Azerailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azerailles
La gare.
La gare.
Blason de Azerailles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Baccarat
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées du Cristal
Maire
Mandat
Rose-Marie Falque
2014-2020
Code postal 54122
Code commune 54038
Démographie
Gentilé Acervalliens
Population
municipale
800 hab. (2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 19″ Nord 6° 41′ 43″ Est / 48.4886, 6.6953
Altitude Min. 249 m – Max. 339 m
Superficie 14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de la Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Azerailles

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de la Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Azerailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Azerailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Azerailles
Liens
Site web http://www.azerailles.fr

Azerailles est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, à proximité de Baccarat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Champs de blé et quartiers neufs.

Azerailles est entourée par la forêt domaniale des Hauts-Bois et arrosée par la Meurthe. Le village était traversé par la route nationale 59 (RN 59) qui relie Moncel-lès-Lunéville à Sélestat jusqu'à la mise en service de la voie express le 16 novembre 2010.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'occasion des travaux de la voie ferrée entre Flin et Azerailles au XIXe siècle, des silex taillés, des poteries à la main et trois fragments d'obsidienne, un nucléus et deux lames ont été trouvés. En 1877 on a découvert à Azerailles un squelette humain, ainsi que des fragments de poterie, un caillou « de fronde » poli et une hachette en silex calcédonieux[1].

Un haut fourneau est établi en 1765 pour Jean Closse, exploitant d'une forge située à 1200 mètres en aval. Il pourvoyait à l'alimentation en fonte de cet établissement à partir de minerai extrait dans les environs. Désaffecté avant 1822, le bâtiment qui l'abritait existait encore en 1876, moment où il fit l'objet d'un projet de transformation en fabrique de machines agricoles.

La localité a été sévèrement touchée pendant les deux guerres mondiales, puis reconstruite à partir des années 1950 dont datent bon nombre de bâtiments.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Rose-Marie Falque UMP Conseillère générale du canton de Baccarat (depuis 2008)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 800 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
626 820 823 820 820 763 793 841 827
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
786 742 707 725 705 724 711 681 717
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
735 766 731 696 685 681 573 630 832
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 - -
846 844 798 792 819 838 800 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le vieux Canal

Le Festival Le Vieux Canal est un festival de musiques actuelles. Créé en 2011 sous l'impulsion de 4 jeunes du village et porté par la MJC d'Azerailles, le festival a réussi à se développer au fur et à mesure des éditions.

Économie[modifier | modifier le code]

Coopérative Agricole Lorraine.

Les activités locales sont principalement liées à l'agriculture (céréales, polyculture) et à l'élevage.

Azerailles se trouve sur un important axe de communication, ferroviaire et routier, et abrite une entreprise de transport routier de marchandises.

La commune est desservie par le réseau TED.

Créée par l'ingénieur et constructeur d'avions René Leduc, l'entreprise Hydro Leduc, aujourd'hui installée à Azerailles, est spécialisée dans les composants et solutions hydromécaniques.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église vue depuis l'école.

Église Saint-Laurent construite par Jean Bourgon en 1954, les éléments de décoration sont de Pierre Jacquot.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la bande d'or chargée d'un alérion de sable
Commentaires : Ce sont les armes de l'ancienne prévôté d'Azerailles, qui comprenait Gélacourt, Glonville et Flin. La prévôté fut supprimée en 1751[4]. L'alérion, aiglon sans bec ni pieds, est un meuble rare qu'on retrouve cependant dans l'écu de Lorraine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieu anciens et modernes, publié par ordre du ministre de l'instruction publique et sous la direction du Comité des travaux historiques et des sociétés savantes, Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 1862, p. 8-9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. M. F. Barthélémy, « Matériaux pour servir à l'étude des temps pré-romains en Lorraine », Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 3e série, 18e vol., 1890, p. 30
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  4. Site de l'UCGL