Gérard Louvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gérard Louvin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Gérard Alfred Émile Fromont
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Films notables

Gérard Fromont, dit Gérard Louvin, né le au Raincy, est un producteur de télévision, de musique, de cinéma et de spectacles français.

À la télévision, il a notamment produit de nombreuses émissions grand public comme Sacrée Soirée, Ciel, mon mardi ! ou Sans aucun doute : hors son activité de producteur, il a également été, en 2004, le directeur de Star Academy, et fait partie, de 2012 à 2014, de l'équipe de chroniqueurs de Touche pas à mon poste !.

En 2021, plusieurs enquêtes pour « viols sur mineurs » sont ouvertes contre lui et son conjoint, Daniel Moyne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Gérard Alfred Émile Fromont[1] naît le au Raincy, en Seine-Saint-Denis[2]. Il a une sœur, Marie.

Il obtient d'abord un CAP de cuisinier, puis travaille comme maître d'hôtel dans les chemins de fer, notamment le Paris-Vintimille.

Carrière[modifier | modifier le code]

Music-hall[modifier | modifier le code]

Les week-ends, il est musicien et chanteur-animateur de bals. Sa vie professionnelle bascule lorsqu'il rencontre Claude François[2] en lors d'un concert à Vaison-la-Romaine. Il devient alors le directeur artistique du chanteur : Claude François le nomme également manager d'Alain Chamfort, dont il est le producteur[3]. De 1973 à 1982, Gérard Louvin s'occupe de divers artistes, comme Nicolas Pinelli [4] ou le groupe Récréation[5]. Il fonde en 1982 sa propre société, Glem (acronyme de Gérard Louvin éditions musicales). Il devient producteur de différents artistes tels que Michel Leeb, Lio, Pierre Palmade, Anthony Kavanagh ou Florent Pagny[6].

En 1988, il se lance dans la production de comédies musicales. Il produit L'Homme de la Mancha[6] avec Jean Piat, puis, en 1994, Les Années Twist[6], qui restent en scène plus de quatre ans. En 1997, il recrute quatre jeunes chanteurs pour monter un boys-band, Alliage, qu'il produit jusqu'en 1999 et qui écoule jusqu'à cinq millions d'albums[7]. En 2001, Roméo et Juliette[6] écrit par Gérard Presgurvic. Il produit ensuite les comédies musicales Les Demoiselles de Rochefort et Belles Belles Belles[6]. En 2003, TF1 acquiert 100% du capital de Glem[8] et Gérard Louvin en quitte la présidence pour fonder Louvin Productions et KGD Productions.

Gérard Louvin a aussi produit les derniers spectacles de Maurice Béjart de 2003 à 2008, ainsi que de nombreuses pièces de théâtre, dont Le Tombeur[6], Trois partout, Les Palmes de monsieur Schutz, Ma sœur est un chic type, Marciel en campagne, Ils s'aiment, Un air de famille, La Griffe ; en tout plus de 52 spectacles[réf. nécessaire].

Spectacles[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Le Tombeur
  • Ténor
  • L'Homme de la Mancha
  • Trois partout
  • Je ne suis pas un homme facile
  • Les Palmes de Monsieur Schultz
  • Ma sœur est un chic type
  • Lapin Lapin
  • Quand le chine téléphonera
  • Marciel en campagne
  • Ma sœur est un chic type
  • Ils s'aiment

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1985, il devient producteur de télévision et produit, entre autres, des émissions telles que Certains Leeb Show, Variétoscope, Demain c'est dimanche (Les Charlots, Antenne 2), Sacrée Soirée[18] présentée par Jean-Pierre Foucault, Ciel, mon mardi ![18] de Christophe Dechavanne, Intervilles[18] ou Sans aucun doute[18], plus de 50 concepts différents pour TF1 via sa société Glem. Pour la plupart de ses productions, il confie la réalisation à Gilles Amado, Georges Barrier et Gérard Pullicino. En 1995, il prend la direction de l'unité Divertissements de TF1 qui prend 50 % du capital de GLEM. Il découvre notamment Julien Courbet.

En 2002 et les années suivantes, GLEM produit la tournée des lauréats de Star Academy de TF1[8]. Depuis quelques années, Glem, dont Gérard Louvin a lâché les rênes depuis 2004, se consacre à la production de programmes de téléréalité tels que Greg le millionnaire, L'Île de la tentation[8].

En 2004, il occupe le poste de directeur de Star Academy[18] et lance le site ÉtoileCasting dans la foulée.

En , il revient sur TF1 à la demande de Nonce Paolini comme conseiller aux programmes auprès du président[19]. Il fait également partie des trois jurés de la première émission de On n'demande qu'à en rire le , sur France 2.

