La Motte-Servolex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Motte.
La Motte-Servolex
Centre de la commune avec le mont du Chat en arrière-plan.
Centre de la commune avec le mont du Chat en arrière-plan.
Blason de La Motte-Servolex
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Motte-Servolex (chef-lieu)
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Maire
Mandat
Luc Berthoud
2014-2020
Code postal 73290
Code commune 73179
Démographie
Gentilé Motterains
Population
municipale
11 726 hab. (2014 en augmentation de 3.01 % par rapport à 2009)
Densité 393 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 51″ nord, 5° 52′ 42″ est
Altitude Min. 232 m – Max. 1 440 m
Superficie 29,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
La Motte-Servolex

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
La Motte-Servolex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte-Servolex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte-Servolex
Liens
Site web mairie-lamotteservolex.fr

La Motte-Servolex est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle fait partie de l'agglomération chambérienne et de Chambéry métropole - Cœur des Bauges dont elle est la seconde commune en termes de population, ainsi que la quatrième commune du département de plus de 10 000 habitants après Chambéry, Aix-les-Bains et Albertville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex est une commune du département de la Savoie située dans l'agglomération chambérienne, au nord de Chambéry. La commune, de 2 985 hectares (soit plus encore que la commune de Chambéry - 2 100 hectares), s'étend des sommets de la chaîne de l'Épine à l'ouest à la plaine alluviale de la cluse de Chambéry séparant les Alpes (massif des Bauges) du Jura (Épine et mont du Chat).

L'étendue de la Motte-Servolex fait que la commune possède un chef-lieu ainsi que plusieurs hameaux et lieux-dits, pour la plupart situés sur les premiers reliefs jurassiens. Parmi eux, Villard-Pérron ou le Tremblay plus au nord. L'extrémité sud du lac du Bourget est par ailleurs située à moins d'un kilomètre du Tremblay qui marque la limite nord de la commune, jouxtant celle du Bourget-du-Lac.

La Motte-Servolex est également longée par la Leysse sur son extrémité est, dans laquelle divers cours d'eau descendant de l'Épine se jettent après avoir traversé la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de La Motte-Servolex sont Chambéry à l’est et sud-est, Saint-Sulpice au sud, Nances et Marcieux (courte limite) à l'ouest, Verthemex au nord-ouest (communes situées sur le versant ouest du massif de l’Épine et du Mont du Chat), le Bourget-du-Lac au nord et Voglans au nord-est.

Communes limitrophes de La Motte-Servolex
Verthemex Le Bourget-du-Lac Voglans
Marcieux La Motte-Servolex Chambéry
Nances Saint-Sulpice Chambéry

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence de la chaîne de l'Épine à l'ouest, du massif des Bauges à l'est et du massif de la Chartreuse au sud.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
La Motte-Servolex ... h/an ... mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2006 :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures minimales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures moyennes (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Passage de l'A43 sur la commune juste avant son entrée sous l'Épine.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A43 en direction de Lyon. L'entrée est du tunnel de l'Épine ainsi que l'échangeur pour l'A41 Nord vers Annecy et la voie rapide urbaine de Chambéry (VRU) sont également situés sur son territoire.

L'accès direct à la Motte-Servolex depuis la VRU se fait au niveau de la sortie située à un kilomètre de l'échangeur.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Deux lignes de chemin de fer passent à proximité de la Motte-Servolex : la ligne de la Maurienne (de Culoz à Modane via Aix-les-Bains et Chambéry) à l'est et la ligne Saint-André-le-Gaz - Chambéry au sud permettant de rejoindre Lyon. La gare la plus proche est donc la gare de Chambéry-Challes-les-Eaux située à 5 kilomètres au sud à partir de laquelle des liaisons TGV pour Paris et Milan existent ainsi que TER pour Lyon, Grenoble, Annecy et Genève.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de transports en commun de Chambéry métropole - Cœur des Bauges exploité par la société STAC pour laquelle une ligne de bus fréquente est directe depuis le centre de Chambéry. La ville est aussi desservie par les bus de la compagnie Ondéa, chargée elle de couvrir l'agglomération aixoise.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Chambéry - Savoie, situé d'ailleurs en partie sur la commune (l'autre partie étant sur celle du Bourget-du-Lac).

