Nicoletta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicoletta
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Nom de naissance Nicole Grisoni
Naissance (74 ans)
Thonon-les-Bains,
Drapeau de la France France
Activité principale Chanteuse
Genre musical Pop, gospel, rhythm and blues, soul
Années actives Depuis 1961
Labels Wagram Music
Site officiel nicolettasiteofficiel.fr

Nicoletta, nom de scène de Nicole Grisoni, est une chanteuse franco-suisse née le à Vongy, près de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Née d'une mère déficiente mentale et d'un père qui ne l'a jamais reconnue, Nicole Grisoni est élevée par une grand-mère mélomane, à qui elle rendra hommage dans sa reprise de Mamy Blue, chanson composée et écrite par Hubert Giraud en 1970 et popularisé par le groupe espagnol Les Pop-Tops (en). Dans l'émission La Vie secrète des chansons, Nicoletta précise que cette chanson rend hommage à sa mère, mamy s'inspirant de mammy signifiant « maman » en anglais. Cet épisode de sa vie lui inspirera plus tard le livre La Maison d'en face, publié aux Éditions Florent-Massot[1].

Elle passe son enfance à Vongy, commune haut-savoyarde où elle a toujours ses habitudes. Très jeune, elle est membre de la chorale paroissiale. La proximité de Genève lui fait découvrir le blues américain mais aussi le chanteur Elvis Presley.

Entre 1954 et 1960, elle est pensionnaire du Centre du Bon-Pasteur, institut d'éducation pour jeunes filles tenu par des religieuses à Annonay. Elle en garde des souvenirs extrêmement douloureux et critiques (à de très rares exceptions près)[2].

Durant ses vacances scolaires, elle rejoint Vongy et chante régulièrement avec les enfants de chœur à l'église Notre-Dame d'Annonay. Elle découvre alors le gospel et reviendra souvent travailler sa voix dans cette église. Sa passion pour le chant lui vaut alors un début de notoriété dans sa région, non seulement comme choriste mais aussi, dès 1958, comme soliste.

Elle étudie ensuite au Lycée des platanes (futur LEP Montgolfier). En juillet 1960, elle quitte Annonay pour occuper un emploi de lingère aux établissements Bon-Pasteur (on lui fait plier toute la journée des serviettes périodiques). Avant de parvenir (émancipée en fin d'adolescence, elle rejoindra Paris et les lumières du Quartier Latin) à s'extraire de ce milieu, elle passe également dans d'autres établissements de ce réseau religieux, à Lyon et au Puy-en-Velay, ainsi qu'à la clinique Saint-Joseph de Rosières.

En 1961, elle travaille comme disc jockey dans les clubs en vogue de Saint-Germain-des-Prés. Elle fait bientôt des « bœufs » au Bilboquet. Repérée par Léo Missir, directeur artistique chez Barclay, elle enregistre son premier EP 45 tours en 1966. Y figurent une reprise de L'Homme à la moto, le succès d'Édith Piaf, une chanson de Nino Ferrer Pour oublier qu'on s'est aimé, mais c'est surtout Encore un jour sans toi de Guy Marchand et Léo Missir qui la révèle au grand public.

Années 1960-1970 : le succès[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1967, Nicoletta connaît deux grands succès qui vont consolider sa carrière naissante :

  • La Musique, adaptation d'Ann Grégory d'après Angelica de Cynthia Weil et Barry Mann, interprétée par ce dernier en 1966 ;
  • Il est mort le soleil, paroles de Pierre Delanoë et musique d'Hubert Giraud, qui devient sa référence et dont elle fait un standard grâce à son interprétation. Cette œuvre sera adaptée et interprétée par Ray Charles sous le titre The Sun Died et notamment reprise par Tom Jones.

En 1970, elle enregistre Ma vie c'est un manège, qui reste encore aujourd'hui parmi ses principaux succès. Elle poursuit en 1971 avec Mamy Blue, un titre gospel écrit et composé encore par Hubert Giraud, qui rencontrera un énorme succès et sera maintes fois repris, notamment par Demis Roussos, Dalida ou encore le Golden Gate Quartet. Elle tourne la même année au cinéma, dans le film Un aller simple de José Giovanni.

En 1973, elle fonde son propre label, « Rapa Nui », afin de se produire mais aussi dans le but d'aider de jeunes chanteurs. La même année, elle enregistre Fio Maravilha du brésilien Jorge Ben Jor, adapté en français par le parolier Boris Bergman. Elle enregistre également Les Volets clos, chanson qui sera le générique d'un film de Jean-Claude Brialy.

En 1974, elle est couronnée par l'Académie Charles-Cros pour son enregistrement de Enfants venez chanter l'espoir. Elle interprète le générique de la version française du film Papillon de Franklin Schaffner. La même année, elle enregistre Glory Alleluia dont le parolier et arrangeur est André Pascal, une chanson de Noël qui, à l'origine, est un chant patriotique américain écrit par Julia Ward Howe en novembre 1861 et publié pour la première fois en février 1862 pendant la Guerre de Sécession.

En 1975, elle est pour la première fois sur la scène de l'Olympia de Paris en tant que vedette. Elle enregistre également À quoi sert de vivre libre ? En 1979, elle se produit sur la scène de Bobino.

Artistiquement exigeante, elle mène une campagne contre le play-back. C'est ainsi qu'elle privilégie la scène à la télévision.

Depuis 1980 : la confirmation[modifier | modifier le code]

En 1983, Nicoletta rencontre un nouveau succès avec Idées noires en duo avec Bernard Lavilliers.

En 1987, elle joue le rôle de Jenny dans l'opéra Grandeur et décadence de la ville de Mahagony (Kurt Weill et Bertolt Brecht). À la fin de la même année, elle interprète également Esméralda dans la comédie musicale Quasimodo composée par William Sheller. À partir de cette époque, elle multiplie les galas. Elle continue à enregistrer des disques plus intimistes, avec de nombreuses collaborations (William Sheller, Richard Cocciante, Pierre Delanoë, etc.).

En 1992, elle perd sa grand-mère et se tourne vers la religion. Elle réunit alors une chorale gospel antillaise avec qui elle donne des concerts. De cette tournée naît son premier album live, comprenant notamment un titre de Jacques Brel, Quand on n'a que l'amour. Dès lors, elle se produit dans des concerts engagés, notamment en faveur du tiers-monde.

En 1998, elle signe les textes de deux titres publiés sur l'album Connivences, avec là encore en collaboration avec William Sheller. En octobre de la même année, elle fête ses trente ans de carrière sur la scène du Casino de Paris.

En mars 2001, elle est l'une des nombreuses interprètes du titre Que serais-je demain ? en tant que membre du collectif féminin Les Voix de l'espoir créé par Princess Erika[3]. A la fin de l'année, les candidats de la première saison de Star Academy reprennent comme hymne sa chanson La Musique.

En 2006, elle sort un nouvel album, Le Rendez-vous, chez Universal Classics, album à prédominance jazz, avec des reprises de standards tels que Summertime, Georgia on My Mind, Bei mir bist du schon, mais aussi des titres écrits par Bernard Lavilliers (Samba Cancao), Patrick Eudeline (Comme si de rien et Les Hauts murs) et Manu Chao.

Nicoletta sur la scène de la croisière Âge tendre en novembre 2017.

Elle conserve l'affection du public, notamment grâce à sa voix blues puissante, tout à fait unique dans le paysage musical français, puisque même Ray Charles disait qu'elle était « la seule blanche à avoir une voix de noire… »[4]. En octobre 2009, elle fête ses quarante ans de carrière à l'Alhambra.

En janvier 2010, elle est nommée Officier des Arts et des Lettres[5].

En 2011, elle s'associe au chanteur de rap JoeyStarr du groupe Suprême NTM, pour reprendre son célèbre Mamy Blue sur l'album du rappeur intitulé Egomaniac. En septembre 2012, elle donne un concert avec quatre cents choristes à Saint-Gervais, à proximité de Bordeaux.

En mars 2013, sort son 23e album, intitulé Ici et ailleurs, regroupant onze titres inédits dont deux duos avec Florent Pagny et JoeyStarr, avec le titre Petite Sœurcomme premier extrait. Elle participe également à l'émission de divertissement Un air de star sur M6. Elle continue en parallèle les galas et concerts, souvent accompagnée d'une chorale gospel.

En décembre 2017, elle tourne pour France 2 dans le téléfilm Les Ombres du passé, aux côtés de Frédéric Diefenthal et Samuel Le Bihan, pour une diffusion le 7 novembre 2018[6].

De janvier à avril 2018, elle participe pour la première fois à la tournée Âge Tendre pour trente dates aux côtés de nombreux artistes. En novembre 2017, elle avait participé à la croisière Âge Tendre[7]. Elle y interprète quatre de ses plus grands tubes, La Musique, Fio Maravilha, Il est mort le soleil et Mamy Blue.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1978, Nicoletta se marie avec Patrick Chappuis, un bijoutier suisse. De cette union naît Alexandre, en 1979. Le couple divorce en 1987.

Le , elle épouse à Vongy son producteur, Jean-Christophe Molinier[8],[9] avec qui elle vit depuis 1990[10].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Il est mort le soleil
  • 1969 : Olympia
  • 1971 : Visage, Mamy blue
  • 1973 : Nicoletta 73
  • 1975 : Sur les bords de la tendresse
  • 1976 : L'amour violet
  • 1978 : Palace
  • 1980 : Naturel... ma belle!
  • 1982 : Qu'est-ce qui m'arrive?
  • 1987 : Vivre aujourd'hui
  • 1995 : J'attends, j'apprends
  • 1996 : The Gospel Voices
  • 1998 : Connivences
  • 2006 : Le rendez-vous
  • 2013 : Ici et ailleurs

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 45 Tours et puis s'en vont, éditions Robert Laffont, 1977. Sur la profession de chanteuse.
  • La Maison d'en face, éd. Florent Massot. Autobiographie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicoletta, La Maison d'en face, Éditions Florent-Massot, 2008 (ISBN 9782916546148).
  2. Entretien FC, pour ses 40 ans de carrière - réalisateur Frédéric Mitterand (1re diff. ).
  3. Les Voix de l'Espoir sur le site de Radio France internationale.
  4. « YouTube », sur www.youtube.com
  5. « Nominations dans l'Ordre des Arts et Lettres - janvier 2009 », sur www.culture.gouv.fr
  6. « Samuel Le Bihan, Frédéric Diefenthal et Nicoletta tournent Chute libre, pour France 2 », Leblogtvnews.com,‎ (lire en ligne)
  7. « "Age Tendre" part en mer avec Sophie Favier et... Herbert Léonard », sur Melody.tv,
  8. « Nicoletta se remarie à 66 ans », planet.fr, 14 décembre 2010.
  9. « Nicoletta et son compagnon Christophe Molinier lors du show pour les quarante ans de carrière de Nicoletta à L'Alhambra à Paris le 15 octobre 2009... », purepeople.com.
  10. D'après les déclarations de Nicoletta dans l'émission On n'est pas couché sur France 2, le 7 avril 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]