Mercy-le-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercy.

Mercy-le-Bas
Mercy-le-Bas
Mairie et agence de poste
Blason de Mercy-le-Bas
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Pays de Briey
Intercommunalité Communauté de communes Pays de l'Audunois et du Bassin de Landres
Maire
Mandat
Bruno Pedesini
2014-2020
Code postal 54960
Code commune 54362
Démographie
Population
municipale
1 271 hab. (2015 en diminution de 6,48 % par rapport à 2010)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 04″ nord, 5° 45′ 09″ est
Altitude Min. 242 m
Max. 318 m
Superficie 8,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Mercy-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Mercy-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mercy-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mercy-le-Bas

Mercy-le-Bas est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mercy-le-Bas, qui compte 1450 habitants, fait partie de l’arrondissement de Briey, Canton du Pays de Briey.

C’est une des 25 communes qui composent la communauté de communes Pays de l'Audunois et du Bassin de Landres.

Située à proximité des frontières : Luxembourg 20 km, Belgique 22 km, Allemagne 50 km.

Mercy-le-Bas est situé proche des grands pôles urbains : Longwy 18 km, Longuyon 20 km, Briey 24 km, Thionville 35 km, Metz 55 km, Verdun 55 km, Nancy 110 km.

Le territoire de Mercy-le-Bas est limitrophe au territoire de sept communes.

Communes limitrophes de Mercy-le-Bas
Han-devant-Pierrepont Boismont Bazailles
Saint-Supplet Mercy-le-Bas Joppécourt
Xivry-Circourt Mercy-le-Haut

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Village de l'ancienne province du Barrois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Bruno Pédésini    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2015, la commune comptait 1 271 habitants[Note 1], en diminution de 6,48 % par rapport à 2010 (Meurthe-et-Moselle : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
500516533563612602740694720
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
709666580512503468457470395
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
4106597451 2181 5951 9281 7881 6191 428
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 - -
1 3231 3161 3371 3401 3431 2801 271--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • 1 école primaire de 10 classes (regroupement pédagogique de 5 communes)
  • 1 école maternelle de 4 classes (regroupement pédagogique de 5 communes)
  • 1 accueil périscolaire

Santé[modifier | modifier le code]

  • 1 centre médical communal, ouvert tous les jours et comprenant :
    • 3 médecins généralistes
    • 1 infirmier
    • 1 podologue
    • 1 orthophoniste
    • 1 psychologue
    • 1 orthoptiste
    • 1 local pour kinésithérapeute
    • Vivre Ensemble (association d’aides à domicile)
  • 1 cabinet dentaire ouvert toute la semaine
  • 1 pharmacie

Sécurité[modifier | modifier le code]

  • 1 gendarmerie

Sports[modifier | modifier le code]

  • 1 complexe sportif foot comportant 1 terrain d’honneur et 3 d’entrainement
  • 1 salle d'entraînement de judo

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • 1 bureau de poste ouvert du lundi au samedi
  • 2 salons de coiffure “hommes et dames”
  • 2 cafés
  • 1 taxi, entreprise de 5 véhicules
  • 1 agence de communication et impression.
  • 1 Atelier de transfert sur textile “Marque Française de vêtements déposée“

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mercy-le-Bas a gardé de nombreuses traces de son passé.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Lavoir tunnel. Situé dans la partie basse, au cœur du village, ce lavoir se présente sous la forme d’un tunnel demi-cylindrique, voûté en berceau, entièrement en pierres appareillées (profondeur 7,90 m - hauteur de 5,50 m). Il est le seul à avoir conservé ses abords en pavés, ce qui contribue à sa beauté. Classé au patrimoine des monuments de France, il date du XIXe siècle
  • La fontenette, l'ancienne fontaine qui alimentait le village, située sur le chemin qui mène à l’étang sur un parcours promenade.
  • Demeure dite Château. Demeure XVIIIe siècle appelée château par tradition orale ; cave XVIe siècle.
  • Moulin, Usine à Papier à Mainbottel. Acensé en 1270 à l'abbaye de Saint-Pierremont, le moulin est possédé au XIVe siècle par les familles de Landres et de Mercy, outre l'abbaye. Encore mentionné en 1761, il est remplacé par une usine à papier, ruinée en 1792 par les guerres de la Révolution et rétablie au début du XIXe siècle. Fabriquant du papier peint, elle est la propriété de M. Gentil à partir de 1841 qui est à l'origine de son développement : 36 ouvriers en 1844, 120 en 1852. Transformée en hôpital militaire allemand pendant la guerre de 1914-1918, elle est reconvertie après la guerre en brasserie dite de Longwy qui fonctionnera jusque vers 1950. Ce site industriel se trouve à cheval sur deux communes : Mercy-le-Bas et Boismont.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rémy de Mercy-le-Bas, église paroissiale du XIIIe siècle dont il subsiste le chœur et les trois dernières travées de la nef. Chœur exhaussé au XVIe siècle dans un but défensif et revoûté d'ogives, en même temps que la nef est partiellement repercée. 1re travée de la nef et tour clocher reconstruites en 1770 (date portée par le tympan du portail occidental), nef partiellement repercée au XVIIIe siècle, sacristie XVIIIe siècle. Armoire eucharistique construite fin XVe siècle dans le pan nord-est du chœur, aux frais de la famille de Vicrange.
  • Chapelle Sainte-Anne, les moines qui vivaient sur la commune venaient y prier tous les jours. Située Grande Rue, cette église dite chapelle a été construite courant XVIIe siècle ou début XVIIIe siècle. L'intérieur de la chapelle a été saccagé entre 1973 et 1987 et elle a été restaurée grâce à la générosité d’un habitant de la commune. Vous la trouverez à l’entrée du village, en bordure de la route nationale 43.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes aux Cités.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • L'étang communal. Niché au creux de la vallée, à 800 mètres de la localité, c’est un des plus beaux endroits de la région. Ce lieu privilégié est à proximité des parcours promenades. Moyennant une faible participation, vous pouvez prendre une carte de pêche valable toute l’année. On y rencontre carpes, brochets et autres poissons d’eau douce.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • 1 foyer municipal, bar et cuisine équipés (accueil de 200 à 300 personnes)
  • 1 salle de réception “Ste BARBE”, cuisine équipée (50 personnes)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marc Jacquet, né le 17 février 1913 au 3 Grand Rue à Mercy-le-Bas. Lieutenant dans l'aviation, il rejoint de Gaulle à Londres en 1939. Son pseudo comme chef de la résistance était Capitaine Vautier. Il a été ministre des Transports sous Pompidou, le 6 décembre 1962. Il devient maire de Meulun en 1971. Il décède le 18 avril 1983.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mercy-le-Bas Blason D'or à la croix d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]