Thierry Roland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roland.
Thierry Roland
Image illustrative de l’article Thierry Roland
Thierry Roland en 2012.

Surnom « La voix du football »[1],[2]
Nom de naissance Thierry José Roland
Naissance
Boulogne-Billancourt (Île-de-France, France)
Décès (à 74 ans)
Paris (Île-de-France, France)
Profession Journaliste sportif
Commentateur sportif
Spécialité Football
Années d'activité 1955-2012
Distinctions honorifiques Sept d'or en 1997
Médias
Média principal Télévision
Pays Drapeau de la France France
Télévision ORTF (1955-1968)
Antenne 2 (1975-1984)
TF1 (1984-2005)
M6 (2005-2012)

Thierry Roland, né le à Boulogne-Billancourt et mort le [3] à Paris, est un journaliste sportif français et un célèbre commentateur de matchs de football.

D'une longévité exceptionnelle à l'antenne, il a longtemps travaillé pour Antenne 2, puis pour TF1 avant de rejoindre M6. Il a ainsi commenté durant sa carrière 13 coupes du monde, 9 championnats d'Europe (« Euros »)[4] et 1 360 matchs de football. Il fut également commentateur pour certaines compétitions d'athlétisme, de boxe et a couvert plusieurs Jeux olympiques depuis 1960.

Jouissant d’une grande popularité en tant que commentateur des matches de football, il a souvent été surnommé « la voix du football » ou « la voix de l’équipe de France ». À sa mort, une minute de silence a été observée lors du match France-Suède lors de l'Euro 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Thierry Roland est le fils de Claude-Roland Lévy, dit Claude Roland[5] français juif et résistant gaulliste, bijoutier à Paris, qui meurt d'une méningite virale à 35 ans, alors que son fils n'avait pas dix ans[6], et de Lioubor Protassieff[réf. souhaitée], russe née à Saint-Pétersbourg.

Adolescent, il est élève à Gerson, puis à Janson de Sailly, et au Cours Pollès. Son frère, Claude Roland (1946-2007), fut conseiller de Paris, adjoint au maire du IXe arrondissement et secrétaire national du RPR chargé des relations internationales[7].

Dans sa jeunesse, il joue un peu au football et est un supporter du club parisien du Racing Club de France — il est ainsi ramasseur de balle le 8 mai 1949 lors de la finale de la Coupe de France (victoire du Racing 5-2 face à Lille).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1955, à dix-huit ans, Thierry Roland est engagé à la radio par Georges Briquet[4], à l'émission duquel il avait participé en 1949, alors âgé de douze ans. Il commence alors sa carrière au service des sports de la RTF, puis de l'ORTF[4]. C'est Raymond Marcillac, créateur du premier service des sports à la télévision française, qui le fait passer devant les caméras[4]. Il participe notamment à l'émission Les Coulisses de l'exploit consacré aux grand exploits sportifs, et où officièrent notamment Michel Drucker, Robert Chapatte, Adolphe Dhrey[8] et Roger Couderc et écrit des articles consacrés aux sports pour Télé Magazine[9].

En 1962, il commente sa première Coupe du monde de football au Chili. Il est ensuite victime des licenciements effectués sur la radio-télévision publique après les évènements de mai 68. Il rejoint alors France Inter (1969-1975), puis revient à la télévision sur Antenne 2 (1975-1984). Il est tout d'abord en binôme avec Bernard Père[10], mais en 1979, il commence également à commenter avec Jean-Michel Larqué[4], qui vient de mettre fin à sa carrière de footballeur. Dans un premier temps, Bernard Père et Larqué alternent à tour de rôle comme consultant auprès de Thierry Roland avant que antenne 2 donne sa préférence définitive à Jean Michel Larqué. Le binôme Roland-Larqué va perdurer durant plus de 30 ans, tout d’abord sur Antenne 2, puis sur TF1. Le duo va même peu à peu gagner en célébrité au point de finir par incarner en France la voix du foot et d'être parodié aux Guignols de l'info. Thierry Roland jouait le rôle du commentateur supporteur et Larqué apportait un commentaire plus technique.

