PureMédias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de PureMédias
Logo de PureMédias

Adresse www.ozap.com
Publicité oui
Type de site Site d'informations sur les médias
Langue Français
Inscription Facultative
Propriétaire Webedia
Lancement
Classement Alexa 805 (France, 06/2016)

PureMédias, anciennement imedias.biz jusqu'en avril 2008[1] puis Ozap d'avril 2008 à janvier 2011, est un site web français consacré à l'actualité des médias et au divertissement[2].

Historique[modifier | modifier le code]

imedias.biz a été créé en décembre 2002 sous la forme d'un webzine bimensuel[3] en hébergement gratuit chez le fournisseur d'accès à Internet Free.

En novembre 2004, le site se transforme en un portail média, proposant notamment des brèves (notamment sur les résultats d'audiences), des articles et des interviews[3]. En septembre 2005 s'ajoute à l'actualité du cinéma[4].

En septembre 2006, une nouvelle version est lancée, avec notamment un système de fiches sur des films, des séries, des émissions ou des personnalités du monde des médias[4].

En septembre 2007, en mettant en place une rédaction permanente, imedias.biz s'associe avec Cyréalis[3].

En avril 2008, imedias.biz devient Ozap.com[5]. La maquette du site évolue et le contenu est réparti en quatre rubriques : « médias », « cinéma », « musique » et « séries ». Outre ses nombreuses fiches, Ozap.com entend aussi développer l'interactivité avec ses lecteurs et de nouveaux services (programmes de télévision, horaire de cinéma, comparateur de prix puis pré-écoute de titres musicaux ou encore bandes-annonces de films). En juin 2010, une nouvelle version du site est lancée avec une nouvelle présentation voulant notamment accorder davantage de place aux images[6].

En janvier 2011, Ozap.com change de nom à la suite de l'arrivée dans son capital du groupe Webedia pour devenir PureMédias[7].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • Novembre 2004 : « Imédias, en long. en large. en décryptage. »[réf. souhaitée]
  • 2004 - 2006 : « Imédias, toujours + de médias »
  • 2006 - 2008 : « Imédias, toujours plus de médias »
  • 2008 - août 2009 : « Ozap par imédias »
  • Août 2009 - juin 2010 : « Ozap ils en parlent tous »[8]
  • Juin 2010 - janvier 2011 : « Ozap : buzz et actu TV »[9]
  • À partir de janvier 2011 : « PureMédias by Ozap : Buzz et Actu TV »

Capital[modifier | modifier le code]

Ozap.com est édité par « la Boîte à News »[4], qui est détenue à 50 % par les journalistes fondateurs et à 50 % par Cyréalis[10], absorbé au printemps 2008 par M6net, une filiale du groupe M6[11].

En décembre 2010, « d'un commun accord » entre les fondateurs du site et le groupe M6, le groupe Webedia, éditeur du site PurePeople notamment, prend la place de M6net dans l'actionnariat du site[12].

Concurrence avec le blog de Jean-Marc Morandini[modifier | modifier le code]

Ozap.com est le principal concurrent de jeanmarcmorandini.com, le blog de l'animateur Jean-Marc Morandini[13], lui aussi spécialisé sur les informations sur les médias.

En mars 2008, Jean-Marc Morandini a annoncé sur son blog qu'il engageait une action en justice contre Raphaëlle Ricci[14], la professeure de Star Academy ayant eu sur W9 des mots très durs à l'encontre de l'animateur, qui l'avait critiquée à de multiples reprises sur son blog. Il réclame également 20 000 euros à imedias.biz, qui avait mis en ligne une vidéo de cette intervention, pour les « préjudices moral et professionnel subis », alors que dans le même temps il n'a attaqué ni la chaîne qui a diffusé les propos de Raphaëlle Ricci ni l'ensemble des sites internet qui ont repris l'intervention[15].

En avril 2008, Jean-Marc Morandini accuse le site de partialité car il fait partie de Cyréalis, qui vient d'être racheté par le groupe M6, lui-même détenu par RTL Group qui possède par ailleurs la station RTL, concurrente d'Europe 1, pour laquelle il travaille. [réf. souhaitée] « Cela n'a bien sûr aucun lien avec les charges régulières que l'on peut lire sur le forum de ce site contre Europe 1 ou contre les animateurs de cette radio... », ironise l'animateur[16].

