Darie Boutboul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutboul.
Darie Boutboul
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité

Darie Boutboul est née le (59 ans) à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Elle est la première femme française titulaire d'une licence de jockey amateur à avoir gagné une course du tiercé lorsqu'elle remporte le premier prix de la Plaisance en selle sur Abdonski, le à Longchamp. Elle est également connue pour sa participation aux Grosses Têtes, entre 1984 et 1985 puis entre 1995 et 2001.

Elle est la fille de Marie-Élisabeth Cons-Boutboul.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1982, Darie Boutboul fait la connaissance sur les champs de course de Jacques Perrot, avocat et ami de Laurent Fabius (ils se sont connus sur les bancs du lycée Janson-de-Sailly) ; Darie étant enceinte, le mariage eut lieu rapidement durant l'année. Laurent Fabius étant le témoin du marié.

En 1984, elle devient la première femme à remporter un tiercé sur Abdonski.

Militante du RPR, elle accompagne son époux à des dîners chez Laurent Fabius alors premier ministre du gouvernement socialiste.

Mais les relations conjugales ne sont pas au beau fixe : Darie est une femme jalouse et possessive, tandis que Jacques ne semble pas avoir été un époux fidèle ; le couple se dispute alors régulièrement. Lassé par les provocations incessantes de sa femme, Jacques décide alors de divorcer en demandant la garde de leur petit garçon.

Le 27 décembre 1985, Jacques Perrot est abattu de trois balles de .22 Long Rifle sur le palier de son appartement alors qu'il devait dîner, le soir même, avec sa belle-mère afin d'évoquer les modalités de la garde d'Adrien. Mme Cons-Boutboul déclare s’être décommandée au dernier moment et nie farouchement le meurtre face à de multiples témoignages la contredisant ; dans ce crime aussi opaque que médiatique (en janvier 1986, les prétendues « retrouvailles » de Darie et de son père Robert sont enregistrées, par l'entremise de la journaliste turfiste Pierrette Brès, et diffusées au journal de 20 heures d'Antenne 2), et bien que Marie-Élisabeth Cons-Boutboul soit rapidement soupçonnée, elle n'est pas inquiétée avant que l'affaire ne connaisse un rebondissement rocambolesque trois ans plus tard : un homme ayant touché d'importantes sommes d'argent provenant de comptes suisses de Mme Cons-Boutboul aux alentours du mois de décembre 1985 est retrouvé mort dans le port du Havre, une balle dans la nuque.

Le 24 mars 1994, la mère de Darie Boutboul est condamnée par la Cour d'assises à quinze ans de réclusion criminelle [1]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

En 1985, Darie Boutboul se lancera dans la chanson de variétés, en chantant le titre Guerrière, écrit par Jean-Marie Moreau, et musique composée par François Feldman. le titre sortira en 45tours, avec le titre la Petite Rumeur en face B. En 1986, un album 33tours devait sortir, produit par Vogue, mais les ennuis judiciaires de Darie Boutboul vont faire échouer ce projet. Par la suite, Darie Boutboul participera à l'émission de Philippe Bouvard Les Grosses têtes, en espérant renouer avec le show-business, et reprendre ses projets avortés dans la chanson, mais ce projet restera vain, car la maison de disque Vogue ne reprendra jamais le projet du disque 33tours, le reportage de Pierrette Brès diffusé en Janvier 1986, au journal de 20 heures d'Antenne 2, ayant beaucoup contribué à écorner l'image de Darie Boutboul[réf. nécessaire] .

Abdonski[modifier | modifier le code]

Abdonski, l’étalon avec lequel Darie Boutboul a gagné son tiercé en 1984 était un pur-sang mâle de 164 cm, de robe bai, né en 1980 et mort en 1998. C'était un cheval ayant une superbe conformation, solide et d'un très bon tempérament. Abdonski avait pour père Bolkonski (Irlande) et pour mère Abdecka (France). En fin de carrière, il devint étalon. En 1998, il termine sa vie à l'abattoir de Rueil-Malmaison.[réf. nécessaire]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • La Casaque de la Chance (autobiographie) - (éditions Robert Laffont - octobre 1985)
  • Pour l'amour des miens - (éditions Hachette - 1995)

Disque[modifier | modifier le code]

  • Guerrière (écrit par Jean-Marie Moreau et composé par François Feldman) avec la Petite Rumeur en face B (1985) en 45 tours (SP 2 titres) produit par Vogue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]