Gad Elmaleh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elmaleh.
Gad Elmaleh
Description de cette image, également commentée ci-après

Gad Elmaleh le 22 octobre 2011, à l'avant-première parisienne du film Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne.

Naissance (44 ans)
Casablanca, Maroc
Nationalité Drapeau du Maroc Marocaine
Drapeau du Canada Canadienne
Drapeau de la France Française
Profession Humoriste
Acteur
Réalisateur
Films notables La Vérité si je mens ! 2
Chouchou
La Doublure

Gad Elmaleh, né le à Casablanca, est un humoriste, acteur et réalisateur maroco-canado-français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Gad Elmaleh naît le [2] au sein d'une famille juive marocaine à Casablanca, où il fait sa scolarité dans une école primaire du quartier du Maârif, puis au lycée Maïmonide et au lycée Lyautey. Il est le frère de l'acteur et chanteur Arié Elmaleh et de Judith Elmaleh, auteur et metteur en scène. Gad (גד) signifie « joie » en hébreu, Elmaleh est lié à « la qualité de ce qui est salé » en arabe[3] (El Male'h). Il est le fils de David Elmaleh, commerçant qui pratiquait l'art du mime en amateur au CAFC Conc (Cercle amical français de Casablanca), et de Régine Elmaleh. Il parle couramment anglais, arabe et hébreu[4].

Dès l'âge de cinq ans, il monte sur scène aux côtés de son père, mime, pour annoncer ses numé­ros à l'aide d’une pancarte. Fasciné par le monde du spectacle, il rêve de devenir « une sorte de Michael Jackson » et s'inspirera plus tard de son travail sur le corps, sur la gestuelle[5].

En 1987, à 16 ans, Gad quitte le Maroc pour aller étudier les sciences politiques à l'université McGill[réf. souhaitée] de Montréal (Québec), puis vient en France en 1992 à Paris, pour suivre une formation artistique au cours Florent pendant deux ans et demi en classe libre avec son ami Sébastien Ripari. Ils ont Isabelle Nanty comme professeur et obtiennent tous deux leurs diplômes[6].

Il rencontre Élie Kakou dont il devient l'assistant (s'occupant des projecteurs puis de l'intendance) et fait quelques apparitions à ses côtés sur scène[6].

Décrochant peu de rôles, il fait appel à son oncle Albert Mallet (lequel a supprimé le « El » de son nom) qui dirige Radio Shalom pour y tester ses premiers sketchs[7]. En 1996, il intègre l'équipe d'Arthur, alors animateur de la matinale d'Europe 2.

En 1997, il présente sur les planches du théâtre Trévise son premier one-man show, Décalages, mis en scène par Isabelle Nanty[6].

Révélation comique et passage au cinéma[modifier | modifier le code]

Gad Elmaleh au festival de Cannes 2003.

En 1996, il fait partie de l'équipe de La Matinale d'Arthur sur Europe 2 où il interprète des auditeurs fictifs de l'émission qui téléphonent à l'animateur. Le personnage le plus fréquemment apparu est Momo Zemio, un jeune Marocain qui a acquis la nationalité française par un mariage blanc et qui cherche à retrouver sa femme qui s'est enfuie après l'avoir dépouillé. Il s'est fait connaître pour sa première apparition à la télévision dans l'émission Studio Gabriel.

En 1997, il présente son premier spectacle en solo, Décalages, mis en scène par Isabelle Nanty et apparaît dans son premier film, Salut cousin ! de Merzak Allouache.

Il se consacre au cinéma comme acteur jouant de nombreuses comédies mais aussi interprète des rôles dramatiques comme dans L'homme est une femme comme les autres ou Train de vie.

Il présente en 2001, son second one-man-show La Vie normale et dans le rôle du séducteur Dov dans le film La Vérité si je mens ! 2.

En 2002, il joue aux côtés de Cécile de France dans le film A+ Pollux, réalisé par Luc Pagès.

En 2003, il est à l'affiche de la comédie Chouchou inspirée d'un sketch de La Vie normale dont il est également le coscénariste et où il joue un travesti romantique aux côtés d'Alain Chabat.

