Saint-Gérand-le-Puy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Gérand-le-Puy
Saint-Gérand-le-Puy
Le bourg et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Entr'Allier Besbre et Loire
Maire
Mandat
Xavier Cadoret
2020-2026
Code postal 03150
Code commune 03235
Démographie
Gentilé Saint-Gérandais
Saint-Gérandaises [1]
Population
municipale
976 hab. (2018 en diminution de 4,59 % par rapport à 2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 31″ nord, 3° 30′ 46″ est
Altitude Min. 268 m
Max. 359 m
Superficie 19,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Gérand-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Gérand-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gérand-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gérand-le-Puy
Liens
Site web http://st-gerand-le-puy.interco-abl.fr

Saint-Gérand-le-Puy (Sant Gerand en occitan[2]) est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Gérand-le-Puy se situe au nord-est de Vichy dans l'arrondissement de Vichy et le canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule depuis les élections départementales de 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département[3]. Jusqu'en mars 2015, elle dépendait du canton de Varennes-sur-Allier.

Neuf communes sont limitrophes de Saint-Gérand-le-Puy[4].

Communes limitrophes de Saint-Gérand-le-Puy
Langy Montaigu-le-Blin
Boucé
Cindré
Servilly
Sanssat Saint-Gérand-le-Puy Périgny
Saint-Félix Magnet

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie entre 268 et 359 mètres[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Redan, affluent rive droite de l'Allier, traverse la partie occidentale de la commune, d'est en ouest. Long de 15,9 km, il prend sa source à Périgny et se jette à Paray-sous-Briailles[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entrée du village par l'ancienne route départementale 906.

Le village est traversé par la route nationale 7 (en attendant l'avancée de son futur contournement en cours) à 11 km de Varennes-sur-Allier au nord, et à 10,5 km de Lapalisse à l'est.

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 60 (vers Trézelles), 125 (vers Sanssat), 172 (vers Montaigu-le-Blin), 430 (vers Saint-Félix) et 906e (ex-906, vers Magnet)[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Gérand-le-Puy est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,7 %), prairies (43,4 %), zones urbanisées (5,1 %), forêts (1,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pendant la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune prit le nom de Puy-Redan[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1832, les anciennes communes de Saint-Étienne-du-Bas et de Saint-Étienne-de-Ciernat furent réunies à Saint-Gérand-le-Puy. En 1833, il en est de même de Saint-Allyre-de-Valence.

Asile temporaire d'une célèbre collection d'art moderne[modifier | modifier le code]

Au printemps 1940, Maria Jolas, qui avait déménagé l'école bilingue pour les expatriés américains qu'elle avait créée à Neuilly vers 1925 dans un château situé « près de cette commune » (Chalmet, op. cit.), proposa à son amie Peggy Guggenheim d'y héberger tout ou partie de son importante collection de tableaux (Kandinsky, Klee, Picabia, Juan Gris, Léger, Gleizes, Marcoussis, Delaunay, Severini, Mondrian, Miró, Ernst, Chirico, Tanguy, Dalí, Magritte, Brauner) que sur la recommandation de Fernand Léger celle-ci avait demandé — sans succès, du fait de leur « avant-gardisme » ? — aux conservateurs du Musée du Louvre d'évacuer de Paris vers la province, comme nombre d'œuvres et objets d'art ancien afin d'échapper à la rapacité des dignitaires du régime nazi.

Au début de l'automne Peggy Guggenheim chargea Giorgio Joyce, fils de l'écrivain, réfugié avec ses parents à Saint-Gérand-le-Puy de déménager ces œuvres à la consigne de la gare ferroviaire d'Annecy, qui furent ensuite entreposées au Musée de Grenoble puis d'être transportées à New York sous l'appellation « d'articles mobiliers »… suivant la suggestion du transporteur René Lefevre-Foinet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, Xavier Cadoret était le seul candidat à se représenter. 58,23 % des électeurs ont voté, soit 407 votants sur 699 inscrits[14]. Il est réélu le [15].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1969 1989 Louis Bardet    
1989 1991 Lucien Lavaure    
1991 En cours
(au 24 mai 2020)
Xavier Cadoret[Note 3] PS Professeur
Député suppléant
Président de la CC Varennes-Forterre (2002-2014)
Réélu en 2014[17] et en 2020[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 976 habitants[Note 4], en diminution de 4,59 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0141 1391 0701 2231 3001 6821 7211 7331 762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7721 7171 7361 7501 7771 7771 7971 8161 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7641 7081 6421 3511 3431 3451 3021 2751 191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 1861 1431 1211 0181 0641 0291 001997993
2013 2018 - - - - - - -
1 023976-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Saint-Gérand-le-Puy passe sous la barre du millier d'habitants.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Gérand-le-Puy dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école maternelle (37 élèves)[21] et une école élémentaire (74 élèves)[22] publiques.