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex dispose de nombreuses pistes cyclables. Les cyclistes peuvent utiliser un axe spécifique qui leur est réservé et qui leur permet de relier successivement les communes de Chambéry, Cognin et la Motte-Servolex jusqu'au Bourget-du-Lac. Une passerelle a été établie au-dessus de la Leysse permettant de rejoindre l'Avenue Verte nord qui mène jusqu'au lac du Bourget.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Entrée à la Motte-Servolex et dans le hameau de la Villette.

La Motte-Servolex est composée d'un bourg principal qui se situe en plaine et de nombreux villages et hameaux. Ceux-ci sont, de façon exhaustive, Barbizet, Barby, Beauvoir, la Catonnière, le Cheminet, la Côte Chevrier, la Curtine, le Fort, les Janon, Montarlet, Montaugier, les Moulins, le Noiray, la Pérouse, Pingon, Pouly, Ronjoux, la Salle, la Servannière, Servolex, la Tessonnière, le Tremblay, le Villard, Villard-Marin, Villard-Péron, la Villette. Le bourg de la commune, en raison de son développement démographique, tend à se rapprocher sans cesse un peu plus de l'agglomération chambérienne pour ne former qu'un seul et même tissu urbain.

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit La Mouota (graphie de Conflans) ou La Rovouère/Ravouère (ORB)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune[modifier | modifier le code]

Il résulte de l'union, décidée en 1794 par le décret d'Albitte, des deux paroisses jusqu'alors indépendantes l'une de l'autre : La Motte-Montfort et Servolex. Par son baptême civil, cette nouvelle entité reçu l'appellation à tiroirs de : La Motte-Montfort Servolex uni. Ce nom fut utilisé jusqu'en 1807. Jugé inconfortable à l'écriture, et peut-être exaltant encore un relent d'ancien régime par les Montfort, on unit dans un vocable simplifié La Motte à Servolex par le signe graphique prévu à cet effet : le trait d'union, et ceci dès 1808.

La Motte-Montfort : en ce qui concerne la première partie de ce nom composé, sa signification renvoie à une butte, un tertre comme l'écrivent certains guides touristiques du début du siècle.

Sur cette éminence trône l'église Saint-Jean-Baptiste et aux flancs de laquelle sont venus s'accrocher un prieuré (démoli en 1925) et un château, propriété des Pingon, puis des Costa, avant de devenir pensionnat des frères des écoles chrétiennes, puis lycée technique privé toujours en activité. C'est au pied de cette motte que se structurera progressivement le «centre», d'abord simple village, puis bourg, accueillant école, mairie, commerces, artisans et cafés.

La deuxième partie du nom de l'actuelle commune vient donc de Servolex, paroisse tout entière incluse dans le territoire de La Motte-Montfort. La première mention de Cervollay date, selon le curé Jacquier, de 1100. Cette paroisse était dédiée à saint Étienne. L'église fut vendue comme un bien national et a disparu vers 1805[2].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle Pour hâter les progrès de l'agriculture et de l'hygiène (il n'y avait généralement pas d'égout et chaque cuvette marécageuse recueillait les eaux usées des habitats de l'amont)[3], et pour maitriser les inondations et les zones humides alors jugées malsaines, d'importants drainages sont réalisés, qui augmentent les flux que la vallée du Rhône doit absorber en aval, et causent l'apparition de nouvelles zones marécageuses, alors que l'administration accélère les travaux d'aménagement et d'artificialisation des berges du bassin du Rhône, en endiguant de nombreux cours d'eau[4]. En 1840 d'importantes inondations surviennent malgré ces digues. Les Ponts et Chaussées décident alors de créer le Service Spécial du Rhône.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le centre bourg a fait l'objet au début des années 1990 d'une restructuration complète intégrant la construction de logements par l'OPAC de Savoie, d'un nouvel hôtel de ville adjoint à l'ancienne mairie qui date de la fin de la période sarde, d'une bibliothèque municipale et d'une salle d'exposition portant le nom d'espace culturel de la Conciergerie, en mémoire de l'édifice de ce nom qui s'élevait à cet emplacement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Chambéry métropole - Cœur des Bauges.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de La Motte-Servolex :