En , il rejoint l'équipe de Touche pas à mon poste ! présentée par Cyril Hanouna sur D8[18] : il participe à l'émission jusqu'en [20]. Il fait son retour très furtif dans l'émission à partir de .

Le , au sein du prime-time Touche pas à mes Parodies, il participe aux côtés du DJ Tefa à un happening intitulé Master Zef (Zef signifiant « vent » en arabe tunisien) en référence à l'émission culinaire Master Chef et au CAP cuisine de Louvin. Le but du jeu se déroulant à l'extérieur est de faire des crêpes alors qu'un puissant ventilateur leur souffle dessus. Le producteur voit alors sa veste de costume tachée d'ingrédients et décide d'arrêter le jeu. Hors-caméra, il bouscule une journaliste filmant pour un site internet avant de gifler l'assistant-réalisateur qu'il estime à l'origine du happening[21]. Gérard Louvin est mis à pied temporairement par la chaîne et revient dans l'émission en présentant ses excuses. Il évoque un coup de colère mené par la peur de l'accident qui aurait pu survenir à cause du vent, de l'huile et des plaques de cuisson.

En , il rejoint l'émission SuperKids comme membre du jury, présentée par Faustine Bollaert et Stéphane Rotenberg. Elle est adaptée d'un format néerlandais et a été diffusée le 6 et sur M6, les audiences n'étant pas assez satisfaisantes lors de ces deux premières émissions, la demi-finale () et la finale () ont été diffusées sur W9.

Le , alors qu'il est invité dans Salut les Terriens !, il révèle la raison pour laquelle il ne revient pas dans l'émission Touche pas à mon poste ! : il ne voulait pas être avec Nabilla, la vedette de téléréalité que Cyril Hanouna avait intégrée à la bande. Cependant, les chroniqueurs de Touche pas à mon poste ont ajouté que Nabilla n'est pas à la seule raison de son départ : le producteur aurait demandé un salaire trop important. Lorsque Thierry Ardisson évoque brièvement l'affaire de la gifle (voir ci-dessus), Gérard Louvin déclare qu'il racontera un jour ce qui s'est passé.

En , il est accusé, lui et d'autres responsables de TF1, de harcèlement moral par l'ancien animateur Olivier Chiabodo, licencié après l'affaire de la tricherie d'Intervilles. Si Gérard Louvin a clairement reconnu que le jeu était truqué, il nie les accusations de menaces de mort et envisage d'attaquer en diffamation.

Le , il revient dans TPMP le temps d'un numéro spécial en hommage à un chanteur qu'il connaissait très bien, Johnny Hallyday, mort la veille dans sa résidence de Marnes-la-Coquette[22].

Fin , alors qu'il est l'invité de Laurent Argelier pour Télé Loisirs, il déclare préférer regarder l'émission concurrente Quotidien et tacle les nouveaux chroniqueurs de l'émission de C8, Maxime Guény et Agathe Auproux.

Radio[modifier | modifier le code]

Le , Gérard Louvin rejoint pour la première fois l'équipe des Grosses Têtes de Laurent Ruquier sur RTL.

Productions télévisées de 1985 à 2004[modifier | modifier le code]

De 1983 à 2003, date du rachat de GLEM par TF1, il produit à travers sa société de nombreuses émissions dont :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Avec GLEM ou ses nouvelles sociétés, Louvin Productions et Les Films Pelléas (LFP), il produit ou coproduit une vingtaine[6] de films de cinéma comme :

Radio[modifier | modifier le code]

En 1995, il crée LV&Co, le pôle radio de son groupe avec Étienne Mougeotte et Jean-Pierre Foucault plus d'autres actionnaires, qui gère les radios Voltage FM et Montmartre FM[28] (désormais connue sous le nom MFM Radio). Il recrute en 1999 Jean-Marc Morandini pour s'occuper de ces stations. En 2000, il s'associe avec ce dernier en lui rachetant le site toutestnet.com[réf. nécessaire]. Voltage est cédée en 2004 au groupe Haute-tension[29] ; MFM est cédée en 2008 à la société New Co[30].

Diversification[modifier | modifier le code]

Gérard Louvin est président du festival du cirque de Grenoble[6] depuis sa première édition en 2001.

Il a été propriétaire de salles telles que :

  • Le théâtre Fontaine (cédé en 2007)
  • La salle de music-hall Bobino (2006-2010)
  • Le restaurant club l'Étoile, rebaptisé l'Arc en 2009 (de 1999 à 2012)
  • L'hôtel Mas de la Fouque aux Saintes-Maries-de-la-Mer
  • L'hôtel Les Hauts de Loire, 2 étoiles Michelin à Onzain (châteaux de la Loire)
  • L'hôtel Le Mathis Élysées (Paris)

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gérard Louvin, qui a un fils adoptif, dit avoir été « le deuxième père célibataire à adopter un enfant »[31].

