Carlos (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Dolto.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlos.
Carlos
Description de cette image, également commentée ci-après
Carlos au Salon International des Pêches Sportives de Paris, en 2007.
Informations générales
Surnom Carlos
Nom de naissance Yvan-Chrysostome Dolto
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 64 ans)
Clichy, France
Activité principale Chanteur, acteur
Genre musical Variété française
Années actives 1966 - 2008

Carlos, de son vrai nom Yvan-Chrysostome Dolto, né le dans le 5e arrondissement de Paris[1], et mort le à Clichy, est un chanteur, acteur et fantaisiste français.

Incarnant la variété populaire, il fut un ami proche de Dorothée, d'Eddie Barclay, de Chantal Goya, de Sim, de Dave, d'Annie Cordy, de Johnny Hallyday, de Joe Dassin, de Jeane Manson, de Coluche, et surtout de Sylvie Vartan, qui lui permit de faire ses premiers pas sur scène à ses côtés.

Son vaste répertoire est enjoué et festif, avec souvent une connotation grivoise ludique, comme les chansons Le Tirelipimpon, Papayou ou Big Bisou.

Doté d'un fort embonpoint et d'un visage naturellement débonnaire et jovial, Carlos a rapidement adopté une allure propre (colliers de fleurs, chemises hawaïennes) similaire à celle d'un autre chanteur français, Antoine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Dolto.

Né le dans le 5e arrondissement de Paris, Yvan-Chrysostome Dolto est le fils de la psychanalyste et pédiatre Françoise Dolto (née Marette) (1908-1988) et du masseur-kinésithérapeute Boris Dolto (né Boris Ivanovitch Doltovitch avant la francisation du nom) (1899-1981), un émigré russe. Il a un frère, Grégoire Dolto (1944), ingénieur, architecte naval, et une sœur, Catherine Dolto (1946), pédiatre, médecin généraliste, haptothérapeute et écrivain. Il est aussi le neveu de l'homme politique Jacques Marette (1922-1984).

Il est resté très attaché à la foi de l'Église orthodoxe. De même, il connait un peu le russe, sans toutefois le parler couramment.

En 1957, alors âgé de 14 ans, il rencontre Sylvie Vartan et devient son ami. Il se rebaptise Carlos en 1958, en hommage au percussionniste Carlos Patato Valdés qui le fascine, et devient secrétaire artistique de Sylvie Vartan à ses débuts, l'accompagnant durant dix ans partout à travers le monde entier.

En 1966, Carlos devient le parrain de David Hallyday, le fils de Johnny Hallyday et de Sylvie Vartan.

Carlos se marie en 1978 avec Michelle Toussaint, dite « Mimi », et n'ont pas d'enfant. Une interview donnée par sa femme Mimi Dolto en juin 2008 à Gala révèle que le couple a eu un fils adoptif originaire d'Asie, Fann Ming, reparti vivre dans son pays d'origine.

Formation[modifier | modifier le code]

Il obtient en 1961 un diplôme en masso-kinésithérapie à l'École française d'orthopédie et de masso-kinésithérapie (ex-école Cujas), dirigée par son père Boris Dolto.

C'est en 1966 qu'il se découvre une vraie passion pour l'interprétation : il fait ses débuts en tant que chanteur amateur et rencontre assez vite un franc succès auprès du public parisien grâce à son air guilleret et son physique corpulent.

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1960 et 1970 : entre musique et cinéma[modifier | modifier le code]

Dessin représentant Carlos.

En 1962, Carlos remplace l'animateur Lucien Morisse, puis anime l'émission radiophonique sur Europe 1 Salut les copains. De 1962 à 1972, il est le secrétaire artistique et garde du corps de Sylvie Vartan, et c'est avec elle qu'il découvre le chanteur Mike Brant lors d'un voyage à Téhéran : ils le font venir en France en 1969. Il lance également Jean-Luc Azoulay, futur fondateur d'AB Productions et de JLA Productions qu'il prend comme assistant, puis qu'il recommande à Sylvie Vartan pour lui succéder comme secrétaire artistique en 1972.

En 1964, il tient un petit rôle dans le film tiré de la pièce de Marcel Achard, Patate. En 1967, le public découvre sa voix sur deux titres de Sylvie Vartan : Pas drôle cette histoire-là (composé par Johnny Hallyday) et le tube 2 minutes 35 de bonheur (écrit par Frank Thomas), suivis l'année suivante par Un p'tit peu beaucoup également sur disque et sur scène avec Sylvie Vartan. En 1969, il enregistre son premier disque 45 tours en solo avec la chanson La vie est belle, puis un deuxième l'année suivante : Y'a des Indiens partout avec lequel il obtient un disque d'or.

En 1971, il adapte la chanson brésilienne Festa Para Um Rei Negro, sous le titre de La Bamboula. En 1972, il a un petit rôle dans le film Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard, et obtient un second disque d'or pour La cantine.

À partir de 1972, il participe une quarantaine de fois, en invité ou en vedette, aux émissions de Maritie et Gilbert Carpentier (Top à..., Numéro un) dans des personnages déguisés et des situations burlesques souvent imaginés par Jean-Jacques Debout, aux côtés de Sylvie Vartan, Chantal Goya, Thierry Le Luron ou Joe Dassin.

En 1972, il fait une série de concerts à l'Olympia, un pari risqué, et est très critiqué par le "métier"[réf. nécessaire], car l'Olympia est alors le passage obligé pour tout artiste en quête de reconnaissance et surtout du fait qu'à l'époque, Carlos n'a encore enregistré aucun album (sa discographie ne compte alors que quelques 45 tours entregistrés entre 1969 et 1971), ce qui, aux yeux des puristes et des professionnels de la scène, lui enlève toute légitimité. Soutenu par Joe Dassin et Sylvie Vartan, Carlos passe outre. La même année, est diffusée chez AMI Records un album live, qui est donc son premier disque 33 tours.

Toutefois, pour Carlos, l'expérience de l'Olympia ne sera pas négative, mais il comprend qu'il peut commencer sur d'autres scènes plus modestes. À titre personnel, il réalise surtout que la scène est très importante pour partager son humour avec le public et pour faire vivre son personnage de chanteur fantaisiste pour lequel il devient célèbre.

1972 est aussi l'année de la disparition de l'un des maîtres de la chanson fantaisiste en France : Boby Lapointe. Carlos rencontre ce chanteur lors de l'émission de variétés La lanterne magique, de Jean-Christophe Averty, en 1971, où il partage la vedette avec Michel Fugain et Dani, entre autres.

Entre 1972 et 1991, Carlos fait énormément de scènes, souvent dans des parcs, des jardins publics ou des petites salles, ou il retrouve un public fidèle.

En 1973, il enregistre, avec Joe Dassin, Alice Dona et Joëlle du groupe Il était une fois, l'album Une journée de Monsieur Chose, et obtient un nouveau disque d'or avec Cocotte en papier. En 1975, Señor Météo est disque d'or. En 1977, en pleine période punk, il revient des États-Unis et sort la fameuse chanson Big Bisou.

En 1978, il enregistre une reprise de Rosalie de Georges Plonquitte[2], un nouveau tube encore, et se marie avec Michelle Toussaint, dite « Mimi ». Les témoins sont Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Michel Sardou et Claude Mulot.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En août 1980, Carlos est très affecté par le décès de son ami Joe Dassin. Très présent, avec lui, dans les émissions de variétés de Maritie et Gilbert Carpentier (dont la série des Numéro un, depuis 1968), il diminue à partir de cette date ses apparitions musicales dans les émissions de variétés, sauf dans l'émission de Michel Drucker, Champs-Élysées, et Système 2 de son ami Guy Lux.

Le 15 mai 1982, il est de nouveau très éprouvé par la mort brutale de la chanteuse du groupe Il était une fois, Joëlle Mogensen, qui faisait partie de la « bande à Jojo » (de Joe Dassin), et qui apparaissait régulièrement dans les émissions de variétés Numéro un de Maritie et Gilbert Carpentier, aux côtés de Joe Dassin, Jeane Manson, Chantal Goya, Sylvie Vartan, et Jean-Claude Brialy. La série des émissions de variétés Numéro un cesse en janvier 1982 : pour Carlos, c'est la fin d'une époque.

Les années 1983 et 1984 sont consacrées à de longues tournées, où il sillonne la France avec son équipe de musiciens : il rencontre la France des petits villages, à travers des concerts avec un public restreint, dans des salles des fêtes, la France des villes moyennes, avec des concerts souvent organisés dans des parcs, et réalise des concerts importants à l'Olympia ou au Bataclan. Sa vaste tournée montre son amour pour un public fidèle, tout en restant un artiste abordable, qui n'hésite pas à aller chanter dans de petits villages. Sa popularité en est plus que confortée. Souvent, il croise le chanteur Pierre Bachelet, qui comme lui, n'hésite pas à chanter dans des petites communes et des petites salles.

En 1985, il adapte la série télévisée d'animation américaine Fat Albert and the Cosby Kids, qui devient ainsi T'as l'bonjour d'Albert[réf. nécessaire]. Il accompagne son ami l'humoriste Coluche dans la création des Restos du Cœur. Toujours en 1985, en couche-culotte et muni d'un hochet, il interprète le rôle du bébé, lors du mariage parodique de Thierry le Luron et de Coluche.

En 1988, Carlos devient l'emblème du parc d'attractions Mirapolis, ouvert à Courdimanche à côté de Pontoise dans le Val-d'Oise : il y est présent toutes les week-ends, mais le parc fait faillite en moins de cinq ans. Habitant la commune, il se présente aux élections municipales de 1989 à Courdimanche, sur la liste du futur maire[3], mais il n'est pas élu. Il marque également les années 1980 en ambassadeur de la marque de boissons fruitées Oasis, sa chanson Rosalie étant détournée dans les publicités télévisées[4],[5]. En 1989, il anime le magazine de découvertes géographiques Sirocco, durant la saison estivale sur TF1.

Il est narrateur de la version française de la série animée T'as l'bonjour d'Albert (Fat Albert and the Cosby Kids)[Contradiction], dont il interprète le générique français. Ce dessin animé se déroule dans le quartier noir d'une ville américaine.

Années 1990 : une seconde carrière à la télévision[modifier | modifier le code]

De 1987 à 1997, il devient le parrain du Club Dorothée, où il est régulièrement invité dans l'émission jeunesse de TF1, et interprète de nombreux duos avec son amie Dorothée. Il est aussi le fil conducteur de tous les grands spectacles et comédies musicales de la chanteuse, diffusés sur TF1, en première partie de soirée : Dorothée Show en 1987, Le cadeau de Noël de 1991, Le cadeau de la rentrée de 1992 et les Dorothée Rock'n'roll Show en 1993 et 1994.

En 1992, Haim Saban, un Américain connu en 1970, grâce à Mike Brant, qui a créé, entre autres, les Power Rangers, contacte Carlos depuis Los Angeles afin de créer un nouveau dessin animé dont Carlos lui-même serait le héros : Les Aventures de Carlos[6].

De 1992 à 1996, il change de registre en jouant dans une série télévisée de Jean-Pierre Bouyxou et Didier Philippe-Gérard sur TF1, Le JAP, juge d'application des peines, dans laquelle il incarne un juge de l'application des peines.

En 1994, devenu l'égérie de la nouvelle collection presse des Éditions Atlas, Le monde fabuleux des Contes, il en assure le lancement publicitaire[7].

Il participe régulièrement à l'émission de radio et télévisée Les Grosses Têtes, de Philippe Bouvard, entre 1992 et 1997.

En 1996, Carlos propose à AB Productions un projet de comédie musicale dans laquelle il doit jouer le rôle-titre, mais AB Productions refuse de la financer. Il quitte AB Disques peu de temps après.

Beaucoup moins populaire à la fin des années 1990, surtout auprès des plus jeunes générations, il sort son dernier album en 2001, et arrête la scène. À partir des années 1990, il est surtout considéré comme un has been, c'est-à-dire une ancienne vedette, qui a connu jadis ses heures de gloire, et est dès lors surtout actif dans des soirées mondaines, ou en s'impliquant dans diverses associations, qu'il aide grâce à sa notoriété. Il continue cependant à apparaître très souvent à la télévision, ou il aborde des sujets divers, souvent très éloignés du monde musical ou du spectacle, comme la politique, le jardinage, ou les écrits de sa mère Françoise Dolto. Il continue à espérer des projets intéressants et importants au cinéma ou à la télévision, mais aucun projet important ne lui est proposé.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Tombe de Carlos et de sa famille au cimetière de Bourg-la-Reine.

De 2000 à 2007, il réalise des films documentaires de 52 minutes pour la série Le Gros homme et la Mer, produite par Dominique Le Pivert (Grenade Productions), avec Jean-Pierre Daudet, pour les chaînes Odyssée et Voyage. Douze films sont réalisés, dans lesquels il fait partager ses goûts pour la pêche au gros et ses voyages ensoleillés (La Réunion, le Sénégal, le Mexique, les Caraïbes, les îles du Cap-Vert, l'archipel des Bijagos, le Cameroun, Tahiti, la Turquie, l'île Maurice, Cuba).

Il soutient Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007. Sa dernière apparition télévisuelle est dans l'émission Vivement Dimanche de Michel Drucker, consacrée à Dorothée, le 4 novembre 2007.

Le , il participe une dernière fois à l'émission de radio de Les Grosses Têtes[8], durant laquelle il ne laisse rien paraître de sa maladie alors qu'il sort d'une permission accordée par les médecins de l'hôpital Beaujon de Clichy. L'émission est filmée : c'est sa dernière apparition à l'image.

Le à h 45, malade depuis 3 mois, il meurt d'un cancer du foie foudroyant, à l'âge de 64 ans, à l'hôpital Beaujon de Clichy, où il est hospitalisé depuis début janvier 2008[9]. Il repose au cimetière de Bourg-la-Reine, dans le caveau familial. Comble du destin, Carlos est mort juste un mois après Carlos Patato Valdés, qui lui a inspiré son pseudonyme, décédé en décembre 2007.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Album double 69-74
  • 1984 : Tubes à Boum
  • 1993 : La fête avec Carlos (AB Disques, AB Productions, réenregistrement de ses plus grands hits)
  • 1998 : Fiesta Carlos, les incontournables
  • 2004 : Le Roi de la Fête

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Films publicitaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]