Amanda Sthers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queffélec et Maruani.
Amanda Sthers
Description de cette image, également commentée ci-après
Amanda Sthers à l'avant-première parisienne du film
American Bluff en 2014.
Nom de naissance Amanda Queffélec-Maruani
Alias
Amanda Sthers
Naissance (40 ans)
Paris (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Amanda Queffélec-Maruani dite Amanda Sthers[Note 1], née le à Paris, est une écrivaine et scénariste française vivant entre Paris et Los Angeles. Auteure de romans, scénarios, chansons, pièces de théâtre, et de la série Caméra Café, elle est également réalisatrice[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère, Véronique Queffélec, bretonne d'origine, est lobbyiste et avocate[réf. nécessaire]. Elle a pour cousins éloignés l'écrivain Yann Queffélec[2] et la pianiste classique Anne Queffélec. Le père d'Amanda est un psychiatre juif tunisien. Elle est l'aînée d'une famille recomposée de huit enfants [3]. Dans Ma place sur la photo, son premier livre, elle parle de son enfance et elle décrit son expérience américaine durant son adolescence dans son ouvrage Les Érections américaines.

Revenue à Paris, vivant près du parc Monceau, elle étudie à l’École internationale bilingue, au lycée Carnot puis au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine[4]. Elle a un frère, Briag Maruani, musicien et journaliste pour Rock 'n' Folk, et une sœur, la chanteuse Orianne[5].

À 15 ans, elle envoie son premier roman à l'éditeur Jean-Marc Roberts qui le refuse, mais l'encourage dans cette voie (il deviendra par la suite son éditeur). Bachelière à 16 ans, elle s'inscrit en lettres modernes à la Sorbonne tout en faisant de la télé sur TFJ où elle crée l'émission Histoires d'en parler. Elle y recueille les témoignages de rescapés des camps de concentration. Sa maîtrise de lettres modernes obtenue, elle écrit les soixante premiers épisodes de la série télévisée Caméra Café[6].

Le mercredi 27 août 2014, elle rejoint pour la première fois la nouvelle équipe de Laurent Ruquier dans Les Grosses Têtes sur RTL.

Bibliographie en détail[modifier | modifier le code]

Amanda Sthers au festival de Cannes 2010.

Son premier roman, Ma place sur la photo, sort en 2004[7].

En 2005, elle publie un deuxième roman, Chicken Street, traduit dans plus de quinze pays et élu meilleur livre de l'année en Italie par le journal La Repubblica.

C'est en 2006, avec la pièce de théâtre Le Vieux Juif blonde, qu'Amanda Sthers se fait vraiment connaître à l'international. Cette pièce de théâtre est mise en scène par Jacques Weber et interprétée par Mélanie Thierry. La pièce est ensuite rejouée au théâtre Édouard VII par Fanny Valette. Le Vieux Juif blonde est étudié à Harvard (entré au programme en 2008) et la pièce est jouée sur les scènes du monde entier.

Parallèlement, Amanda Sthers continue d'écrire et se diversifie dans les livres pour enfants avec la parution de Le Chat bleu, l'Alouette et le Canard timide en 2006, mais aussi en créant la série des P'tits Légumes en 2007[7]. 2007 est aussi l'année de la sortie de son troisième roman, Madeleine (plus de 100 000 exemplaires vendus), et d'une nouvelle pièce de théâtre, Thalasso, mettant en scène Gérard Darmon et Thierry Frémont au théâtre Hébertot. La pièce est en cours d'adaptation pour le cinéma.

Au-delà de ses activités d'auteur, Amanda Sthers a aussi participé à l'élaboration de l'album intimiste de son mari Patrick Bruel (Des souvenirs devant, 2006), pour qui elle a écrit deux chansons : Lettre au père Noël et Je fais semblant, toutes deux sorties en single.i[8]. Elle a également écrit des chansons pour Isabelle Boulay.

En 2008, elle publie chez Stock Keith me, roman sur une fausse vie de Keith Richards.

Courant 2008, Amanda Sthers réalise son premier film, Je vais te manquer, avec Pierre Arditi et Carole Bouquet. Sorti en salles le 10 juin 2009, il réunit à peine 250 000 spectateurs[réf. nécessaire]. Son roman Les Terres saintes est sorti chez Stock le 5 mai 2010.

