Michel Bussi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussi.
Michel Bussi
Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Bussi lors du salon du livre de 2015.

Naissance (51 ans)
Louviers (Eure)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Un avion sans elle, Nymphéas noirs, N'oublier jamais, Maman a tort , Ne lâche pas ma main, Gravé dans le sable

Michel Bussi, né le à Louviers (Eure), est un auteur et politologue français, professeur de géographie à l'université de Rouen, où il dirige une UMR du CNRS. Il est spécialiste de géographie électorale.

En janvier 2016, il est selon le classement GFK-Le Figaro, troisième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso et Marc Levy (plus d'un million d'exemplaires vendus). Il est entré dans ce classement en 2014, à la 8e place (près de 480 000 livres vendus en 2013)[1] puis à la 5e en 2015 (près de 840 000 livres vendus en 2014).

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Bussi a commencé à écrire dans les années 1990. Alors jeune professeur de géographie à l’université de Rouen, il écrit un premier roman, situé à l’époque du Débarquement de Normandie. Ce dernier est refusé par l’ensemble des maisons d’édition[2]. Il écrit quelques nouvelles, s’attelle à l’exercice de l’écriture de scénarios mais sans parvenir à les faire publier. Il attendra dix ans pour que l’idée d’un roman, inspiré d’un voyage à Rome au moment du pic de popularité du Da Vinci Code de Dan Brown, s’impose. Ce succès d’édition international, ainsi que la lecture d’une réédition de Maurice Leblanc pour le centenaire d’Arsène Lupin[3], le poussent à se lancer dans un travail d’enquêteur. De retour à Rouen, équipé de ses cartes de l’IGN, il noircit des carnets jusqu’à pouvoir proposer, en 2006, un manuscrit intitulé Code Lupin à un éditeur régional et universitaire, les éditions des Falaises. Ce premier roman sera réédité neuf fois.

Plusieurs années seront nécessaires pour que les ouvrages de Michel Bussi, qui paraissent au rythme d’un par an, tel Mourir sur Seine en 2008, ou Nymphéas Noirs en 2011, voient leurs ventes s’envoler. Après une série de récompenses locales, grâce à ses premières éditions en livre de poche, mais surtout grâce à la sortie en rayon polar de son ouvrage maître Un avion sans elle, l’auteur géographe est propulsé sur le devant de la scène[4].

Une des particularités de son travail est de situer la majorité de ses romans en Normandie. Ce tropisme normand, ajouté à son enseignement et ses recherches en Normandie, l’ont amené à être élu « Parrain officiel » de la Fête des Normands, édition 2014[5], fête régionale normande fêtée sur l’ensemble de son territoire et au-delà. Depuis 2013, Michel Bussi est l’auteur français de roman policier le plus lu, il se place en 8e position des auteurs les plus vendus en France[6]. Son roman N’oublier jamais, sorti en mai 2014, met « plus que jamais[7] » la Normandie au cœur de son intrigue, tout comme Maman a tort (qui se déroule au Havre), sorti en mai 2015. Son dernier roman cependant, Le temps est assassin, sorti en mai 2016, se déroule en Corse.

Ses ouvrages[modifier | modifier le code]

Son premier roman, Code Lupin, s'est vendu à plus de 7 000 exemplaires et a ensuite été publié en feuilleton, pendant 30 jours lors de l'été 2010 par le quotidien Paris Normandie. Son deuxième roman, Omaha crimes, a obtenu le prix Sang d'encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave-Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l'année.

Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l'Armada 2008 de Rouen, et qui s'est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d'exemplaires. Mourir sur Seine a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). Il a publié, en 2009, un nouveau roman, Sang famille, destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. En 2010, il participe au recueil de nouvelles Les Couleurs de l'instant, avec une longue nouvelle, T'en souviens-tu mon Anaïs ?, qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la « légende » d'Anaïs Aubert.

À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d'encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011. Il sort en poche le 5 septembre 2013.

En janvier 2012, il publie son sixième roman, Un avion sans elle, toujours aux Presses de la Cité. S'il reste fidèle aux intrigues psychologiques basées sur les faux-semblants et la manipulation du lecteur, mêlant passé et présent, ce roman pour la première fois n'est pas principalement situé en Normandie. Salué par Gérald Collard comme le polar de l'année, Un avion sans elle est récompensé par le prix Maison de la presse 2012, le prix du roman populaire 2012 et le prix du meilleur polar francophone 2012 (Montigny-les-Cormeilles). Vendu à plus de 800 000 exemplaires en France, il est actuellement traduit dans 32 pays dans le monde (Chine, États-Unis, Espagne, Allemagne, Italie, Russie, Pologne, Bulgarie, Hongrie, Japon, Corée, Lituanie, Portugal, Taïwan, Angleterre, Israël, Brésil, république Tchèque, Slovaquie, Norvège, Grèce, Turquie, Pays-Bas, Viêt Nam, Lettonie, Roumanie, Serbie…). Les droits ont été achetés pour une adaptation cinématographique. Il est publié en feuilleton dans l'Est républicain, à partir de septembre 2013 et pendant plus de 200 jours.

En mars 2013, les Presses de la Cité publient le septième roman de Michel Bussi : Ne lâche pas ma main. L'intrigue se déroule sous le soleil et les palmiers de La Réunion. Décor idyllique pour un couple amoureux, pourtant le rêve tourne au cauchemar lorsque la femme disparaît de sa chambre d’hôtel. Son mari, soupçonné du meurtre, s’enfuit en embarquant leur fille. Une course poursuite commence alors… Ce roman est finaliste 2012 du prix Relay des voyageurs (roman du mois de mai), finaliste du grand prix de littérature policière, a reçu le prix du roman insulaire 2013, et les droits ont été achetés pour une adaptation télé.

En mai 2014, il publie son huitième roman N’oublier jamais, toujours aux Presses de la cité, alors que Ne lâche pas ma main sort en poche, chez Pocket, le même jour. Suivent en 2015 et 2016 Maman a tort et Le temps est assassin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Omaha Crimes

  • 2007, prix Sang d'encre de la ville de Vienne (Isère)
  • 2008, prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens
  • 2008, prix littéraire lycéen de la ville de Caen
  • 2008, prix Octave-Mirbeau de la ville de Trévières
  • 2008, prix des lecteurs Ancres noires de la ville du Havre

Mourir sur Seine

  • 2008, prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde)

Nymphéas noirs

  • 2011, prix des lecteurs du festival Polar de Cognac
  • 2011, prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon)
  • 2011, prix Michel-Lebrun de la 25e heure du Mans
  • 2011, Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands
  • 2011, prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d'encre »)
  • 2011, Finaliste du prix mystère de la critique (3e), du prix du polar francophone de Montigny-lès-Cormeilles (2e), du prix marseillais du polar, du prix Polar de Cognac, du prix du roman populaire d'Elven, du prix Plume-Libre, du prix plume de Cristal du festival policier de Liège.
  • 2014, prix "critiques-libres.com" (site de littérature en ligne-14 000 membres)
  • 2015, Prix Domitys (prix des maisons de retraite)

Un avion sans elle

  • 2012, prix Maison de la Presse
  • 2012, prix du polar francophone de Montigny-lès-Cormeilles
  • 2012, prix du roman populaire (Elven)
  • 2012, prix "à chacun son histoire", (Estaimpuis, Belgique).
  • 2012, finaliste du Grand Prix de littérature policière, finaliste du prix Polar de Cognac
  • 2013, prix polar des lecteurs, NVN, le Noir du Val Noir (Vaugneray)
  • 2014, prix Dupuy 2014 (lycée Dupuy de Lôme)

Ne lâche pas ma main

  • 2013, Livre du mois de mai, prix Relay des voyageurs-Europe 1
  • 2013, Prix du roman insulaire, salon du livre insulaire d'Ouessant, catégorie « policier »
  • 2013, Prix des lecteurs "Voyage au cœur du polar", bibliothèque de Mesnil-Esnard.
  • 2014, Prix littéraire du Pays de Pouzauges
  • 2014, Prix "la Plume Martraise" (Martres-Tolosane)
  • 2013, finaliste du grand prix de littérature policière, finaliste du prix Interpol'art, finaliste du prix POlar de Cognac

Maman a tort

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mohammed Aïssaoui, « Michel Bussi, auteur populaire », Le Figaro, encart « Culture », lundi , p. 48.
  2. « Michel Bussi, la nouvelle star », Le Nouvel Observateur, article de David Caviglioli, . Consulté le 4 septembre 2014.
  3. « Michel Bussi: géographe le jour, auteur de polars la nuit », L’Express, article de Marianne Payot, publié le . Consulté le 4 septembre 2014.
  4. « Les incontournables d'Europe - Michel Bussi », Europe 1, entretien de Nikos Aliagas, publié le . Consulté le 4 septembre 2014.
  5. « Michel Bussi, parrain officiel de la Fête des Normands », Site officiel de la Fête des Normands. Consulté le 4 septembre 2014.
  6. « Les dix best-sellers français de l’année 2013 », Le Figaro, publié le . Consulté le 4 septembre 2014.
  7. « Michel Bussi, l'auteur de polars de Rouen à succès, remet le couvert », 76actu, entretien de Thierry Chion, publié le . Consulté le 4 septembre 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]