Dix pour cent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dix pour cent
Description de l'image Logo Dix pour cent.jpg.
Autres titres
francophones
Appelez mon agent (Québec)
Genre Comédie dramatique
Création Fanny Herrero
Production Mon Voisin Productions
Mother Production
Ce qui me meut
France Télévisions
Acteurs principaux Camille Cottin
Thibault de Montalembert
Grégory Montel
Liliane Rovère
Fanny Sidney
Laure Calamy
Nicolas Maury
Stéfi Celma
Assaâd Bouab
Musique Loïk Dury
Christophe Minck
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 24
Durée 47 - 67 minutes
Diff. originale – en cours de production
Site web www.france.tv/france-2/dix-pour-cent/

Dix pour cent est une série télévisée française, créée par Fanny Herrero, diffusée entre le et le sur France 2.

La série, composée de vingt-quatre épisodes répartis en quatre saisons, est aussi diffusée sur RTS Un en Suisse, sur ICI ARTV au Canada et sur Netflix dans le monde entier.

Mélangeant comédie et drame, Dix pour cent décrit la vie d'une prestigieuse agence artistique d’acteurs après la mort accidentelle de son fondateur. À chaque épisode, une vedette de cinéma joue son propre rôle avec une certaine autodérision.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Chaque jour, Andréa, Mathias, Gabriel et Arlette, agents et associés principaux de l’agence artistique ASK (l’agence Samuel-Kerr), jonglent avec de délicates situations et défendent leur vision du métier d'acteur. Ils mêlent savamment art et business, quitte à manipuler les gens du métier pour leur faire accepter leur vision.

Tous se débattent pour sauver ASK qui subit certains désagréments à la suite de la mort de leur principal agent, également fondateur de l'agence, Samuel Kerr. Les quatre principaux protagonistes voient leur vie privée se mêler à la vie de l'agence : Camille, la fille cachée de Mathias réapparaît soudainement pour venir vivre à Paris ; Andréa, jeune lesbienne au fort caractère, tombe sous le charme de la timide inspectrice des impôts venue contrôler les comptes d'ASK ; Gabriel découvre le talent d'actrice de la réceptionniste qu'il va aider à mettre sur le devant de la scène. Les quatre agents devront également faire face à l'entreprise concurrente StarMédia.

Concept[modifier | modifier le code]

Comme dans de nombreuses séries, une ou plusieurs vedettes invitées intègrent le casting, le temps d'un ou plusieurs épisodes. Ces invités jouent chacun un personnage, basé sur leur biographie réelle, mais dont la personnalité est totalement fictive. Certains épisodes sont écrits sans savoir qui acceptera finalement le rôle et le scénario s’adapte alors à l'acteur[1]. Des comédiens habituellement utilisés en second rôles y jouent les premiers et inversement.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Camille Cottin : Andréa Martel, associée et agent artistique
  • Thibault de Montalembert : Mathias Barneville, associé et agent artistique
  • Grégory Montel : Gabriel Sarda, associé et agent artistique
  • Liliane Rovère : Arlette Azémar, associée et impresario
  • Fanny Sidney : Camille Valentini, assistante d'Andréa Martel , fille de Mathias Barneville et agente junior d'ASK
  • Laure Calamy : Noémie Leclerc, assistante et amante de Mathias Barneville
  • Nicolas Maury : Hervé André-Jezack, assistant de Gabriel Sarda et agent-junior avec Camille
  • Stéfi Celma : Sofia Leprince, hôtesse d'accueil et comédienne
  • Assaâd Bouab : Hicham Janowski, nouvel actionnaire majoritaire d'ASK (à compter de la saison 2)

Personnages récurrents[modifier | modifier le code]

