Français établis hors de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Français établis hors de France sont les citoyens français vivant en dehors du territoire actuel de la République française. Fin 2013, la présence française à l’étranger était estimée à près de 3 millions et demi de personnes[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Colonisation française des Amériques[modifier | modifier le code]

Victimes des persécutions religieuses[modifier | modifier le code]

Au cours de l'histoire, des centaines de milliers de Français se sont établis hors du territoire national pour échapper aux persécutions religieuses.

Ainsi, les protestants aux XVIe et XVIIe siècles, d'abord près de 5 000 vers la République de Genève en 1549-1560, puis des contingents plus importants au lendemain du Massacre de la Saint-Barthélemy, durant les guerres de religion, pour atteindre la dimension d'un exode à la suite de la révocation de l'Édit de Nantes en 1685. Les historiens, comme Pierre Gaxotte, avaient encore du mal, récemment, à s'accorder sur une estimation comprise entre 60 000 et 2 000 000. En réalité, l'exode est d'autant plus difficile à chiffrer qu'il se poursuivit pendant un demi-siècle[2],[3].

En 1683, les Juifs sont collectivement expulsés des Antilles françaises, expulsion confirmée par le Code Noir en 1685, dont le premier article enjoint « tous nos officiers de chasser de nos dites îles tous les Juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d'en sortir dans trois mois à compter du jour de la publication des présentes »[4].

Une loi du rétablit toutes ces victimes françaises des persécutions religieuses dans leur nationalité: « Toutes personnes qui, nées en pays étranger, descendant, en quelque degré que ce soit, d'un Français ou d'une Française expatriés pour cause de religion, sont déclarés naturels français et jouiront des droits attachés à cette qualité s'ils reviennent en France, y fixent leur domicile, et prêtent le serment civique. ». Un siècle plus tard, l'article 4 de la loi du (sur la nationalité) précise que: « Les descendants des familles proscrites, lors de la révocation de l'Edit de Nantes, continueront à bénéficier des dispositions de la loi du 15 décembre 1790, mais à la condition d'un décret spécial pour chaque demandeur. Ce décret ne produira d'effet que pour l'avenir. »[5],[6]

Colonisation française en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne[modifier | modifier le code]

Émigration politique[modifier | modifier le code]

Émigration économique[modifier | modifier le code]

Chiffres[modifier | modifier le code]

Une carte des Français inscrits sur les registres des consulats  au 31 décembre 2011.
Carte des Français inscrits sur les registres des consulats.

Le nombre de Français inscrits sur les registres des consulats français était de 1 710 945 le [7]. Ces données ne représentent cependant qu'une partie des ressortissants français vivant en dehors du territoire national.

En Belgique, par exemple, résidaient au 132 421 ressortissants français selon les statistiques officielles belges[8] (environ 123 000 en juin 2006), n'incluant donc pas les binationaux franco-belges, considérés comme belges en Belgique, ce alors qu'en juin 2006 seuls 78 500 Français, dont 27 % de binationaux, étaient immatriculés dans les consulats français de Belgique, ce qui faisait une différence d'environ 66 000 Français "mononationaux" inconnus des consulats français, soit 46 % du total[9]. Au 1er août 2006, date limite de clôture des listes électorales pour les élections communales belges, il y avait 105 146 électeurs français potentiels (49 937 hommes, 55 209 femmes), dont seuls 20 % s'étaient inscrits sur les listes électorales belges (21 070, dont 9 969 hommes et 11 101 femmes)[10].

Presque la moitié des Français établis hors de France sont des binationaux et moins de 10 % sont des expatriés temporaires. Près de la moitié des Français établis hors de France vivent en Europe. 40 % des Français établis hors de France vivent dans les cinq pays suivants : Suisse, États-Unis, Royaume-Uni, Belgique et Allemagne.

Au 31 décembre 2015, la répartition des Français inscrits sur les registres consulaires s'établissait ainsi : Afrique du Nord 111 557 (6,5 %), Afrique francophone 125 148 (7,3 %), Afrique non francophone 19 286 (1,1 %), Proche et Moyen-Orient 124 492 (8,1 %), Asie-Océanie 128 322 (8,0 %), Europe hors Union européenne 212 026 (12,4 %), Union européenne 609 499 (37,0 %), Amérique centrale et du Sud 146 557 (6 %), Amérique du Nord 234 058 (13,7 %)[7].

Français inscrits au 31 décembre 2015[11]
Région Pays Inscrits
Afrique du nord Algérie 38 325
Afrique du nord Libye 191
Afrique du nord Maroc 51 109
Afrique du nord Tunisie 21 932
Afrique du nord Total 111 557
Afrique francophone Bénin 3 833
Afrique francophone Burkina Faso 3 442
Afrique francophone Burundi 377
Afrique francophone Cameroun 6 521
Afrique francophone République centrafricaine 712
Afrique francophone Comores 1 855
Afrique francophone Congo 6 879
Afrique francophone Côte d'Ivoire 16 429
Afrique francophone Djibouti 4 638
Afrique francophone Gabon 10 568
Afrique francophone Guinée 3 026
Afrique francophone Madagascar 18 299
Afrique francophone Mali 7 307
Afrique francophone Maurice 10 629
Afrique francophone Mauritanie 1 756
Afrique francophone Niger 1 477
Afrique francophone République démocratique du Congo 2 622
Afrique francophone Rwanda 303
Afrique francophone Sénégal 20 252
Afrique francophone Tchad 1 483
Afrique francophone Togo 2 740
Afrique francophone Total 125 148
Afrique non francophone Afrique du Sud 7 659
Afrique non francophone Angola 1 838
Afrique non francophone Botswana 120
Afrique non francophone Cap Vert 405
Afrique non francophone Éthiopie 1 005
Afrique non francophone Ghana 1 080
Afrique non francophone Guinée-Bissau 100
Afrique non francophone Guinée Équatoriale 515
Afrique non francophone Kenya 1 561
Afrique non francophone Mozambique 564
Afrique non francophone Namibie 239
Afrique non francophone Nigeria 1 678
Afrique non francophone Ouganda 380
Afrique non francophone Seychelles 602
Afrique non francophone Soudan 239
Afrique non francophone Soudan du Sud 90
Afrique non francophone Tanzanie 744
Afrique non francophone Zambie 209
Afrique non francophone Zimbabwe 258
Afrique non francophone Total 19 286
Proche et Moyen-Orient Arabie saoudite 5 893
Proche et Moyen-Orient Bahreïn 1 124
Proche et Moyen-Orient Égypte 6 090
Proche et Moyen-Orient Émirats arabes unis 20 638
Proche et Moyen-Orient Iran 1 046
Proche et Moyen-Orient Irak 391
Proche et Moyen-Orient Israël 50 451
Proche et Moyen-Orient Jérusalem 21 964
Proche et Moyen-Orient Jordanie 1 503
Proche et Moyen-Orient Koweït 1 071
Proche et Moyen-Orient Liban 22 121
Proche et Moyen-Orient Oman 795
Proche et Moyen-Orient Qatar 4 091
Proche et Moyen-Orient Syrie 814
Proche et Moyen-Orient Yémen 358
Proche et Moyen-Orient Total 124 492
Asie-Océanie Afghanistan 201
Asie-Océanie Australie 24 284
Asie-Océanie Bangladesh 242
Asie-Océanie Birmanie 777
Asie-Océanie Brunei 171
Asie-Océanie Cambodge 4 731
Asie-Océanie Chine 31 296
Asie-Océanie Corée du Sud 2 927
Asie-Océanie Fidji 232
Asie-Océanie Inde 9 585
Asie-Océanie Indonésie 4 301
Asie-Océanie Japon 8 106
Asie-Océanie Laos 2 090
Asie-Océanie Malaisie 3 422
Asie-Océanie Mongolie 129
Asie-Océanie Népal 212
Asie-Océanie Nouvelle-Zélande 4 400
Asie-Océanie Pakistan 551
Asie-Océanie Papouasie-Nouvelle-Guinée 69
