Robert Castel (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Castel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Robert Adolphe MoyalVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Robert CastelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Père
Conjoint
Autres informations
Distinction
Films notables
Prononciation

Robert Moyal, dit Robert Castel, est un acteur et humoriste français, né le à Bab El Oued, un quartier d'Alger, alors en Algérie française et mort le dans le 13e arrondissement de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Bab El Oued, il est le fils de Lili Labassi (Élie Moyal)[1], un des maîtres du chaâbi[2],[3].

Il débute comme musicien, joueur de tar, puis guitariste, accompagnant son père, compositeur violoniste, et chanteur de chansons légères francarabes. Jeune comédien dans la troupe du Centre régional d'art dramatique d'Alger, Robert Castel joue le rôle de Robert, le bègue dans le spectacle d'improvisation théâtrale sur la vie des pieds-noirs, La Famille Hernandez, qui est créé par Geneviève Baïlac le à Paris. Ayant fait ses premières armes au music-hall, Robert Castel commence sa carrière cinématographique à l'âge de 24 ans dans Les Amants de demain de Marcel Blistène, puis dans Un témoin dans la ville d'Édouard Molinaro.

Dès lors, et bien que cantonné dans des seconds rôles, il va enchaîner les comédies pendant près de quarante ans. Il va tourner avec des réalisateurs plus ou moins aguerris, notamment avec Serge Korber dans Un idiot à Paris en 1967, Gérard Pirès dans Elle court, elle court la banlieue en 1972 et Attention les yeux ! en 1975, Jean Girault dans Le Permis de conduire en 1973, Robert Dhéry dans Vos gueules, les mouettes ! en 1974, ou bien Georges Lautner dans Il était une fois un flic en 1971.

Il s'aventure parfois dans des projets moins comiques comme L'Insoumis d'Alain Cavalier, Deux Hommes dans la ville de José Giovanni et Dupont Lajoie de Yves Boisset. Mais aussi, toujours dans un registre burlesque, dans Le Grand Blond avec une chaussure noire d'Yves Robert, et Je suis timide mais je me soigne de Pierre Richard, deux films qui ont marqué les années 1970. On l’a vu aussi dans bon nombre de séries télévisées comme Les Saintes Chéries, « série culte » de la fin des années 1960, avec Daniel Gélin et Micheline Presle.

Il est veuf de Lucette Sahuquet, actrice pied-noir catholique, morte en 1987, avec qui il a joué des sketchs dans le registre pied-noir. Il a fait partie des Grosses têtes de Philippe Bouvard sur RTL, et des Jeux de 20 heures sur FR3, pendant plusieurs années.

En 2017, Robert Castel fait partie de la distribution du documentaire Les Magnifiques de Mathieu Alterman et Yves Azéroual, qui met en lumière l'histoire de sept jeunes gens (lui-même, Norbert Saada, Régis et Charles Talar, Charley Marouani, Enrico Macias et Philippe Clair) partis d'Afrique du Nord à l’âge de 20 ans et qui sont considérés comme ayant révolutionné la pop-culture française des années 1960 à 1980[4],[5],[6],[7].

Il meurt le à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, des suites d'une « longue maladie »[2],[3]. Il est inhumé le au cimetière parisien de Pantin (Seine-Saint-Denis), en présence de son ami Enrico Macias et de Pierre-Jean Chalençon.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « El Gusto | Robert Castel », El-gusto.fr (consulté le )
  2. a et b « Le comédien Robert Castel, père de l'humour “pied-noir”, est mort », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Mort de l’acteur Robert Castel, père de l’humour “pied-noir” », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Rich Tenorio, « Le fabuleux destin de 5 talents relaté dans un film « magnifique » », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le )
  5. Telestar.fr, « Les magnifiques Documentaire 2017 - Télé Star », sur www.telestar.fr (consulté le )
  6. « Caméra Subjective | Les Magnifiques », Paris Première, (consulté le )
  7. Alain Granat, « L'interview Jewpop de Mathieu Alterman pour son film "Les Magnifiques" », sur Jewpop, (consulté le )
  8. https://www.lepoint.fr/culture/legion-d-honneur-du-14-juillet-jean-todt-mady-mesple-bernard-arnault-claude-lanzmann-promus-14-07-2011-1352641_3.php

Liens externes[modifier | modifier le code]