  • Ophélia Kolb : Colette Brancillon, l'inspectrice du fisc et compagne d'Andréa Martel
  • Isabelle Candelier : Annick Valentini, ancienne maîtresse de Mathias et mère de Camille
  • Philippine Leroy-Beaulieu : Catherine Barneville, la femme de Mathias et mère d'Hippolyte (saisons 1–3)
  • François Civil : Hippolyte Barneville, fils de Mathias et de Catherine et demi-frère de Camille (saisons 1–2)
  • Jean-Yves Chatelais : François Bréhier, le patron de StarMédia et ami de Mathias (saisons 1–2)
  • Gabrielle Forest : Hélène Kerr, la veuve de Samuel Kerr (saisons 1–2)
  • Antoine Croset : Antoine, le standardiste d'ASK (depuis la saison 3)
  • Anne Marivin : Élise Formain, l'agent artistique de StarMédia (saison 4)

Personnages invités[modifier | modifier le code]

Saison 1[modifier | modifier le code]

Saison 2[modifier | modifier le code]

Saison 3[modifier | modifier le code]

Saison 4[modifier | modifier le code]

Stars invitées[modifier | modifier le code]

Saison 1[modifier | modifier le code]

Saison 2[modifier | modifier le code]

Saison 3[modifier | modifier le code]

Saison 4[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

La série a mis huit ans à se concrétiser. En 2007, alors que Dominique Besnehard travaille dans l'agence Artmedia (qu'il va quitter l'année suivante) et que Michel Feller vient de quitter depuis un an la société EuropaCorp, où il était producteur, ils ont l'idée, avec Julien Messemackers, d'une série sur le métier d'agent artistique. L'écriture du projet, alors intitulé 10, avenue George-V (l'adresse d'Artmedia), est confiée à Nicolas Mercier, initialement pour une diffusion sur Canal+[2]. Mais des divergences sur le ton à adopter mènent à l’arrêt de la collaboration avec la chaîne[3].

En , le partenariat avec le producteur indépendant Harold Valentin (associé à Aurélien Larger chez Mother Production) donne une nouvelle vie au projet. Ancien conseiller de programme chez France Télévision, où il a notamment lancé Fais pas ci, fais pas ça et Clara Sheller, Harold Valentin parvient à obtenir une convention d’écriture chez France 2[3].

Au bout d’un an de développement, les directions proposées par Nicolas Mercier ne donnent pas satisfaction à la chaîne, et c’est Fanny Herrero, alors membre de l’équipe de scénaristes, qui est choisie pour reprendre la tête de l’écriture. Forte d’une solide expérience d’auteur de série (Les Bleus, premiers pas dans la police, Kaboul Kitchen, Fais pas ci, fais pas ça, Un village français), elle s’entoure d’une équipe de scénaristes intégralement renouvelée, et repense alors les personnages, l’architecture et le style de la série. Elle parvient à créer une « dramédie » originale et emporte enfin l’adhésion de la direction de France 2. Le projet est relancé, et les six épisodes de la première saison s’écrivent rapidement[4].

Pour la première saison, cinq auteurs travaillent avec Fanny Herrero : Sabrina B. Karine, Camille Chamoux, Eliane Montane, Anaïs Carpita, Benjamin Dupas, ainsi qu’une consultante en psychologie des personnages, Violaine Bellet. Afin de nourrir les intrigues et de garantir une certaine vérité à la série, l’équipe d’écriture puise dans l’expérience de Dominique Besnehard, mais aussi dans les témoignages de nombreux acteurs du cinéma français (agents, producteurs, réalisateurs, auteurs, comédiens, distributeurs). Les arcs de la saison et les intrigues propres à chaque épisode sont élaborés collectivement, puis chaque auteur est responsable d’un épisode. Fanny Herrero finalise seule tous les épisodes, afin de garantir la cohérence psychologique et le style singulier de la série. Le producteur Harold Valentin assure le suivi général de l’écriture[4].

Plusieurs réalisateurs sont envisagés pour la fabrication de la saison 1, mais c’est finalement Cédric Klapisch qui est choisi. Séduit par la qualité des scénarios, il devient directeur artistique de la première saison, dont il réalise deux épisodes, tandis que Lola Doillon et Antoine Garceau (fidèle assistant de Klapisch depuis des années) sont chargés des quatre autres.