Outre le football, il fut également commentateur pour certaines compétitions d'athlétisme, de boxe et a couvert plusieurs Jeux olympiques depuis 1960[réf. nécessaire].

En 1984, Roland et Larqué quittent la deuxième chaîne pour TF1. Outre les commentaires des matches, ils animent de 1984 à 2003 le magazine Téléfoot, alors l'émission française phare du football le dimanche matin. Ils sont présents comme commentateurs lors des drames du Heysel (finale de la Coupe des clubs champions européens 1984-1985) et de Furiani (demi-finale de la Coupe de France de football 1991-1992).

En 1997, il remporte le Sept d'or du Meilleur journaliste sportif. Cette année-là, il coprésente également l'émission Intervilles. Avec Jean-Michel Larqué, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur le par Jacques Chirac[11].

Victime d'une rupture d'anévrisme en 2003, il sera obligé de prendre du repos. Il est mis à l'écart par TF1 à la fin de l'année 2004, et est remplacé par Thierry Gilardi, transfuge de Canal+, pour les commentaires des principaux matchs et la présentation de Téléfoot. Il continue sur TF1 pendant encore quelques mois, limité alors à commenter quelques matchs de Coupe de France. Il poursuit en parallèle sa carrière de commentateurs sur la filiale de TF1, TPS Star. Le , il commente alors ce qui est annoncé comme son dernier commentaire d'un match de l'équipe de France, une rencontre amicale contre la Pologne (0-0) au Stade de France[12]. Il commente son dernier match sur TF1 le , lors de la finale de la Coupe de France Auxerre-Sedan.

À la surprise générale, Thierry Roland sort de sa retraite le , en annonçant son arrivée sur la chaîne rivale M6. Cette dernière, qui se lance dans la diffusion de grandes compétitions de football, était à la recherche d'un commentateur reconnu. Il va alors couvrir une partie des matchs de la Coupe du monde 2006 (mais pas ceux de l'équipe de France dont TF1 détient l'exclusivité) en association avec l'ancien footballeur Frank Lebœuf[13], champion du monde 1998. Il fera de régulières apparitions dans l'émission 100 % Foot durant la première saison (2005-2006) et en est devenu chroniqueur en septembre 2006. Il est également consultant régulier pour l'émission Direct sport sur la chaine Direct 8.

En juin 2008, il commente les matches de l'Euro 2008 sur M6, toujours avec Frank Lebœuf, qui marque ses retrouvailles avec l'équipe de France le à l'occasion du match Roumanie-France (0-0) ainsi que le avec France-Italie (0-2), dont M6 assure la diffusion.

En 2011, il est consultant sur la chaine CFoot et présente le magazine Grande Histoire.

Le , il commente sur M6 le match entre la Roumanie et la France (0-0) avec son ancien compère de TF1, Jean-Michel Larqué. Le même mois, il arrive sur une radio lyonnaise, Tonic Radio, sur laquelle il coprésente le lundi soir (18 h - 20 h) un débat sur l'actualité du football.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Thierry Roland est aussi l'un des sociétaires phare de l'émission Les Grosses Têtes sur RTL et TF1, où il se fait remarquer par son rire très particulier qui suscite de nombreux quolibets et railleries de la part de Philippe Bouvard, d'Olivier de Kersauson et de Francis Perrin, qui s'amusent à l'imiter[réf. souhaitée].

Depuis la fin des années 1980, il est aussi le pronostiqueur vedette de l'hebdomadaire de paris sportifs Lotofoot Magazine[réf. souhaitée], et a présenté avec Moon Dailly quelques épisodes de l'émission Takeshi's Castle sur M6 en décembre 2006. Il a également fait des apparitions dans quelques films, y jouant son propre rôle, dont Delphine 1, Yvan 0 et Trois zéros.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages sportifs dont La fabuleuse histoire de la Coupe du monde et La fabuleuse histoire des coupes d'Europe. Ami de nombreux joueurs, il est président du Variétés Club de France depuis mars 1980, une équipe où évoluent de nombreux anciens internationaux et des célébrités, notamment son ami Michel Platini.

Dans les années 1980, il est membre du groupe de musique Carton Rouge, dont la chanson phare est Troisième mi-temps.[réf. souhaitée]

Vie privée et mort[modifier | modifier le code]

En 2004, après 28 ans de vie commune, Thierry Roland épouse la réalisatrice de télévision Françoise Boulain à Coulommiers[réf. nécessaire]. L'union est célébrée par Guy Drut, le maire de la commune, et pour l'occasion Thierry Roland se fait enregistrer comme habitant au logis de ce dernier, bien que domicilié dans une autre commune[réf. nécessaire]. Ils ont un enfant, nommé Gary.

Thierry Roland meurt le , vers trois heures du matin, à l'âge de 74 ans, des suites d'un accident vasculaire cérébral. Selon le journaliste Jacques Vendroux, « il a regardé le match de l'équipe de France et puis il s’est endormi et il a fait un AVC vers 3 heures du matin. Les médecins ont essayé de le réanimer et Thierry n’est jamais reparti »[14],[15]. De nombreuses personnalités du football et du journalisme lui rendent hommage[1].

Après sa mort, son ancien partenaire Jean-Michel Larqué indique que Thierry Roland aurait dû commenter l'Euro 2012 à ses côtés mais qu'il avait du renoncer à la dernière minute[14], devant se faire opérer pour un calcul biliaire[16] : « Il se faisait une telle joie de reformer le tandem. Il est parti sans ça. Le plus terrible c'est que sa dernière joie j'aurais pu la lui procurer »[17]. Le jour de sa mort, la station RTL organise une émission spéciale en son honneur[18].

Ses obsèques sont célébrées le en l'église Sainte-Clotilde, dans le 7e arrondissement de Paris. Il est inhumé au cimetière de Passy, dans le 16e arrondissement de Paris[19].

Hommages[modifier | modifier le code]

À la suite de la mort de Thierry Roland, une minute de silence est observée en son honneur lors du match France-Suède de l'Euro 2012 à Kiev[20]. Le , la tribune de presse du Stade de France est rebaptisée à son nom, à l'occasion du match amical France-Allemagne (1-2)[21].

Jouissant d’une grande popularité en tant que commentateur des matches de football, Thierry Roland a souvent été surnommé « la voix du football » ou « la voix de l’équipe de France »[1],[2]. L'animateur de télévision Jean-Pierre Foucault disait de lui qu'il était « vendu avec le poste » lorsque l'on achetait une télévision[2].

Style de commentateur[modifier | modifier le code]

Certaines des expressions de Thierry Roland lors de ses commentaires de matches, tels : « Ces deux-là ne passeront pas leurs vacances ensemble », « Fauché comme un lapin en plein vol », « Il a avalé la trompette », « Le ballon est allé dans le zig et lui est allé dans le zag », « Il n'a pas fait le voyage pour rien » ou « Ce n'est pas la ligne droite de Longchamp », contribuèrent à sa popularité[réf. souhaitée].

Mais, il fut aussi très critiqué pour son côté franchouillard, pour ses insultes envers l'arbitre (« M. Foote, vous êtes un salaud ! »[22]) ou à propos d'un arbitre roumain « J'ai jamais vu un fumier pareil ! Michel Hidalgo m'a dit hier que les Roumains étaient les plus faciles à acheter »[23], son sexisme et certaines expressions à connotation raciste ou simplement abusives[23]. Ainsi, commentant la finale de la Coupe de France 1966 pour l'ORTF, il expliqua à la suite de la victoire du RC Strasbourg que « la Coupe quittait la France »[24].

Son style très particulier lui valut d'être une caricature pour l'émission humoristique Les Guignols de l'info.

Publications[modifier | modifier le code]

Thierry Roland à la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde en novembre 2010.
  • « La fabuleuse histoire des coupes d'Europe des origines à 1973 », première partie de La Fabuleuse histoire des coupes d'Europe des clubs, ODIL, 1985.
  • « La fabuleuse histoire des coupes d'Europe de 1974 à nos jours », deuxième partie de La Fabuleuse histoire des coupes d'Europe des clubs, Nathan, 1987.
  • Tout à fait, Jean-Michel ! : Fragments d'un discours sur le football (avec Jean-Michel Larqué, illustrations de Jean-Jacques Sempé), Seuil, 1993.
  • La légende de la coupe du monde, Minerva, 1998.
  • La Balle au centre. Mémoires (avec Dominique Grimault), Flammarion, 2001.
  • La Fabuleuse histoire de la Coupe du monde, Minerva, 2002.
  • Mes 100 plus grands matchs, Larousse, 2005
  • Mes 100 plus grands joueurs, Larousse, 2006.
  • 100 % Bleus, Solar, 2008.
  • Mes 13 coupes du monde, Éditions du Rocher, 2010.
  • Les Grandes Années du Football (avec Jean-Paul Vespini), préface de Michel Hidalgo, Jacob-Duvernet, Paris, 2011. (ISBN 978-2-8472436-11)
  • Êtes-vous fort en foot ?, Larousse, 2011.
  • Mes plus grands moments de football, Larousse, 2012.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Il suffit d'un ou deux excités, Footbrothers.
  • 1992 : Tout à fait Thierry, Thierry Roland, Jean-Michel Larqué, Jacky Hanouna et Manuel Del Rio Flores.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Décès de Thierry Roland : toutes les réactions », BFM TV.com, 16 juin 2012.
  2. a b et c « Françoise Boulain, épouse de Thierry Roland : Il était vendu avec le poste - RTL », vidéo de la chaine RTL sur YouTube, 5 février 2013.
  3. « Thierry Roland est décédé », L'Équipe.fr, 16 juin 2012.
  4. a b c d et e "Thierry Roland. Sixième Euro avec le micro", Le Télégramme.com, 6 juin 2008.
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k20321309/f8.image
  6. Emmanuel Berretta, « Thierry Roland, le douzième homme », Le Point.fr, 17 juin 2012.
  7. « Claude Roland est mort », Le Figaro.fr, 2 janvier 2008.
  8. Fiche sur imbd.com
  9. Par exemple, article de Thierry Roland dans Télé Magazine n°255, semaine du 11 au 17 septembre 1960, pages 76 et 77, intitulé : « ROME : Chapatte quitte la piscine olympique pour se baigner dans un camp militaire. »
  10. « Thierry Roland », Surface Football Magazine,‎ (lire en ligne)
  11. « Décret du 31 décembre 1999 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 11 novembre 2012)
  12. « Thierry Roland a fait ses adieux à TF1 », sur L'Obs.com,
  13. « Thierry Roland, l'illusion tragique », L'Humanité.fr, 13 juin 2006.
  14. a et b « Thierry Roland est décédé à 74 ans », Libération.fr, 16 juin 2012.
  15. « Thierry Roland serait mort d'un AVC », Le Point.fr avec AFP, 16 juin 2012.
  16. « Thierry Roland, voix du football, est mort », sur Le Figaro.fr,
  17. « Mort de Thierry Roland : les larmes de Jean-Michel Larqué », Le Parisien.fr, 16 juin 2012.
  18. « Décès de Thierry Roland : les personnalités lui rendent hommage », Closer.fr, 16 juin 2012.
  19. « Dernier adieu à Thierry Roland », François Miguel Boudet, Le Figaro.fr, 21 juin 2012.
  20. « Euro : minute de silence avant France-Suède pour Thierry Roland », La Dépêche.fr, 18 juin 2012.
  21. « Une tribune Thierry-Roland au SDF », L'Équipe.fr, 7 novembre 2012.
  22. « "M. Foote vous êtes un salaud", le meilleur du pire de Thierry Roland », Ouest France.fr, 26 septembre 2013.
  23. a et b « Décès de Thierry Roland, légende du commentaire sportif en France », RFI.fr, 16 juin 2012.
  24. [PDF] « Rencontre avec Paul Frantz »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]