Philippe Clay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clay.
Philippe Clay
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Philippe Mathevet
Naissance
Paris 14e, France
Nationalité Drapeau : France Française
Décès (à 80 ans)
Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine, France
Profession Acteur, chanteur
Films notables French Cancan
Notre-Dame de Paris

Philippe Clay, de son vrai nom Philippe Mathevet, est un chanteur et acteur français, né dans le 14e arrondissement de Paris le et décédé à Issy-les-Moulineaux le d'une crise cardiaque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille se réfugie en Auvergne[1]. À l'âge de 16 ans, en 1943, il s'engage dans le maquis. À la Libération, il va ensuite rejoindre l'armée française et combattre jusqu'en Allemagne[1]. Il y découvrira le théâtre, amusant ses camarades avec de petites pièces[1].

A son retour en France, il décide d'en faire son métier et sa mère l'inscrit au Conservatoire national d'art dramatique. C'est là qu'il apprend à placer sa voix et acquiert l'art du mime. À cette époque, on le cantonne dans des rôles de grand dégingandé. Mais il en sera exclu pour indiscipline[1]. Il va alors jouer différentes pièces au théâtre de Chaillot[1].

En 1947, presque malgré lui — des amis l'ayant inscrit à son insu —, Philippe Clay gagne un concours de chant amateur dans un bar « À la colonne de la Bastille ». On lui propose alors une tournée en Afrique. Il se rend aux éditions Raoul Breton et part avec, sous le bras, une valise de chansons, dont plusieurs signées par Charles Aznavour, alors peu connu. Après avoir rodé son répertoire pendant un an, il rentre à Paris et se produit aux Trois baudets et à la Fontaine des quatre saisons.
Il fréquente alors les caves de Saint-Germain-des-Prés et devient l'ami de Jacques Prévert, Boris Vian et Serge Gainsbourg. En 1957, il passe à l'Olympia. De 1957 à 1962, il passe à quatre reprises en vedette à l'Olympia, fait de nombreuses tournées à l'étranger et connaît ses plus grands succès : Les Voyous, Festival d'Aubervilliers, Le Danseur de charleston.
Au cinéma, il est Casimir le Serpentin (rôle rappelant Valentin le Désossé) dans le film French Cancan de Jean Renoir et Clopin, le chef de la Cour des miracles, dans le Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy. Après un passage à vide, il renoue en 1971 avec le succès en chantant des chansons comme Mes universités ou La Quarantaine en réaction au mouvement de mai 68. Ce répertoire anticontestataire l'avait marqué politiquement à droite, d'autant plus que, dans la décennie suivante, il s'engage au RPR, le parti fondé par Jacques Chirac.

Il fera, en 1964, quelques duos avec Serge Gainsbourg [2].

En 1975, il joue dans Monte-Cristo, la comédie musicale d'Eddy Marnay, dont Michel Legrand est le compositeur. Le spectacle monté aux Théâtre des Champs-Élysées de Paris et mis en scène par Maurice Jacquemont ne rencontre pas le succès escompté.

C'est aussi à lui que l'on doit l'interprétation de La Complainte des apaches, générique de la série Les Brigades du Tigre, orchestré par Claude Bolling. Philippe Clay a chanté également Marseille, Le Cerisier de ma maison, Je t'aime.

Philippe Clay appartenait au cercle très fermé des comédiens-interprètes de grand talent aux côtés de Serge Reggiani, Mouloudji ou Yves Montand. Son visage anguleux, son allure filiforme qui soulignait sa grande taille (1,92 m), sa façon d'arpenter la scène à grandes enjambées, son art du mime, sa voix puissante et gouailleuse et son sens du comique en faisaient un interprète hors pair.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1954 : La Goualante du pauvre Jean
  • 1954 : Le Noyé assassiné
  • 1954 : Moi j'fais mon rond
  • 1955 : Le Danseur de charleston
  • 1957 : Cigarette, Whisky et P'tites Pépées
  • 1958 : Stances de Ronsard (Pierre de Ronsard/Léo Ferré)
  • 1960 : L'Homme de l'équateur
  • 1961 : La Dolce Vita
  • 1961 : Philippe Clay - Bleu, blanc, rouge - Epic LF 2018 - Canada
  • 1971 : Mes universités, Sidi Bel Abes, Tu veux partir va-t-en, Morose, La quarantaine, Dis ma femme, los ditactorios interdit sur les medias car faisant reference a hitler mussolini et franco,33 Tours Polydor 2473 003
  • 1973 : Au volant de ma valse - 33 tours Polydor 2473 020
  • 1974 : Marie la France - Polydor 2056 326
  • 1974 : Philippe Clay - La Complainte des apaches - Polydor 2056 378 - Canada
  • 1975 : Monte Cristo - 33 tours Polydor 2473 054
  • 1976 : Trop c'est trop - Polydor 2056 578
  • 1977 : Le temps du troc - Polydor 2056 619
  • 1977 : Mucho mucho, ce soir à dîner, c'est un 78 tours - 33 Tours Eurodisc WEA 913 158
  • 1978 : La question, le procès du dernier poète - Eurodisc WEA 911 193
  • 1980 : Soldat inconnu, Boule de flipper, yaka faucon - 33 Tours Arabella 201 754
  • 1980 : Mon pays, la Marseillaise - 45 Tours Philips 813 175-7
  • 1999 : 50 ans de carrière, 50 chansons 2 CD RYM Musique 1970752 UN 865, P

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Depuis 1966 il avait tourné dans de très nombreux téléfilms avec notamment Jean Kerchbron, Jean-Christophe Averty, Jean Delannoy, Édouard Molinaro, Marion Sarraut, Josée Dayan, F. Appédéris, M. Folgoas… et dans la série Le JAP au côté de Carlos. Dernièrement, on a vu Philippe Clay dans :

Théâtre[modifier | modifier le code]

1945 à 1949
1950 à 1953
Après 1959

Nomination[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Dans les BD de Gotlib, on peut noter la présence d'un personnage particulièrement ressemblant.

Lieux de résidence[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Nous nous sommes tant aimés, Philippe Clay, documentaire de Jérôme Revon, 2015, 45 minutes, diffusé sur France 3 le jeudi 29 mai 2015
  2. « Vidéo les mettant en scène », sur INA.fr
  3. Mes universités sur le site BNF.
  4. Mérotte sur le site BNF.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :