Jean-Marie Vanlerenberghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Marie Vanlerenberghe
Illustration.
Jean-Marie Vanlerenberghe en 2008.
Fonctions
Sénateur français
En fonction depuis le
(19 ans, 6 mois et 10 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
Circonscription Pas-de-Calais
Groupe politique UCR (2011-2012)
UDI-UC (2012-2017)
UC (depuis 2017)
Rapporteur général du budget de la commission des Affaires sociales du Sénat
En fonction depuis le
(6 ans, 6 mois et 2 jours)
Président Alain Milon
Catherine Deroche
Prédécesseur Yves Daudigny
Maire d'Arras

(16 ans, 4 mois et 20 jours)
Prédécesseur Léon Fatous
Successeur Frédéric Leturque
Député européen

(3 ans, 4 mois et 4 jours)
Prédécesseur Alain Juppé

(1 an, 3 mois et 17 jours)
Prédécesseur Simone Veil
Biographie
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Bully-les-Mines (France)
Nationalité Français
Parti politique UDF
UDI
MoDem
Enfants Isabelle Florennes
Profession Ingénieur de l’ICAM Lille

Jean-Marie Vanlerenberghe, né le à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais), est un homme politique français.

Vice-président du Mouvement démocrate (MoDem), sénateur depuis 2001, il est le doyen du Sénat depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur de l’Institut catholique d'arts et métiers (ICAM Lille) et diplômé du Centre des hautes études de la construction, il travaille d’abord dans le BTP et de 1964 à 1974 à Arras chez Rhône-Poulenc-textile ainsi qu’au Centre des études supérieures industrielles (CESI Arras).

De 1981 à 1986, il dirige la fédération nationale du Crédit mutuel agricole et rural (CMAR) à Paris et de 1990 à 1993, le groupe CAPFOR (conseil en développement d’entreprises et ressources humaines).

Maire de la commune d'Arras à partir de , il a été élu sénateur UDF le , réélu le . Il est vice-président de la commission des Affaires sociales et siège au sein du groupe Union des démocrates et indépendants – Union centriste (UDI-UC).

Fin 2007, il participe à la création du MoDem de François Bayrou dont il est vice-président et membre du shadow cabinet, responsable des affaires sociales, du travail et des retraites.

Il est réélu en 2008 maire d'Arras avec 51,24 % des voix au premier tour avec le ralliement d'un ancien conseiller municipal communiste et deux adhérents du parti socialiste à Arras. Le , il démissionne de ce mandat au profit de son successeur Frédéric Leturque. Il est réélu président de la communauté urbaine d'Arras le et en démissionne en 2011.

Il rejoint l'UDI à sa création en .

Il soutient Alain Juppé pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[1], puis parraine Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017.

En 2017, sa fille Isabelle Florennes, qui a été son assistante parlementaire pendant douze ans[2], est élue députée dans les Hauts-de-Seine avec l'étiquette MoDem. En septembre de la même année, il est réélu sénateur avec l'étiquette LREM, dont il conduit la liste aux élections sénatoriales dans le Pas-de-Calais[3].

Il est doyen du Sénat depuis la démission de Charles Revet, le . Il préside en cette qualité, le , la séance d'élection du président du Sénat[4].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au Parlement[modifier | modifier le code]

  • Sénateur du Pas-de-Calais (depuis 2001)
  • Député européen (1986-1989 et 1993-1994)

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Membre de la délégation parlementaire pour l'Union européenne
  • Membre de l'Office parlementaire d'évaluation des politiques de santé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  2. Florence Hubin, « LR et En Marche ! en clones et au féminin sur les marchés de Nanterre et Suresnes », sur leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  3. « Sénatoriales 2017 : Jean-Marie Vanlerenberghe candidat pour la République en marche », sur nordeclair.fr, (consulté le 8 février 2020).
  4. « Élection du président du Sénat : comment ça marche ? », sur publicsenat.fr, (consulté le 1er octobre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]