Cutry (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cutry
Cutry (Meurthe-et-Moselle)
La mairie.
Blason de Cutry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Longwy
Maire
Mandat
Jean Huard
2020-2026
Code postal 54720
Code commune 54151
Démographie
Gentilé Custériens [1]
Population
municipale
1 038 hab. (2018 en augmentation de 2,17 % par rapport à 2013)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 04″ nord, 5° 44′ 33″ est
Altitude Min. 242 m
Max. 393 m
Superficie 5,97 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Longwy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Longwy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Cutry
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Cutry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cutry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cutry

Cutry est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de 5 communes.

Communes limitrophes de Cutry
Lexy Réhon
Cons-la-Grandville Cutry
Ugny Chenières

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cutry est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Longwy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Dénommé Custerei en 1140, Custrich en 1248, Cultrey en 1663.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , c'est le « combat de Cutry-Réhon ».
Au petit jour, les 2e et 3e compagnies, du 1er bataillon du 31e régiment d'infanterie, sont détachées à Réhon. Peu après, les Allemands, appuyés par le tir de leur artillerie, qui ouvre le feu sur Cutry et Réhon, attaquent ces deux villages. Le bataillon résiste avec énergie et, par un tir bien ajusté, inflige à l'ennemi des pertes sanglantes; mais les Allemands, recevant sans cesse de nouveaux renforts, continuent leur progression en cherchant à couper la retraite aux défenseurs des deux villages, auxquels le 2e bataillon tente en vain d'aller porter secours; un violent tir d'artillerie l'en empêche. Sous la menace d'encerclement, la retraite s'exécute par les rives de la Chiers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1978 ? Paul Gircour RPR Conducteur de travaux à Cockerill
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Gerard    
mars 2008 En cours Jean Huard[7],[8]   Technicien

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 1 038 habitants[Note 3], en augmentation de 2,17 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
310310338343354345294293294
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
321312318309325316338372308
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
4054475264805326998721 0961 048
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 - -
8879039189209221 0161 038--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'ancienne école.

L'école maternelle et primaire La Marelle de Cutry est située dans l'académie de Nancy-Metz. Elle n'accueille en 2008 que 57 des 104 enfants scolarisables, les autres n'étant pas assurés par manque de budget et délocalisés à Metz. La mise en place d'un périscolaire en 2008 et l'ouverture d'une nouvelle école en 2012 font monter le nombre d'élèves à 125 en septembre 2016[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts, regroupement de trois mémoriaux : le monument des fils de Cutry morts pour la France 1914-18, le mémorial des militaires du 100e régiment d'infanterie du 4 juin 1940 et le mémorial de la Ville de Tourcoing à ses fils du même 100e R.I.
  • Plusieurs sculptures gallo-romaines ont été trouvées sur la commune aux XIXe et XXe siècles.
  • Une nécropole des Ier et IIe siècles a été fouillée en 1972-1973.
  • Château, situé 6 rue du Chemin, antérieur au XIIIe siècle, ruiné au XVIe siècle. Propriété de la famille de Mercy au XVIIe siècle, vendu vers 1700 à la famille Nicolas, le château fut détruit au milieu du XVIIIe siècle et reconstruit à partir de 1781 (date portée par le dessous d'un des balcons du deuxième niveau de la façade principale) aux frais de la famille de Trelliard. Inachevé en 1789, vendu et partagé en 1809 et transformé en bâtiments agricoles, il a été modifié et repercé au XIXe siècle. Au XXe siècle et en 1970, le corps principal a été acquis par la commune pour y abriter un petit musée archéologique.
  • Musée archéologique au château : produits de fouilles de la nécropole.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pirmin de Cutry, église paroissiale reconstruite en 1922-1923, à la suite d'un incendie, par Louis-Hippolyte Boileau. A remplacé une église du XVIIIe siècle, dont la clef de voûte du chœur aurait porté la date 1725. Restaurée en 1838. Remaniée en 1890, démolition des voûtes du chœur, de l'arc triomphal et d'une grande partie de la sacristie, élargissement du chœur et revoûtement. Détruite le 22 août 1914 et reconstruite après la guerre[14].
  • Chapelle de l'Assomption, dite chapelle élevée en 1750, date portée par un cartouche au-dessus de la porte d'entrée et par la pierre de fondation déposée à l'intérieur, aux frais de Jean Damgez, de Cutry, restaurée aux frais de sa fille Catherine Damgez ; édifice plafonné revoûté au XIXe siècle.
  • Deux calvaires sculptés

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Cutry Blason
Écartelé: au 1er d'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or, à deux bars adossés de même, au 2e d'azur au chevron d'argent accompagné de trois merlettes d'or, au 3e d'azur au sautoir d'argent chargé en cœur d'une tête de lion arrachée de gueules, au lambel à trois pendants de même brochant sur le tout, au 4e d'or à la croix d'azur.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  7. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020).
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. X. J., « EDUCATION / Cutry : une ouverture de classe en guise de bon point », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2020).
  14. villages-lorraine.com.