Jean Auroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auroux.
Jean Auroux
Jean Auroux, en 2011.
Jean Auroux, en 2011.
Fonctions
Ministre du Travail

(1 an, 1 mois et 6 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Pierre Mauroy
Gouvernement Mauroy I et II
Prédécesseur Jean Mattéoli
Successeur Pierre Bérégovoy
(Affaires sociales et Solidarité nationale)
Ministre de l'Urbanisme, des Transports et du Logement

(6 mois)
Président François Mitterrand
Premier ministre Laurent Fabius
Gouvernement Fabius
Prédécesseur Paul Quilès
Successeur Pierre Méhaignerie
Président du groupe socialiste
à l'Assemblée nationale

(2 ans, 5 mois et 22 jours)
Prédécesseur Louis Mermaz
Successeur Martin Malvy
Député de la Loire
Élu dans la 5e circonscription

(6 ans, 11 mois et 30 jours)
Législature VIIIe, IXe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Jean-Jacques Bénetière
Successeur Yves Nicolin

(3 ans, 3 mois et 20 jours)
Législature VIe, VIIe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Alain Terrenoire
Successeur Jean-Jacques Bénetière
Maire de Roanne

(23 ans, 11 mois et 26 jours)
Prédécesseur Paul Pillet
Successeur Yves Nicolin
Conseiller général de la Loire
Élu dans le canton de Roanne-Sud

(12 ans, 6 mois et 18 jours)
Prédécesseur Alain Terrenoire
Successeur Bernard Jayol
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Thizy (Rhône)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de Université Claude-Bernard
Profession Professeur

Jean Auroux
Maires de Roanne

Jean Auroux, né le à Thizy (Rhône), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Jean Auroux est le fils de Louis Auroux (1909-1995), agriculteur, syndicaliste agricole, maire de Mardore et de Marguerite Masson (1911-1981)[1],[2],[3].

Il fréquenta l'école primaire de Mardore puis fut lycéen et collégien au lycée Jean-Puy de Roanne en tant que pensionnaire. Jean Auroux fit ensuite des études de lettres modernes et obtenu une licence de latin à l'université Claude-Bernard de Lyon[3],[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il fut maître auxiliaire au lycée Albert-Thomas à Roanne puis professeur d'histoire-géographie au lycée Carnot à Roanne. Jean Auroux fut ensuite nommé inspecteur d'académie à Lyon[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il adhère au CERES de Jean-Pierre Chevènement en 1970 puis adhère au Parti socialiste au congrès d'Épinay en 1971[6].

Jean Auroux remporte sa première bataille électorale en 1976, il est alors élu conseiller général du canton de Roanne-Sud en battant le gaulliste Alain Terrenoire. En 1978, il est élu député de la 5e circonscription de la Loire toujours face à Alain Terrenoire[7]. Pendant son mandat de député, Jean Auroux fut notamment président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale de 1990 à 1993. En 1977, il élu maire de Roanne puis est réélu sans interruption jusqu'en 2001[8].

Lors de la campagne présidentielle de 1981, Jean Auroux est chargé des questions sur le logement dans l'équipe de campagne de François Mitterrand[5]. Suite à la victoire de la gauche en 1981, il est nommé ministre du travail dans le premier gouvernement de Pierre Mauroy, pendant cette période, il est l'auteur d'un ensemble de textes connus sous le nom des Lois Auroux qui ont profondément transformé le droit du travail[9],[10]. Après son passage au ministère du travail, il occupa différents postes de ministre et de secrétaire d'état[11],[12],[13].

En 1988, il fonde la Fédération des maires des villes moyennes dont il fut le président jusqu'en 2001.

En juin 2007, Jean Auroux est signataire de l'appel Gauche avenir avec Jean-Pierre Chevènement, Marie-Noëlle Lienemann, Benoît Hamon, Emmanuel Maurel et Paul Quilès.

En mars 2008, il se retire de la vie politique.