En 2005, il joue dans Olé ! aux côtés de Gérard Depardieu et est en tournée pour son spectacle L'autre c'est moi.

En 2006, il se retrouve au cinéma dans La Doublure de Francis Veber où il incarne François Pignon, puis dans Hors de prix de Pierre Salvadori.

Confirmation et collaborations internationales[modifier | modifier le code]

En , Gad Elmaleh réalise une mini-tournée aux États-Unis, marquée par un spectacle à Broadway au Beacon Theater devant un public de 3 000 personnes.

Le , il est élu « homme le plus drôle de l'année » par les spectateurs de TF1 devant 49 autres humoristes. Au début de l'année 2007, il reprend L'autre c'est moi (avec des modifications qui préparent son nouveau spectacle) au Maroc, en France, en Belgique et en Suisse. C'est dans le cadre du festival Juste pour rire 2007, à Montréal au Québec, que l'humoriste présente sa prestation Papa est en haut pour la première fois. La tournée commence en octobre 2007 et s'arrête en 2008.

Pendant cette pause, Gad Elmaleh réalise le film Coco, également issu de La Vie normale. Le film reçoit un accueil critique mitigé — Le Monde considère qu'il souffre d'un « scénario qui manque singulièrement de substance, une absence de consistance des personnages secondaires réduits à des rôles de faire-valoir, une fidélité trop grande au texte et aux bons mots du one-man-show »[8] — et est « récompensé » par un Gérard dans la catégorie « Gérard de la feignasse tellement décontractée du gland qu'elle recycle un de ses vieux sketches en film d'une heure et demie ». Il reprendra la tournée une fois le film sorti jusqu'en 2010. Le DVD de ce spectacle a été commercialisé le . Il reprend Papa est en haut pendant deux ans (jusqu'en 2010) à Paris au Palais des Sports, ainsi que dans le reste de la France, et réfléchit déjà à un nouveau spectacle pour 2011 portant sur l'écologie[9]. Il a animé les César en 2004, en 2005 ainsi qu'en 2010 aux côtés de Valérie Lemercier[10].

En 2011, il apparaît dans le film Minuit à Paris de Woody Allen dans lequel il joue le rôle du détective Tisserant[11] puis tient le rôle d'Omar Ben Salaad dans Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne de Steven Spielberg et Peter Jackson[12] sorti en octobre en Europe.

Début 2012, il est à l'affiche de Jack et Julie (Jack & Jill), une comédie avec Adam Sandler, Katie Holmes et Al Pacino.

Le 1er avril 2012, il reçoit avec l'ensemble de la distribution du film Jack et Julie (Jack & Jill) le Razzie Award du pire ensemble d'acteurs.

En 2013, il tourne des spots publicitaires pour la banque LCL[13]. Ces spots publicitaires sont très mal accueillis par le public, Gad Elmaleh devient même la « risée du web » selon Le Nouvel Observateur[14].

Le 19 décembre 2014, une représentation en public de Gad Elmaleh au Palais des Sports de Paris est interrompue par Arthur, lors de son émission En direct avec Arthur, puis retransmise en direct sur TF1, séquence pendant laquelle l'humoriste se voit remettre par Estelle Denis un prix pour ses 20 ans de scène, à sa grande surprise (non feinte)[15].

En octobre 2015, Gad Elmaleh et Kev Adams annoncent qu'ils préparent un spectacle en commun pour 2016 : Tout est possible[16].

Spectacles en solo[modifier | modifier le code]

Annonce du spectacle L'Autre c'est moi à l'Olympia en 2005.

Décalages[modifier | modifier le code]

Décalages[17],[18] est le titre de son premier one-man-show. Il retrace son parcours depuis le départ du Maroc, en passant par Montréal et finissant en France où il se forme au cours Florent. De nombreux personnages tels le grand-père Baba Yehya ou encore Abderrezzaq El Merhaoui ont marqué les esprits, avec des sketchs comme le McDonald's et La Chèvre de monsieur Seguin (où il revisite l'une des plus célèbres Lettres de mon Moulin d'Alphonse Daudet).

La Vie normale[modifier | modifier le code]

Le deuxième one-man-show donne naissance à Petit Oiseau, chanson devenue culte, mais aussi à de nombreux personnages comme Chouchou et Coco qu'il adaptera au grand écran. C'est avec La Vie normale[17] qu'il joue pour la première fois sur la scène de l'Olympia.

L'Autre c'est moi[modifier | modifier le code]

Dans le spectacle L'Autre c'est moi[17], contrairement aux deux précédents, Gad Elmaleh emprunte la forme du stand-up en s'adressant directement au public. Il introduit ainsi de nombreux personnages comme, notamment, celui du « Blond », l'homme parfait qui n'a aucune difficulté à surmonter les aléas de la vie. Il place ce personnage dans différents contextes comme les sports d'hiver, un restaurant, la piscine ou l'aéroport. L’Autre c'est moi attire 300 000 spectateurs, et le DVD se vend à 1 500 000 exemplaires. Le spectacle est joué à New York, Miami, Los Angeles, Londres et Casablanca.

Papa est en haut[modifier | modifier le code]

En septembre 2006, après une représentation à Montréal.

La première de Papa est en haut[17] est jouée au festival de Poupet à Saint-Malô-du-Bois en France le . Il joue aussi ce spectacle le à Montréal, dans le cadre du Festival Juste pour rire et à Tunis au festival de Carthage à guichets fermés, ainsi qu'au Paléo Festival Nyon le , devant près de 40 000 personnes. Une tournée en France entre et .

Dans ce spectacle, mis en scène par sa sœur Judith Elmaleh, il parle de son enfance, de son fils et de son père ; plus d'un million de places seront vendues. Le DVD de ce spectacle a été enregistré les 11 et 12 avril 2008 au Palais des sports de Paris et est sorti le 6 novembre 2008. Ce DVD s'est vendu à plus de 1 000 000 d'exemplaires. Gad Elmaleh a prolongé la tournée de Papa est en haut en 2010 et teste déjà des répliques de son prochain spectacle qui portera en partie sur l'écologie[19].

Sans tambour[modifier | modifier le code]

Gad Elmaleh entame en la tournée de son one-man-show intitulé Sans tambour, co-écrit avec sa sœur Judith Elmaleh.

20 ans de Scène[modifier | modifier le code]

Pour fêter son 20e anniversaire de one-man show, il organise au Palais des Sports de Paris le 16 mai 2015, accompagné de musiciens, une version de Sans tambour. Il y interprète notamment Chouchou, et certains artistes viennent comme Kev Adams, Claudia Tagbo ou encore Johnny Hallyday[20].

Musique[modifier | modifier le code]

Il chante et joue de la guitare et du piano dans La Vie normale, L'autre c'est moi et Papa est en haut. Il chante par exemple Petit oiseau dans tous ses one-man-show, Fais dodo dans Papa est en haut ou Une chèvre bleue.

Il signe notamment J'ai la haine avec Dieudonné en 2000 et la chanson Its kyz my life (en yaourt), en hommage aux Bratisla Boys disparus, en 2002. Il coïnterprète aussi avec Souad Massi la chanson du générique de fin du film Mauvaise Foi de Roschdy Zem, en 2006. En 2003, 2004 et 2013 il participe aux spectacles annuels des Enfoirés.

Il écrit et interprète l'introduction et un interlude, sous forme de sketch, du deuxième album d'Alliance Ethnik, notamment avec Jamel Debbouze avec qui il avait repris Mélissa métisse d'Ibiza et Smells like teen spirit en version raï[réf. nécessaire].

Il est présent sur la compilation de DJ Abdel Évolution 2011 sur un morceau avec L'Algerino, dans lequel il reprend le personnage Coco. Il se retrouve aussi dans Le Soldat rose 2 de Francis Cabrel où il y interprète la chanson En pâte à modeler.

Il chante la chanson How Could I Let You Go en s'accompagnant au piano dans le film Un bonheur n'arrive jamais seul.

À l'occasion d'une vidéo postée sur le net[21], il s'invite aux côtés de la chanteuse Irma pour une reprise du titre Isn't she lovely de Stevie Wonder.

En 2015, il chante aux cotés de LiMa Project le titre Danse de la joie[22] .

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Box office[modifier | modifier le code]

Films avec Gad Elmaleh ayant dépassé le million d'entrées.

Titre du film N° d'entrées Année Pays
La Vérité si je mens ! 2 7 776 367 2000 Drapeau de la France
Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne 5 293 789 2011 Drapeau des États-Unis
Chouchou 3 754 599 2003 Drapeau de la France
La Doublure 3 035 032 2005 Drapeau de la France
Coco 3 002 069 2009 Drapeau de la France
Les 11 commandements 2 835 292 2004 Drapeau de la France
La Rafle 2 821 845 2010 Drapeau de la France
Les Seigneurs 2 715 019 2012 Drapeau de la France
Hors de prix 2 124 537 2006 Drapeau de la France
La Beuze 1 794 467 2003 Drapeau de la France
Un bonheur n'arrive jamais seul 1 743 847 2012 Drapeau de la France
Minuit à Paris 1 645 081 2011 Drapeau des États-Unis

Réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Gad Elmaleh photographié en 2007 par le Studio Harcourt.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Après de brèves idylles avec l'actrice Marie Fugain puis la violoncelliste Sabine Lagarde, Gad Elmaleh se met en couple avec l'actrice Anne Brochet, avec qui il a un fils prénommé Noé, né le 1er novembre 2000. Le couple est séparé depuis 2002. Après une relation de quatre ans avec la danseuse étoile Aurélie Dupont, il vit en 2008 une idylle avec la jeune actrice Nora Arnezeder. De fin 2009 à septembre 2010, il est en couple avec la journaliste Marie Drucker[24]. Depuis décembre 2011, il a une relation avec Charlotte Casiraghi, de 15 ans sa cadette ; de nombreuses sources évoquaient un possible mariage pour le 14 septembre 2013, mais Gad Elmaleh a démenti l'information au journal américain The Washington Post[25]. Le couple a un garçon, Raphaël, né à Monaco le 17 décembre 2013[26]. Le 25 juin 2014, Raphaël est baptisé à Monaco dans la tradition catholique (religion d'État de Monaco)[27], Elmaleh renonçant ainsi à inscrire son fils dans les rites traditionnels de sa religion juive[28]. Le couple s'est séparé en octobre 2015.

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2009, Gad Elmaleh a reçu 1,93 million d'euros. Pour Coco, il s'est octroyé en tant que scénariste 400 000 €, 180 000 € comme réalisateur, et 1,5 million d'euros en tant qu'acteur. Également à la tête de cinq sociétés, il a reçu 4,18 millions d'euros de dividendes[29].

En 2012, il a touché 1,5 million d’euros pour son rôle dans Les Seigneurs, 500 000 euros pour son rôle dans Le Capital, 100 000 euros dans The Dictator. Avec un total de 2,1 millions d'euros, c'est le quatrième acteur le mieux payé en 2012 en France[30].

SwissLeaks[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SwissLeaks.

