Nelson Monfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nelson Monfort
Image dans Infobox.
Nelson Monfort en 2013.
Fonction
Président
Press club de France
-
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Mag d'Or 2011 du meilleur journaliste au bord du terrain

Nelson Monfort est un animateur et journaliste sportif français né le à Boulogne-Billancourt.

Il commente le patinage artistique, mais surtout interviewe les sportifs dans de nombreuses disciplines, juste après leurs matchs ou compétitions. Ce sont d'ailleurs ses interviews qui l'ont fait connaître, interviews facilitées par sa connaissance de plusieurs langues, puisqu'il parle l'anglais, l'espagnol, l'italien, l'allemand et le français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Né en 1953 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) de père américain et de mère néerlandaise[1], Nelson Monfort obtient une licence en droit avant d'intégrer l'Institut d'études politiques de Paris pour se spécialiser dans les relations internationales. Après avoir obtenu son diplôme en 1976, il part une année aux États-Unis, effectuer un stage à San Francisco dans le domaine de la finance. Grâce à ce séjour américain, il devient bilingue en anglais, mais ne souhaite pas poursuivre dans la finance et se lance dans le journalisme[2].

Nelson Monfort présente la particularité de parler plusieurs langues, puisqu'en plus du français, il parle l'anglais[1],[3], l'espagnol[1],[3], l'italien[4],[3] et l'allemand[3].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Sa carrière de journaliste débute par des collaborations pour plusieurs journaux et magazines : Historia, Le Quotidien de Paris, Le Progrès de Lyon, Le Figaro, Tennis Magazine, Montagne Magazine et Le Journal du dimanche. Ensuite, il rejoint la radio Europe 1 pour animer de 1986 à 1987 Tie Break et Green[2]. Il effectue un « petit boulot » de caddie lui-même passionné de golf[5].

Il fait ses débuts par une interview de Martina Navrátilová le lors de la finale du Trophée de la femme du Cap d'Agde, c'est un tournant dans sa carrière[1]. Il succède à Sylvain Augier à la présentation de l'émission Sports-Loisirs sur FR3 de 1988 à 1989, remplacé par Sports 3 de 1989 à 1992, et Le journal des sports entre 1993 et 1994 sur France 3[6].

De 1989 à 1996, il commente les retransmissions de golf sur France 3 et présente l'émission L'heure du Golf. En 1992, il fait ses débuts interview[Quoi ?] dans les compétitions d'athlétisme et couvre ses premiers jeux olympiques à Barcelone[2]. Il interviewe notamment le champion Carl Lewis, Nelson Monfort considérant cet entretien, comme « le souvenir le plus fort de sa carrière »[7]. On peut aussi retenir celles de Bill Clinton à Roland-Garros en 2001 ou du sprinteur Michael Johnson lors des Jeux Olympiques d'Atlanta, juste après que celui-ci eut battu le record du monde du 200 m.

Depuis 1992, il commente le patinage artistique sur France Télévisions aux côtés de la consultante Annick Dumont. Depuis le Trophée de France de , Philippe Candeloro les a rejoints.

Amateur de musique classique, il présentait l'émission Les Mélodies de Nelson sur Radio Classique[8] le samedi et le dimanche de 12 h à 14 h et écrit quelques contributions dans Le Figaro. Il a été licencié de Radio Classique à la rentrée de , en même temps que quatre autres « licenciements économiques » (trois journalistes et un directeur technique)[9].

Il commente la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Turin en 2006 avec Daniel Bilalian et Luc Alphand[10] et la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin de 2008 avec Daniel Bilalian.

Il fut chroniqueur sur Europe 1 dans le Club Sports animé par Alexandre Delpérier puis dans Les Pieds dans le plat, présenté par Cyril Hanouna.

Jeux télévisés et théâtre[modifier | modifier le code]

Nelson Monfort est également animateur de jeux : Jeux sans frontières en 1999 avec Fabienne Égal, Une semaine chrono en 2006 avec Pierre Mathieu et l'édition 2009 de l'émission Intervilles avec son complice Philippe Candeloro. En 2011, il joue aux côtés de sa fille Victoria dans la comédie Nettoyage de printemps, mise en scène par Pierre Laur au théâtre du Gymnase à Paris[11].

