Christophe Barbier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbier.
Christophe Barbier
Image illustrative de l'article Christophe Barbier
Christophe Barbier débat sur le théâtre en 2009.

Naissance (49 ans)
à Sallanches (Haute-Savoie)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Éditorialiste
Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la France France
Fonction Directeur de la rédaction du magazine L'Express
Autres médias Télévision : i>Télé

Christophe Barbier, né le à Sallanches (Haute-Savoie), est un journaliste français.

Il est, depuis , directeur de la rédaction de L'Express.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève du lycée du Parc à Lyon, il est ancien élève de l'École normale supérieure à Paris[1] (promotion 1987 Lettres) et titulaire d'une maîtrise d'histoire. Il a complété ses études à ESCP Europe en 1992 (MS Média).

Journaliste politique passé par Le Point (1990) et Europe 1 (1995), il devient chef du service politique de L'Express en 1996, puis directeur adjoint de la rédaction en 2001. En , à la suite du départ de Denis Jeambar pour Le Seuil, il devient directeur de la rédaction de L'Express.

Sur La Cinquième, il anime l'émission Affaires publiques dans les années 1990 en compagnie de Denis Jeambar, expliquant notamment le rôle des institutions françaises et européennes.

Le , à Paris, Christophe Barbier épouse Yamini Kumar, directrice de la communication d'Hermès.

Sous sa direction, entre 2006 et 2014, L'Express connaît un déficit de plus de 86 millions d'euros. Pour la seule année 2015, la perte attendue est de 4 millions d'euros[2].

En septembre 2015, il est chargé par son actionnariat Altice Media Group de réaliser le départ de 125 salariés qui s'ajoutent aux 115 départs ayant eu lieu lors du rachat en début d'année par ce même groupe. Il est pris à partie par les salariés[2].

Depuis 26 août 2013, il est présent chaque matin aux cotés de Bruce Toussaint dans Team Toussaint, la matinale info sur I-Télé ; il y présente les chroniques politiques.

Interventions dans les médias[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités au sein de L'Express, Christophe Barbier intervient régulièrement dans les médias.

On le voit apparaître très fréquemment dans l'émission C dans l'air sur France 5 ; en 2010, il y est invité 39 fois[réf. souhaitée], et il est la personnalité la plus invitée de janvier 2008 à mars 2012[3]. Christophe Barbier est aussi régulièrement invité de Sud Radio et de Le Grand Journal de Canal+ les vendredis pour commenter l'actualité hebdomadaire[réf. souhaitée].

À partir de septembre 2006, dans le cadre d'un accord entre L'Express et LCI, Christophe Barbier assure dans la matinale un éditorial et une interview politique quotidienne[4].

Pendant l'été 2011, il quitte LCI et revient sur I-Télé pour présenter dans la matinale un éditorial et animer une interview[5].

Idées[modifier | modifier le code]

S'il n'a jamais exposé de soutien clair à une personnalité politique, il défend par contre l'idée d'un journalisme engagé mais non partisan[6]. Ainsi, il a clairement soutenu le « oui » au référendum sur la Constitution européenne comme la quasi-totalité des médias français[7], le Pacte écologique de Nicolas Hulot, la candidature de Ségolène Royal lors de la primaire présidentielle socialiste de 2006[8], la nécessité d'une réforme du système de retraite par répartition français[9], et a encouragé François Hollande, tout juste élu à la présidence de la République française, à mener une politique de rigueur[10].

En 2013, lors du débat sur le travail dominical, il se déclare en faveur de la déréglementation du travail le dimanche et dénonce le « respect stupide du droit »[11].

Activités connexes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Christophe Barbier a une pratique assidue du théâtre et a joué plusieurs pièces. Il est également le metteur-en-scène principal du « Théâtre de l'Archicube », la troupe de théâtre de l'Ecole normale supérieure de Paris[12], composée d'étudiants actuels mais aussi d'anciens élèves, comme Raphaël Enthoven[13].

En 2012, il joue dans le long métrage Doutes écrit par son épouse Yamini Kumar dans lequel il interprète un des rôles principaux, celui d'un sondeur.

En 2013-2014, il partage la scène avec Marc Jolivet pour son spectacle humoristique Rêvons, joué Salle Gaveau et en tournée. Ils avaient déjà collaboré à un spectacle politique au moment de l'élection présidentielle de 2012.

Critiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2012, il est critiqué par différents titres de presse dont Le Nouvel Obs[14] à la suite d'une couverture de L'Express sur l'immigration[15]. Christophe Barbier se défend en avançant que « l'immigration est une bonne chose pour la France, une très bonne chose pour la vitalité française »[16].

Christophe Barbier est une cible récurrente du site web de critique des médias Acrimed (proche de la gauche antilibérale), qui le classe parmi les « éditocrates » dogmatiques et soumis au système médiatique. Acrimed met régulièrement en doute sa déontologie, son honnêteté et son objectivité. En janvier 2014, au moment de la polémique entourant l'humoriste Dieudonné, Blaise Magnin et Henri Maler y publient un article reprochant à Christophe Barbier ses contradictions sur la question de la liberté d'expression, passant de « il ne peut pas y avoir de limite à la liberté d’expression » à propos du journal satirique Charlie Hebdo, à « la liberté d’expression a des limites » à propos des spectacles de Dieudonné. Ils critiquent également ses « appels au désordre public », à « à bafouer le droit de vote » et ce qu'ils considèrent comme une volonté d'« orchestrer la propagande au sein de l’Éducation nationale »[17].

Christophe Barbier est l'un des journalistes critiqués par le film documentaire français sorti en janvier 2012 : Les Nouveaux Chiens de garde, lui-même tiré de l'essai éponyme de Serge Halimi paru en 1997, qui explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique et économique français.

Christophe Barbier fait également régulièrement des déclarations très critiques sur la Corse dans ses éditos et ses interventions médiatiques, provoquant souvent des vagues d'indignation au sein de la population insulaire ; interrogé sur Europe 1 en août 2013 sur la spéculation immobilière et la montée des prix dans l’île, il déclare que si « la Corse devient trop chère, il faut partir »[18], des propos qui ont très largement choqué la population en Corse[réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Films & Documentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ENS : une école au bord de la crise de nerfs », in nouvelobs.com, 29 novembre 2011.
  2. a et b Ambiance de crise à « L'Express » après l'annonce d'un plan social, lesechos.fr, 29 septembre 2015.
  3. Temps de paroles : la comptabilité de « C Dans l’air », L'Observatoire des sondages, 5 avril 2012.
  4. (fr) « LCI - BFM TV - i>Télé : la guerre des chaînes 100 % info », sur Toutelatele.com,‎
  5. (fr) Julien Mielcarek, « Christophe Barbier quitte LCI pour i-Télé », sur PureMédias,‎ 28 juillet 2011.
  6. Christophe Barbier : « Internet, ce n'est pas une option »
  7. Haro sur Bourdieu et vive le printemps ! Acrimed, 22 avril 2005
  8. « C’est elle que nous voulons » : l’investiture de Mme Royal dans les médias Acrimed, 5 décembre 2006
  9. La réforme des retraites ? Urgente, unique, inévitable| Acrimed, 3 mai 2010
  10. Les éditocrates conseillent François Hollande : « Devenez impopulaire ! » Acrimed|, 21 mai 2012
  11. Travail le dimanche : une grand-messe médiatique, Thibault Roques, Acrimed, 8 octobre 2013
  12. « Théatre de l'archicube | a-Ulm », sur www.archicubes.ens.fr (consulté le 29 septembre 2015)
  13. letemps, « Raphaël Enthoven: «Monter sur scène est pour moi une question de vie ou de mort» » (consulté le 29 septembre 2015)
  14. Les news magazines sont-ils condamnés au populisme ?, mesdebats.com, 23 novembre 2012.
  15. L'Express / Immigrés : illustrer un "atout", mode d'emploi, Arrêt sur images, 13 novembre 2012.
  16. Christophe Barbier répond aux critiques après la une de “l'Express” sur l'immigration, Télérama, 14 novembre 2012.
  17. Christophe Barbier contre Dieudonné ! Éditorialiste ou auxiliaire de police ? Acrimed, 10 janvier 2014.
  18. http://7seizh.info/2013/08/10/maisons-corses-pour-christophe-barbier-si-cest-trop-cher-il-faut-partir/
  19. BENJAMIN BIOLAY ET CHRISTOPHE BARBIER VONT JOUER DANS UN FILM POLITIQUE

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :