Velaine-en-Haye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Velaine et -en-Haye.

Velaine-en-Haye
Velaine-en-Haye
Blason de Velaine-en-Haye
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Denis Picard
2016-2020
Code postal 54840
Code commune 54557
Démographie
Gentilé Velainois
Population
municipale
1 821 hab. (2015 en augmentation de 26,9 % par rapport à 2010)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 13″ nord, 6° 01′ 19″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 346 m
Superficie 17,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Velaine-en-Haye

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Velaine-en-Haye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Velaine-en-Haye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Velaine-en-Haye

Velaine-en-Haye est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la forêt de Haye à 11 km de Nancy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'appelait auparavant : Velaine aux Bois, Velaine les Bois, Velaine en Heys, Villena.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un relais de poste se trouvait au lieu-dit la Poste de Velaine par décret du roy se situait à sept lieues équidistant entre celui de Toul et celui de Nancy sur la route royale (ancienne RN 4). Les bottes du postillon et cette distance de sept lieues auraient un lien (d'après le musée de la Poste) avec les bottes de sept lieues de l'ogre dans le Petit Poucet, conte de Charles Perrault. Le relais a appartenu à la famille Gay (François GAY, maître de poste en 1747). Le relais de poste de Toul était à 3 lieues soit environ 13 km. Le 12 mai 1791, le relais possédait 28 chevaux.

Au XVIIe siècle, Velaine aux bois dépendait de la prévôté de Gondreville.

En 1789, il ne comportait que 27 habitants dans le village. Sous la Révolution française, la commune est placée dans le canton de Pont-Saint-Vincent puis rejoint celui de Nancy-Nord en 1801.

Une épidémie de choléra-morbus décime le village du 20 mai au mois de juin 1832, 110 habitants sont atteints et 62 décès sont à dénombrer dont 27 femmes (et filles) et 35 hommes (et garçons)[1].

Destructions au cours de la guerre 1939-1945.

En 1973, la commune est versée dans le canton de Domèvre et quitte donc l'arrondissement de Nancy pour celui de Toul[2].

Le cahier de doléance[modifier | modifier le code]

Fait corps avec le cahier de doléance[3]

Date : 8 mars 1789

Lieu : au domicile de François Nicolas, sindic de la municipalité de Velaine-en-Haye.

Président : François Nicolas, sindic (voir Syndic)

Greffier : J. F. George

Députés (pour assister aux États généraux) : Pierre Depardieu, laboureur ; Pierre Laurent laboureur Cahier contenant les doléances, plaintes et remontrances [...] de la communauté de Velaine en Haye, Bailliage de Nancy.

En l’an mil sept cent quatre-vingt-neuf, le huitième jour de mars, au domicile de François Nicolas, sindic de la municipalité de Velaine en Haye, midy sonnant, heure indiquée, pardevant nous, François Nicolas, sindic susdit :

Sont comparus en personne, les habitants dudit Velaine, lesquels, suivant la lettre du Roi, en datte du vingt quatre janvier dernier, portant convocation des Etats Généraux, et des Règlemens y annexés :

Et suivant l’ordonnance de Monsieur le Lieutenant Général du Bailliage de nancy du vingt six février aussi dernier, ensuite de l’assignation à eux données par l’huissier Claude, le sixième de ce mois, et après que la lettre de convocation de Sa Majesté et du règlement y annexé, ainsi que l’ordonnance de Mondit Sr le Lieutenant général ont été publiés au prône du dit Velaine aujourd’huy, ainsi que les coppies lues et affichées à la porte de l’église à l’issue de la messe paroissiale,

Ont les dits habitans, pour y satisfaire, élus à la pluralité des suffrages les personnes de Pierre Depardieu et Pierre Laurent, tous les deux laboureurs au dit Velaine ;

Auxquels ils donnent pouvoir et puissance de comparoître en l’assemblée qui se fera audit Bailliage royal le seizième jour de ce mois : d’y déclarer en leurs noms, conformément aux instructions et pouvoir ci-après, les doléances, plaintes et remontrances que ladite Communauté est susceptible, et toutes autres choses qu’ils aviseront bon être, tant pour le bien de l’État que du leur et du public.

Sous quel aspect qu’on puisse considérer cette Communauté on la trouvera, et l’est effectivement, une des plus chétives et une des plus pauvres de la province; en voici les raisons :

Elle est d’abord accablée d’impôts de tout genres, qu’il est impossible de supporter plus longtems ; et qui sont dautant plus lourds, qu’ils existent sans égards !

Cette Communauté n’a aucun revenu, ni pâquis communal, presque point de prey, encore ceux qui en ont sont à ferme.

Le territoire de leur ban est un sol ingrat, environné presque de toutes parts de bois, qui occasionnent des fréquens brouillard, et détruisent leurs espérances à la veille des récoltes : très souvent.

Cette proximité des bois y cause des dommages excessifs tant par les bêtes sauvages que les privées.