Asie-Océanie Philippines 2 926
Asie-Océanie Singapour 12 000
Asie-Océanie Sri Lanka 529
Asie-Océanie Taïwan 1 961
Asie-Océanie Thaïlande 11 899
Asie-Océanie Vanuatu 1 840
Asie-Océanie Vietnam 7 401
Asie-Océanie Total 128 322
Europe hors UE Albanie 203
Europe hors UE Andorre 3 141
Europe hors UE Arménie 529
Europe hors UE Azerbaïdjan 162
Europe hors UE Biélorussie 172
Europe hors UE Bosnie-Herzégovine 402
Europe hors UE Géorgie 326
Europe hors UE Islande 404
Europe hors UE Kazakhstan 461
Europe hors UE Kosovo 139
Europe hors UE Macédoine 241
Europe hors UE Moldavie 94
Europe hors UE Monaco 7 692
Europe hors UE Monténégro 132
Europe hors UE Norvège 4 682
Europe hors UE Ouzbékistan 97
Europe hors UE Russie 5 755
Europe hors UE Saint-Siège 0
Europe hors UE Serbie 1 576
Europe hors UE Suisse 175 700
Europe hors UE Tadjikistan 54
Europe hors UE Turkménistan 185
Europe hors UE Turquie 9 029
Europe hors UE Ukraine 850
Europe hors UE Total 212 026
Union européenne Allemagne 114 020
Union européenne Autriche 8 859
Union européenne Belgique 120 724
Union européenne Bulgarie 1 325
Union européenne Chypre 1 380
Union européenne Croatie 1 005
Union européenne Danemark 5 188
Union européenne Espagne 86 016
Union européenne Estonie 228
Union européenne Finlande 2 901
Union européenne Grèce 10 040
Union européenne Hongrie 2 489
Union européenne Irlande 9 089
Union européenne Italie 44 835
Union européenne Lettonie 227
Union européenne Lituanie 427
Union européenne Luxembourg 33 362
Union européenne Malte 748
Union européenne Pays-Bas 24 001
Union européenne Pologne 6 170
Union européenne Portugal 15 284
Union européenne Roumanie 3 562
Union européenne Royaume-Uni 127 837
Union européenne Slovaquie 841
Union européenne Slovénie 720
Union européenne Suède 7 075
Union européenne République tchèque 4 017
Union européenne Total 609 499
Amérique Centrale-Sud Argentine 13 456
Amérique Centrale-Sud Bolivie 1 527
Amérique Centrale-Sud Brésil 21 670
Amérique Centrale-Sud Chili 10 690
Amérique Centrale-Sud Colombie 5 428
Amérique Centrale-Sud Costa Rica 2 557
Amérique Centrale-Sud Cuba 764
Amérique Centrale-Sud République dominicaine 4 106
Amérique Centrale-Sud Équateur 2 588
Amérique Centrale-Sud Guatemala 840
Amérique Centrale-Sud Haïti 1 715
Amérique Centrale-Sud Honduras 274
Amérique Centrale-Sud Jamaïque 146
Amérique Centrale-Sud Mexique 18 537
Amérique Centrale-Sud Nicaragua 749
Amérique Centrale-Sud Panama 1 722
Amérique Centrale-Sud Paraguay 1 529
Amérique Centrale-Sud Pérou 3 732
Amérique Centrale-Sud Sainte-Lucie 926
Amérique Centrale-Sud Salvador 624
Amérique Centrale-Sud Suriname 239
Amérique Centrale-Sud Trinité-et-Tobago 638
Amérique Centrale-Sud Uruguay 2 955
Amérique Centrale-Sud Venezuela 4 456
Amérique Centrale-Sud Total 146 557
Amérique du Nord Canada 92 116
Amérique du Nord États-Unis d'Amérique 141 942
Amérique du Nord Total 234 058
Monde Total 1 710 945


Dans la mesure où l'inscription au registre mondial n’est pas obligatoire, un certain nombre de ressortissants français ne se font pas connaître des services consulaires. Fin 2013, la présence française à l’étranger était estimée à près de 3 millions et demi de personnes par l'INSEE[1],[12].

Représentation[modifier | modifier le code]

Associations spécifiques[modifier | modifier le code]

Les principales associations sont l'Union des Français de l'étranger (UFE), fondée en 1927, non-partisane, reconnue d'utilité publique depuis 1936 et Français du Monde - ADFE (FDM-ADFE), fondée en 1980 à l'initiative de personnalités classées à gauche et reconnue d'utilité publique en 1986.

On peut y ajouter la Fédération internationale des accueils français et francophones à l'étranger (FIAFE), qui regroupe plus de 200 accueils à travers le monde[13].

Les fédérations de parents d'élèves rassemblent des associations fonctionnant dans les établissements d'enseignement français à l'étranger, dont certaines sont gestionnaires des établissements conventionnés avec l'AEFE. La plus importante est la Fédération des associations de parents d'élèves des établissements d'enseignement français à l'étranger (FAPÉE)[14].

Mouvements politiques[modifier | modifier le code]

Outre les deux associations UFE et Français du Monde - ADFE, il existe des groupes spécifiquement politiques qui aspirent à la représentation institutionnelle des Français établis hors de France sur un plan politique comme le Rassemblement des Français de l'étranger (RFE), proche de la droite gaulliste et du Rassemblement pour la République (RPR) puis de l'UMP, et des sections ou fédérations de l'étranger de divers partis politiques français, comme la Fédération des Français de l’Étranger du Parti socialiste (FFE-PS)[15] ou celle des radicaux de gauche[16], la Fédération des Français établis hors de France de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)[17], la Fédération des Français à l'étranger du MoDem[18], le département des Français de l'étranger du Parti de gauche[19], EELV hors de France[20] ou encore la Fédération Front national des Français de l’étranger[21].

Assemblée spécifique[modifier | modifier le code]

Les Français établis hors de France sont représentés par l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE), successeur du Conseil supérieur des Français de l'étranger (CSFE), créé par un décret du 7 juillet 1948. Les premières élections au CSFE ont eu lieu au printemps 1950, elles concernaient 42 conseillers sur 55, les autres étant nommés ou siégeant de droit de par leur fonction[22].

L'AFE est un organisme consultatif de 90 membres. Son fonctionnement est assuré par l'administration centrale du ministère des Affaires étrangères.

Mardi 14 mai 2013, l'Assemblée nationale a reporté une nouvelle fois les élections de l'AFE qui devaient se tenir au mois de juin 2013 en zone B (Europe et Asie) et en 2016 en Zone A (Afrique- Amérique). Les mandats des élus de la zone B seront donc prolongés. En ce qui concerne la zone Afrique- Amérique, les mandats des élus seront donc interrompus en 2014, soit deux ans avant la fin de leur mandat. Ces changements font suite à un projet de réforme de cette Assemblée qui devrait disparaître pour devenir un "Haut Conseil des Français de l'Étranger". Dans le même temps, des électeurs de 4 continents tels que Laurence Helaili (Irlande), Mika Mered (États-Unis), Aurélia Le Tareau (Canada), lancent une pétition appelant au respect des électeurs et de la durée de mandat de leurs élus.

Les Français établis hors de France sont aussi représentés par les conseils consulaires dans leur pays de résidence.

Parlementaires[modifier | modifier le code]

Sous la Quatrième République, 3 représentants des Français établis hors de France étaient élus au sein du Conseil de la République (Sénat), qui comptait 315 membres[23].

Sous la Cinquième République le nombre de ces sénateurs passe à six en 1959, puis à neuf en 1962, pour tenir compte du déséquilibre au détriment de l'Europe et de l'Amérique, après les indépendances africaines, et enfin à 12 en 1982[22].

La réforme de la constitution française de juillet 2008 a prévu que « Les Français établis hors de France sont représentés à l'Assemblée nationale et au Sénat »[24]. Un projet de loi a donc été présenté en septembre 2008 en Conseil des ministres pour que les Français établis hors de France soient désormais représentés à l'Assemblée nationale.

La loi relative à l'élection des députés et au redécoupage des circonscriptions électorales prévoit l'élection de 11 députés au scrutin uninominal majoritaire à deux tours par circonscription (identique au mode d'élection des autres députés) lors des élections législatives de juin 2012.

Circonscription Etendue territoriale
Première circonscription États-Unis et Canada
Deuxième circonscription Amérique du Sud, Amérique Centrale, Mexique et Antilles
Troisième circonscription Europe du Nord
Quatrième circonscription Benelux
Cinquième circonscription Péninsule ibérique et Monaco
Sixième circonscription Suisse et Liechtenstein
Septième circonscription Europe de l'Est (hors Russie), Europe centrale et Balkans
Huitième circonscription Chypre, Grèce, Israël, Italie, Malte, et Turquie
Neuvième circonscription Maghreb, Afrique de l'Ouest
Dixième circonscription Partie du Moyen-Orient et de l'Afrique
Onzième circonscription Asie (incl. Russie) et Océanie

Élections présidentielles et référendums[modifier | modifier le code]

Les Français établis hors de France peuvent voter à l'étranger pour l'élection du président de la République et en cas de référendum national.