En 2012, les éditions Stock publient son septième roman Rompre le charme. Sa nouvelle pièce de théâtre Le Lien est jouée au théâtre des Mathurins, mise en scène par Gérard Gelas, avec Chloé Lambert et Stanislas Merhar depuis août 2012 et a été jouée sur les planches du Théâtre du Chêne Noir durant le festival d'Avignon 2013.

En 2013, elle publie chez Plon Dans mes yeux, la première biographie officielle du chanteur Johnny Hallyday qui lui a raconté sa vie pendant plus d'une année. Johnny Hallyday aurait décidé « de tout dire et de se livrer sans fard, mais à une seule personne : Amanda Sthers ».[9] Dés sa parution, des extraits du livre sont sujets à des polémiques.[10]

En 2013, elle publie chez Flammarion, le livre Les Érections américaines, consacré à la tuerie de Newtown, au problème des armes aux États-Unis et à la recherche de la cause des tueries de masse. Elle arrive (p. 13/14) à la constatation et aux questions suivantes : « Je réalise que si les tueries de masse existent dans plusieurs schémas sociétaux, elles sont principalement le lot malheureux des États-Unis. Comment dans une société tournée vers la liberté individuelle, ultra-capitalisée et qui offre tant de choix, en arrive-t-on là ? Est-ce que la tuerie de masse est la version absolue du suicide contemporain? ».

En 2015, elle publie Les Promesses aux éditions Grasset.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 21 septembre 2004, Amanda Sthers épouse le chanteur français Patrick Bruel . Ils officialisent leur divorce en 2007. Le couple a eu deux enfants (Oscar, né en 2003 Léon, né en 2005).

Elle a été en couple avec le chanteur Sinclair, avec qui elle a écrit une comédie musicale pour enfants, tirée du livre pour enfants du même nom. Lili Lampion a été jouée en triomphe plus d'un an au théâtre de Paris.[réf. nécessaire] Ils sont séparés depuis l'été 2012. Par la suite, elle officialise sa liaison avec Thierry Weinberg[11], fondateur d'un cabinet de courtage, spécialisée dans l’audit et l'optimisation des contrats d’assurance, lors de l'ouverture du 66ème Festival du film de Cannes.

Choquée par les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, elle s'est expatriée depuis à Los Angeles avec ses enfants[12].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Amanda Sthers est l'une des signataires de la tribune « Français juifs et de gauche » publiée sur Libération le 8 février 2012[13].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Elle a été élue « écrivain la plus sexy du monde » par le magazine Vanity Fair[réf. nécessaire]

Amanda Sthers est représentée aux États-Unis et en Chine par l'agence artistique Entertainment Creative Interface (ECI), basée a Hollywood[14].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Amanda Sthers à la foire du livre 2010 de Brive-la-Gaillarde
Préface

.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres (2011)[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Correspond à son deuxième prénom Esther choisi en l'honneur de sa grand-mère décédée

Références[modifier | modifier le code]

  1. Amanda Sthers sur IMDb francophone
  2. « Belle du chanteur », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. Catherine Balle, « Mme Bruel est irrésistible », Le Parisien, 28 septembre 2007
  4. Anne Fulda, « Amanda Sthers, écrivain people », in Le Figaro, vendredi 15 février 2013, p. 16.
  5. Amanda Sthers, l'ombre intime et discrète du grand Patrick Bruel
  6. Catherine Balle, « Mme Bruel est irrésistible », Le Parisien, 28 septembre 2007
  7. a et b (fr) « Amanda Sthers », sur Plurielles (consulté le 2 mars 2010)
  8. (fr) « Amanda Sthers », sur Actu Star (consulté le 2 mars 2010)
  9. « Dans mes yeux », sur telerama.fr,
  10. « Le livre assassin de Johnny Hallyday fait couler de l'encre », sur lemonde.fr, (consulté le 19 avril 2018)
  11. Amanda Sthers: La belle et son amoureux officialisent lors du Festival de Cannes, sur purepeople.com, consulté le 1er août 2015
  12. Dany Jucaud, « Amanda Sthers, cap sur Hollywood », Paris Match, semaine du 21 au 27 septembre 2017, pages 102-105.
  13. « Français juifs et de gauche »
  14. Amanda Sthers, célibataire et prête pour l’amour, Enternainment Creative
  15. Eli Esseriam, « Album d'inventeur : Le carnet secret de Timothey Fusée », article du site actualitte.com du 20 mai 2017.
  16. Arrêté portant nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres, juillet 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :