Olivier Bellamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Bellamy
Image dans Infobox.
Olivier Bellamy
au Salon du livre de Paris en mars 2013
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Olivier Bellamy est un journaliste, animateur radio, auteur, présentateur, récitant, né à Marseille le . Il a été plusieurs fois récompensé pour son émission Passion Classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Animateur radio, journaliste[modifier | modifier le code]

Alors enfant, Olivier Bellamy est inscrit dans un cours de musique par sa mère qui regrettait d'en avoir été privée dans son enfance[1]. Sa carrière débute à Angers à Radio Oxygène au début des années 1980, puis il collabore à La Nouvelle République du Centre Ouest et à Ouest-France[2]. Arrivé à Paris en 1994, il a travaillé au Quotidien de Paris, au Monde de la Musique, au Parisien[3] et a collaboré à l'Huffington Post.

De 2004 à 2019, il a animé sur Radio Classique l'émission « Passion Classique », d'abord en hebdomadaire le vendredi matin, puis rapidement en quotidienne, de 18 à 19 h. Chaque invité faisait partager aux auditeurs ses œuvres préférées et ses "petites madeleines" musicales[4]. La musique ainsi abordée ne se limitait pas à un simple choix, mais devenait le fil rouge de grandes conversations.

Olivier Bellamy est également Grand Reporter au magazine Classica et collaborateur régulier à La Revue des Deux Mondes.

Auteur[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur de la série « Carole Bouquet raconte », du feuilleton Chopin et de sketchs musicaux diffusés sur Radio Classique.

La première biographie mondiale de la pianiste Martha Argerich est sortie chez Buchet-Chastel en [5]. Elle a été très bien reçue par la critique et traduite dans quinze pays[3]. « Martha Argerich est à la fois transparente et insaisissable », déclare Bellamy lors d'une interview consacrée à l'ouvrage. Olivier Barrot qualifie l'ouvrage de « très beau récit » dans son émission « 1 jour 1 livre »[6]. Bernard Pivot écrit dans une chronique : « Martha Argerich est une artiste si riche et si complexe, une femme d’une telle densité, qu’il n’était pas commode d’écrire sa biographie, même avec son accord et sa participation. Le livre d’Olivier Bellamy mérite les ovations du public »[7].

Olivier Bellamy est aussi l'auteur de cinq guides de la collection du Petit Futé (dont Angers et Paris). Il a publié Mes Amours classiques chez La Martinière (2011) : 62 portraits de compositeurs, de Guillaume de Machaut à John Adams, richement illustré, avec deux CD qui constituent la play list de l'auteur. En , il est invité d'honneur du salon du livre de Saint-Louis avec Jean-Claude Carrière. En , il publie Entretien avec Mozart (Plon) en s'appuyant sur la correspondance du compositeur. Livre pour lequel il a reçu de « chaleureux mots de félicitations » de la part de Milan Kundera, Jean d’Ormesson, Martha Argerich, Michel Legrand[8]. Il a écrit Dans la gueule du loup, autour de la vie de Serge Prokofiev, qui a été lu par quatre comédiens à « La Folle Journée » de Nantes (Palais des Congrès, 4 et ) et qui paraît sous la forme d'un roman chez Buchet-Chastel en  ; ce roman a reçu le prix « Un livre, une commune » de Combs-la-Ville en 2014[9] et la "Marguerite de la biographie" inventée et décernée par Brigitte Bardot (19/02/2014).

En 2014 il publie un Dictionnaire amoureux du piano (Plon) qui reçoit le Prix Pelléas en 2015[10]. Et Un hiver avec Schubert (Buchet-Chastel) en 2015.

En 2018 paraît Requiem pour un chat chez Grasset. Le livre figure parmi les dix livres de l'été choisis par l'Académie Goncourt[11]. En 2021, deux livres paraissent en l'espace de quelques semaines : "Martha Argerich raconte" (Buchet-Chastel) et "La Folie Pastré" (Grasset), de nouveau choisi parmi les dix livres de l'été de l'Académie Goncourt.

Télévision[modifier | modifier le code]

À la télévision, Olivier Bellamy a travaillé pendant sept ans sur l’émission Le Journal de la Création produite par Image et Compagnie et diffusée par France 5 en tant que journaliste spécialiste des musiques et de la danse. Il a suivi sur une longue période des personnalités aussi diverses que Pierre Boulez, Angelin Preljocaj, Juliette ou Elisabeth Platel. Il est l’auteur de portraits de Dee Dee Bridgewater (France 5), Françoise Hardy (France 3) et de documentaires sur le Concours Long Thibaud, la famille Casadesus, la cantatrice Renata Scotto (France 5) et les orchestres d’harmonie en France (Arte) et Carole Bouquet (Empreintes, France 5, 2011)[3]. Il a été en outre rédacteur en chef de "D'un air entendu" sur Mezzo et directeur artistique de "Drôles de gammes" sur France 3.[réf. nécessaire]

Fort de ces expériences télévisuelles, Olivier Bellamy présente une série documentaire mensuelle sur la chaîne France 3 autour de la musique à partir de [12]. Le concept sera similaire à celui de « Passion classique » : des personnalités partagent leur passion pour la musique aux téléspectateurs et répondent aux questions de l'animateur. Le programme se nomme « A contretemps »  (Julien Clerc, Juliette Gréco, Karl Lagerfeld, Abd Al Malik, Carla Bruni, Françoise Hardy, Michel Blanc, Carole Bouquet)[3].

Présentateur d’événements[modifier | modifier le code]

Il est le présentateur du Festival Radio Classique à l'Olympia, et d'événements comme « Mozart à l'Olympia », « Les élections du piano » à la salle Pleyel, « Les Élections de l'opéra » au théâtre Mogador, « soirée musiques de films », la 20e nuit de la voix au théâtre du Châtelet.

En , il a présenté le Gala de la finale Paris Opera Awards à la salle Gaveau.

En 2014, il a présenté le Concours Long-Thibaud au Théâtre des Champs-Élysées.

Depuis 2014, il présente le Concert de Noël de Radio Classique (2014 à Pleyel avec l'Orchestre Amoureux, 2015 à la Philharmonie de Paris et au Grand Auditorium de Bordeaux, en 2016 à la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre de la Garde Républicaine, les Chœurs de l'Armée française et la Maîtrise des Hauts-de-Seine).

Il a animé "Les rendez-vous d'Olivier Bellamy" au cinéma Majestic Passy (Paris 16e) en 2016/17. Un dimanche par mois, un film dans lequel la musique tenait une place importante était présenté. Au terme de la projection, une discussion s'engageait avec un invité prestigieux comme Michel Legrand après Les demoiselles de Rochefort ou Claude Lelouch et Francis Lai après Les uns et les autres (18).

En 2019, il a présenté le Concert de Gala du Festival Puplinge au Victoria Hall de Genève.

Récitant[modifier | modifier le code]

En 2011, lors de concerts à la cathédrale de Chartres et à l'église de la Madeleine à Paris, il a été récitant, en alternance avec chacune des sept pièces instrumentales écrites par Joseph Haydn en commentaire des Sept Dernières Paroles du Christ en Croix (Die sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze)[13].

En , il est le récitant du Pierre et le Loup de Serge Prokofiev au Festival du Cloître de Cimiez, à Nice, avec l'Orchestre de Toulon Provence Méditerranée dirigé par Philippe Bernold.

Le , il est le récitant pour le Casse-Noisette de Tchaïkovski, à la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre national du Capitole de Toulouse dirigé par Tugan Sokhiev.

Le , il lit des textes de Colette sur la musique, illustrés au piano par Jean-Bernard Pommier, au Festival de l'abbaye de l'Epau, puis à Arradon (Morbihan) le .

Le , il improvise sur Schubert, avec le pianiste François Chaplin qui joue des Impromptus. Expérience renouvelée à Croissy-sur-Seine avec le pianiste Yves Henry.

Le , il crée son conte musical La Langue des cygnes, fable sur un chat migrant, allégorie sur la musique et la poésie, commande des Escapades Musicales d'Arcachon. La création a lieu dans le parc Birabeille de Lios (Gironde) avec l'Orchestre de chambre de Toulouse dirigé par Pejman Memarzadeh, puis à Tournefeuille (31) le . Le conte a été lu en avant-première lors d'une croisière sur le Danube, entre Bratislava et Budapest le [14].

Une nouvelle version de La Langue des cygnes, mise en musique et jouée par le pianiste Ismaël Margain, est présentée à la Cité du Livre d'Aix-en-Provence (amphithéâtre de la Verrière) le dimanche , dans le cadre des « Écrivains du Sud ».

À Saint-Jean-de-Luz, dans le cadre de l'Académie Ravel, il crée Sur les pas de Ravel avec le pianiste Julien Brocal le . Ce concert-lecture sur le voyage de Maurice Ravel en Amérique est repris à la salle Cortot à Paris le .

