Serge Lepeltier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serge Lepeltier
Illustration.
Fonctions
Maire de Bourges

(8 ans, 10 mois et 1 jour)
Prédécesseur Roland Chamiot
Successeur Pascal Blanc

(8 ans, 9 mois et 8 jours)
Prédécesseur Jean-Claude Sandrier
Successeur Roland Chamiot
Ministre de l'Écologie et
du Développement durable

(1 an, 2 mois et 1 jour)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin III
Prédécesseur Roselyne Bachelot
Successeur Nelly Olin
Président par intérim du RPR

(6 mois et 24 jours)
Prédécesseur Michèle Alliot-Marie
Successeur Alain Juppé (UMP)
Sénateur du Cher

(5 ans, 6 mois et 29 jours)
Élection 27 septembre 1998
Prédécesseur Serge Vinçon
Successeur Georges Ginoux
Député de la 3e circonscription du Cher

(4 ans et 19 jours)
Élection 28 mars 1993
Prédécesseur Alain Calmat
Successeur Yann Galut
Conseiller régional du Centre

(10 mois et 23 jours)
Élection 21 mars 2010
Président François Bonneau

(2 ans et 5 jours)
Élection 22 mars 1992
Président Maurice Dousset
Conseiller général du Cher
Élu dans le canton de Bourges-2

(1 an, 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Joël Chavannaz
Successeur Franck Thomas-Richard
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Le Veurdre (Allier)
Nationalité Française
Parti politique UDR, RPR, UMP, PR puis UDI
Diplômé de HEC

Serge Lepeltier, né le au Veurdre (Allier), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Serge Lepeltier est diplômé d'HEC[1] et ancien auditeur à l'Institut des hautes études de la défense nationale (49e session)[1]

Carrière[modifier | modifier le code]

Serge Lepeltier a été secrétaire général de l'Union nationale de la maçonnerie à la Fédération nationale du bâtiment pendant deux ans, avant son premier mandant électif en 1993.

Il décide le 6 janvier 2017 de soutenir Emmanuel Macron à l'élection présidentielle. Il est le troisième ministre de droite après Jean Arthuis et Renaud Dutreil à rejoindre le mouvement En marche !.

Responsabilités locales[modifier | modifier le code]

En 1978, il est battu aux législatives en Moselle.

Il est élu député du Cher de 1993 à 1997 (battu par Yann Galut), puis maire de Bourges en 1995 contre Jean-Claude Sandrier (PCF) et réélu en 2001 et 2008. Il obtient également le mandat de sénateur du Cher le , mais lors du premier tour d'une élection sénatoriale partielle provoquée par la démission de son suppléant, en , il est devancé de 19 voix par Rémy Pointereau (dissident UMP) et se désiste en sa faveur.

Après son éviction du gouvernement, le conseil municipal de Bourges le réélit à sa tête en [2].

Il a été largement battu par Hervé Novelli à la primaire UMP pour la désignation de la tête de liste du parti pour les régionales 2010 en région Centre, ne recueillant que 1 134 voix (27,40 %) contre 3 005 voix (72,60 %) à son adversaire (participation: 45,81 %)[3],[4].

Il ne se représente pas à la mairie de Bourges lors des élections municipales de 2014.

Responsabilités ministérielles[modifier | modifier le code]

Le , dans le troisième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, Serge Lepeltier remplace Roselyne Bachelot au Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement Durables.

Responsabilités partisanes[modifier | modifier le code]

En 1975, Serge Lepeltier rejoint l'UDR (le futur RPR qui deviendra l'UMP), puis, en 2005, le Parti radical valoisien.

En 2001, il est nommé secrétaire général du RPR. Il dénonce alors la « balladurisation » du gouvernement Jospin, un superlatif désignant l'échec qui ne fut pas du goût d'Édouard Balladur[5].

Il devient en 2006 président de la Fédération nationale des élus républicains et radicaux (FNERR). Il est également depuis cette époque Premier vice-président et porte parole du Parti radical valoisien.

Responsabilités diplomatiques[modifier | modifier le code]

Le , il succède à Brice Lalonde en tant qu'ambassadeur français chargé des négociations sur le changement climatique[6].

Autres responsabilités[modifier | modifier le code]

Il a été, entre 2013 et 2016, président de l'Académie de l'eau [7].

En novembre 2014 Serge Lepeltier était nommé président de l’association Equilibre des Energies[8]. Il devient président d’honneur suite à la nomination de Brice Lalonde à la présidence le 19 décembre 2017[9].

Il soutient Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle de 2017[10].

Mandats[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Sénateur[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

  • Ministre de l'Écologie et du Développement durable 2004-2005[2]

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est nommé officier de la Légion d’honneur le 31 décembre 2015[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Serge Lepeltier au scanner », Lexpress.fr,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Le programme de travail de Serge Lepeltier, nouveau ministre de l'écologie, Maire info, 16 avril 2004
  3. « Régionales : Hervé Novelli préféré à Serge Lepeltier » Echo du Berry, 4 avril 2009
  4. « Les résultats aux primaires régionales »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. Aude Rossigneux, La gaffe de Serge Lepeltier, Le Point, 24 mai 2002
  6. Serge Lepeltier nommé ambassadeur du climat, Le Figaro, 14 février 2011
  7. http://www.academie-eau.org/fr/16-mserge_lepeltier_ancien_ministre_elu_nouveau_president_de_l_academie_de_l_eau_-5.html
  8. « Serge Lepeltier prend la présidence de l'association Eden », sur Actu-environnement.com, (consulté le 12 février 2018)
  9. « Brice Lalonde nommé Président d’EdEn », sur www.equilibredesenergies.org, (consulté le 12 février 2018)
  10. François-Xavier Bourmaud, « Anne-Marie Idrac, ex-ministre de Jacques Chirac, rallie Emmanuel Macron », lefigaro.fr, 31 janvier 2017.
  11. « Décret du 31 décembre 2015 », (consulté le 2 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]