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent à Varennes-sur-Allier[23] et les lycéens à Saint-Pourçain-sur-Sioule[24].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, l'Association des amis de James Joyce[25] rend hommage à l'écrivain irlandais qui a vécu à Saint-Gérand quelque temps avant sa mort. C'est le Jour d'Ulysse qui se tient au mois de juin avec plusieurs manifestations telles que table ronde, conférence, débat, repas.

Santé[modifier | modifier le code]

  • La maison de retraite Roger-Besson est un EHPAD public à spécialité Alzheimer (Cantou)[réf. souhaitée] qui dispose d'une capacité de cent dix lits[SGP 1].

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lavoir d'hiver : La forme circulaire et pentue du toit (12 pans) de ce lavoir d'hiver du XIXe siècle permettait de recueillir les eaux de pluie pour le lavage, tout en abritant l'espace situé autour du bassin. Il reste trois cheminées sur quatre qui chauffaient le lavoir et fournissaient des cendres utilisées comme détergent pour laver le linge. Il est animé par des personnages en action et de nombreux objets tels que battoirs, planches à laver, brouette à linge, lessiveuses et bien sûr du linge blanc.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • La salle socio-culturelle James-Joyce peut accueillir jusqu'à 320 personnes[SGP 2].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Desmaroux de Gaulmin (1815-1885) : avocat, député (1849-1870) et président (1861-1870) du conseil général de l'Allier. Maire de Saint-Gérand-le-Puy, où il est inhumé dans une tombe monumentale.
  • François Pierdon (1821-1904), artiste peintre graveur né dans cette ville, une rue porte son nom depuis 1882.
  • Édouard Hippolyte Margottet (1848-1887) : peintre, mort à Saint-Gérand-le-Puy.
  • James Joyce (1882-1941) : l'écrivain a vécu quelques mois à Saint-Gérand-le-Puy de décembre 1939 à décembre 1940, avant sa mort à Zurich le 13 janvier 1941[Note 5].
  • Léon Chabrol (1892-1979) : né à Saint-Gérand-le-Puy, médecin et archéologue, qui a fait connaître l'ancienne industrie de la verrerie en Montagne bourbonnaise.
  • Marcel Journet (1895-1973) : acteur mort à Saint-Gérand-le-Puy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Véronique Chalmet, Peggy Guggenheim : Un fantasme d'éternité, Payot et Rivages,
    Réédition : Petite bibliothèque Payot, 2013, p. 219-223.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Xavier Cadoret, né Karim Kadouri au Maroc, a francisé son nom à sa naturalisation[16].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. Une plaque a été posée le 2 février 1986 sur la maison de la rue du Maréchal-Foch où il a habité. En 1987, a été inauguré le square James-Joyce, puis en 1994 l'espace culturel James-Joyce. En 2009 est créée l'Association James Joyce à Saint-Gérand[27],[28].

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  1. « Vie sociale » (consulté le 4 septembre 2016).
  2. « Salle socio-culturelle "JAMES JOYCE" » (consulté le 4 septembre 2016).
  • Autres sources :
  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. (oc) Domergue Sumien, « Un conte borbonés: l’ajaça de Gaieta », Jornalet,‎ (ISSN 2385-4510, lire en ligne)
  3. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  4. a et b Carte de Saint-Gérand-le-Puy sur le site Géoportail de l'IGN.
  5. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Redan (K3135000) » (consulté le 16 novembre 2015).
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 16 septembre 2015).
  15. a et b « Xavier Cadoret a été réélu maire de Saint-Gérand-le-Puy (Allier) », La Montagne, (consulté le 24 mai 2020).
  16. Ghislaine Buffard, « Ils voient en moi un maire, pas un étranger », Le Parisien / Aujourd'hui en France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2014).
  17. « Xavier Cadoret débute son 5e mandat », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2014).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « École maternelle publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 27 août 2016).
  22. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 27 août 2016).
  23. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 27 août 2016).
  24. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 27 août 2016).
  25. Association des amis de James Joyce.
  26. Julien Lespinasse (Abbé.), Chroniques du Brivadois : un peu d'histoire locale, Edition "Almanach de Brioude", (lire en ligne), p. 129
  27. Gérard Colonna d'Istria, « Joyce à Saint-Gérand-le-Puy, 1939-1940 : chronologie d'une présence », Cahiers bourbonnais, no 204,‎ , p. 61-68.
  28. Maurice Sarazin, « James Joyce (1882-1941), ami de Valery Larbaud, vécut sa dernière année à Saint-Gérand-le-Puy, en 1940 », Cahiers bourbonnais, no 215,‎ s.d., p. 58 et suiv. et no 216, p. 53-57.