Antoine Rufenacht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine Rufenacht
Illustration.
Antoine Rufenacht en 2010.
Fonctions
Maire du Havre

(15 ans, 4 mois et 1 jour)
Prédécesseur Daniel Colliard
Successeur Édouard Philippe
Président du conseil régional
de la Haute-Normandie

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur Roger Fossé
Successeur Alain Le Vern
Secrétaire d'État
auprès du Premier ministre puis du ministre de l'Industrie, du Commerce de l'Artisanat

(1 an, 7 mois et 10 jours)
Président Valéry Giscard d'Estaing
Gouvernement Raymond Barre I et II
Successeur Jean-Pierre Prouteau
Député français

(9 ans, 3 mois et 4 jours)
Circonscription Seine-Maritime (1986-1988)
7e de la Seine-Maritime (1988-1995)
Prédécesseur Scrutin proportionnel
Successeur Jean-Yves Besselat

(3 ans, 1 mois et 19 jours)
Circonscription 6e de la Seine-Maritime
Prédécesseur Maurice Georges
Successeur Raymond Réjaud

(1 an, 3 mois et 11 jours)
Circonscription 6e de la Seine-Maritime
Prédécesseur Maurice Georges
Successeur Raymond Réjaud
Conseiller général de la Seine-Maritime

(18 ans, 4 mois et 29 jours)
Circonscription Canton du Havre-4
Prédécesseur Maurice Georges
Successeur Agathe Cahierre
Biographie
Nom de naissance Antoine Guy Rufenacht
Date de naissance
Lieu de naissance Le Havre (France)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Le Havre (France)
Nationalité Français
Parti politique UDR, RPR, UMP, LR

Antoine Rufenacht, né le au Havre (Seine-Maritime) et mort le [1] dans la même ville, est un homme politique français.

Il est maire du Havre de 1995 à 2010, plusieurs fois député de Seine-Maritime, président du conseil régional de Haute-Normandie de 1992 à 1998 et secrétaire d'État dans le gouvernement Barre entre 1976 et 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Naissance et origines[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille de négociants protestants havrais originaire de Thoune en Suisse, puis fondateurs de la Société commerciale interocéanique (SCI), Antoine Rufenacht est ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Turgot).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Conseiller général pour le canton du Havre en 1973, il a été membre des deux premiers gouvernements Raymond Barre au poste de secrétaire d'État entre 1976 et 1978. Il est député de la Seine-Maritime de 1975 à 1976, de 1978 à 1981 puis de 1986 à 1995.

En 1992, il est élu président du Conseil régional de Haute-Normandie, en battant l'ancien Premier ministre Laurent Fabius.

Maire du Havre[modifier | modifier le code]

Président de la société Armor (Nantes) à partir de 1978, il se présenta à plusieurs reprises aux élections municipales du Havre (1973, 1983 et 1989[2]). Il ravit en 1995 la municipalité jusque-là bastion communiste, à Daniel Colliard (PCF). Réélu maire en 2001, Antoine Rufenacht brigue un troisième mandat lors des élections municipales de 2008, sous le sigle de l'UMP : à cette occasion, sa liste arrive largement en tête du premier tour et l'emporte au second avec 54,74 % des voix contre 45,26 % à la liste de gauche menée par le communiste Daniel Paul. Il a été l'un des artisans du grand projet « Port 2000 » visant à redonner au Havre sa place de grand port du Nord, ainsi que du pont de Normandie, deux idées lancées par Hubert Raoul-Duval, président de la Chambre de commerce et d'industrie du Havre puis du port autonome du Havre, et destinées à pérenniser les atouts portuaires du Havre et à désenclaver le pays de Caux.

Il dirige la campagne présidentielle de Jacques Chirac en 2002. Il soutient Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2007. Ce dernier lui rend visite huit jours après son accession à la présidence de la République, comme l'avait fait Jacques Chirac au lendemain de son élection en 2002. Il est promu commandeur de la Légion d'honneur le .

Le , il annonce sa démission de son mandat de maire du Havre. Édouard Philippe est élu maire par le conseil municipal, lui succédant dans ces fonctions[3].

Après la mairie[modifier | modifier le code]

Antoine Rufenacht est chargé d’organiser la primaire UMP pour désigner un candidat en vue des élections municipales de 2014 à Paris[4].

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Dans le cadre de sa campagne, il est nommé avec plusieurs personnalités conseiller politique.

En , il démissionne de la présidence des Républicains de Seine-Maritime, dénonçant la méthode utilisée pour désigner les candidats aux élections législatives[5].

Fin de vie et mort[modifier | modifier le code]

Le 5 septembre 2020, Antoine Rufenacht s'éteint dans la ville dont il avait été le maire pendant plus de quinze années, suite à une longue maladie, à l'âge de 81 ans.

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

  • 1973-1992 : conseiller général de la Seine-Maritime, élu dans le canton Le Havre V (élu en 1973, réélu en 1979 et 1985).
  • 1973-2014 : conseiller municipal du Havre.
  • 1975-1981 : député de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.
  • 1976-1977: secrétaire d’État auprès du Premier ministre du gouvernement Raymond Barre (1) (du au ).
  • 1977-1978 : secrétaire d’État auprès du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat du gouvernement Raymond Barre (2) (du au ).
  • 1982-1992 : premier vice-président du conseil général de la Seine-Maritime.
  • 1986-1997 : député de la Seine-Maritime (1986) puis de la septième circonscription de la Seine-Maritime (1988), réélu en 1993.
  • 1988-2002 : président du Conseil d'Administration de l'AIVP, le réseau mondial des villes portuaires.
  • 1992-1998 : président du conseil régional de Haute-Normandie.
  • 1992-2005 : conseiller régional de Haute-Normandie.
  • 1995-2010 : maire du Havre.
  • 2001-2010 : président de la CODAH.
  • 2005-2020 : président de la Maison de l'Emploi du Havre Pointe-de-Caux Estuaire.
  • 2011 : commissaire général pour le développement de la vallée de la Seine[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]