Cerville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cerville
Image illustrative de l'article Cerville
Blason de Cerville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Grand Couronné
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Couronné
Maire
Mandat
Gisèle Fromaget
2014-2020
Code postal 54420
Code commune 54110
Démographie
Population
municipale
591 hab. (2012)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 50″ N 6° 18′ 49″ E / 48.6972222222, 6.3136111111148° 41′ 50″ Nord 6° 18′ 49″ Est / 48.6972222222, 6.31361111111  
Altitude Min. 216 m – Max. 289 m
Superficie 8,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerville

Cerville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine. Ses habitants sont appelés « Cervillois(e) ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Sarcofagus au Xe siècle[1],[2].

Le village s'appelait auparavant *Sarqueu, forme médiévale du mot cercueil et qui a servi à nommer des lieux comme Serqueux, Cerqueux, etc. La forme Cercueil apparaît à la renaissance[3].

Pendant 35 ans, du courant mars 1765 jusqu'à fin 1790[4], Cercueil fut rebaptisé par les seigneurs du lieu, qui lui donnèrent le nom d’Ourches avant que la population exige le retour à la dénomination primitive qui lui fut rendu par la Révolution française.

Cependant, Cercueil a changé à nouveau de nom par décret du 1er août 1972 pour s'appeler Cerville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cerville Blason Blasonnement : parti au premier d'argent au lion de sable couronné de même, armé et lampassé de gueules; et au deuxième d'argent au tigre lionné d'azur tenant entre ses pattes une masse d'arme d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1972[5] mars 2001 André Paquotte    
mars 2001 en cours Gisèle Fromaget UDI (PR)  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 591 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
205 239 263 279 264 308 303 310 305
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
260 309 296 296 271 269 250 229 206
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
212 213 174 163 154 155 168 160 147
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 -
158 192 449 493 547 580 585 591 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Nombreuses sépultures mérovingiennes dont une grande partie du mobilier est au musée de Nancy.
  • Château construit vers 1600 par Nicolas d'Ourches, défiguré : subsistent un cartouche armorié sur le portail et deux canonnières.
  • Reste de tranchées et d'armement (obus, cartouches de Lebel...) de la Bataille du Grand Couronné de septembre 1914 dans le bois Cerville.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent, reconstruite après la guerre de 1914-1918 : le toit avait été enlevé pour que l'armée allemande ne puisse découvrir le village.
  • Chapelle rurale sur la route de Réméréville, dite Notre-Dame de Froideterre.

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre comte d'Ourches, seigneur de Cercueil et La Neuvelotte, ancien capitaine de cavalerie au régiment de Saint Sal. En 1763, il obtient du roi de France des lettres d'érection de sa terre de Cercueil en comté sous le nom d'Ourches.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) [1]
  2. La toponymie des voies romaines et médiévales
  3. Site du CNRTL : étymologie de cercueil [2]
  4. Le registre des naissances, baptêmes et décès de 1641 à 1792 fait état de l'utilisation du nom d'Ourches des pages 310 à 416.
  5. André Paquotte était déjà maire lors du changement de nom du village.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.


Liens externes[modifier | modifier le code]