Véronique Genest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Véronique Genest
Description de cette image, également commentée ci-après

Véronique Genest en 2009.

Nom de naissance Véronique Raymonde Marie Combouilhaud
Naissance (60 ans)
Meaux (Seine-et-Marne)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Actrice
Séries notables Julie Lescaut (1992-2014)

Véronique Marie Raymonde Combouilhaud, dite Véronique Genest, est une comédienne française, née le à Meaux (Seine-et-Marne)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Très tôt, Véronique Genest se passionne pour la littérature, le cinéma et le théâtre. Ses héros préférés sont Claude (du Club des Cinq), Mary Poppins, Peter Pan et Zorro. Enfant, elle se déguise et joue des saynètes où elle interprète divers personnages. Elle aime aussi interviewer les patients dans la salle d'attente de son père, médecin, qui la surnomme « la grande Sarah » (en référence à Sarah Bernhardt). À 14 ans, elle répète avec la troupe du « Théâtre de la Table ronde » créée par un garçon d'une classe de 1re. Elle se rend régulièrement au conservatoire de musique de Strasbourg où elle accompagne la pianiste Elizabeth Sombart et en profite pour se glisser dans les coulisses du théâtre national afin d'observer les comédiens en pleine répétition.

Elle passe le brevet d'esthéticienne et maquilleuse avec le souhait de travailler dans le milieu du spectacle. Elle fait ses débuts de maquilleuse dans l'équipe qui tourne La Communion solennelle sous la direction du réalisateur René Féret et décide de devenir actrice. Elle s'inscrit aux cours proposés par le théâtre de l'Atelier puis aux cours de Daniel Mesguich au théâtre de la Contrescarpe, à Paris.

Elle trouve un emploi au Palais des Arts, un complexe de cinémas et théâtre que Lionel Rocheman a ouvert boulevard Sébastopol à Paris. Elle y occupe diverses fonctions : réservation par téléphone, accueil, placement des spectateurs, et vente du magazine Fluide Glacial que lui remet le dessinateur Gotlib. Elle y croise des artistes comme Bernard Haller, Rufus, Paco Ibanez, Anne Sylvestre et les 3 Jeanne. Elle y rencontre le chanteur Georges Moustaki qui lui propose de faire partie de l'équipe qui l'accompagnera dans une tournée internationale.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1980, elle débute dans des spots publicitaires (Mir, Knorr, Saint-Yorre, Père Dodu, Pro-Activ, Madrange) puis obtient un petit rôle dans les films La Loupe du diable de Pierre Badel et La Banquière de Francis Girod, où elle figure sous son véritable nom.

En 1981, elle décroche son premier grand rôle, sous le pseudonyme de Véronique Genest, avec les quatre épisodes de la mini-série Nana adaptée du roman homonyme d’Émile Zola. C'est le réalisateur Maurice Cazeneuve qui la choisit parmi un casting de cinq cents personnes. Cette série lui apporte la célébrité.

Dès lors, elle enchaîne avec succès cinéma, télévision et théâtre et reçoit plusieurs prix.

En 1984, Ça n'arrive qu'à moi, aux côtés de Francis Perrin où elle incarne Prudence, la fille de Bernard Blier.

En 1986, L'Amuse Gueule, avec Daniel Auteuil et Philippe Khorsand qu'elle joue au Théâtre Palais-Royal pendant un an.

En 1987, Association de malfaiteurs de Claude Zidi où elle donne la réplique à François Cluzet et Christophe Malavois.

En 1989, elle joue dans le dernier épisode de la série David Lansky, avec Johnny Hallyday dans le rôle principal.

En 1991, elle est repérée par TF1 après son passage dans l'émission (caméra cachée) "Surprise sur prise" où elle défend un faux immigré dissimulé dans sa voiture et recherché par la police : "Il y a des gens qui mettent un tigre dans leur moteur, moi je mets un mec". La réalisatrice Caroline Huppert lui propose un rôle de commissaire dans le pilote d'une série télévisée policière à venir.

En 1992, elle devient populaire grâce à la série policière française Julie Lescaut, diffusée sur TF1, et dont elle interprète le rôle-titre.

Après plusieurs nominations, elle obtient son premier 7 d'Or, pour la série Julie Lescaut, en 1997. C'est le public, appelé à voter pour la première fois, qui le lui décerne.

En 1999, elle remporte un deuxième 7 d'Or comme meilleur actrice pour Julie Lescaut et le téléfilm Un amour de cousine.

En 2001, un troisième 7 d'Or la consacre meilleure comédienne pour Julie Lescaut.

En 2003, le Festival de Saint-Tropez lui remet le Prix spécial du public à un héros de série.

Tournage[modifier | modifier le code]

Les tournages de la série se sont initialement déroulés place de la République à Vanves, pour les décors du commissariat de 1993 à 2005.

Les épisodes les plus récents, où elle est mutée à Paris, ont été enregistrés à la tour Montparnasse, sauf pour les derniers épisodes qui se sont déroulés dans le quartier de la Défense.

Parallèlement à sa carrière de comédienne, elle crée sa propre maison de production, Sam et Compagnie, avec son mari Meyer Bokobza. Ils y produisent des films aussi différents que Une femme si parfaite, Un transat pour huit ou encore La Dame d'Izieu.

En 2008, elle sort, chez l'éditeur Michel Lafon, son premier livre 46/38 Guerre et poids qui relate avec humour une cure de thalassothérapie à Brides-les-Bains. Elle en tire un "seule en scène", Madame Butterligth, qui traite des déboires d'une comédienne aux prises avec ses addictions à la cigarette et aux pâtisseries, qu'elle joue au Théâtre de la Gaité Montparnasse pendant quatre mois début 2009.

En 2010, elle monte une autre société de production Madame Butterlight plus axée sur le théâtre.

Elle revient au théâtre en 2012 avec la pièce Plein la vue, au Théâtre de La Michodière, où sa belle-fille Gabou Bokobza lui donne la réplique.

En janvier 2014, après 22 ans de succès et 101 épisodes, la série Julie Lescaut se termine sur un très haut score d'audience[C'est-à-dire ?].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En novembre 2008 aux côtés d'autres personnalités issues d'horizons divers, elle parraine un conte dans l'ouvrage La Boîte à câlins ils te souhaitent de beaux rêves[2]... paru aux éditions Michel Lafon au profit de l'association « La Chaîne de l'espoir ».

Depuis 2008, elle soutient le salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière où elle fait régulièrement partie du jury du Prix littéraire « Ozoir'elles » qui récompense tous les ans un recueil de nouvelles.

En 2007 ainsi qu'en 2012, elle soutient la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle[3],[4].

En juin 2011, elle est narratrice[5] dans le conte musical Pierre et le loup lors du concert de soutien réalisé à Lausanne au profit de la Fondation Résonnance[6] de son amie pianiste Elizabeth Sombart.

En août 2012, elle écrit sur son compte Twitter trouver l'islam « dangereux pour notre démocratie ». Invitée le 17 septembre 2012 par Jean-Marc Morandini sur NRJ 12 pour s'exprimer à ce sujet, elle précise : « C'était une phrase au milieu d'une grande conversation que j'avais avec quelqu'un sur Twitter, je parlais des extrémistes. Tout de suite, ça a été "islamophobe", "raciste" [...] J'ai réfléchi : la phobie c'est la peur alors peut-être, effectivement, je suis islamophobe. La peur, elle vient de la méconnaissance ou d'une expérience, d'un danger qu'on sent [...] J'ai donc lu le Coran et je n'ai pas été plus rassurée. Tout ce qu'on voit autour de nous fait qu'effectivement cette phobie existe, parce qu'on voit des choses qui font peur. [...] Vous ne pouvez pas nier que les extrémistes font peur. Moi j'aurais été christianophobe si j'avais vécu au temps de l'Inquisition. Vous savez de quoi c'est parti cette histoire ? 53 pays musulmans voulaient inclure la charia dans les Droits de l'Homme. Il y avait une pétition à signer disant que nous, on voulait confirmer nos Droits de l'Homme tels qu'ils étaient, voilà c'est tout. [...] »[7],[8],[9],[10],[11]. Le lendemain, dans une interview au Parisien, elle précise : « Je me fiche de la couleur des gens. Je suis une fille du monde. Je ne comprends pas l'agressivité que je déclenche. Bien sûr que je ne parle que des extrémistes. Je vois les infos, les appels à rétablir la charia, les foules en liesse dans la rue, parfois, quand il y a des attentats. Alors oui, l'islam me fait peur, j'aimerais être rassurée[12],[13].

