Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbadie et Castin.

Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin
Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin

Naissance 1652
Escout (Pyrénées-Atlantiques)
Décès (à 55 ans)
Pau
Origine France
Allégeance Drapeau de la Nouvelle-France Nouvelle-France
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Années de service 1665-1707
Commandement porte-étendard dans le régiment de Carignan-Salières
Conflits Première Guerre intercoloniale
Faits d'armes Capture de Fort Pemaquid (1696)
Distinctions sachem
Famille de Saint-Castin

Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin1652 - †1707) était le troisième baron de Saint-Castin et fut aussi chef amérindien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin est né en 1652 dans le Béarn mais son lieu de naissance exact est indéfini[1] et est décédé en 1707 à Pau[2]Il était le fils de Jean-Jacques d'Abbadie de Saint-Castin et d'Isabeau de Béarn-Bonasse[1], descendante des comtes de Foix.La seigneurie de Saint-Castin devient, sous Louis XIV, une baronnie. Le 30 Septembre 1684, il se marie à la chapelle de l’île de Panawanske (Indian Island à Old Town dans le Maine sur la Penobscot River)[3] avec Marie-Mathilde fille de Madockawando, sachem Abenaquis[4]. Le nom indien de son épouse était Pidianské[2] et il auront cinq enfants Bernard-Anselme, Joseph et un troisième fils et deux filles Anastasie et Thérèse[3],[2].

Il rejoint en 1665, à l’âge de 13 ans, le régiment de Carignan-Salières en 1665 comme enseigne et porte-étendard [1]. Il s’embarque de La Rochelle le pour suivre le marquis Henri de Chastelard de Salières ainsi que huit compagnies du régiment de Carignan pour la Nouvelle-France et ils atteignent Percé le 30 Juin[1]. Il participe avec le Marquis de Tracy à la guerre des Iroquois et devient capitaine[5].Après la signature d'un traité de paix avec les Iroquois, la mission du régiment prend fin et Jean-Vincent retourne en France.

En 1670, il revient s'installer en Acadie après le traité de Breda qui restitue cette région à la France[6]. Le Chevalier Hector d'Andigné de Grandfontaine reçoit le 5 mars 1670 ordre de Jean-Baptiste Colbert de reprendre l’Acadie. Saint-Castin doit reconstruire un fort sur la rivière Saint-Jean et prendre le fort Pentagouet, situé en plein cœur du système de défense des colonies françaises en Amérique[3].Il devient alors Seigneur de Pentagouët[5]. L'habitation qu'il construit en amont de la rivière Bagaduce (affluent du fleuve Penobscot), devient le cœur du premier village franco-abénaquis en Amérique, c'est-à-dire le premier village métis. Il se livre alors au commerce de la traite.

En 1692, Philips tente de le faire assassiner mais l’opération échoue[2].

En 1698, à la mort de son beau-père Madockawando, il devient grand sachem des Pentagouets.

Il ne retournera en France que dans le début des années 1700 et mourra à Pau en 1707[2]. Son fils Bernard-Anselme, quatrième baron de Saint-Castin, garda le fort jusqu’en 1722[5].

Actions militaires[modifier | modifier le code]

Jean-Vincent d’Abbaye de Saint-Castin est un aventurier vigoureux qui va défendre les frontières acadiennes pendant près de 30 ans avec l’aide des Abenaquis.

En 1674, il fait prisonnier par des pirates hollandais au service des anglais après la chute du Fort de Pentagouët. Il est torturé mais arrive à s’échapper et se cache au milieu de la forêt sous la protection des Abenaquis[2].

Lors de la guerre du Roi Philipp (Pometakom chef des Massachusetts) contre les puritains, Saint-Castin apporte son expérience militaire aux Abenaquis et se fait remarquer par Edmund Andros à qui on relate les hauts faits de guerre des indiens relayés par un baron français[2]. Saint-Castin mènera des attaques sur la rivière Pentagouët et Salmon Falls.

1687,Saint-Castin participe à l’expédition du Marquis de Denonville contre les Iroquois[2].

En représailles du massacre de Lachine par les Iroquois soutenus par les anglais, Saint-Castin se livre à plusieurs raids[7]:

- Attaque de Casco Bay avec René Robineau de Portneuf en 1690[2],[7],il participe victorieusement à la bataille de Fort Loyal avec la prise de ce fort anglais.

- 27 et 28 Juin 1690 attaque de Dover sur le fleuve Cocheco[2],[7]

- 14 et 15 Aout 1696 attaque du fort Pemaquid (fort William Henry) avec la flotte de Pierre Le Moyen d’Iberville.

Son nom fut donné au mont Saint-Castin à Lac-Beauport en banlieue de Québec.

Son nom est aussi dans un poème de Henry Wadsworth Longfellow: Tales of Wayside Inn[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marjolaine Saint-Pierre, Saint-Castin, Baron français,Chef amerindien, Montréal, Septentrion, 258p p., p14-31
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Georges Cerbelaud-Salagnac, « Un baron béarnais chef peau-rouge », La revue des deux mondes.,‎ , p320-326
  3. a, b et c (en) Munson Gorham, « St-Castin: a legend revised », The Dalhousie review,‎ , p. Volume 45, Number 3 p338-360
  4. David Hackett Fischer, Le Rêve de Champlain, Montréal, Boréal, , 998 p., p588
  5. a, b et c Edmé Rameau de Saint Pére, La France aux Colonies: Acadiens et Canadiens, Paris, A.Jouby, , 355 p., p25-40
  6. Bona Arsenault, Histoire des Acadiens, Canada, Fides, , p78
  7. a, b et c Yves Cazaux, L'Acadie, Paris, Albin Michel, , 476 p., p198-208
  8. a et b « Longfellow: The Student's Second Tale; The Baron of St. Castine, Tales of a Wayside Inn », sur www.hwlongfellow.org (consulté le 29 juin 2016)