Gérard Louvin vit depuis le début des années 1970 avec le producteur Daniel Moyne[32], qui est devenu depuis son époux[33]. Le , il évoque son homosexualité dans Touche pas à mon poste ! en ajoutant qu'il vit avec le même homme depuis quarante-deux ans[34]. Gérard Louvin avait déjà évoqué son homosexualité à demi-mot, lors d'une interview menée par Philippe Vandel sur France Info. En réponse à la question concernant Daniel Moyne : « Comment votre fils appelle-t-il Daniel, qui est votre associé depuis plus de trente-cinq ans ? », le producteur déclare : « Il l'appelle son papounet. Et quand il nous présente, il présente ses parents. » Gérard Louvin précise ne jamais avoir caché son orientation sexuelle, le Tout-Paris serait déjà au courant de sa situation[35] ; on peut même relever qu'Antoine de Caunes y a fait allusion dans son portrait à Nulle part ailleurs (séquence « Pignolades ») en 1989 : « Je délaissai celle-ci — la voile — pour la vapeur de la loco de Gérard Louvin ».

Accusations de viols sur mineurs[modifier | modifier le code]

De 1995 à 1997, Gérard Louvin est président de l'association Enfants d'Asie. Il intègre l'association dès 1991. Des rumeurs de pédophilie pourraient être à l'origine de son départ[36],[37].

En 2014, alors que la brigade de protection des mineurs reçoit un signalement concernant le fils adoptif de Daniel Moyne et Gérard Louvin, Olivier A., le neveu de ce dernier, est entendu en tant que témoin, il met en cause son oncle et son compagnon, pour des faits d'abus sexuel sur mineur. La procédure est finalement classée sans suite, le , pour cause de prescription[38],[39].

En , Olivier A., porte plainte pour « viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant », « complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant » et « corruption de mineurs », dénonçant ainsi des faits commis par Daniel Moyne, avec la complicité de son oncle Gérard Louvin, lorsqu'il avait entre 10 et 14 ans[38],[40].

Dans un entretien accordé au journal Le Monde, Olivier A., donne cette fois des détails sur l'affaire. Il indique « avoir été victime de nombreux actes d’agression sexuelle qui se sont aggravés jusqu’à l’âge de 14 ans ». Il a d'abord « été victime de caresses et de masturbations. Puis, il aurait été victime d’abus plus graves puisqu’il affirme avoir été obligé de pratiquer des fellations sur la personne de Daniel Moyne et ça ira jusqu’à des sodomies. »[40],[33]. Il explique que c'est l'affaire Duhamel qui l'a convaincu de saisir la justice[39].

Les deux hommes incriminés ont réagi par la voix de leurs avocats respectifs. Me Ayela, avocat de Gérard Louvin, déclare que, selon lui, son client est victime d'un « chantage permanent à l'argent de la part d'Olivier, parce qu'il pense que Gérard est très riche, donc il lui demande de l'argent sous peine de déposer plainte [...] Gérard conteste avoir par passivité ou complicité laissé faire quoi que ce soit, et encore moins avoir encouragé quoi que ce soit ». Me Bekerman, avocate de Daniel Moyne, déclare de son côté : « L'affaire Duhamel a libéré la parole des victimes d'inceste, c'est une aubaine, mais ces affaires très graves ne doivent pas devenir des prétextes à des extorsions de fonds »[38],[39].

Outre le neveu, quatre autres hommes déposent des plaintes à leur tour fin janvier et début février, dénonçant des agressions sexuelles et des viols et mettant en cause le couple Louvin-Moyne. Une enquête est ouverte par le parquet de Paris pour « viol sur mineurs »[41],[42].

En août 2021, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire à l’encontre du producteur et de son conjoint, à la suite du témoignage d’un couple qui a longtemps résidé à Rio de Janeiro et affirme avoir été informé par l’animateur Julien Courbet que les deux hommes se seraient livrés là-bas à du tourisme sexuel. Gérard Louvin et Daniel Moyne contestent ces faits, tout comme Julien Courbet[43], et portent plainte pour diffamation contre ce couple et contre Le Parisien, qui a dévoilé l'affaire[44].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Il est officier de l'ordre des Arts et des Lettres et chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur[1],[6].

Publications[modifier | modifier le code]

Il a publié trois livres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret du 17 avril 2003 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ) : « M. Louvin, né Fromont (Gérard, Alfred, Emile), directeur de sociétés, producteur d'émissions de télévision et de spectacles ; 41 ans d'activités professionnelles. ».
  2. a et b « Fiche de Gérard Louvin », sur Allociné.fr (consulté le ).
  3. Gérard Louvin, portrait sur Francebleu.fr, 17 février 2012
  4. « Activités professionnelles sur Linkedin »
  5. « Biographie d'Alain Chamfort : 1976-1981 », sur historique.alain-chamfort.net (consulté le )
  6. a b c d e f g h et i Jean-Paul Billo, « Portrait de Gérard Louvin », sur francebleu.fr, (consulté le )
  7. Interview – Gérard Louvin : « Je suis très fier de mon fils » , La Voix du nord, 1er juillet 2016
  8. a b et c « TF1 finalise le rachat complet de Glem, Gérard Louvin continue en solo », sur strategies.fr, (consulté le ).
  9. (en) Star Academy en concert sur l’Internet Movie Database
  10. (en) Roméo et Juliette, de la haine à l'amour sur l’Internet Movie Database
  11. « Article sur le spectacle », Le Parisien, 04/01/2004
  12. Site de Jean-Lou de Tapia
  13. a b et c Fiche de Gérard Louvin sur premiere.fr
  14. « L'Olympia s'évade avec « Georgian Legend » », Le Parisien, 12/07/2004
  15. « Fiche du spectacle » sur le site des Folies Bergère
  16. « Interview d'Arnaud Gidoin »
  17. « Fiche du spectacle » sur le site des Folies Bergère
  18. a b c d e et f « Gérard Louvin : la nouvelle recrue de Cyril Hanouna », sur closermag.fr, (consulté le ).
  19. « La Une rappelle l'un de ses grands anciens », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  20. « Gérard Louvin quitte « Touche pas à mon poste » »
  21. Clémence Peyron, « Gérard Louvin exclu de TPMP pour avoir giflé un technicien (VIDEO) - videos - Télé 2 semaines », sur programme.tv, Télé2semaines, (consulté le ).
  22. Telestar.fr, « VIDÉO. Mort de Johnny Hallyday : Gérard Louvin sous le choc, Julien Courbet soulagé qu'il ne souffre plus - Télé Star », sur www.telestar.fr, (consulté le )
  23. « Fiche du film Gawin », sur Allociné (consulté le ).
  24. « Fiche du film Cible émouvante », sur Allociné (consulté le ).
  25. « Fiche du film Les Patriotes », sur Allociné (consulté le ).
  26. « Fiche du film Les Apprentis », sur Allociné (consulté le ).
  27. « Fiche du film Me Garçu », sur Allociné (consulté le ).
  28. (fr) « Gérard Louvin façonne M FM », sur strategies.fr,
  29. (fr) « Histoire de Voltage »
  30. (fr) « MFM - Retrait partiel de Gérard Louvin », sur radioactu.com,
  31. « Gérard Louvin : « Qui n’était pas au courant que j'étais homo ? » », (consulté le )
  32. « Touche pas à mon poste : le coming out surprise de Gérard Louvin », sur reviewer.lavoixdunord.fr, (consulté le )
  33. a et b « Gérard Louvin et son mari Daniel Moyne visés par une enquête pour viols sur mineurs », sur Europe 1 (consulté le )
  34. « Touche pas à mon poste : le coming out surprise de Gérard Louvin », sur reviewer.lavoixdunord.fr, (consulté le )
  35. Kevin Boucher, « Gérard Louvin : "Qui dans Paris n'était pas au courant que je suis homo ?" », sur PureMédias, (consulté le )
  36. Cassandre Leray, « Viols sur mineurs : quatre nouvelles plaintes déposées contre le couple Louvin-Moyne », sur Libération (consulté le )
  37. Yann Bouchez, « Un éphémère président de l'association Enfants d'Asie », Le Monde,‎ , p. 12
  38. a b et c Christophe Gazzano, « Le producteur Gérard Louvin visé par une plainte pour "complicité de viols sur mineur" », sur ozap.com, (consulté le ).
  39. a b et c Sarah Lecoeuvre, « Le producteur de télévision Gérard Louvin accusé de complicité d’inceste par son neveu », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  40. a et b Yann Bouchez, « Inceste : le neveu du producteur Gérard Louvin raconte une vie « brisée » » Accès payant, sur lemonde.fr, (consulté le ) .
  41. « Quatre nouvelles plaintes contre le couple de producteurs Louvin-Moyne, pour viols et agressions sexuelles », Le Monde.fr, (consulté le )
  42. « Enquête pour viols sur mineurs ouverte contre le producteur Gérard Louvin et son mari », sur BFMTV, (consulté le )
  43. « Abus sexuels présumés : le producteur Gérard Louvin et son compagnon visés par une nouvelle enquête », sur leparisien.fr, (consulté le )
  44. « Le producteur Gérard Louvin et son mari, Daniel Moyne, visés par une nouvelle enquête pour « viols sur mineurs » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]