SE Instituteur
1977 1977 Lorrain SE Coopérateur
1977 1995 Narcisse Pasqualin SE Militaire et agriculteur
1995 2005 Jean Degrese SE Retraité commercial
2005 mars 2008 Eric Nachtsheim SE Technicien supérieur
mars 2008 En cours
(au 16 avril 2014)
André Fontana SE Contrôleur divisionnaire Direction interdépartementale des routes

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2016, la commune comptait 894 habitants[Note 1], en diminution de 5,6 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446448531512543668640643660
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
608671585621630670665642711
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
705648498489479524521483523
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
513542681797792856927911894
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de voie romaine.
  • Château reconstruit au XVIIIe siècle avec colombier, édifice inscrit au titre des monuments historiques depuis 2012[18].
  • Deux ponts XVIIe siècle sur le ruisseau des Bouvades.
  • Fontaine de la Deuille, à la frontière avec Ochey.
  • Église Saint-Martin XVIIIe siècle : autel, grille de communion, chaire de chêne sculpté.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Gare-le-Col XIIIe siècle, construite à l'emplacement de l'autel rural Notre-Dame-des-Misères.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bicqueley Blason D'azur à la crosse épiscopale de l'évêque de Toul d'or, adextrée d'une grappe de raisin feuillée brochant sur un tonneau et senestrée d'une faucille brochant sur trois épis de blés rangés en fasce, le tout du même.
Détails
La crosse épiscopale rappelle que Bicqueley était terre de l'évêché de Toul. La grappe de raisin et la faucille évoquent les richesses du pays : la vigne et l'agriculture. Ce blason est adopté par la commune depuis 1979.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 janvier 2019)
  2. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 janvier 2019) : « Ruisseau de l'Arot (A5520300) »
  3. « Deux sites botaniques remarquables Boucles de la Moselle de la Moselle : le Fort du Vieux Canton et le Vallon de l'Arrot », sur www.etudes-touloises.fr (consulté le 14 janvier 2019)
  4. Nègre, Ernest, (1907-2000), Auteur., Toponymie générale de la France, Droz, 1990-1998 (OCLC 489735843, lire en ligne)
  5. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle, Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, .
  6. Gilles Hamm, La Meurthe-et-Moselle, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, (ISBN 9782877540919, lire en ligne)
  7. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne)
  8. « Dictionnaire topographique de la France - CTHS », sur cths.fr (consulté le 14 janvier 2019) : « Charlemagne (Chemin de), commune de Bicqueley, prend naissance sur la route de Verdun à Épinal et se termine sur le chemin de Pierre à Toul. »
  9. Madame ARNOULD-ROMBACH, Collège de Liverdun, « À propos du "pont romain" de Liverdun : Recherches sur le réseau routier ancien à l'Est de Toul », sur www.etudes-touloises.fr (consulté le 14 janvier 2019)
  10. reportages journaux télévisés du 4 mai 2013
  11. a et b Rapport hydrogéologique sur les inondations à Bicqueley (54), Lorraine, Nguyen-Thé D, novembre 2013
  12. La crue réveille Bicqueley, Stéphanie Mansuy, l'Est républicain, 5 mai 2013
  13. Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. Notice no PA54000074, base Mérimée, ministère français de la Culture