En mars 2013, elle s'engage en tant que suppléante de Jonathan-Simon Sellem, candidat à la députation dans la huitième circonscription des Français de l'étranger[14],[15],[16]. Devant les pressions, elle renonce à se présenter, à un mois de la législative partielle, tout en confirmant son soutien à Jonathan-Simon Sellem[17].

En janvier 2014, dans une interview à Newsyoung, elle annonce que le milieu politique ne l'attire pas, et qu'elle ne se lancera plus dans une course électorale[18].

En 2015, elle appuie l'action de Jean-Luc Romero contre l'homophobie et soutient l'association Le Refuge.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son père, Xavier Combouilhaud, médecin, décède alors qu'elle n'a que 10 ans[19]. Sa mère, Colette, née Chavaroc, se remarie quelques années plus tard et a deux garçons, Nicolas et Frédéric.

En 1989, avec son frère Olivier, elle ouvre un restaurant Courrier Sud (nommé ainsi en hommage à Antoine de Saint-Exupéry), rue de Fourcy à Paris. Cette année-là, elle rencontre Meyer Bokobza, divorcé et père de deux enfants, Adam et Jennifer. Ils se marient en 1992.

En 1993, elle perd son frère atteint du sida[20]. Son fils Sam naît le 27 juillet 1996.

En février 2009, elle dit croire en Dieu mais pas dans une religion particulière[21]. En 2013, elle se déclare agnostique[22].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Jeux télévisés[modifier | modifier le code]

  • En 2004, elle remporte le Grand concours de la fiction française, animé par Carole Rousseau.
  • Le , elle remporte l'émission L'Œuf ou la Poule ? face a Anne Roumanoff.
  • Le 25 février 2015, elle termine seconde au Grand match des années 80. Elle perd face à Nathalie Marquay (15 à 20).

Émissions télévisées[modifier | modifier le code]

  • En 1991 participation à l'émission Surprise sur prise épisode 50 de Marcel Béliveau & Patrick Sébastien.
  • En octobre 1997, elle participe aux côtés de Mouss Diouf à l'émission Rire en toutes lettres présentée par Nagui.
  • Du 4 au 8 janvier 1998, elle est l'invitée de Patrick Sabatier dans l'émission Pendant la pub" sur TMC.
  • En 1998, elle est chef d'équipe dans Fort Boyard[24] où elle remporte 14 637 euros au profit de l'association « Rassemblement pour le sport ».
  • En juin 1999, elle est l'invitée de Carole Rousseau dans l'émission En toute simplicité.
  • En novembre 2008, elle est l'invitée de l'émission Panique dans l'oreillette[25] présentée par Frédéric Lopez.
  • En novembre 2008, elle présente le livre La Boîte à câlins, dans lequel elle parraine le conte Le Chasseur & la Tortue, au profit de l'association « La chaine de l'espoir », ainsi que sa nouvelle pièce de théâtre Mme Butterlight dans l'émission Au field de la nuit[26] animée par Michel Field.
  • En décembre 2008, elle participe à l'émission Stars & Comédie[27] sur France 2 animée par Laurent Ruquier où elle réalise en direct (après avoir été coachée par Michèle Bernier) son premier seule en scène en y interprétant un sketch écrit spécialement pour elle.
  • En avril 2010, elle présente la Garde Républicaine dans l'émission Au cœur de la Gendarmerie animée par Michel Drucker. À cette occasion, elle réalise un rêve d'enfant en montant à cheval dans Paris en tant que garde républicaine.
  • En mars 2013, elle est l'invitée de Frédéric Lopez dans l'émission La Parenthèse inattendue[28] aux côtés de Patrick Timsit et Alexandre Jollien.

Émissions de radio[modifier | modifier le code]

  • En mars 2012[29] ainsi qu'en juin 2014[30] sur Radio Classique, elle est l'invitée de Passion classique, animée par Olivier Bellamy.

Chanson[modifier | modifier le code]

En 1989, elle enregistre "Comme une histoire d'amour" en duo avec Michel Fugain.

Elle participe la même année, comme choriste, au clip "La Vampada" aux côtés des Vamps, Maurane, Sylvie Joly...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 46/38 Guerre et poids[31], 2008, éditions Michel Lafon.
  • 22 V'là Julie[32], 2014, éditions Michel Lafon.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Genest sur www.people.plurielles.fr
  2. « Références du livre "La boîte à câlins" ils te souhaitent de beaux rêves... »
  3. Véronique Genest votera pour Nicolas Sarkozy, sur le site de L'Express
  4. Véronique Genest : « Je voterai Sarkozy », sur le site du Parisien
  5. « Article Véronique Genest joue "Pierre et le loup" »
  6. « Site de la Fondation Résonnance »
  7. Marie-Catherine Spinassou, Véronique Genest candidate, L'interprète de Julie Lescaut serait candidate-suppléante à l'Assemblée nationale, Le Figaro, 4 mars 2013, lire en ligne.
  8. Le Monde.fr avec AFP, Véronique Genest se lance dans la politique, Le Monde, 4 mars 2013 lire en ligne.
  9. Le Point.fr, Véronique Genest, alias Julie Lescaut, se lance en politique !, 4 mars 2013, Le Point, lire en ligne.
  10. AFP, Véronique Genest, auto-proclamée "islamophobe", crée la polémique sur le net, L'Express, 18 septembre 2012, lire en ligne.
  11. lalibre.be, Veronique Genest : « Je suis islamophobe, comme beaucoup de Français », La Libre Belgique, 18 septembre 2012, lire en ligne.
  12. Yves Jaeglé, Islam : Véronique Genest dérape et s’explique, Le Parisien, 18 septembre 2012, lire en ligne.
  13. Laure Daussy, Véronique Genest "islamophobe" : pas de commentaire de TF1, Arrêt sur images, 26 septembre 2012 lire en ligne.
  14. Véronique Genest en politique : "Je n'arrive pas à fermer ma gueule", Le nouvelObs du 4 mars 2013
  15. Législatives : Olivier Minne n'est plus candidat, Véronique Genest oui, consulté le 4 mars 2013.
  16. France – Israël : ce qui se cache derrière la candidature Jonathan-Simon Sellem – Véronique Genest, sur le site laregledujeu.org du 4 mars 2013
  17. Véronique Genest n'est plus candidate aux législatives, l'Express, le 29/04/2013.
  18. "Le milieu politique ne m'attire pas" sur Newsyoung.fr
  19. Véronique Genest à cœur ouvert : "Mon père est mort d'un cancer quand j'avais 10 ans"..., 4 février 2009, sur le site purepeople.com, consulté le 23 août 2014.
  20. Source : émission En mode GOSSIP.
  21. « Véronique Genest nous met au régime fou rire », « Ma foi en Dieu, non ; mais son incarnation dans un dogme, sûrement. Ma croyance relève plutôt d’une idée du bien et du mal. Je ne l’incarne pas dans une religion particulière. Mon mari est juif et notre fils, Sam, fera ce qu’il voudra », in Paris Match, février 2009.
  22. Le nouvelObs 4 mars 2013
  23. Isabelle Dhombres, « Véronique Genest va jouer Simone Weber, "La diabolique de Nancy", pour France 3 », sur telestar.fr,‎ (consulté le 23 octobre 2015)
  24. « Fort-Boyard.fr - Équipe Véronique Genest », sur www.fort-boyard.fr (consulté le 9 septembre 2015)
  25. « Panique dans l’oreillette > Véronique Genest - Résumé - Toutelatele.com », sur www.toutelatele.com (consulté le 9 septembre 2015)
  26. « Émission "Au field de la nuit" »
  27. « Sketch de Véronique dans Stars & Comédie »
  28. « La parenthèse inattendue »
  29. « Véronique Genest, tendre et populaire », sur blog.radioclassique.fr (consulté le 31 août 2015)
  30. « Véronique Genest, grande sœur du peuple », sur blog.radioclassique.fr (consulté le 31 août 2015)
  31. « Livre "46/38 "Guerre et poids" sur le site de Michel Lafon »
  32. « Livre "22 v'là Julie" sur le site de Michel Lafon »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :