Élections européennes de 1989 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1984 Drapeau de la France 1994 Suivant
Élections européennes de 1989 en France
Postes à élire  81 sièges au Parlement européen
Giscard1979.jpg
Union pour la démocratie française -
Rassemblement pour la République
 – Valéry Giscard d'Estaing
  
28,88 %
Sièges obtenus 26 Red Arrow Down.svg 15
Laurent Fabius - Royal & Zapatero's meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0538 2007-04-19.jpg
Parti socialiste -
Mouvement radical de gauche
 – Laurent Fabius
  
23,61 %
Sièges obtenus 22 Green Arrow Up.svg 2
Le Pen Perso.JPG
Front national – Jean-Marie Le Pen
  
11,73 %
Sièges obtenus 10 Equal blue arrow.png 0
Green flag waving.svg
Les Verts – Antoine Waechter
  
10,59 %
Sièges obtenus 9 Green Arrow Up.svg 9
Simone Veil (1993) by Erling Mandelmann.jpg
Centre des démocrates sociaux – Simone Veil
  
8,43 %
Sièges obtenus 7
Red flag waving.svg
Parti communiste français – Philippe Herzog
  
7,72 %
Sièges obtenus 7 Red Arrow Down.svg 3

En France, les élections européennes de 1989 se sont déroulées le , pour l’attribution de 81 sièges de députés européens, soit 15,6 % des sièges totaux.

À la suite de ce scrutin, 17 femmes entrent au Parlement européen, soit 21,0 % du total des élus en France.

L'abstention était de 51,2 %.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Listes[modifier | modifier le code]

Liste Parti(s) Tête de liste
L'Union UDF-RPR RPR, UDF, UDI, CNIP Valéry Giscard d'Estaing
Majorité de progrès pour l'Europe PS, MRG Laurent Fabius
Europe et Patrie FN Jean-Marie Le Pen
Les Verts - Europe - Écologie Les Verts, UPC Antoine Waechter
Le Centre pour l'Europe CDS (membre de l'UDF) Simone Veil
Liste de rassemblement présentée par le PCF PCF Philippe Herzog
CPNT André Goustat
LO Arlette Laguiller
Écologistes Arlette Alessandri
divers droite Henri Joyeux
PT Marc Gauquelin
PCF dissident Claude Llabres
divers droite Gérard Touati
POE Jacques Cheminade
Initiative pour une démocratie européenne Franck Biancheri

Campagne[modifier | modifier le code]

  • Dans sa profession de foi, le Front national rejette la mise en place d'un « État » à Bruxelles et dénonce une dérive « vers une Europe mondialiste et tiers-mondiste » pour prôner un modèle d'« Europe des patries, respectueuses de la souveraineté »[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Parti(s)  % Sièges Groupe politique
RPR, UDF, UDI, CNIP 28,88 26 UDF : Parti populaire européen et Groupe des libéraux démocrates réformateurs (LDR)

RPR : Rassemblement des démocrates européens

PS, MRG 23,61 22 Parti socialiste européen
FN 11,73 10 Groupe technique des droites européennes
Les Verts, UPC 10,59 9 Les Verts : Groupe des Verts

UPC : Groupe Arc-en-ciel

CDS (membre de l'UDF) 8,43 7 Parti populaire européen et Groupe des Libéraux Démocrates Réformateurs (LDR)
PCF 7,72 7 Coalition des gauches
CPNT 4,13 0
LO 1,43 0
écologistes 1,04 0
divers droite 0,75 0
PT 0,60 0
PCF dissident 0,41 0
divers droite 0,33 0
POE 0,18 0
Initiative pour une Démocratie Européenne 0,17 0

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Reungoat, « Le Front national et l'Union européenne : sociologie d'un parti politique », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national, Presses de Sciences Po,‎ , p. 229