Raymond Couderc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couderc.
Raymond Couderc
Raymond Couderc en février 2010.
Raymond Couderc en février 2010.
Fonctions
Sénateur de l'Hérault

(7 ans, 1 mois et 4 jours)
Réélection 21 septembre 2008
Prédécesseur André Vézinhet
Maire de Béziers

(18 ans, 9 mois et 7 jours)
Élection 18 juin 1995
Prédécesseur Alain Barrau
Successeur Robert Ménard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon

(8 ans, 10 mois et 12 jours)
Élection 15 mars 1998
Successeur Marcel Roques
Député de la 6e circonscription de l'Hérault

(4 ans et 24 jours)
Prédécesseur Alain Barrau
Successeur Alain Barrau
Conseiller général de l'Hérault
Élu dans le canton de Béziers-4

(12 ans, 11 mois et 22 jours)
Prédécesseur Émile Turco
Successeur Claude Villeneuve
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Bordeaux (Gironde)
Parti politique UDF (1993-1997)
UMP (2007-2015)
Profession Professeur des universités en géographie

Raymond Couderc, né le à Bordeaux, est un homme politique français. Maire de Béziers de 1995 à 2014, il est sénateur de l'Hérault de 2007 à 2014 et conseiller municipal de Béziers depuis 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Professeur des universités en géographie, auteur d'une thèse d'État sur les hautes steppes oranaises, coopérant en Algérie pour le ministère de l'Agriculture dans les années 1970, Raymond Couderc a d'abord enseigné à l'université d'Alger, puis à l'université Toulouse II-Le Mirail et enfin à l'université Paul-Valéry Montpellier 3, où il dirige la filière d'aménagement rural, avant de prendre sa retraite en 2004.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

  • En 1983, il devient le 3e adjoint au maire de Béziers, après la victoire de Georges Fontès (RPR, ancien PS)
  • En 1983, il est élu conseiller général du canton de Béziers-4 (jusqu'en 1996)
  • En 1993, il est élu député UDF de la 6e circonscription de l'Hérault
  • En 1995, il bat Alain Barrau aux élections municipales et devient maire de Béziers
  • En 1998, il est élu conseiller régional du Languedoc-Roussillon sur la liste RPR-UDF, conduite par Jacques Blanc
  • En 2001, il est réélu au premier tour face à Jean-Claude Gayssot (majorité plurielle)
  • En 2002, il crée et devient président de la communauté d'agglomération Béziers Méditerranée
  • En 2004, il mène la liste UMP de Jacques Blanc dans le département de l'Hérault pour les élections régionales, où il est réélu conseiller régional. Depuis 2004, il lutte avec Jacques Blanc contre Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon. Il lance par exemple, une campagne « 2004 a voté, 2005 va payer », contre les hausses d'impôt votées par le conseil régional, pour mener à bien le projet d'actions 2005-2010.
  • Le 26 août 2007, il est élu sénateur de l'Hérault, lors d'une partielle organisée à la suite de l'élection comme député d'André Vézinhet
  • Le 9 mars 2008, il est réélu pour la troisième fois à la mairie de Béziers face au socialiste Jean-Michel Du Plaa au premier tour, avec 52,07 % des voix[1]. Ses principales réalisations à l'échelle municipale sont la construction d'une salle de spectacle Zinga Zanga, la restructuration du carrefour de l'Hours (avec un projet de galerie commerciale Polygone), l'appui au développement du centre universitaire Du Guesclin, la création de Fèsta d'Oc (festival occitan) qui se déroule chaque année à la mi-juillet, et l'embellissement du centre-ville (allées Paul Riquet, rue de la République, place Gabriel Péri (en cours de réalisation)).
  • Le 21 septembre 2008, il est réélu sénateur de l'Hérault
  • Le 22 janvier 2009, il est désigné tête de liste UMP pour les régionales de 2010 en Languedoc-Roussillon, en obtenant 2850 voix contre 2651 à Jean Castex, 1733 à Christian Jeanjean et 811 à Christophe Rivenq[2]. Il obtient le, 21 mars 2010, 26,43 % des voix au second tour, face au président sortant Georges Frêche (54,19 %) et France Jamet du FN (19,38 %). Conformément à la loi sur le cumul des mandats, Raymond Couderc a annoncé qu'il ne siègerait pas au conseil régional de Languedoc-Roussillon ; c'est la suivante sur la liste, Sarah-Fatima Allaoui, son adjointe à la mairie de Béziers, qui siège à sa place.
  • Le 22 juin 2013, il annonce qu'il ne briguera pas un quatrième mandat à la tête de la mairie de Béziers. Il passe la main au député Élie Aboud, premier adjoint de 2008 à 2012[3].

Condamnations[modifier | modifier le code]

La cour administrative d’Appel de Marseille a condamné la ville de Béziers, dont Raymond Couderc a été le maire, pour harcèlement moral aboutissant au « suicide altruiste », en 2003, de Jean-Michel Rieux, sa femme et ses deux enfants. La nouvelle municipalité ne fait pas appel devant le Conseil d'État[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]