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Les Français de l'étranger ont pu voter dans des bureaux constitués par les autorités consulaires pour les listes françaises aux élections européennes tant qu'a duré le système de circonscription nationale unique.

Depuis l'instauration de plusieurs circonscriptions aux élections européennes en 2003, seuls ceux qui sont inscrits sur les listes électorales en France pouvaient voter, dans les bureaux de vote en France. À partir de 2014, les Français de l'étranger inscrits dans les consulats peuvent voter dans la circonscription Île-de-France.

Par ailleurs, le vote aux élections européennes dans deux pays différents est interdit, notamment pour les Français inscrits sur les listes électorales de leur pays de résidence (y compris les binationaux). Depuis 2014, les autorités compétentes communiquent à leurs partenaires la liste des ressortissants étrangers inscrits sur leurs listes (sans décompte des binationaux, qui ne sont pas considérés comme étrangers).

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Le gouvernement François Fillon (3) a introduit auprès du ministre des Affaires étrangères un secrétariat d'État chargé des Français de l'étranger. Le poste a été successivement occupé par David Douillet (de juin à septembre 2011), puis Édouard Courtial (de septembre 2011 à mai 2012).

Dans le premier gouvernement Ayrault, formé en mai 2012, il devient un ministère délégué, et il est alors chargé de la Francophonie en plus des Français de l'étranger. Le poste est attribué à Yamina Benguigui. Lors de la formation du deuxième gouvernement Ayrault, en juin 2012, le portefeuille est de nouveau dissocié de la Francophonie, et ce ministère délégué est assuré par Hélène Conway-Mouret, qui garde le portefeuille jusqu'à la démission de Jean-Marc Ayrault.

Dans le Gouvernement Manuel Valls (1), le ministère délégué est supprimé et Fleur Pellerin est nommée le 9 avril secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l'étranger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L’Insee bouscule les idées reçues sur l’immigration, Le Monde, 13 octobre 2015
  2. Robert Mandrou, « Les Français hors de France aux XVIe et XVIIe siècles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 14e année, N. 4, 1959. p. 662-675. doi : 10.3406/ahess.1959.2864 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1959_num_14_4_2864 Consulté le 24 mars 2012
  3. Pierre Gaxotte, Louis XIV, Paris, Flammarion, 1974
  4. Suzy Halimi, Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Publications de la Sorbonne, (ISBN 978-2-85944-195-1)
  5. Patrick Cabanel, « Une loi du retour (15 décembre 1790) : réparation nationale et crispations nationalistes sur le thème du retour des huguenots », DIASPORAS Histoire et Sociétés (Presses universitaires du Mirail) no 8 2006 (ISBN 9782858169207)
  6. « Rétablissement de la liberté religieuse », Musée virtuel du protestantisme
  7. a et b Ministère des Affaires étrangères, Les Français établis hors de France : Population française inscrite au 31 décembre 2015.
  8. Office des étrangers, Statistiques Population étrangère / Royaume par nationalité, Bruxelles, 2 janvier 2008.
  9. Consulat général de France à BruxellesLa communauté française dans la circonscription de Bruxelles.
  10. Statistiques officielles des électeurs (Situation au 1er août 2006), Direction générale institutions et population, SPF Intérieur
  11. Ministère des affaires étrangères : La communauté française inscrite au registre des Français établis hors de France
  12. La présence française à l’étranger
  13. http://www.fiafe.org/
  14. http://www.fapee.com/
  15. http://ffe-ps.org/
  16. http://www.planeteradicale.org/-Francais-de-l-etranger-.html
  17. http://www.ump-international.org/
  18. http://www.ffe-modem.org/
  19. « Departement FE du PG »
  20. http://horsdefrance.eelv.fr/
  21. http://www.frontnational.com/les-francais-de-letranger/
  22. a et b « La représentation des Français établis hors de France », Site du Sénat
  23. « Composition du Conseil de la République », Site du Sénat
  24. article 24 de la constitution

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]