Engagement[modifier | modifier le code]

Il est membre de l'Académie Alphonse-Allais depuis 2019.

Controverses[modifier | modifier le code]

OVNI[modifier | modifier le code]

En , Nelson Monfort déclare qu'il a vu, avec son épouse, un OVNI dans les Alpes en 1985[12] : « Nous avons vu un objet extrêmement brillant, rectangulaire et silencieux. (…) On n'entendait pas de bruit de moteur. L'objet a obliqué à 45 degrés et s'est enfui à une vitesse vertigineuse dans le ciel ».

Ophélie-Cyrielle Étienne (JO 2012)[modifier | modifier le code]

Nelson Monfort lors de l'opération « On a tous un cœur » durant le tour de France 2009.

Lors de la quinzaine des Jeux olympiques de Londres 2012, il est vivement critiqué par la presse et les médias pour avoir abordé de lui-même la mort de la mère d'Ophélie-Cyrielle Étienne lors d'une interview avec cette dernière, médaillée de bronze en relais 4 × 200 m. Surprise et interloquée, la jeune fille avait tenté tant bien que mal de répondre, mais le malaise était palpable. Il présentera ses excuses par la suite via le média TV Magazine : « Si cela a pu paraître déplacé, je le regrette. Ophélie-Cyrielle est une jeune fille que j'aime beaucoup et je crois savoir qu'elle me le rend bien. J'ai estimé qu'elle devait penser à sa maman à ce moment-là, c'était pour ma part une question pleine de cœur »[13].

Reconnaissance, hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Devenu une icône dans le paysage médiatique français, Nelson Monfort est caricaturé tantôt par Les Guignols de l'Info, tantôt par Nicolas Canteloup, qui l'imite le matin sur Europe 1[6].

Il reçoit le Mag d'Or 2011 du meilleur journaliste au bord du terrain, décerné par L'Équipe magazine[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nelson Monfort est marié à Dominique, ils ont deux filles : Isaure, née en 1984 et Victoria, née en 1989[15].

Résumé de carrière[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Parcours à la radio[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

  • 2020 : Derby Girl : narrateur

Doublage au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d [vidéo] Darius Rochebin, « Nelson Montfort », Pardonnez-moi, sur rts.ch, SRG SSR, (consulté le )
  2. a b et c « Nelson Monfort (« Jeux sans frontières » 1999) », sur jsfnetfrance.free.fr (consulté le )
  3. a b c et d « Nelson Monfort, journaliste sportif et intervieweur polyglotte », sur francetelevisions.fr, France Télévisions (consulté le )
  4. A. Aszerman et N. Gentaz, « Nelson Montfort : j'ai toujours été naturellement curieux des langues », sur actualitte.com, (consulté le )
  5. « Nelson Monfort », sur lesechos.fr/ (consulté le )
  6. a et b « Nelson Monfort », sur voici.fr (consulté le )
  7. « Mon souvenir des JO : «Ma rencontre avec Carl Lewis en 1992» », sur liberation.fr (consulté le )
  8. « Les Mélodies de Nelson », sur radioclassique.fr
  9. Selon les informations de la lettre professionnelle Satellifax.
  10. « Luc Alphand aux JO de Turin », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  11. « Nelson Monfort et sa fille sur les planches », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  12. Arièle Bonte, « Nelson Monfort raconte son expérience avec un ovni », sur rtl.fr, RTL, (consulté le )
  13. « Nelson Monfort s'excuse suite à sa bourde en direct », sur tele.premiere.fr, (consulté le )
  14. « Mag d’Or de l’Équipe Mag, le palmarès », sur brl-tv.blog.leparisien.fr, (consulté le )
  15. « gala.fr/stars_et_gotha/nelson_monfort »
  16. Nelson Montfort, Les perles des journalistes sportifs, Tournai, Editions Fortuna, , 140 p. (ISBN 978-2-87591-056-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :