Princess Erika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erika.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Princess Erika
Nom de naissance Érika Dobong'na
Naissance (52 ans)
Paris (France)
Activité principale chanteuse, actrice
Activités annexes sociétaire des Grosses Têtes (2011-2014)
Années actives 1982 - présent
Site officiel http://www.princesserika.fr/

Princess Erika, de son vrai nom Erika Dobong'na, est une chanteuse et actrice française, née le à Paris. Elle est surtout connue pour ses chansons teintées de ragga, notamment ses titres Trop de bla-bla ou Faut qu’j’travaille. Elle est la sœur de la choriste Estha Divine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Princess Erika est née à Paris de parents camerounais. Sa mère, Marie-Claire Matip, est la fille d'un chef traditionnel. C'est aussi la première femme de l'Afrique sub-saharienne qui ait publié un livre, et une exilée politique en France.

En 1982, Erika forme avec ses sœurs le groupe Blackheart Daughters puis évolue avec Princess and the royal Sound, avec qui elle effectue plusieurs tournées en première partie du Jamaïcain Dennis Brown. La même année, elle est intronisée membre de la Zulu Nation par Afrika Bambaataa, lors d’une soirée au Bataclan, aux côtés du DJ Dee Nasty et du rappeur Lionel D[1].

En 1988, elle enregistre à Londres son single Trop de bla-bla qui la fera connaître au public français, et qui sera son premier titre classé dans le Top 50. Puis, elle sort le single Tendresse débouchant sur la publication d'un album en 1992 et la première partie du concert des Négresses Vertes.

En 1993, elle est nominée aux Victoires de la musique dans la catégorie "Révélation variétés féminine"

Multipliant les voyages, elle publie en 1995 son deuxième album, D'origine, qui contient le succès Faut qu’j’travaille qui la propulse en tête des ventes françaises début 1996 (c'est son deuxième titre à se classer dans le Top 50). La même année, elle chante en duo avec Catherine Ringer (Les Rita Mitsouko) le mémorable Ailleurs sur l'album Les Rita Mitsouko Acoustiques. En 1997, elle enregistre un duo avec Marc Lavoine sur le titre Les hommes sont des femmes comme les autres, participe aussi aux Enfoirés et écrit également pour différents artistes tel le titre Embrasse-moi pour les Nubians.

En 2000, elle fonde l'association Les Voix de l'espoir et invite de nombreuses interprètes telles que : Carole Fredericks, K-Reen, Amina, Nina Morato, Jocelyne Béroard, Lââm, Assia, Rokia Traoré, China Moses, Julie Zenatti, Nicoletta, Tilly Key, Anggun, Sally Nyolo, Nathalie Cardone, Nourith, Leyla Doriane, Kali Kamga et Tilda à chanter sur le titre Que serais-je demain ? sortit en 2001[2].

En 2004, elle a participé à l'album Agir Réagir en faveur des sinistrés du tremblement de terre qui a secoué la région d'Al Hoceïma, au Maroc le 24 février. En 2004, son titre Trop de Bla-Bla a été repris pour une publicité par le groupe d'assurance MMA.

En 2005, elle participe à la deuxième saison de l'émission La Ferme Célébrités au profit de l'association africaine « Routes du sud », consacrée à l’aide aux jeunes femmes et aux enfants. Elle a organisé les quatre éditions des concerts Les Voix de l'espoir au profit de La Chaîne de l'espoir.

On peut aussi la retrouver en musique sur Il est 5 heures Kingston s'éveille, compilation de reprises reggae de grands succès de la chanson française, où elle interprète La Vie en rose et où elle donne la réplique à Pierpoljak sur J'ai encore rêvé d'elle

En parallèle de sa carrière de chanteuse, elle a également une carrière de comédienne avec quelques rôles au cinéma et au théâtre. De 2002 à 2005 on a pu la voir régulièrement dans Les Monologues du vagin d'Eve Ensler. En 2008, elle joue par exemple dans une pièce avec Steevy Boulay et Vincent Azé, Le Petit Trésor, à la Grande Comédie. On peut aussi la voir régulièrement aux côtés de Laurent Ournac dans Camping Paradis.

En décembre 2012 le site du magazine Public annonce qu'elle arrête Camping Paradis.

Depuis le mois de mai 2011 on peut trouver son album Juste Erika sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

Entre octobre 2011 et juin 2014, Princess Erika est sociétaire de l'émission radiophonique Les Grosses Têtes de Philippe Bouvard sur RTL de 16 h à 18 h.

Télévison[modifier | modifier le code]

En 2005, elle participe à la deuxième saison de La ferme célébrités

Durant les années 2010, on pouvait la retrouver dans Salut les terriens, Les années bonheur, Génération 90, Le Lab.Ô

En 2015, on pouvait la retrouver dans Touche pas a mon poste, Le maillon faible, Fort Boyard, Les people retournent à l'école, L'academie des 9,

Le grand match ...

En 2016, on pouvait la retrouver dans Mot de passe,

En 2016, elle sera candidate a la version célébrité du Meilleur pâtissier sur M6

Participations[modifier | modifier le code]

1996: Les hommes sont des femmes comme les autres en duo avec Marc Lavoine

1996: Ailleurs en duo avec Catherine Ringer

1996: La soirée des Enfoirés ou elle chante J'ai dix ans, Melissa et la Maladie d'amour

1997: Le Zénith des Enfoirés ou elle chante Comme un garçon, J'aime les filles et Le soleil donne

1998: Sa raison d'être (au profit du Sidaction)

2001: Que serais-je demain? (au profit de La chaine de l'espoir)

2002: Jah Know en duo avec Sally Nyolo

2004: Agir Réagir (au profit des sinistrés du tremblement de terre à Al Hoceima)

2006: La vie en rose et J'ai encore réver d'elle en duo avec Pierpoljak sur l'album "Il est 5 heures Kingston s'éveille"

Vie privée[modifier | modifier le code]

Princess Erika a deux enfants : Julien, né en 1983, et Oudima, né en 2003.

Discographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugues Bazin, « Hip-hop, éléments de référence : comparaison socio-historique entre les États-Unis et la France et esthétique entre les disciplines hip-hop »,‎
  2. Les Voix de l'Espoir
  3. « Les Marins perdus », sur allocine.fr (consulté le 13 mai 2016)
  4. « Le Jardin de Papa », sur allocine.fr (consulté le 13 mai 2016)
  5. « Quand les anges s'en mêlent... », sur allocine.fr (consulté le 13 mai 2016)