Jacques Chazot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chazot (homonymie).
image illustrant un danseur
Cet article est une ébauche concernant un danseur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Chazot
Jacques Chazot.jpg

Jacques Chazot en 1985.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
MonthyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Étoile, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Jacques Chazot, né le à Locmiquélic (Morbihan) et décédé le à Monthyon (Seine-et-Marne) où il est enterré, est un danseur étoile, écrivain et mondain parisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'école de ballet à l'Opéra de Paris en 1947. En 1956, il intègre l'Opéra-comique. La même année, il publie Les Carnets de Marie-Chantal, créant ainsi un personnage devenu l'archétype de la snob[1].

Jacques Chazot, très présent dans la sphère mondaine parisienne, ne faisait pas mystère de son homosexualité. Il adoptait même parfois une attitude provocatrice et revendicative, en surjouant l'efféminement, et appelait Thierry Le Luron (également homosexuel mais de manière plus discrète) « le bébé que je n'ai pas eu ».

Jacques Chazot fut, entre autres, l'ami de Françoise Sagan, Juliette Gréco, Régine, Annabel Buffet et Hassan II.

Il devient très présent dans le paysage audiovisuel français, qu'il occupe par sa drôlerie et son recul par rapport à son propre personnage.

Il a participé à de nombreuses reprises à l'émission « Les Grosses Têtes », comme sociétaire, dans les années 1980.

Atteint d'un cancer de la gorge, il passe les dernières années de sa vie au château de Monthyon, appartenant à Jean-Claude Brialy. Après sa disparition, Pierre Bergé a remis au nom de Jacques Chazot au Musée de la Vie romantique un ensemble significatif d'œuvres sur papier et de souvenirs divers que celui-ci avait réunis sur le thème du romantisme (George Sand, La Malibran, Rachel etc.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Carnets de Marie-Chantal, Hachette, 1956
  • Sophie Ripaille, Julliard, 1960
  • Pense-bêtes, Solar, 1964
  • Chazot Jacques/Jacques Chazot, Stock, 1975
  • A nous deux les femmes, Olivier Orban, 1978
  • La mémoire des autres, Mengès, 1982
  • Marie-Chantal de gauche, Mengès, 1983

Exposition - Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]