Il incarne Gabriel Fauré dans « La princesse et le musicien » dans un concert-lecture imaginé par Gérard Bonal au côté de Marie-Christine Barrault (Singer-Polignac), Gaëtane Prouvost (violon) et Dona Sévène (piano). La première a lieu au musée Marmottan-Monet à Paris le , puis au palais Polignac à Venise quatre jours plus tard.

Il est récitant du spectacle « Le Petit Prince » d'après Saint-Exupéry sur une musique de Thierry Huilliet. D'abord à Pau les 1er et sous la direction de Fayçal Karoui. Puis à Toulouse, avec l'Orchestre national du Capitole dirigé par Christophe Mangou, pour 7 représentations à la Halle aux Grains, du 17 au [15].

En , il évoque Beethoven avec le pianiste Pierre Réach à Bannières-en-Bigorre, puis Brahms à Cambrai et Obernai.

Autres[modifier | modifier le code]

Olivier Bellamy fut directeur artistique du Festival de musique classique de Ramatuelle de 2010 à 2012[16]. Ainsi que membre du jury des Piano Masters de Monte-Carlo en 2009 et 2015. Il est membre du jury des Écrivains du Sud.

Passion Classique[modifier | modifier le code]

Passion Classique était une émission de Radio Classique animée par Olivier Bellamy depuis 2004 et diffusée du lundi au vendredi, de 18 h à 19 h.

« De Michel Legrand à Élie Semoun, en passant par Fabrice Luchini, Caroline de Monaco, Jane Birkin, Brigitte Bardot ou encore Jean d’Ormesson, les invités d’Olivier Bellamy ont tous un point commun : la passion de la musique. Ils partagent avec vous les mélodies qui ont marqué leur existence, et dévoilent, à l’écoute des airs entendus, une part intime et souvent méconnue de leur personnalité »[17].

Un livre des meilleurs entretiens paraît aux éditions Arléa en [1].

Passion Classique a reçu le « Laurier de la meilleure émission de radio 2013 » lors des 19e Lauriers de la Radio et de la Télévision, au cours d'une cérémonie qui s'est tenue le à l'hôtel de ville de Paris[18].

Olivier Bellamy a en outre reçu le Prix Roland-Dorgelès le , décerné par Hélène Carrère-d'Encausse, pour son émission de radio[19].

Publications[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Olivier Bellamy », sur www.laprocure.com
  2. « Olivier Bellamy », sur www.radioclassique.fr
  3. a b c et d « Olivier Bellamy », sur www.aprimegroup.com
  4. Olivier Bellamy, Passion classique, Arléa, (lire en ligne)
  5. Martha Argerich : l'enfant et les sortilèges, Olivier Bellamy, Ed. Buchet-Chastel, 2010, (ISBN 2283023467)
  6. « Replay de l'émission du 10/08/2010 », sur culturebox.francetvinfo.fr
  7. Bernard Pivot, « Le piano pas bien tempéré », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne)
  8. « Nadine Trintignant, l’amour toujours », sur blog.radioclassique.fr/olivierbellamy,
  9. http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/remise-du-prix-un-livre-une-commune-17-09-2014-4140291.php
  10. http://www.livreshebdo.fr/prix-litteraires/tous-les-prix/prix-pelleas
  11. « Une Belge dans la liste de lectures d'été de l'Académie Goncourt - Le Carnet et les Instants », Le Carnet et les Instants,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  12. « Nouveauté : A contretemps, dès ce samedi. Extrait vidéo avec Julien Clerc », sur www.leblogtvnews.com
  13. Les Sept dernières paroles de Notre Sauveur sur la croix
  14. http://www.eterritoire.fr/detail/manifestations-aquitaine/concert-gratuit-des-escapades-musicales-%3A-conte-musical-%22-la-langue-des-cygnes%22/2410173057/nouvelle-aquitaine,gironde,mios(33380
  15. « Les riches couleurs musicales du «Petit Prince» », sur ladepeche.fr (consulté le 21 janvier 2019)
  16. http://www.festival-classique-ramatuelle.com/equipe-contacts.html
  17. « Passion Classique ».
  18. « Lauriers de la Télévision et de la Radio : le palmarès », sur programme-television.org, .
  19. « Bellamy et Taddeï primés », sur www.leparisien.fr, .

Lien externe[modifier | modifier le code]