Malgré la présence de Besnehard et Klapisch dans l'équipe, le casting des stars de cinéma a été difficile à finaliser, à tel point que des questions se sont posées sur l'aboutissement du projet[pas clair] : plus d'une dizaine d'acteurs ont refusé d'y participer, ne voulant pas jouer leur propre rôle. Les nombreux refus essuyés pour la saison 1 pèsent lourdement sur l’équipe d’écriture qui doit adapter les scénarios au gré des aléas du casting.

Pour Dominique Besnehard, il s'agit d'une peur des comédiens français de « jouer avec leur image publique », que l'on ne retrouve pas chez les artistes anglo-saxons, et qui est due selon lui à l'existence d'un « snobisme du sérieux » en France[5],[6].

Le titre de la série, « Dix pour cent », trouvé par l'auteur et réalisatrice Danièle Thompson, fait référence au pourcentage du cachet d’une star payé à son agent. Le décor de l'agence ASK est inspiré de deux véritables agences artistiques : l'agence Artmedia pour le « côté chic et vieille France avec fauteuils en cuir et moquette épaisse » et l'agence Adéquat pour le « style design moderne avec des bureaux vitrés ».

Le casting est confié à Constance Demontoy. La série révèle de nombreux comédiens : Grégory Montel, Laure Calamy, Nicolas Maury, Thibault de Montalembert, Stéfi Celma, Fanny Sidney, Liliane Rovère, et Camille Cottin, déjà connue du grand public pour Connasse (Canal+), qui se révèle dans le rôle d’Andréa Martel.

La deuxième saison se poursuit sous la direction de Fanny Herrero, avec la même équipe d’écriture. Côté réalisation, à la suite du départ de Cédric Klapisch et Lola Doillon, Antoine Garceau reste en place, rejoint par Laurent Tirard (Le Petit Nicolas, Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, Un homme à la hauteur) et Jeanne Herry (Elle l'adore, Pupille), qui collabore aussi à l’écriture du dernier épisode, centré sur le Festival de Cannes.

Pour la troisième saison, Fanny Herrero recrute de nouveaux auteurs pour étoffer l’équipe d’écriture (Frédéric Rosset et Judith Havas), et Marc Fitoussi intègre l’équipe de réalisation aux côtés d’Antoine Garceau.

En , lors de la diffusion de la saison 3, Fanny Herrero annonce son départ de la série. Éprouvée par les sept années consacrées exclusivement à Dix pour cent, dont elle est devenue showrunner à part entière, elle éprouve le besoin de se consacrer à d’autres projets, et choisit de « passer la main ». C’est Victor Rodenbach et Vianney Lebasque qui sont choisis pour lui succéder à partir de la saison 4[7].

En , peu après la diffusion de la saison 4 sur Netflix, Dominique Besnehard annonce réfléchir à un téléfilm et une 5e saison, qui profiteraient du partenariat avec la plateforme pour une coproduction et un tournage à New York[8]. Le 1er juillet 2021, Camille Cottin confirme que le scénario du téléfilm est en cours d'écriture, mais que l'annonce d'une 5e saison est prématurée[9].

Tournage[modifier | modifier le code]

La série est tournée principalement à Paris et dans les studios d'Aubervilliers, dans la banlieue nord parisienne, où l'intérieur de l'agence fictive ASK a été intégralement créé[10]. Cette agence est, dans la série, située dans le centre de Paris, au 149, rue Saint-Honoré, entre le musée du Louvre et les jardins du Palais-Royal[11]. Sur certaines scènes se déroulant à l'extérieur, dans la rue Saint-Honoré, on peut apercevoir l'Oratoire du Louvre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Saisons[modifier | modifier le code]

Première saison (2015)[modifier | modifier le code]

La première saison est composée de six épisodes, qui ont été suivis en moyenne par 4 386 000 téléspectateurs et ont représenté 17,7 % de parts de marché.

Deuxième saison (2017)[modifier | modifier le code]

La deuxième saison est composée de six épisodes, qui ont été suivis en moyenne par 3 472 000 téléspectateurs et ont représenté 13,7 % de part de marché.

Troisième saison (2018)[modifier | modifier le code]

La troisième saison est composée de six épisodes, qui ont été suivis en moyenne par 3 385 000 téléspectateurs et ont représenté 15,2 % de part de marché.

Quatrième saison (2020)[modifier | modifier le code]

La quatrième est composée de six épisodes[12]. Elle est diffusée dès le sur RTS Un en Suisse et à partir du sur France 2 en France, ainsi que sur Netflix.

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Saison Nombre
d'épisodes
Audience (en millions)
E1 E2 E3 E4 E5 E6 Moyenne
1 6 5,22 4,43 4,29 4,10 4,24 4,18 4,41
2 6 3,40 3,10 3,56 3,22 3,45 3,32 3,34
3 6 4,31 3,79 3,28 3,02 3,03 2,88 3,40
4 6 4,16 3,48 3,99 3,43 3,77 3,35 3,70
  • Plus haut chiffre d'audience
  • Plus bas chiffre d'audience

Réception critique[modifier | modifier le code]

La série récolte de nombreuses critiques positives[13].

En France[modifier | modifier le code]

Pour Allociné, la série est « plus qu'une réussite, c'est la série française que l'on n'attendait plus ». C'est une série originale, « moderne et chorale », dans le genre de la dramédie (comédie dramatique), autant de qualificatifs rares pour une série française. Elle est bien écrite, avec des dialogues « toujours très percutants, drôles et pleins d'esprit ». Elle est empreinte de réalisme et d'authenticité grâce aux anecdotes de Dominique Besnehard qui ont servi de base aux scénarios. Elle s'adresse au grand public ne connaissant pas le milieu, une « comédie humaine » qui ne tombe pas dans un entre-soi élitiste « à base de private jokes ». Les acteurs principaux sont justes, avec des personnages qui « ne versent jamais dans la caricature »[14].

Pierre Langlais, de Télérama, juge que la série est « une vraie réussite, une série d'auteur populaire ».

Pour Pierre Serisier, du Monde, « Dix pour cent donne le ton des nouvelles séries françaises »[3].

Pour Olivier Joyard, des Inrocks, c'est la « meilleure surprise sérielle de l’année »[15].

Francophonie[modifier | modifier le code]

Lors du démarrage de la saison 3, le magazine belge Moustique se demande « d'où vient la magie de Dix pour cent ? ». Pour l'auteur de l'article, « tout tient […] dans ce microcosme de l'agence, dans l'évolution de ces personnages qui démarrent en caricature et se dévoilent, au fil des épisodes, complexes, humains, insupportables et attachants »[16].

Le journal suisse Le Temps classe la série en neuvième position dans le classement des « 50 meilleures séries de tous les temps »[17].

En dehors de la France[modifier | modifier le code]

La presse internationale salue aussi la qualité de la série.

Pour The Guardian, « la série de Fanny Herrero emprunte à la verve et à la musicalité de l’écriture d’Aaron Sorkin dans The West Wing ».

The Sunday Times déclare que Dix pour cent est « une des séries les plus addictives sur Netflix »[18].

The New Yorker salue « la pépite française »[19],[20].

Enfin, l’auteur britannique Jonathan Coe tweete que la série est « la chose la plus aiguisée, lumineuse, légère, drôle et réconfortante que vous pouvez voir en ce moment ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

En février 2018, une adaptation québécoise de la série est annoncée, qui sera diffusée sur la chaîne TVA[23]. La série est diffusée à compter du et s'intitule Les Invisibles[24].