Groupe Président Effectif Statut
Tous Motterains Luc Berthoud 28 Majorité
Partenaires pour La Motte-Servolex Jean-Noël Parpillon 3 Opposition
Défendre et Servir les Motterains Patrick Pendola 2 Opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 27,77 % pour Renaud Muselier (UMP) 21,51 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 49,06 %
Élections municipales de 2014 68,21 % pour Luc Berthoud (DVD) 18,00 % pour Jean-Noël Parpillon (DVG) 65,84 %
Élections législatives de 2012 59,49 % pour Dominique Dord (UMP) 40,51 % pour Alain Caraco (EELV) 60,11 %
Élection présidentielle de 2012 56,88 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 43,12 % pour François Hollande (PS) 86,32 %
Élections régionales de 2010 48,10 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 39,57 % pour Françoise Grossetête (UMP) 56,71 %
Élections cantonales de 2008 55,97 % pour Jean-Pierre Vial (UMP) 44,03 % pour Béatrice Rosset (PS) 66,91 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1877 1886 Baron Frédéric Favier du Noyer ... Marquis de Lescheraines
1968 1983 Jacques Hochard UDF Conseiller général
1983 mars 2001 Jean Germain UDF Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Gérard Perrier Les Verts Vice-président de Chambéry métropole
mars 2008 en cours Luc Berthoud UMP puis LR ...
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jumelage.

La ville de La Motte-Servolex est jumelée avec plusieurs autres villes étrangères. Il faut rappeler que le jumelage est une relation établie entre deux villes de pays différents qui se concrétise par des échanges socio-culturels.

Voici la liste des villes ayant passé un jumelage avec la commune de La Motte-Servolex :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 11 726 habitants, en augmentation de 3,01 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
2 204 2 586 2 777 3 033 3 711 3 843 3 693 3 453 3 249
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
3 376 3 404 3 295 3 061 3 072 2 870 2 730 2 603 2 680
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
2 373 2 408 2 435 2 601 2 800 2 845 2 786 3 271 5 253
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
7 182 9 349 10 912 11 714 11 317 11 726 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution de la pyramide des âges de la ville de La Motte-Servolex, comparaison entre l'année 1999 et 1982[8] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
180 
75 à plus
390 
519 
60 à 74
601 
1 566 
40 à 59
1 650 
1 578 
20 à 39
1 530 
1 530 
0 à 19
1 375 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
81 
75 à plus
190 
255 
60 à 74
267 
741 
40 à 59
698 
1 219 
20 à 39
1 273 
1 275 
0 à 19
1 196 

Le nombre total de ménages motterains est de 4 264. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les Ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
La Motte-Servolex 27,1 % 29,2 % 19,3 % 17,5 % 5,3 % 1,6 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[9]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • La Motte-Servolex comporte quatre écoles maternelles et primaires, deux collèges et deux lycées[10].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La conciergerie de La Motte-Servolex est un lieu consacré à l'art contemporain. Les expositions s'orientent vers la jeune création, les images en mouvement et les arts numériques[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex dispose un parcours de santé situé à côté de l'association le CLEM, 50 avenue Alphonse-Daudet.

Football[modifier | modifier le code]

  • L'Union Sportive Motteraine est un club de football créé officiellement en 1941, bien que l'on retrouve des matchs amicaux joués sous les couleurs de la Motte-Servolex dès 1929. Depuis les années 1990 à nos jours, l'équipe fanion oscille entre le championnat d'Excellence et la Promotion d'Honneur Régionale.[12]
    • Vainqueur de la Coupe Dupuy (Coupe de Savoie) : 2008
    • Champion d'Excellence : 2005
    • Vice-Champion d'Excellence : 1998, 2015
Gym
  • L'Étoile Motteraine.
Rugby

Judo

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie. La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse quant à elle des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. Enfin, France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré ainsi que les hebdomadaires l'Essor savoyard et la Vie Nouvelle.

Internet[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex a été récompensée pour sa politique Internet par le label « Ville Internet » en 2012 (@@)[Note 2].

Économie[modifier | modifier le code]

Banlieue résidentielle de Chambéry, on y trouve aussi des activités commerciales, artisanales et agricoles.

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Technopole[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex accueille le site de Savoie Technolac. Celui-ci regroupe l'université Savoie Mont Blanc, l'Institut national de l'énergie solaire (INES) et des entreprises spécialisées, comme Energy Pool (effacement énergétique) et le CIH d’EDF (ingénierie hydraulique) ou encore Certisolis (certification solaire) ainsi que des centres de recherche.

Référent national de la filière énergies-bâtiment1, Savoie Technolac rassemble 230 entreprises innovantes, 1 000 chercheurs et 5 000 étudiants, soit un bassin de 4 000 emplois.

Le site va doubler ses capacités d'accueil des entreprises d'ici à 2030 pour accueillir 18 000 résidents.

Plus gros incubateur de Auvergne-Rhône-Alpes[réf. souhaitée], Savoie Technolac propose un dispositif d'accompagnement à la création d'entreprises : la base d'Incubation, notamment dans le milieu solaire, ainsi qu'un incubateur destiné aux étudiants.

  • La base d’incubation de Savoie Technolac accompagne les créateurs d’entreprises de la filière des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (solaire, hydraulique, smart grid…)12 ;
  • L'incubateur étudiants s'adresse à tous les étudiants porteurs de projet, dans le cadre de leur cursus universitaire ou en parallèle, et quelle que soit la filière et l’année d’études.

Commerce[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments principaux[modifier | modifier le code]

Les monuments les plus remarquables de la commune sont le monument aux morts et l'église Saint-Jean-Baptiste Logo monument historique Classé MH (1984)[15]. Cette dernière était flanquée jusqu'au début du siècle d'un prieuré du XIe siècle. Sa base, de forme carrée, possède encore au premier étage des éléments de défense qui permettent de le dater comme un vestige roman remanié à différentes époques. Décapité en 1794, il fut reconstruit en 1809, puis équipé d'un beffroi pour deux cloches. Cette église a fait l'objet de modifications et d'agrandissements successifs. En 1829, sur les plans de l'architecte Trivelli, beau-frère du général de Boigne, la nef centrale qui est de style gothique du XIIIe siècle est prolongée par un nouveau chœur ; l'ancien, qui devait comporter un chevet plat, devient alors l'avant-chœur sur lequel se greffent au nord la chapelle des Costa de Beauregard et, au sud, la chapelle de la Vierge.

Les châteaux[modifier | modifier le code]

La Motte-Servolex est aussi une ville de châteaux et de maisons fortes, qui appartiennent tous pratiquement à des propriétaires privés. Quelques-uns conservent les traces d'une histoire particulière :

  • Le château de Servolex : situé dans le hameau de Servolex, ce château date du XIXe siècle. Il comporte un corps de logis encadré par quatre tourelles. Il a appartenu à Eugène de Morand et à son épouse, Marie-Alix de Vignet, nièce d'Alphonse de Lamartine qui vint faire des séjours à Servolex et l'a décrit dans ses Confidences (T.XI, p. 28-29). Le château est transmis successivement aux familles Gonon, Marin, Barral Rousseau et Gaillard.
  • Le château du Ronjoux : château fondé au XVIIIe siècle par la famille Aubriot de La Palme, à mi-colline au dessus du lac du Bourget. Il appartient à François Buloz, fondateur de la Revue des Deux Mondes. Il accueille George Sand et de nombreuses personnalités de son temps. Le domaine est passé, avant 1939, à Marie-Louise Pailleron et à ses fils.
  • Le château de Pingon : situé sur la route de Chambéry, le château, de style Renaissance construit en 1515, appartient à la famille de Pingon, parente de l'historiographe savoyard Emmanuel-Philibert de Pingon. En 1901, le château est acheté par la comtesse de Buttet, petite-fille du général de Boigne, puis transmis à la famille de Boigne.
  • Le château Reinach : fleuron du vaste domaine de Reinach. En 1936, il est donné au département de Savoie qui le transforme en centre médico-pédagogique, puis en préventorium et en lycée agricole.
  • Le château de la Motte-de-Montfort, dont l'origine remonte au XIVe siècle, a été réaménagé notamment en 1936. Il fut le centre d'une ancienne mestralie. À remarquer la chapelle castrale gothique.
  • La maison forte de La Catonnière : demeure blanche à tourelles, située sur la route de Villard-Péron, est fondée au XVe siècle. Elle est la résidence des familles Guilliermin au XVIIe siècle, Perrin au XVIIIIe siècle et du Noyer de Lescheraines au XIXe siècle.
  • La Maison forte de La Curtine : située au dessus du torrent de La Curtine, cette demeure date du XVIe siècle. Elle passe successivement aux familles Mollier, Joly, Rey et Dupasquier.
  • La maison forte du Tremblay : située sur la route de Villarcher, cette maison date du XVIIe siècle. Elle appartient à Michel Favre, maître auditeur à la Chambre des Comptes de Chambéry, puis passe à Mgr Gaspard-Augustin Laurent de Sainte-Agnès, archevêque de Tarentaise. Depuis 1783, jusqu'à la fin du XXe siècle, elle a été la propriété de la famille de Morand de Gonfignon, descendante de Félicité-Clémentine Costa de Beauregard[16].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune confirme le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[17].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Benoît de Boigne (1751-1830), général et aventurier.
  • Jean-Baptiste-Marie Aubriot de la Palme (1752-1826), natif, prêtre et érudit, supérieur du grand séminaire de Chambéry (1780-1792), évêque d'Aoste (1818-1823), auteur d'une quinzaine d'ouvrages.
  • François Buloz (1803-1877), patron de presse.
  • Alphonse de Lamartine, dont la sœur Césarine (1799 - 1824) avait épousé Xavier de Vignet, propriétaire du château de Servolex. Césarine est enterrée dans la chapelle du château de Servolex.

Mais aussi :

  • Alphonse de Lamartine, qui a fait des séjours à la Motte-Servolex.
  • George Sand, qui fut invitée à séjourner dans la région de la Motte-Servolex, en 1861 durant la période estivale, par François Buloz le directeur de « La revue des Deux-Mondes »[18].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Motte-Servolex

Les armes de La Motte-Servolex se blasonnent ainsi : Tranché : au premier gironné d'azur et de gueules de six pièces à la foi d'or brochant sur le tout, au canton senestre aussi de gueules chargé d'une croix d'argent, au second d'azur aux trois pommes d'or en orle ; à la cotice d'or brochant sur la partition[19](1973). On sait très peu de chose sur ce blason...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd'hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour La Motte-Servolex[14] :
    • 2012 « @@ »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. Source : Pierre Berthod ; Richesses artistiques et architecturales du Canton de La Motte-Servolex, Connaissance du Canton.
  3. Gouvert A (1833) Mémoire sur les marais en Savoie considérés sous le rapport de l'hygiène et de l'agriculture. Précis de topographie médicale sur la vallée qui s'étend de Chambéry au Lac du Bourget et particulièrement sur la commune de La Motte-Servolex. Mémoire de la Société Royale Académique de Savoie, (Chambéry), 6 : 49-169
  4. Jacquet François (2007) Étude de faisabilité du retour de la Loutre d'Europe (Lutra lutra) en Haute-Savoie thèse de Doctorat vétérinaire, École nationale vétérinaire d'Alfort (soutenue 2007-11-29)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  9. Données démographiques compulsées par linternaute d'après l'INSEE
  10. « La Motte-Servolex :Les établissements scolaires motterains », sur www.mairie-lamotteservolex.fr (consulté le 1er janvier 2016)
  11. Site de la conciergerie
  12. « HISTORIQUE ET PALMARÈS - », USM-Football.net,‎ (lire en ligne)
  13. Les finales du championnat de France de Rugby sur finalesrugby.com
  14. « Liste des Villes Internet » (consulté le 6 juillet 2015) (année à sélectionner)
  15. « Église Saint-Jean-Baptiste de La Motte-Servolex », notice no PA00118282, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Michèle Brocard, Les châteaux de Savoie, Cabédita, Saint-Gingolf, 2004[réf. incomplète].
  17. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 10 août 2017).
  18. Journal le Dauphiné libéré publié le 13/08/2008 p. 11
  19. GASO - Banque du blason - 73179