Controverse[modifier | modifier le code]

Le 27 mai 2011, Jean Auroux est reconnu coupable mais dispensé de peine par la chambre d’instruction de la cour d'appel de Lyon pour prise illégale d’intérêts[14],[15]. Il était président d'une association d'aide aux personnes âgées dirigée par sa compagne, que finançait la ville de Roanne à travers une subvention puis une délégation de service public. La cour d'appel a reconnu qu'il n'avait pas tiré de bénéfice personnel, non plus que sa compagne dont le poste ne dépendait pas du financement municipal, ce qui a motivé la dispense de peine.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Période Fonction Gouvernement
du 22 mai 1981 au 29 juin 1982 Ministre du Travail Mauroy I
Mauroy II
du 29 juin 1982 au 23 mars 1983 Ministre délégué chargé du Travail auprès du ministre des Affaires Sociales Mauroy II
du 23 mars 1983 au 23 juillet 1984 Secrétaire d'État chargé de l'Énergie auprès du ministre de l’Industrie et de la Recherche Mauroy III
du 23 juillet 1984 au 20 septembre 1985 Secrétaire d'État chargé des Transports auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports Fabius
du 20 septembre 1985 au 20 mars 1986 Ministre de l'Urbanisme, des Transports et du Logement Fabius

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  •  -  Député de la 5e circonscription de la Loire.
  •  Député de la 5e circonscription de la Loire.
  •  - 
  •  - 
  • 1990 - 1993 : Président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Autre fonction[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations officielles[16][modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Gobert, Jean Auroux, l'homme des lois : entretiens avec Patrick Gobert , Éditions du 1er mai, 2012, 160 p.[18] (ISBN 978-2-84421-091-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean AUROUX - Jean AUROUX - Geneanet », sur Geneanet (consulté le 16 septembre 2016)
  2. « Jean AUROUX - Arbre généalogique philippe berthier - Geneanet », sur Geneanet (consulté le 15 juin 2017)
  3. a et b Aline Vincent, « Jean Auroux, « l'homme des lois » », L'Essor,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Europa Publications, The International Who's Who 2004, Psychology Press, (ISBN 9781857432176, lire en ligne), p. 80
  5. a et b Louis Pralus, « Entretien avec... Jean Auroux, l'homme qui voulait changer la vie des travailleurs », L'Essor,‎ (lire en ligne)
  6. Le Progrès du 24 mars 2008 (lire en ligne).
  7. Dominique Simonnet, Spécial élections - 5e circonscription, Roanne - Il faut cultiver son jardin, L'Express, 22 mai 1995
  8. Eric Aeschimann, Roanne. La gauche paie la dissidence de Jean Auroux., Libération, 19 mars 2001
  9. Débat projet de Loi Auroux à l'Assemblée Nationale, INA, 13 mai 1982
  10. Audrey Ludwig, Jean Auroux, 30 ans après, Sud Ouest, 5 juin 2012
  11. Déclaration de M. Jean Auroux, secrétaire d'État chargé de l'énergie, sur la maitrise de l'énergie,Vie-publique.fr, 1er décembre 1983
  12. Déclaration de M. Jean Auroux, secrétaire d'État chargé des transports, sur la politique des transports routiers, Vie-publique.fr, 11 octobre 1984
  13. Répertoire d’archives détaillé : Cabinet Auroux : interventions, discours et communiqués du ministre, 1985-1986, Ministère de l'Écologie
  14. Muriel Florin, Jean Auroux déclaré coupable mais dispensé de peine, Le Progrès, 28 mai 2011
  15. Jean Auroux, ancien ministre et ex-maire de Roanne, coupable de prise illégale d'intérêt, Le Parisien, 27 mai 2011
  16. LesBiographies.com, « M. Jean AUROUX - Ancien ministre. Ancien député (PS) de la Loire (1978/1981 et 1986/1993). Anc... - Biographie mise à jour le 11 février 2015 - LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le 16 septembre 2016)
  17. Décret du 14 mai 1998 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  18. Sortie du livre « Jean Auroux, l’homme des lois » : entretiens avec Patrick Gobert., SocialCE

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]