Jacques Pradel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pradel.
Le résumé introductif est trop court ou ne respecte pas les recommandations. (juillet 2016).

Vous pouvez le modifier en le développant.

Jacques Benoît Pradel, né le à Paris est un journaliste d'investigation, écrivain, animateur de radio et animateur de télévision français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Europe 1[modifier | modifier le code]

En 1968, Jacques Pradel intègre l’Institut d’études politiques de Paris. Pour gagner son argent de poche, il devient pigiste à Europe 1 auprès de Michel Lancelot (l'animateur vedette de l'émission Campus) et il se découvre une vocation pour la radio.

France Inter[modifier | modifier le code]

En 1976 il débute une série d'émissions sur France Inter, Lorsque l'enfant paraît avec la psychanalyste et pédiatre Françoise Dolto qui répond aux questions d'auditeurs sur le thème de l'éducation de leurs enfants. Plusieurs livres contenant des extraits de cette émission seront publiés. Cette émission reprendra bien des années plus tard avec Edwige Antier après la série Adrénaline.

Durant plusieurs années de 1983 à 1986, il animera Adrénaline (du lundi au vendredi de 20 h à 22 h) entourée d'une pléiade de reporters tels que Martine Mauléon, Philippe Risoli, John Paul Lepers, Frédéric Hache. Sous titre de l'émission, Le Magazine de la France qui bouge. But : des reportages insolites sur la réalité de la société française.

TF1[modifier | modifier le code]

Dès 1990 il incarne une série d'émissions de télévision sur TF1 qui connaissent un grand succès. Il présente ainsi deux émissions emblématiques : Perdu de vue (1990-1997), avec Jean-Marie Perhuis, Témoin numéro 1 (1993-1997), avec Patrick Meney. Ces émissions, diffusées en direct et qui rassemblent entre 7 et 10 millions des téléspectateurs, seront critiquées par certains pour leur côté racoleur, et vantées par d'autres pour leur "aide au public". Certains leur reprochent de se substituer à la police et à la justice, bien que Témoin no 1 se fasse en liaison avec la Justice, en lançant des appels à témoin à l'antenne[1].

Jacques Pradel présente aussi sur TF1 un magazine sur les phénomènes surnaturels inexpliqués : L'Odyssée de l'étrange (1995-1996), dont un numéro est consacré à l'autopsie de Roswell en octobre 1995[2]. Sa manière de présenter l'autopsie comme probablement authentique lui est vertement reprochée par les médias et la communauté scientifique[3],[4].

En 1997, Perdu de vue et Témoin numéro 1 s'arrêtent[5]. Les concepts sont usés et TF1 se lance dans une "quête de sens". Jacques Pradel quitte TF1.

Retour sur Europe 1[modifier | modifier le code]

En 1997, Jacques Pradel renoue alors avec Europe 1 pour animer à la radio Les jeux de l'info où des auditeurs s'affrontent sur des questions d'actualité. Il présente en parallèle l'émission Ciné scopie qui associe un thème médical à un film grand public.

En 2002, il anime l'émission quotidienne d'investigation Comprendre : "un magazine de la découverte et de la curiosité qui a pour objectifs d'expliquer, d'étonner, d'élargir le champ des connaissances" sur Europe 1 de h 55 à 10 h 30 ouverte aux sujets les plus divers. Des interviews de spécialistes ou de passionnés, auteurs de livres qui peuvent évoquer des sujets aussi divers que le quotidien au Moyen Âge, l’état des connaissances sur le cerveau ou encore la vie de Boris Vian etc. Il reçoit le prix Roland Dorgelès (catégorie radio) pour son excellente performance d'animateur de radio.

En 2002-2003, il coanime l'émission Femmes Enfants sur la chaîne Santé Vie.

En 2005, il fait publier un livre d'enquête journalistique et policière Disparues de l'Yonne : La huitième victime. Où il revient sur une des plus graves affaire de tueur en série du XXe siècle déclenchée en 1995 par une lettre qu'il reçoit en tant qu'animateur de télévision de son émission Perdu de vue : l'affaire Émile Louis, tueur en série de sept jeunes filles handicapées de l'Yonne. C'est d'ailleurs en grande partie grâce à cette émission que l'affaire des disparues de l'Yonne a été rouverte et résolue.

Il est passionné de plongée sous-marine et de pilotage d'avion de tourisme

En 2006, il ajoute à son émission quotidienne le matin de h à 11 h une émission hebdomadaire tous les dimanches de 15 h 30 à 17 h 0 sur le thème des voyages.

Durant la saison 2007-2008, il anime la matinale d'Europe 1 de 7 heures à 11 heures, du lundi au vendredi.

Le 21 avril 2008, après deux semaines de vacances, il annonce aux auditeurs qu’il renonce à présenter la matinale de la station, en raison d'une charge de travail trop importante. L'intérim est assuré par Jean-Michel Dhuez.

Toujours sur Europe 1, à partir d'août 2008, il anime du lundi au vendredi entre 13 h 30 (14 h jusqu'en juillet 2009) et 15 h l'émission Café crime. Cette émission analyse et raconte les grands faits divers judiciaires qu'a connus notre pays.

En outre, sur Vivolta, Jacques Pradel présente Les Dossiers Pradel en partenariat avec AETN tous les dimanches à 20 h 45. Une soirée BIO autour d'un documentaire sur une personnalité présentée comme « hors du commun », suivi d'un débat.

Le 2 juillet 2010, il quitte Europe 1.

Arrivée sur RTL[modifier | modifier le code]

Depuis le 23 août 2010, il présente sur RTL l'émission L’heure du crime tous les jours de la semaine entre 14 et 15 heures[6]. Dans la même veine que l'émission qu'il présentait sur Europe 1, ce rendez-vous quotidien relate un fait divers ayant marqué les esprits.

Auteur[modifier | modifier le code]

Auteur de quatre livres de True crime à compter de 2010, aux éditions Télémaque, Jacques Pradel a écrit une dizaine de livres à ce jour, en parallèle de son activité journalistique.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1985-1986 : Aujourd'hui la vie (Antenne 2)
  • 1987 : Ligne directe (Antenne 2)
  • 1990-1991 : La vie de famille (TF1)
  • 1990-1997 : Perdu de vue (TF1)
  • 1991-1993 : L'Amour en danger (TF1)
  • 1993-1996 : Témoin numéro 1 (TF1)
  • 1995-1996 : L'Odyssée de l'étrange (TF1)
  • 2002-2003 : Femmes Enfants (Santé Vie)
  • 2007-2009 : Les Dossiers Pradel (Vivolta)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Haïti, la république des morts vivants, avec Jean-Yves Casgha - éditions du Rocher
  • 1992 : Perdu de vue, 1 - avec J M Perthuis - Éditions Lattès
  • 1997 : Y a pas de Justice ! - avec Patrick Meney - (Editions Ramsay)
  • 2005 : Disparues de l'Yonne - la 8e victime - Éditions Michel Lafon (Résumé)
  • 2006 : Mes chemins secrets - Y a-t-il des arbres à pain aux îles Sandwitch ? - Éditions du Rocher
  • 2008 : Saint-Exupéry, l'ultime secret, avec Luc Vanrell - Éditions du Rocher
  • 2010 : La vraie Police scientifique en France - Éditions Télémaque
  • 2010 : Côté crimes : 36 affaires qui ont passionné la France - Éditions Télémaque
  • 2010 : Côté crimes - tome 2 - Éditions Télémaque
  • 2012 : Police scientifique : la révolution - Éditions Télémaque
  • 2014 : Les Génies du mal - Éditions Télémaque
  • 2016 : Vous avez dit étrange ? - Éditions Télémaque

Livre audio[modifier | modifier le code]

Œuvre d'Albert Camus

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Quand Témoin no 1 voulait rendre justice », sur liberation.fr,‎ (consulté le 16 octobre 2010)
  2. « L'Odyssée de l'étrange - L'Encyclopédie des Émissions TV », sur Toutelatele.com (consulté le 6 juin 2013)
  3. (fr) « Après sa vidéo sur «l'extra-terrestre» de Roswell, l'animateur insiste sur TF1 », sur liberation.fr,‎ (consulté le 16 octobre 2010)
  4. (fr) « Jacques Pradel et L’affaire Roswell », sur stars-oubliees.com (consulté le 7 décembre 2010)
  5. (fr) « Jacques Pradel et L’affaire Roswell », sur liberation.fr,‎ (consulté le 16 octobre 2010)
  6. Site de l'émission

Liens externes[modifier | modifier le code]