Lors du MIP TV 2019, on annonce que la série va connaître une adaptation dans quatre pays : au Royaume-Uni, en Chine, au Canada, en Inde et en Italie[25]. Il est question que la série soit aussi adaptée en Espagne[26]. La série est aussi adaptée en Turquie sous le nom Menajerimi Ara (« Appelle mon agent »)[27]. D'après Dominique Besnehard : « Dans la série turque, on a enlevé l'homosexualité et on a mis des voiles »[28]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geoffroy Klompkes, « Glamour, gloire et casting », Moustique, no 4761,‎ , p. 78-79.
  2. Annabelle Laurent, « Dix questions que vous vous êtes posées devant «Dix Pour Cent» », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  3. a b et c Pierre Serisier, « Dix pour cent donne le ton des nouvelles séries françaises », sur Lexpress.fr, (consulté le ).
  4. a et b Guillaume Evin, Dix pour cent, les dessous d’une série sur le cinéma, éditions de la Martinière.
  5. Samuel Douhaire, « “10%”, une série sur le cinéma qui ne fait pas les choses à moitié », sur Télérama, (consulté le ).
  6. « Dix pour cent : Ces acteurs qui ont refusé de jouer dans la série événement », sur purepeople.com, (consulté le ).
  7. « "Dix Pour Cent" : la patronne de la série, Fanny Herrero, passe la main », sur lejdd.fr (consulté le ).
  8. Anne Demoulin, « « Dix pour cent » va faire son retour en téléfilm, puis pour une saison 5 », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  9. (en) Elsa Keslassy, « Camille Cottin on Bringing ‘Stillwater’ to Cannes and What’s Next for ‘Call My Agent!’ », sur variety.com, (consulté le ).
  10. [vidéo] Brut, Dans les coulisses du tournage de la série "Dix pour cent" sur YouTube, (consulté le ).
  11. « Le Tumblr de l'agence ASK », sur france2.fr (consulté le ).
  12. « Dix pour cent aura-t-elle finalement droit à une saison 5 ? », sur cosmopolitan.fr (consulté le ).
  13. Maximilien Pierrette, « Dix pour cent arrive sur France 2 : la presse conquise à 100% ? », sur Allociné, .
  14. Jean-Maxime Renault, « Dix Pour Cent : pourquoi on aime la nouvelle série de France 2 à 200% ! », sur Allociné, .
  15. Olivier Joyard, « Dix pour cent, la série comique de France 2 à ne pas manquer », sur Les Inrockuptibles, .
  16. H.D., « Agents provocateurs », Moustique, no 4841,‎ , p. 87.
  17. « Les 50 meilleures séries TV de tous les temps », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  18. (en) Laura Cappelle, « They’re in on the joke: Call My Agent! », sur thetimes.co.uk, (consulté le ).
  19. (en-GB) Sawa Dale Berning, « Call My Agent: the French comedy gem A-listers are desperate to star in », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  20. (en-US) « What We’re Watching This Week », sur The New Yorker (consulté le ).
  21. Laurence Gallois, « Grand Prix des séries 2016 : Une famille formidable, Person of Interest et Plus belle la vie récompensées », sur Télé 2 semaines, (consulté le ).
  22. Nicolas Bellet, « Le palmarès de la 20e édition du festival de la fiction TV de La Rochelle présenté par les lauréats », sur Première, (consulté le ).
  23. MD, « Dix pour cent : une version québécoise dans les tuyaux », sur Allociné, (consulté le ).
  24. Florence Sara G. Ferraris, « "Les Invisibles", entre réalité et fiction », sur Le Devoir, (consulté le ).
  25. (en) « Applause Entertainment announces Indian remake of French workplace comedy Call My Agent - Entertainment News , Firstpost », sur Firstpost, (consulté le )
  26. L.B. avec AFP, « "Dix pour cent" va être adaptée dans quatre pays dont la Chine », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  27. Nicolas Cheviron, « À quoi ressemble l’adaptation turque de “Dix pour cent” ? », sur telerama.fr, (consulté le ).
  28. DIX POUR CENT SAISON 5 : DATE DE SORTIE, CASTING, INTRIGUE... TOUT CE QUE L'ON SAIT DÉJÀ, CNEWS, 15 avril 2021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]