Olga Georges-Picot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olga Georges-Picot
Naissance
Shanghai, Chine
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 57 ans)
Paris, France
Profession actrice
Films notables Je t'aime, je t'aime

Olga Georges-Picot, née le à Shanghai et morte le à Paris, est une actrice française ayant joui d´une certaine notoriété internationale dans les années 1968-1975. Elle a été dirigée par Stanley Donen, Alain Resnais, Basil Dearden, Fred Zinnemann, Alain Robbe-Grillet, Woody Allen, Paul Paviot, etc. Parmi ses partenaires féminines, l'on peut citer: Audrey Hepburn, Jacqueline Bisset, Lana Turner, Bette Davis, Diane Keaton, Brigitte Fossey, Marie-France Pisier, Sylvia Kristel, etc. Parmi ses partenaires masculins : Albert Finney, Donald Pleasence, Claude Rich, Roger Moore, Charles Bronson, Alain Delon, Gian Maria Volonte, Gilbert Bécaud, Charles Aznavour, Michel Subor et Woody Allen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'ambassadeur Guillaume Georges-Picot, qui fut délégué permanent de la France au Conseil de sécurité des Nations unies, et d'une mère russe, Olga Georges-Picot étudie à l'Actor's Studio. Après de rares figurations, elle joue en 1968 le rôle féminin principal du film d'Alain Resnais Je t'aime, je t'aime. Le scénariste du film, Jacques Sternberg, la décrit comme « extrêmement belle et étonnamment triste, avec aussi un côté enfantin[1]. ». En dépit de ses qualités de comédienne polyglotte et de nombreuses opportunités, elle connaît une carrière trop rapide de vedette, finalement modeste. Son plus grand regret professionnel : ne pas avoir tourné Les Damnés de Luchino Visconti : sans l´avertir, son agent avait refusé le rôle, faisant alors le bonheur de Charlotte Rampling.

Au début des années 1980, on la voit de temps en temps à la télévision et elle est sociétaire de l'émission Les Grosses Têtes.

Elle a épousé le peintre et acteur Jean Sobieski en 1966 avant de divorcer en 1968. Elle se suicide en 1997.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Sternberg, « Resnais le conciliant : propos recueillis par François Thomas et Claire Vassé le 6 mars 2002 », Positif,‎ , repris dans le livret de l'édition DVD du film Je t'aime, je t'aime.

Liens externes[modifier | modifier le code]