Karfa Diallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karfa Diallo
Description de cette image, également commentée ci-après
Karfa Diallo (2015).
Naissance
Thiaroye, Sénégal
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement humaniste
Genres
poésie, essais

Œuvres principales

  • Triangle doré (2008)
  • Matins noirs (2010)
  • Sénégal – France, mémoires d’alternances inquiètes (2015)

Karfa Sira Diallo est un essayiste, éditorialiste et consultant franco-sénégalais, né à Thiaroye en 1971. Engagé depuis de nombreuses années sur les questions de la diversité culturelle et du travail de mémoire, en particulier autour de l’esclavage[1] et de la colonisation, il dirige actuellement l’association internationale Mémoires et Partages, basée à Bordeaux et à Dakar. À ce titre il a participé à la reconnaissance du passé négrier de la ville girondine[2], et a obtenu le vote par le Sénégal de la première loi africaine[3] reconnaissant la traite des noirs et l’esclavage crime contre l’humanité. De plus il a réalisé plusieurs expositions documentaires sur la mémoire dont Frères d’âme, héritages croisés de la Première Guerre mondiale, qui a reçu le label[4] de la Mission centenaire 14-18.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Abdoulaye Diallo, ancien combattant français devenu infirmier dans l'armée sénégalaise puis dans la fonction publique, et de Soukeyna Doucouré, Karfa Diallo est né le 16 mars 1971 à Thiaroye, dans la banlieue de Dakar. Il a suivi des cours de droit à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, avant de poursuivre son cursus pour un troisième cycle à Sciences Po Bordeaux. Il a travaillé ensuite une dizaine d’années pour Sida Info Service. Parallèlement à son travail, il fonde l'association DiversCités en 1998 qui travaille à la reconnaissance du passé négrier de Bordeaux, et qui deviendra en 2006 la Fondation pour le mémorial de la traite des noirs[5] et enfin, en 2013, l'association internationale Mémoires et Partages[6]. Un dialogue apaisé et ouvert a par ailleurs été engagé depuis 2014 entre des descendants de familles d'armateurs négriers et Karfa Diallo pour contribuer au travail de mémoire[7].

Depuis 2014, il est consultant et directeur de l’agence de communication KakatArt Consulting[8], spécialisée dans l’Intelligence mémorielle.

Expérience politique[modifier | modifier le code]

En 2001, afin de forcer les élus locaux à s’intéresser à la mémoire de l'esclavage et à la diversité, Karfa Diallo dirige Couleurs bordelaises, une liste qui a obtenu un peu moins de 4 % des suffrages lors des municipales[9],[1]. Sa candidature est également mise en avant en 2008[10]. Longtemps proche des socialistes, il s’est éloigné d’eux. « Je ne suis d’aucun bord. Je ne suis encarté nulle part. Je veux avant tout rester un homme libre »[1], explique Karfa Diallo qui a aussi épaulé le chanteur Youssou Ndour lors de la sa tentative de candidature à la présidentielle sénégalaise de 2012[11].

École des mémoires[modifier | modifier le code]

Développant le concept de gouvernance mémorielle dans les pays africains, Karfa Diallo a fondé l’École des mémoires qui ambitionne de transmettre une culture de mémoires ouvertes et apaisées aux générations futures et d'œuvrer pour un nouvel humanisme. Une nouvelle conscience. L’humanisme du XXIe siècle passe par l’invention de nouvelles formes d’apprentissage et d’éducation de l’histoire de l’humanité. L’École des mémoires permet ainsi, en partant de l’histoire de la traite des Noirs, d'entrer en dialogue avec d’autres mémoires (la Shoah, le Rwanda, la Bosnie, etc.) dans le sens d’un partage pour une fraternité vraie[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • 2008 - Triangle doré. Édition DiversCités, Bordeaux.
  • 2010 - Matins noirs, essai poétique pour une nouvelle négritude. Éditions Ex Æquo[13], Collection Hors cadre, Châlons en Champagne.
  • 2015 - Sénégal – France, mémoires d’alternances inquiètes. L’Harmattan[8]. Collection Points de vue. Paris.
  • 2017 - Les légions de Senghor, recueil de poèmes. Éditions Ex Æquo[14], Collection A l'En-vers, Plomobières les bains.

Expositions documentaires[15][modifier | modifier le code]

  • 2013 - Aimé Césaire 100 ans.
  • 2014 - Frères d’âme, héritages croisés de la Première Guerre mondiale (label Mission du Centenaire 14-18).
  • 2015 - Bord'Africa, les descendants.
  • 2016 - Triangle doré, une histoire de l'esclavage.
  • 2017 - Senghor, l'Africain universel.
  • 2018 - Le Mémorial des Tirailleurs naufragés, autour du naufrage de navire l'Afrique (label Mission du Centenaire 14-18).

Journal en ligne[modifier | modifier le code]

  • Directeur de publication et éditorialiste du journal SeneNews.com.

Films[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[16] :

  • 2007 - Retour à Gorée, Périple du chanteur Youssou Ndour sur les traces des esclaves noirs et de la musique qu'ils ont inventée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Cherruau, « Karfa Diallo, le Sénégalais qui veut réveiller la conscience des Bordelais - RFI », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  2. Renaud Hourcade, Christian Le Bart, Les ports négriers face à leur histoire, politique de la mémoire à Nantes, Bordeaux et Liverpool, Paris, Dalloz, , 520 p.
  3. S.Bachir, « Le Sénégal adopte une loi criminalisant l'esclavage et la traite des Noirs - www.linfo-libre.com », sur www.linfo-libre.com (consulté le 21 mai 2016)
  4. « ALain Juppe inaugure l’Expo Frères d’âme, héritages croisés de la grande guerre », sur Mémoires et Partages, (consulté le 21 mai 2016)
  5. Aline Chambras, « Bordeaux, la difficile mémoire de l'esclavage », Rue89bordeaux.com,‎ (lire en ligne)
  6. photo G. G, « Karfa Diallo élargit sa mémoire », sur SudOuest.fr (consulté le 24 mai 2016)
  7. Claude Petit, « Bordeaux : esclavage, le long travail des mémoires », sur SudOuest.fr (consulté le 24 mai 2016)
  8. a et b « Karfa Sira Diallo - Biographie, publications (livres, articles) », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 21 mai 2016)
  9. Béatrice Gurrey, « La politique n'appartient pas qu'aux énarques et aux technocrates », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. « Bordeaux : quatre des candidats en compétition. Karfa Diallo, 36 ans, liste Couleurs bordelaises », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. « Karfa Sira Diallo, chevalier de la mémoire », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  12. http://www.memoiresetpartages.com/page-d-exemple/
  13. « Matins noirs de Karfa Diallo », sur editions-exaequo.fr (consulté le 24 mai 2016)
  14. « Les légions de Senghor », sur editions-exaequo.fr (consulté le 19 février 2018)
  15. « NOS EXPOSITIONS DOCUMENTAIRES | Mémoires et Partages », sur www.memoiresetpartages.com (consulté le 19 février 2018)
  16. « Africultures - Biographie de Karfa Diallo », sur www.africultures.com (consulté le 21 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]