En février 2015, le journal Le Monde révèle que Gad Elmaleh figure parmi la liste des clients qui fraudaient le fisc grâce à la filiale suisse de la banque HSBC, auprès de laquelle il possédait un compte de 2006 à 2007, doté d'environ 80 000 euros. Selon le journal, sa situation aurait été régularisée depuis[31]. Il avait nié lors d'une interview à la télévision en 2009 posséder un compte en Suisse[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gad Elmaleh », sur Elle (consulté le 22 février 2014) : « Humoriste, acteur et dernièrement réalisateur doté de la triple nationalité marocaine, canadienne et française [...] »
  2. « Gad Elmaleh », sur Gala (consulté le 23 janvier 2016)
  3. « Maleh (El) », Mouna Hachim, Dictionnaire des noms de famille du Maroc, Casablanca, Le Fennec,‎ [détail de l’édition], p. 350
  4. « Gad Elmaleh, bien plus qu'un comique ! », sur aufeminin.com,‎ 2013
  5. « Gad Elmaleh – In Gad we trust », sur lesinrocks.com,‎
  6. a, b et c « Biographie de Gad Elmaleh », sur lci.tf1.fr,‎ 2014
  7. Pierre-Alain Depaum, « Gad Elmaleh : de radio Shalom à HSBC, la nouvelle biographie… », sur medias-presse.info,‎
  8. « Revue de presse », sur AlloCiné (consulté le 3 juillet 2012)
  9. GadElmaleh.org Nouveautés sur les nouveaux spectacles de Gad Elmaleh
  10. « César : Valérie Lemercier et Gad Elmaleh en duo », Voici,‎ (consulté le 27 octobre 2011)
  11. (en) « Midnight in Paris (2011) - Cast and Credits », Yahoo! Movies (consulté le 27 octobre 2011)
  12. (en) « The Adventures of Tintin (2011) - Cast and Credits », Yahoo! Movies (consulté le 27 octobre 2011)
  13. Ces comiques qui s'en mettent plein les poches avec la pub, capital.fr, 24 juillet 2014
  14. « Gad Elmaleh, risée du web : sa pub pour LCL, "gros malaise" ou pas si nulle que ça ? - le Plus »
  15. https://www.facebook.com/video.php?v=828915603837832
  16. « Gad Elmaleh et Kev Adams annoncent "Tout est possible", un spectacle en commun prévu pour 2016 », sur Al Huffington Post Maghreb-Maroc, Rabat,‎ (consulté le 28 octobre 2015)
  17. a, b, c et d (fr) « Spectacles sur son site », sur gad-elmaleh.info (consulté le 1er juillet 2010)
  18. (fr) « Spectacles décalages au palais des glaces », sur gad-elmaleh.info (consulté le 1er juillet 2010)
  19. (fr) « Papa est en haut, en direct le 24 avril sur TF1 », sur GadElmaleh.org (consulté le 1er juillet 2010)
  20. 17 mai 2015, « Vu de Twitter : fous rires contagieux devant "Gad Elmaleh, 20 ans de scène !" », sur metronews.fr
  21. « Irma & Gad Elmaleh - Isn't she lovely », sur YouTube [ format = vidéo,‎ (consulté le 3 juillet 2012)
  22. Jihane Bougrine, « L’hymne à la joie de LiMa Project ! », sur Leseco.ma,‎ (consulté le 19 octobre 2015)
  23. Maximilien Pierrette, « Gad Elmaleh sera la voix française de Moi, moche et méchant ! », sur AlloCiné,‎ (consulté le 3 juillet 2012)
  24. (fr) S. C., « Marie Drucker, heureuse célibataire », sur 20 minutes,‎
  25. http://www.pipole.net/gad-elmaleh-mariage-charlotte-casiraghi/200028/
  26. Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh parents d'un petit Raphaël ! sur le site du Point, 18 décembre 2013.
  27. Le fils de Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh baptisé à Monaco, sur le site de Monaco Matin, le 25 juin 2014.
  28. Isabelle Léouffre et Pauline Delassus, « Royal Blog - Gad & Charlotte. Fêtes de famille à Monaco », sur parismatch.com,‎
  29. « Palmarès des acteurs français les mieux payés en 2009 »,‎ (consulté le 3 juillet 2012)
  30. http://www.lejdd.fr/Economie/Images/Acteurs-francais-quels-sont-les-dix-plus-gros-salaires/Gad-Elmaleh-salaire
  31. Gad Elmaleh, Jacques Dessange, Arlette Ricci : trois visages de la fraude fiscale, Le Monde, le 8 février 2015
  32. http://www.lefigaro.fr/culture/2015/02/09/03004-20150209ARTFIG00132-swissleaks-gad-elmaleh-raille-sur-twitter.php
  33. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Koechlin, Gad Elmaleh, la vie pas normale, Éditions du Moment,‎ 2015, 231 p. (ISBN 978-2354173722)

Liens externes[modifier | modifier le code]