En janvier 2009, Ozap.com annonce avoir attiré 909 000 visiteurs uniques au mois de selon Médiamétrie/Nielsen[17], ce qui place le site derrière Programme-tv.net et Programme.tv mais devant le blog de Jean-Marc Morandini dont il est le principal concurrent [réf. souhaitée]. Évoquant des « informations erronées » bien que d'autres médias aient confirmé cette information[18],[19], Jean-Marc Morandini affirme quant à lui être toujours « le premier blog média de France »[20]. Médiamétrie précisera que l'animateur « mélange [...] des chiffres qui ne sont pas comparables »[10] en utilisant à son avantage deux chiffres calculés selon des méthodes différentes[21] et en septembre 2009, convaincue en première instance de « concurrence déloyale » pour utilisation « [d']affirmations inexactes et de chiffres mensongers »[22], la société éditrice de son blog est condamnée à verser 5 000 euros à Ozap.com pour couvrir les frais de justice[23],[24]. Jean-Marc Morandini fait appel de cette décision[22]. Fin 2009, il affirme être « très largement numéro un face à [se]s concurrents », avec près d'1,4 million de visiteurs uniques par mois[25]. En janvier 2012, peu avant le jugement en appel, un accord à l'amiable est trouvé entre les deux sites. Le blog de Jean-Marc Morandini publie un communiqué « Nous avions à l’époque commis une confusion involontaire entre les chiffres [de] deux interfaces, et rectifions aujourd’hui notre erreur, à la demande de notre concurrent, auquel nous présentons nos excuses » et verse 5 000 euros de dommages et intérêts au propriétaire d'Ozap[26],[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aude Courtin, « imedias.biz devient ozap.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 24 avril 2008, sur www.journalismes.info
  2.  « Ozap vous présente ses meilleurs vœux ! », Site officiel,‎
  3. a, b et c communiqué de presse de Cyréalis, « Imedias.biz devient OZAP.COM » [PDF], Cyrealis.com,‎ , p. 2
  4. a, b et c  « À propos », Site officiel (consulté le 31 janvier 2009)
  5. Julien Lalande, « OZAP.com, c'est parti ! », Site officiel,‎
  6. « Ozap dévoile sa nouvelle version ! », Site officiel,‎
  7. « Ozap devient Puremedias », Site officiel,‎
  8. « Ozap ils en parlent tous », Site officiel (consulté le 28 janvier 2010)
  9. « OZAP : Buzz et Actu TV », Site officiel (consulté le 6 juin 2010).
  10. a et b « Détrôné par le site Ozap, Morandini trafique les chiffres d'audience », sur Arrêt sur images,‎
  11. « M6 Web rachète le groupe Cyrealis, Ozap.com, Jeuxvideo.fr », sur Infos-des-medias,‎
  12. « Changement dans l'actionnariat d'Ozap.com », Site officiel,‎
  13. Augustin Scalbert, « Morandini susceptible... avec son principal concurrent », sur Rue89,‎
  14. « Communiqué: JMM attaque en justice Raphaëlle Ricci », sur jeanmarcmorandini.tele7.fr,‎
  15. « Jean-Marc Morandini assigne imédias en justice », sur www.imedias.biz,‎
  16. « M6 entre dans le capital d'un site d'infos sur les médias », sur www.jeanmarcmorandini.com,‎
  17. « Le chiffre du jour : 909.000 », Site officiel,‎
  18. C. C., « Jean-Marc Morandini : guerre des communiqués - Problèmes de chiffres », sur www.voici.fr, Voici,‎
  19. « La guerre continue entre Ozap.com et Jean-Marc Morandini », sur www.tele-news.org,‎
  20. « jeanmarcmorandini reste le 1er blog media de France », sur jeanmarcmorandini.tele7.fr,‎
  21. « Morandini est déchu », sur Le Post,‎
  22. a et b Marc Rees, « L'avocat de Jean-Marc Morandini nous écrit... », sur PC Inpact,‎
  23. Emmanuel Berretta, « Le site de Morandini condamné pour "concurrence déloyale" au détriment d'Ozap.com », sur Le Point,‎
  24. A. R., « Le site de Jean-Marc Morandini condamné », sur 20 minutes,‎
  25. Jean-Marc Morandini, « Bilan 2009 et vœux pour 2010 », sur www.jeanmarcmorandini.com,‎
  26. « Erratum à propos de chiffres d'audiences de novembre 2008 », sur www.jeanmarcmorandini.com,‎
  27. « Communiqué de puremedias.com », Site officiel,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]