Philippe Castelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Castelli
Naissance
Chaville (France)
Nationalité Française
Décès (à 79 ans)
15e arrondissement de Paris (France)
Profession Acteur
Films notables Les Barbouzes, Les Tontons flingueurs, Fantômas

Philippe Castelli est un acteur français né le à Chaville et mort le à Paris[1],[2] à l'hôpital européen Georges-Pompidou des suites d'une complication cardio-respiratoire.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

Il a tourné exclusivement des rôles de seconds plans (ou "troisième couteau", comme son ami acteur Dominique Zardi), ou de la figuration, dans 86 films, mais aussi au théâtre et dans des téléfilms. Son physique longiligne, sa démarche flegmatique et son accent parigot mais empreint d'une certaine préciosité, lui ont valu de nombreux rôles de garçons de café, de maîtres d'hôtels, de portiers et de valets de chambre. Le public l'a vu dans des scènes courtes, dans divers films qui ont eu la faveur du public ; parmi les films les plus marquants pour lui, on peut citer : Le Caporal épinglé de Jean Renoir, Landru de Claude Chabrol et ses rôles dans les films de Georges Lautner : Les Barbouzes, Les Tontons flingueurs, Les Seins de glace, Quelques messieurs trop tranquilles, Les Bons vivants, Flic ou voyou, Laisse aller, c'est une valse, Le guignolo.

Cependant, sa notoriété est due principalement, à partir de 1982, à son passage aux Grosses Têtes, émission radiophonique animée sur RTL par Philippe Bouvard. La nonchalance de sa voix, son débit assez lent, ses histoires à cent sous (généralement précédées par l'expression « Ah, j'ai une histoire !...») lui ont valu les (amicales) railleries des sociétaires de cette émission. Il a fait des apparitions dans l'émission L'Académie des neuf, au milieu des années 1980, sur Antenne 2. Il a dit : « Sans Philippe Bouvard, qui m'a imposé dans les Grosses têtes, je ne serais rien, ou alors un humble comédien, le plus souvent en quête d'un théâtre. »

Avant 1959, il avait participé au Petit conservatoire de la chanson, une célèbre émission de Mireille.

Philippe Castelli est décédé à 79 ans à l'hôpital Georges-Pompidou (Paris), de problèmes cardio-respiratoires. [1] Il est inhumé au cimetière de Montmartre, Paris, 18e arrondissement.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Apparitions non créditées[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Fantômas se déchaîne : à 12 min 45 s du début, il donne la réplique à Louis de Funès.
  • Dans la vidéo karaoké Musidol, il est dans le clip de la chanson karaoké de Joe Dassin Le dernier slow

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

  • 1981 : La Madelon des parachutistes
  • 1981 : Zim boum
  • 1982 : Merde, merde, merde (ça va pas être triste)
  • 1982 : Quel panard d'être un loubard'
  • 1984 : Grosse comme une baleine
  • 1987 : Toutes, je les veux toutes
  • 1987 : Y'a des Papous de Marie Dauphin : Le Général

Citations[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bouvard a dit de lui : « Je fus séduit par son regard de chien battu, ses oreilles de cocker, la loupe qu'il arbore sur le crâne en plus de ses lunettes et par son manque de mémoire » et également, en forme d'hommage : « Il faut être très intelligent pour savoir jouer aussi bien les imbéciles ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gens du cinéma
  2. Extrait de décès no 15/992/2006

Liens externes[modifier | modifier le code]