Il n’y a point de vigne, tandis que beaucoup d’autres, outre leurs récoltes en grains, l’ont aussi en vin, ce qui fait à ceux-là un bien être et dont ceux-ci sont frustrés.

Ils ont à la vérité une chétive portion affouagère de souille seulement : qui à peine vaut les vingtièmes, les frais de marques excessifs et huit rezeaux d’avoine qu’on oblige à payer annuellement au domaine.

Dans la futaye, il n’y ont rien à présent : quoi que jusqu’en 1745 on avoit en cette Communauté cette futaye. Puis après, elle fut vendue le tiers au Roy, le reste à la Communauté, ce qui dura quelques années ; puis, depuis Mr de Galloi, alors secrétaire d’Etat, on n'a plus rien eu, ni espèce, ni argent en provenant ; tandis que nombre d’endroits ont ressources la dessus à la caise, tant pour construction que réparation d’Eglige ou autre nécessité communale.

Leur Église est la plus pauvre comme aussi ses paroissiens, qu’on puisse dans le diocèze : n’ayant aucun revenus ; la Cathédrale de Toul, qui en perçoit les cinq sixièmes de la dixme, ne veut y fournir la moindre des choses tous laboureurs ici le sont à ferme. Les maîtres payés, ils n’ont souvent plus rien.

Outre les deniers de subvention, Pont et Chaussées, vingtième communal, affecté sur leur affouages, entretiens des routtes, qui sont considérables, et ceux de leur église.

Chaque individu, indistinctement paye annuellement à Mr. le Comte de Fontenoy, Seigneur dudit Velaine, des redevances en grain, argent et volaille qui se sont portés en cette année pour un chacun à 33 livres.

Qu’au surplus, il existe un droit dans ce lieu pour le passage du baq de Gondlle où on passe très peu, souvent point du tout, ce qui coûte annuellement à chaque individu, dix-neuf sous, dont on en demande la suppression comme abus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789   François Nicolas    
mars 2001 mars 2008 Camille Bibaut    
mars 2008 septembre 2016 Philippe Morenvillier    
septembre 2016 en cours
(au septembre 2016)
Denis Picard    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 1 821 habitants[Note 1], en augmentation de 26,9 % par rapport à 2010 (Meurthe-et-Moselle : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
341370384400430411433470475
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
460456436434412412389360348
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
340319276253261272229296365
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
4107988671 3101 4951 4921 4341 7941 821
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le parc industriel de Haye est une ancienne base de l'OTAN (plus de 500 hectares). En 2016, elle comprend trois zones principalement utilisées comme zone d'activité économique (263 hectares), zone de loisir (233 hectares, boisés, domaine inaliénable de l'État) et zone destinée à l'enseignement, avec :

  • le Campus de l’Office national des forêts qui s'étend sur 20 hectares. Ce site de formations s'inscrit dans les domaines de la gestion durable des forêts, des milieux naturels, de l’eau, de l’air ainsi que dans les domaines des relations humaines et de la communication. Il a été construit pour répondre aux besoins de formation interne de ONF en faveur d'une gestion plus soutenable des forêts et a accueilli de nombreuses promotions de personnels techniques et administratifs, recrutés jusqu’à la fin des années 1990, puis moins utilisés alors qu'une partie des départs à la retraite n'étaient plus compensés et alors que la formation permanente s'est plutôt faite dans les directions territoriales de l'ONF, plus proches des habitations des agents[8] ;
  • un centre de formation de l’ASNL.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église reconstruite après 1945.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée automobile de Lorraine : collection d'une centaine de véhicules.
  • Musée militaire Hall Patton : matériel militaire américain de la Seconde Guerre mondiale ; véhicules en état de marche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Geo Condé (1891-1980), artiste peintre, sculpteur, céramiste et marionnettiste français, mort à Velaine-en-Haye.
  • Avec Sexey-les-Bois, Velaine est le berceau des familles Gouvion et Lance dans l'ascendance de Bernadette Chirac. Pierre Lance était maitre charpentier dans la commune[9].
  • Cédric Lécluse, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2006 contre Nice, champion de Division 2 en 1998 et de la Ligue 2 en 2005 avec le club de football de l'ASNL.
  • Antonin Michel, champion de Scrabble, est originaire de Velaine-en-Haye.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Velaine-en-Haye Blason De sinople à la jumelle en pal d'argent à l'écusson d'or en abîme chargé d'une bande de gueules à trois alérion d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lettre de doléances : Mémoires, de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, Société d'archéologie lorraine page 89.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherches de Robert Depardieu
  2. Décret no 73-768 du 2 août 1973 portant création de cantons dans le département de Meurthe-et-Moselle, JORF no 180 du 4 août 1973, p. 8537–8538.
  3. Cahiers de doléances des bailliages des généralités de Metz et de Nancy de Charles Étienne, France Commission d'histoire.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Rapport particulier de la Cour des comptes, n° RB 70546, intitulé Office national des forêts ; Exercices 2009 à 2012 (voir P 51 sur 61)
  9. (Généalogie Lorraine n° 132, revue de l'UCGL). [1]